Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cesare Vianello
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2018
Age : 26
Localisation : Sous la lune.

MessageSujet: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Dim 24 Juin - 16:05

Présentation, Lost ParadiseFerid Barthory – Owari no Seraph

Cesare Vianello

L’ambition n’a pas d’autres limites qu’elle-même.

    Surnom(s): Ceux qui s’y sont essayés ne sont plus là pour en témoigner
    Âge (en apparence) : 270 ans (environ la trentaine)
    Sexe : Masculin
    Nationalité : Italienne
    Orientation sexuelle : Au gré de ses envies du moment
    Race : Vampire
    Métier : Membre du secteur exécutif de la Curia (arrestations)
    Taille : 1m79
    Poids : 65kg
    Pourquoi venir au Lost Paradise ? Pour admirer de belles choses.

Autre chose ? Prospérine, si belle qu’elle en devient mortelle...

You look like…

... an angelic demon.

La légende confère bien volontiers un charme et une élégance sans pareils aux créatures de la nuit que sont les vampires. Un comble quand on sait qu’ils n’ont pas même le privilège d’admirer la beauté de leur reflet envoûtant dans un simple miroir. Pour sa part, Cesare ne fait pas exception à la règle : une silhouette fine et élancée qui n’est pas dissimuler une force physique hors du commun, dont le moindre geste est calculé pour n’en être que plus gracieux et ce, peu importe la situation. Certains diront de lui qu’il est maniéré à l’extrême en se complaisant dans un rôle ridicule, d’autres apprécieront la prestance innée qui émane de lui. En effet, l’intéressé aime à soigner son allure, multipliant les tenues au style raffiné, tant dans la complexité de l’élaboration des vêtements en eux-mêmes que pour le soin apporté aux finitions, afin d’être certain de ne pas passer inaperçu dans quelques cercles où il serait amené à mettre les pieds. L’élégance à la française sous inspirations italiennes. Le clair lui sied autant que son contraire en dépit de la pâleur de sa peau et il est difficile de deviner où tend le penchant du vampire en matière de couleurs. S’il se plaît à soigner son apparence, Cesare aime davantage accorder son habit à l’atmosphère. Véritable caméléon dans l’âme, le vampire ne rechignera pas à se glisser dans la peau du personnage qu’il souhaite incarner pour les besoins d’une mission en particulier ou tout simplement sous une impulsion excentrique, et cela inclue d’éventuels déguisements. Cependant, tous les soins apportés à sa toilette ne sauraient égaler – tout au plus sublimer – sa beauté mortelle : une peau d’albâtre qui ne présente comme unique défaut de marquer trop facilement, des traits fins dévoilant un profil presque androgyne au sourire ravageur dont il s’est surpris plus d’une fois à en user pour s’amuser et un regard envoûtant qui n’aura de cesse de sonder jusqu’au plus profond de votre âme si vous veniez à vous y noyer. Ses cheveux originellement blond platine ont perdu leur éclat à la suite de sa transformation, pour en devenir blancs. Généralement relevés en une simple queue de cheval, ils atteignent facilement le milieu du dos lorsqu’ils sont détachés mais ce laisser-aller ne convient qu’au lever du lit à la suite d’une longue nuit torride pour reprendre les termes exacts du principal intéressé. Autre changement physique survenu lors de sa transformation : ses yeux. Désormais, ceux-ci brillent d’un éclat rubis aux milles nuances, reflétant tout un panel d’émotions propres au personnage, passant sans prévenir de l’amusement au mépris, de l’indifférence à la cruauté.


You are…

...a dormant psychopath.

Que peut-il se passer dans la tête d’un individu au cours de plusieurs siècles d’existence ? Le temps a l’art de changer les hommes. Pourquoi les choses seraient-elles différentes pour les créatures ? S’il y a bien une chose à ne jamais oublier en compagnie de Cesare, c’est que le vampire défendra toujours ses propres intérêts. Seules les raisons visant à les défendre peuvent varier d’une situation à une autre ou suivant l’identité de son présent interlocuteur. Derrière ses airs de gai luron, véritable pitre à ses heures perdues, se cache une personne atrocement pragmatique. Défendre la vierge et l’orphelin n’a jamais été l’une de ses priorités et Cesare ne doit sa position au sein de la Curia que grâce à son art de la manipulation. Ambitieux, il n’en oublie toutefois pas sa précarité au sein de l’organisation tout comme la facilité avec lesquelles les têtes tombent et le vampire ne se permet pas la moindre erreur. Aussi légers soient ses propos, idiots seraient ceux à baisser leur garde lorsqu’il plaisante innocemment ou plus encore ceux qui placeraient leur confiance en lui. En raison des incroyables capacités qu’il a développées suite à sa transformation, Cesare en a conçut un mépris certain pour les humains et leurs futiles préoccupations du quotidien. Jamais il ne se prive de l’occasion de tourmenter ses interlocuteurs, humains ou créatures et à ce sujet, sa cruelle imagination ne semble pas connaître de limites, au grand désespoir de ses victimes. Comme pour réparer ce manque de tact volontaire de sa part, le vampire consent à mener à bien chacune de ses missions, méticuleux comme il est. On pourrait comparer cela à de l’exigence, exigence qui se répercute également sur ses éventuels associés ou plus généralement, ses serviteurs. Mieux vaut ne pas le contrarier, à commencer par un travail bâclé à ses yeux. Cette efficacité s’apparente faussement à de la fiabilité mais ne vous y trompez pas. Vous risqueriez de le regretter. Dans le fond, Cesare est quelqu’un dont l’ennui s’empare facilement. Les plaisirs de la vie, il a eu tout le temps nécessaire pour en faire le tour, si ce n’est pour tirer un trait définitif sur certains d’entre eux. Plus jamais il ne savourera la chaleur de la peau d’une femme sous ses doigts. Pas plus qu’il ne gagnera l’attention et les faveurs de la belle Prospérine... Face à ce vide, les dérives viennent rapidement. Jouer, chasser, torturer… Ces plaisirs-là savent se renouveler avec les siècles. Il se pourrait même que le vampire se décide à se lancer dans un jeu plus dangereux encore que tous ceux auxquels il s’est risqué jusqu’à présent. Car son mépris trouve ses origines dans l’amertume de voir son existence échapper à son contrôle en perdant peu à peu cette raison qui pousse à aller de l’avant. Amertume se muant en rancœur à mesure les décennies s’enchaînent. Et il n’y a rien de plus dangereux qu’un homme en colère.


Once upon a time…

...such a motherfucker is born.

1595.

Ah, la douce insouciance de l’enfance ! Ce temps béni où les monstres se contentaient de peupler vos rêves et le dessous de votre lit accessoirement. Ils n’étaient rien de plus que des illusions contenues dans votre imagination. Irréels et inoffensifs. Si seulement les choses avaient pu rester ainsi, que jamais son chemin ne croise celui de l’une de ses créatures, transformant le cauchemar en réalité.

« Maman… j’ai mal… mon cou me fait mal… »

Le bruit du vase s’écrasant sur le sol dans un fracas du diable aurait aussi bien pu se faire l’écho de celui du cœur de sa pauvre mère. A peine cette dernière eut-elle posé les yeux sur sa frêle silhouette dressée au milieu du couloir, presque surnaturelle enveloppée comme elle l’était  dans les rayons blafards de la lune, que le sang se retira de son doux visage, figeant ses traits en un masque de terreur. A la vue du sang tranchant net sur la peau de son fils, elle avait eu un mouvement de recul involontaire, ce qui lui avait valu de heurter le vase par mégarde. Elle ne le savait pas encore mais le sort de son fils était scellé à tout jamais. La morsure n’avait pas été fatale, certainement par pur caprice égoïste de la part du prédateur mais déjà le venin coulait dans les veines du petit garçon. Et tous les médecins du monde ne pourraient rien n’y changer. Ne reconnaissant pas l’attaque d’un quelconque animal nocturne, elle se tourna vers l’Eglise en désespoir de cause, tout en gardant à l’esprit que l’affaire ne devrait pas s’ébruiter, au risque que l’on prenne la vie de son fils en prétendant le délivrer du Malin. Grâce aux relations de son époux, elle se vit introduire auprès de l’évêque. L’homme était par nature ambitieux mais également convaincu de l’existence de créatures diaboliques tapies dans les ténèbres de l’Histoire, comme celles décrites aux enfants pour leur faire peur et ce, malgré l’absence de preuves tangibles. Du haut de ses 10 ans, perdu et hagard, Cesare Vianello lui fournit cette preuve. Cependant, elle demeurait bien trop légère pour être prise au sérieux par ses pairs au sein de l’Eglise. Dionisio se devait d’être prudent. Il proposa donc naturellement de prendre l’enfant à son service, du moins officiellement. D’un commun accord avec la mère de ce dernier, l’évêque s’engageait à l’élever en veillant à ce qu’il ne manque de rien et en le protégeant de cette chose, tout comme du jugement des autres. Avec la bienveillance d’un évêque, jamais son garçon ne serait inquiété par les évènements de cette nuit n’est-ce-pas ? Ce furent certainement les années les plus enrichissantes pour le jeune Cesare. En dépit son éducation religieuse renforcée par sa présence au sein de l’Evêché, il ne fut pas privé d’un enseignement plus général. Toute connaissance est bonne à prendre. Tels étaient les mots de son mentor, dont la paranoïa à l’encontre des créatures insufflait une ouverture d’esprit bien rare pour quelqu’un de son rang. A cela, s’ajoutèrent les traits de caractère qu’il transmit indirectement à son jeune protégé : courtoisie, éloquence, prestance, manipulation et surtout… l’ambition ! A l’image de son mentor, Cesare gravit les échelons au sein de l’Eglise, jusqu’à se voir lui-même devenir évêque à son tour. Il va s’en dire que la position et les recommandations de Dionisio n’étaient pas totalement étrangères à cette nomination, laquelle fut loin de faire l’unanimité.

1620.

Au cours de cette année, Dionisio vit son ambition satisfaite en devenant cardinal. Encore un échelon supplémentaire et il aurait représenté l’Eglise toute entière. Avant cela, cette ascension lui permit d’accéder à certaines données sensibles conservées par l’Eglise : des cas d’exorcisme ou disparitions étranges que nul n’était parvenu à résoudre. Sans compter des meurtres atroces pour la plupart, que l’on peinait à attribuer à un humain. La chasse aux sorcières. Sauf que cette catégorie incluait bien plus que des femmes seules invoquant le Diable pour punir les insolents. Sa paranoïa s’en trouva récompensée, de même que ses efforts. Désormais, il aurait à sa disposition les documents nécessaires pour approfondir la question de ceux que l’on nommait vampires. Et pour vérifier ses théories, il y avait Cesare. Ce garçon mordu dont la mère l’avait supplié, lui, de prendre sous sa protection. Cette pauvre sotte n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle laissait partir. Mais lui oui. Ce serait la consécration de ses convictions les plus intimes. L’heure de gloire dont il avait tant caressé l’espoir. Aussi intelligent que soit Cesare, il l’écouterait. Car si la perspective de mourir pour revenir à la vie en tant qu’immortel avait de quoi en effrayer plus d’un, à commencer par le risque d’échec de cette transformation, Cesare y vit également une opportunité. La première en son genre. Celle de l’immortalité. Être à même de dépasser l’humanité toute entière. Un dieu parmi les hommes. Et peu lui importait le devoir de se ranger aux directives de l’Eglise pour traquer ses congénères de l’ombre. Que risquait-il hormis devenir le dernier de son espèce ? N’était-ce pas là le fardeau d’un dieu ? Ce fut ainsi qu’il embrassa la mort pour ne plus jamais la connaître.

1630.

Son règne ne dura en réalité qu’une pâle décennie, pendant laquelle il se coupa des vivants, orchestrant sa mort lors d’un tragique incendie, véritable clin d’œil sordide à l’issue de cette sombre période que fut la chasse aux sorcières. Seulement, elle vit aussi l’émergence d’une organisation semblable à aucune autre. Oeuvrant dans l’ombre de l’humanité, la Curia mena son enquête. Les agissements du cardinal Dionisio Constante fut découverts. L’Eglise nia toute implication, allant jusqu’à révoquer l’homme qui tomba dans la disgrâce. Incapable de le supporter, il mit fin à ses jours, accentuant la culpabilité que pesait sur lui. Si son mentor échappa aux griffes de la Curia, cela ne fut pas le cas pour Cesare. Tout jeune vampire de son état et ayant perdu l’homme à qui il devait sa situation actuelle, Cesare s’empressa de lister les possibilités qui s’offraient à lui. Elles étaient bien minces en réalité : rejoindre son mentor dans la tombe pour tenter d’expier une faute qu’il ne reconnaîtrait jamais comme telle ou alors… Retourner sa veste pour se placer en victime des manipulations du cardinal. Ah ! Ce dernier devait bien se retourner dans sa tombe pour l’entendre oser affirmer de telles choses. Quoiqu’il en soit, le vampire s’empressa de prêter allégeance à l’organisation. Servir pour ne pas être exécuter. Au mieux enfermé. Il aurait toute l’éternité pour réfléchir à un moyen d’améliorer sa condition actuelle. La vérité lui apparut encore bien plus cruelle : engeance conçue pour traquer les créatures de la nuit, il se retrouva à œuvrer pour instaurer la paix entre humains et créatures. En plus de perdre la raison qui l’avait motivé à accepter la transformation, le vampire dut renoncer à sa domination sur les humains. Plus question de tuer ou torturer pour le simple plaisir de se sentir supérieur à ses victimes. Dorénavant, il lui faudrait les considérer comme ses égaux. Cette pensée seule lui donnait envie de vomir. Toutefois, son appartenance à la Curia lui permit plus que jamais d’accéder à de précieuses informations le concernant, ou plutôt, concernant ceux de son espèce et plus encore. Cesare fut surpris de découvrir la diversité au sein des créatures peuplant ce monde dans l’ombre des humains. Et comme certains évènements de leur Histoire s’en trouvaient expliqués dans l’implication d’êtres surnaturels dont l’existence demeurait cachée. L’espace d’un instant, l’idée de transformer son cher cardinal en goule pour le restant de ses joues lui traversa un instant l’esprit. L’apprenti aurait alors dépassé le maître. Au lieu de cela, il perfectionna ses techniques de combat pendant les siècles qui suivirent. Le quotidien devint routine. Ayant eu le privilège d’intégrer la Curia à ses débuts, Cesare occupa plusieurs fonctions dans la traque de ceux allant à l’encontre des règles fixées depuis la ratification de la Déclaration des Droits des Humains et des Légendaires. Cependant, il ne tarda pas à se spécialiser dans l’arrestation des criminels, le seul domaine à assouvir son besoin de chasse perpétuel. Du moins, en partie seulement. La frustration était toujours là, sournoise ennemie tapie dans un recoin de sa conscience. Elle criait famine. Oh bien sûr, il parvenait à occuper ses journées en tombant d’admiration pour la belle Prospérine de qui il avait eu le plaisir de faire la connaissance lors d’un jugement sans intérêt aucun. Sublime créature que voilà. Malheureusement, cet amour se révéla rapidement à sens unique et l’adoration seule ne comble pas. Et ce ne fut pas sa relocalisation en France qui changea la donne, pas même au bout de plusieurs dizaines d’années passées à perfectionner ses bases de français autant qu’à s’essayer à la mode locale. Cesare se surprit alors à élaborer un scénario des plus plaisants : que risquerait-il à satisfaire ses pulsions de prédateur en faisant accuser les chasseurs à sa place ? Jusqu’à quel point parviendrait-il à imiter la signature de certains disons, sanglante et bestiale ? Et malgré sa prudence, qui irait donc faire le lien entre les membres de la Curia s’opposant à lui et qui seraient soudain pris pour cible par ces mêmes chasseurs suite aux informations que le vampire leur aurait gracieusement fournies ? Oui, ce petit jeu là s’annonçait de loin le plus amusant auquel il ait eu l’occasion de participer. Restait à savoir qui en sortirait vainqueur.



Sous le masque

Le sérieux tue, pas l’humour.

    Surnom(s) : Natsu sera très bien
    Âge : 1/4 de siècle + 1... okay 26 ans
    Expérience en RP : Quelques années (j’ai connu MSN !! /pan)
    Avis/Suggestions/Questions concernant le forum : Je trouve ce thème très coloré, je préférais l’ancien, question de goût. Et pour les suggestions, attendez donc que je prenne mes marques ! What a Face
    Comment avez vous connu le forum ? En lien sponsorisé sur un site zoophile. Non en vrai, je crois que c’était par le biais de partenariats.
    Avez vous lu le règlement ? Gobé par un loup chocovore ~


Dernière édition par Cesare Vianello le Jeu 28 Juin - 18:02, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Lyn
☽-I am the Captain of my Pain-☾
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 15/03/2015
Localisation : Le Lost, un vieux bar défraîchi...

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Mar 26 Juin - 23:44

Un membre de la Curiaaa /o/

Bienvenue à toi, cher collègue ~~
Hâte de pouvoir lire l'intégralité de ta fiche en tout cas, je te souhaite d'ailleurs plein de courage et de motivation pour la suite !

_________________

Ain't Gonna Rain Anymore - Nick Cave
I speak in #280000
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Bloody
As you wish
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 22/11/2016
Localisation : Au Lost Paradise, quelque part entre les miroirs.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Mer 27 Juin - 9:48

Les miroirs, c'est la vie.

Et bienvenue à twaaaaa ! Ton personnage a l'air très cool, j'ai bien aimé la partie caractère surtout, hâte de lire l'histoire o/

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Cesare Vianello
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2018
Age : 26
Localisation : Sous la lune.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Mer 27 Juin - 20:33

Merci à tous les deux pour votre accueil ! :bonbon: :bonbon:

L’histoire devrait arriver sous peu, une fois que j’aurai fini de chercher le code dans le règlement. :livre:

Edit : Fiche terminée, bonne lecture ! o/
Voir le profil de l'utilisateur
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1914
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Mer 4 Juil - 19:34

Hellow Cesare o/

J'attaque de ce pas la lecture de ta fiche.

La toute première chose que j'ai à te dire à ce sujet n'a rien à voir avec son contenu d'ailleurs, mais si tu pouvais faire des paragraphes la prochaine fois ce sera plus confortable à la lecture que des blocs aussi massifs.

Je commence par les descriptions donc. Je n'ai pas grand chose à dire dessus. Elles se lisent bien, sont simples, efficaces et présentent les points essentiels de ton personnage sans fioritures. Je trouve que le rendu est un peu froid, mais au vu du caractère de ton perso, ça semble cohérent.
Une seule chose m'a chiffonné, c'est la façon dont tu parles des gens avec lesquels Cesare travaille à la Curia. Je ne sais pas si les termes « serviteurs », « victimes », etc. s'appliquent plus du point de vu de ton personnage ou du narrateur (si c'est de ton vampire, ça semble logique), mais je préfère rappeler que la Curia se compose de Légendaires des quatre coins du monde, certains probablement bien plus puissants que Cesare et je doute que ceux-ci se laissent chahuter. Il y en a pour tous les goûts, mais les créatures millénaires ne manquent pas et même parmi les plus « jeunes », l'aura de ton vampire ne fera pas forcément mouche. Il faudra bien le prendre en compte pour la suite.

L'histoire maintenant.
Comme pour le reste, pas de problème de lecture, sauf peut-être sur les dernières lignes où tu fais part des idées de Cesare pour tromper la Curia. J'avoue avoir eu besoin de relire le passage plusieurs fois pour tout comprendre.
Le récit dans son ensemble me semble plausible, à un ou deux détails près sur lesquels je reviendrai juste après et qui sont plutôt dus au manque de données sur la Curia.
Même si elles restent subtiles, tu as bien repris les bases du vampire indiqué sur le forum, ce qui est très bien. J'ai peut-être mal lu, mais je n'y ai pas vu de mention sur les raisons de l'habileté au tir de Cesare par contre. Est-ce que j'ai raté un morceau ?
Tu traces le chemin express de Césare du XVIe siècle à nos jours tout en restant cohérent avec tes descriptions et on a même le droit à un petit clin d'œil avec ton coup de foudre pour l'insaisissable Prospérine qui te permet d'un peu mieux ancrer ton perso dans la Curia. Rien à redire !
Il y a juste la partie où Cesare décide d'entrer à la Curia pour ne pas être exécuté qui ne colle pas vraiment. Le Tribunal a été mis en place pour arrêter les massacres des deux côtés, si Cesare n'avait pas fait d'actes plus répréhensibles que mourir pour devenir un vampire, la Curia n'avait aucune raison de s'en prendre à lui. Au contraire, elle l'aurait probablement guidé pour qu'il puisse interagir avec des créatures de son espèce et mieux assimiler sa nouvelle nature.
Au sein de ton récit, on peut expliquer ton raisonnement en le mettant sur le compte d'une mauvaise interprétation de ton vampire à propos de choses qu'il ne connaissait alors pas, ou peu. Tu peux donc laisser ce passage en l'état si tu le souhaites ou le modifier, c'est comme tu préfères. Mais il est évident que la Curia ne l'aurait ni fait exécuter, ni enfermer sous seul motif qu'il était devenu un vampire.

Enfin, je prends juste une minute pour te faire un retour un poil plus personnel. J'ai trouvé le tout très froid et j'ai été étonné de ne pas plus ressentir le côté séculaire de Cesare. Je pense que c'est dû au fait que la fiche contient peu de détails finalement, mais c'est peut-être une volonté de ta part ?

Quoi qu'il en soit tu as terminé une fiche complète et cohérente, alors bravo !

J'ai relevé quelques fautes dans ton histoire, mais vraiment très peu. Je te les mets ci-dessous, si tu veux les corriger :

Cesare a écrit:

Histoire :

  • […] des cas d’exorcisme ou disparitions étranges […] (« ou de disparitions… » ?)
  • Les agissements du cardinal Dionisio Constante fut découverts.
  • […] accentuant la culpabilité que pesait sur lui.
  • L’espace d’un instant, l’idée de transformer son cher cardinal en goule pour le restant de ses joues lui traversa un instant l’esprit.
  • […] le seul domaine à assouvir son besoin de chasse perpétuel. (Je crois qu'il manque un mot.)


Je t'annonce donc que tu es VALIDÉ !
Je vais t'ajouter au groupe de la Curia et je te laisse suivre les indications ci-dessous pour terminer ton inscription.
N'hésite pas si tu as des questions.


Bienvenue au
Lost Paradise

Il faut maintenant...
Faire ta demande de rang ici.
Pour les relations, c'est par .
Demander de RP c'est ici.
Créer ou utiliser des PNJs c'est .
Pour utiliser les dés, c'est par ici.

Et bon RP parmi nous !

_________________
Wup:
 
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Cesare Vianello
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2018
Age : 26
Localisation : Sous la lune.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Mer 4 Juil - 22:30

Bonsoir Edward o/

Tout d’abord, merci de cette validation instantanée, cette journée aura le moins le mérite de se conclure sur une note positive.

Même si je reconnais bien volontiers que j’aurais peut-être dû découper les descriptions physique et mental en deux paragraphes pour éviter ces gros blocs, sache que le découpage des paragraphes de l’histoire est très similaire à ce que je fais lors de mes RPs. S’agissant de ma manière d’écrire, je ne vais pas la changer. Personnellement, j’ai du mal avec les sauts à la ligne toutes les deux lignes ou les codes de mise en forme des posts mais je considère que chacun est libre de rédiger comme il le souhaite.

Sauf maladresse de ma part, les termes « serviteurs » et « victimes » ne s’appliquent en aucun cas au personnel de la Curia. Le premier désigne les morts que Cesare aurait transformés en goule – ou simplement son personnel humain – tandis que le second désigne les créatures (notamment vampires) que Cesare devait chasser après être lui-même devenu vampire et plus tard, les cibles que le Curia lui désigne. Dès lors qu’il rejoint la Curia, il travaille avec ces mêmes créatures, en rencontre des plus puissantes que lui et apprend à les considérer par défaut en égaux. Enfin, j’avais dans l’idée que Cesare soit plus âgé du fait de la création plus ancienne de la Curia. Du coup, le personnage perd un peu en charisme je l’avoue !

En ce qui concerne sa relation avec la Curia à ses débuts… même s’il n’était vampire que depuis une dizaine d’années, on peut imaginer son implication active dans la chasse de vampires et ce, à différents niveaux. Si ce n’est pas le cas, je doute que le Tribunal prenne le risque de laisser en liberté un vampire nouveau-né (et donc soumis à ses pulsions), qui plus est, un vampire créé pour chasser ses congénères, ce qui va à l’encontre des principes de la Curia. Pour rappel, la Curia vient d’être créée, elle a besoin d’asseoir son autorité autant que remplir ses rangs et on peut également imaginer que certaines personnes en son sein préféraient savoir Cesare dans leur radar. Je pense aussi que la Curia contient  son lot d’opportunistes, quand bien même ses intentions sont louables sur le papier.

Enfin, sa maîtrise du tir est sous-entendue dans les années, que dis-je, les siècles passés à être formé par la Curia sur le terrain. Je ne suis pas une adepte des fiches de présentation qui font 10 pages Word rien que pour l’histoire. De manière générale, j’essaye de retransmettre l’évolution mentale du personnage et/ou de ses capacités mais tout en restant concise. Je ne voyais pas l’intérêt de décrire son entraînement cependant j’y fais allusion dans son histoire.

J’espère avoir été claire dans mes explications sinon n’hésites pas à me le faire savoir par MP.

Bonne soirée !
Voir le profil de l'utilisateur
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1914
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Jeu 5 Juil - 20:23

Merci pour ta réponse et tes éclaircissements.

Je reviens rapidement dessus en m'excusant d'ailleurs si mon « analyse » de ton texte t'a semblé hautaine. Ce n'était pas le but. On le fait sur toutes les fiches, c'est plus pour donner notre avis et des conseils, mais je reconnais que le ton de l'écrit peut parfois paraître sec et si je t'ai agacé ou blessé, j'en suis désolé.

J'en reviens à ta réponse du coup. Pas de soucis pour les paragraphes, tu écris bien comme tu veux. C'est simplement par soucis de lisibilité pour la personne qui te lit que je t'ai dit ça. Ça permet toujours de rythmer un texte et de l'aérer pour le lecteur, sans qu'il soit nécessaire de revenir à la ligne trop souvent.

Pour la partie « serviteurs » et « victimes », j'ai peut-être mal compris. C'est ce que je disais d'ailleurs dans ma précédente réponse, je n'étais pas sûr de savoir à qui ces mots correspondaient. Je te remercie pour l'explication. Par contre, je ne suis pas certain de comprendre ce que tu entends par « Enfin, j’avais dans l’idée que Cesare soit plus âgé du fait de la création plus ancienne de la Curia. Du coup, le personnage perd un peu en charisme, je l’avoue ! » Tu pourrais m'éclairer ?

Pour la Curia, je comprends l'idée, mais même si Cesare y entre en 1630, je crois que l'organisation a alors beaucoup d'autres soucis à gérer qu'un vampire parmi tant d'autres. Et comme je le disais précédemment, le Tribunal, dès ses débuts, avait vocation à protéger les Humains et les Légendaires et non à réprimer. Même si la DDHL n'était pas signée, les bases existaient déjà. Un jeune vampire, tout comme une jeune lycanthrope, un mage venant de découvrir ses pouvoirs ou autres Enfants devenus Légendaires récemment, à moins d'un lourd passif (ce qui semble compliqué s'il est jeune) aurait été confié à des Légendaires plus expérimentés et / ou surveillé, mais jamais ni arrêté, ni exécuté.
Cela n'empêche pas Cesare de les rejoindre pour la raison qu'il souhaite, ou d'avoir eu affaire à des individus moins scrupuleux qui l'auraient contraints à s'enrôler dans ses rangs, c'est possible. Mais ça n'enlève rien au fonctionnement premier de la Curia : protéger.

Pour la maîtrise au tir, je me doutais que les siècles passés avaient aidé. Toutefois, je crois que tu ne mentionnes pas qu'il utilise d'arme à feu et c'est pour cela que je me suis permis cette remarque. Il n'est pas forcément évident pour un lecteur extérieur de supposer que Cesare est un as de la gâchette, arme humaine, alors qu'il en abhorre les concepteurs. Les capacités naturelles d'un vampire font qu'on ne l'imagine pas forcément avoir besoin d'une arme. Comme nous en avions parlé dans notre retour suite à ton rp test, sans en écrire 10 pages, juste faire mention de son adresse au tir pouvait suffire.

Merci encore pour tes retours o/

_________________
Wup:
 
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1922
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Jeu 5 Juil - 20:56

Bienvenue au Lost ! (et désolé du retard)

Tout d'abord, comme Edward, je risque de te faire un pavé, mais pas de panique, c'est une habitude ici, et même si tu es déjà validé, il me semble important de te donner aussi un retour sur ta fiche. =)
Ce n'est pas pour t'embêter personnellement, rassure-toi, simplement on propose des conseils, après tu es libre d'en faire ce que tu veux concernant ton écriture.

Je trouve que tu as une plume fluide, au vocabulaire recherché, malgré quelques fautes d'inattention (citées à la fin), on sent que tu maitrises l'écriture depuis un moment et que tu as vraiment impliqué Cesare dans l'histoire de la Curia. Bravo à toi !

Avant d'entamer ta fiche néanmoins, je me permet aussi une parenthèse, où je rejoins le point de vue d'Edward concernant les paragraphes. Bien que je comprenne tout à fait ton opinion, je pense que tout lecteur lit plus simplement un texte lorsqu'il est plus aéré (que ça soit à voix haute ou pour lui d'ailleurs), sans tomber en effet dans l'excès du saut toutes les deux lignes.
Par exemple, j'avoue que je serai bien en peine sur ce passage de dire avec certitude sur quel ton cela se lit :

Citation :
"Cette efficacité s’apparente faussement à de la fiabilité mais ne vous y trompez pas. Vous risqueriez de le regretter. Dans le fond, Cesare est quelqu’un dont l’ennui s’empare facilement. Les plaisirs de la vie, il a eu tout le temps nécessaire pour en faire le tour, si ce n’est pour tirer un trait définitif sur certains d’entre eux."

> Est-ce jusqu'à "facilement" que cela s'apparente à un avertissement ? Ou bien cela se termine t-il à "regretter" ? Est-ce qu'à partir de "dans le fond" tu parles d'un autre point de la personnalité de Cesare qui est lié au précédent ? Ou est-ce deux propos totalement différents qui se juxtaposent dans le récit ?

Je pense que c'est pour éviter aux lecteurs des questions de ce genre qu'il est sympathique d'avoir davantage de paragraphes qui facilitent la lecture, mais bien entendu, cela n'engage que moi.

Fin de la parenthèse, attaquons donc maintenant le vif du sujet !
Pour tes descriptions, on sent que Cesare aime faire forte impression, et si c'est un trait de caractère assez commun aux vampires, je trouve ça drôle qu'il se grime en entrant dans la peau d'un personnage qui puisse être totalement différent du sien. Peut-être qu'il s'entendrait bien avec Billy (s'il passe outre le fait qu'il est humain bien sûr) ? Ça contrebalance plutôt bien avec son côté manipulateur. Dommage que certaines phrases un peu longues soient parfois complexes à comprendre.
J'ai été étonné aussi de la psychologie de Cesare car je pensais qu'en rencontrant des pairs, il serait enclin à voir le monde différemment, mais il faut lui reconnaître un acharnement certain et je plains ses victimes à ce niveau-là. Au moins autant que ses amantes, car elles doivent bien peur dormir la nuit.

Pour l'histoire à présent.
Le début m'a semblé assez hors du temps, comme une rétrospective d'un personnage célèbre, mais dont on n'a jamais été intime, c'était assez déstabilisant. Ça a perduré un peu lorsque Dionisio est entré en scène, car ça a presque créer une dualité dans le récit et j'ai eu peur qu'il ne prenne une place trop importante. Néanmoins, ça n'a pas été le cas et on comprend bien pourquoi c'est un personnage indissociable de la vie de Cesare. À l'instar de ce mentor, je pensais que Cesare chercherait le vampire qui l'a transformé en Légendaire (surtout après s'être infligé lui-même une mort si douloureuse pour en devenir un). Surtout qu'on en sait aussi peu à son sujet que la manière dont la transformation a eu lieu. Mais peut-être que tu traiteras tout ça plus tard ?
Je ne reviens pas sur la Curia, mais j'ai bon espoir que Cesare trouve au moins un collègue avec lequel il s'entendrait à peu près bien et qui lui permettrait peut-être d'échafauder des plans pour conquérir Prospérine, qui sait ?

En attendant, je te souhaite à nouveau la bienvenue et j'espère qu'on en saura bientôt plus sur le sombre passé de Cesare !

Quelques fautes:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Cesare Vianello
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2018
Age : 26
Localisation : Sous la lune.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Jeu 5 Juil - 23:02

Bonsoir à tous les deux ! o/

Tout d’abord, je voudrais te rassurer Edward : je n’ai pas mal pris ton pavé. Disons simplement que j’ai eu une très mauvaise journée hier et certaines de tes remarques sont certainement moins bien passées que les autres mais j’y reviendrai en fin de post.

En effet, je pensais que la Curia avait été créée bien avant 1630, puisque certains Légendaires sont immortels. S’il s’écoule seulement 10 ans entre la transformation de Cesare en vampire et la création de la Curia dans l’histoire, c’était pour jouer sur l’ironie de l’immortalité vampirique face à une liberté finalement très brève avant de rejoindre la Curia. De ce fait, Cesare était plus âgé dans mon idée de base. Mais ce n’est pas grave, je m’en remettrai, son égo un peu moins ! XD

J’ai bien compris que le rôle de la Curia est de protéger. Ce que j’ai voulu dire, c’est qu’elle aurait pu parfaitement protéger Cesare en lui apprenant à devenir un vampire, tout comme elle a pu vouloir protéger d’autres personnes de Cesare en usant de pression pour lui faire rejoindre la Curia. Et comme cité dans ma réponse d’avant, on peut supposer plein d’hypothèses à propos de son enrôlement : peut-être qu’un complice du cardinal en est à l’origine par exemple ?

Certes, un vampire n’aura pas besoin d’une arme à feu pour neutraliser un humain. Quoique…
Cependant, le corps exécutif de la Curia – et notamment ceux qui s’occupent d’arrêter les chasseurs, se doivent de maîtriser plusieurs techniques de combat car ils n’ont pas toujours affaire à de simples humains. Du moins, je l’ai interprété ainsi et je pensais qu’une allusion à son entraînement serait suffisante. Aussi je m’excuse si ce n’était pas assez clair.

A ton tour Aldrick What a Face

Juste pour faire court, à défaut de faire plus de paragraphes, j’essaye de couper mes phrases entre elles avec des débuts de phrases qui montrent le changement de sujet. Pour reprendre ton exemple, ici la rupture se place à partir de « Dans le fond », qui laisse entendre qu’on change de sujet. En soi, c’est un débat très subjectif et je suis un peu rouillée aussi donc je ferai attention mais je tenais à vous expliquer la façon dont je procède habituellement.

C’est drôle que tu mentionnes ses amantes car…un vampire ne peut pas avoir d’érection si ? Pardonnez moi mais cette question m’a interpellée au moment de rédiger cette partie de la fiche et avec du recul, je l’imagine plutôt « siroter » ses amantes que les combler… Voilà pourquoi je n’aime pas les vampires de base, on ne sait jamais ce qu’un non-mort est capable de faire ou non… ><

Ma foi, lire que le début de l’histoire déstabilise, je le prends comme un compliment car… c’est voulu de ne pas passer par le traditionnel « Il était une fois… » que je trouve finalement assez ennuyeux car toutes les fiches devraient commencer ainsi.

Ce qui va suivre n’est qu’un avis personnel et je ne voudrais surtout pas que vous le preniez personnellement car j’apprécie de voir une telle attention portée aux détails, qui montre bien que vous lisez même intensément les fiches.
Cependant, je trouve assez troublant que vous vous arrêtiez à des détails qui relèvent plutôt du pointillisme (justifier qu’un vampire sache utiliser une arme à feu par exemple quand on sait qu’il a l’immortalité pour apprendre en plus de bons réflexes) alors que certaines questions n’ont pas attiré votre attention : pourquoi le Légendaire l’a choisi lui ? Pour s’être introduit dans la maison, connaissait-il la famille de Cesare ? Pourquoi ne pas l’avoir vidé de son sang ? Comment un enfant a-t-il pu survivre à une telle morsure quand on sait qu’un vampire peut pomper très vite ?

Bien sûr qu’il faut respecter le contexte et ses règles mais je pense qu’il est bien aussi de laisser le joueur s’approprier le contexte pour mieux s’y ancrer, sans pour autant faire n’importe quoi on est bien d’accord. Je pars du principe que la fiche est une ébauche : elle décrit le personnage, présente son histoire mais elle contient également des zones d’ombres, voulues ou non mais qui feront en sorte que le personnage s’enrichisse au gré de ses aventures. L’identité du vampire qui l’a mordu, les motivations de Cesare à rejoindre la Curia et ses sombres desseins vis-à-vis de l’organisation… Tout ceci sera travaillé en RP à mesure que je maîtriserais mieux l’univers et cela donnera lieu à des scénarios pour permettre au personnage d’évoluer dans ce contexte qui est le vôtre.

J’espère n’avoir froissé personne avec ces propos, je me répète, j’apprécie fortement nos échanges et votre expertise, simplement je préfère discuter que des incompréhensions ne s’installent.

Bonne soirée et nuit vu l’heure !

« Pour le restant de ses joues »... c’est magnifique. Même dans le fail, j’excelle. /pan
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1922
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Ven 6 Juil - 10:12

Merci de tes explications, j'avoue que je préfère aussi éviter qu'un potentiel malaise s'installe dès le début. =)

Concernant le paragraphe de ton texte dont on parlait, c'est effectivement très subjectif, mais je te remercie d'avoir pris en compte mon point de vue et d'avoir expliquer le tien plus en détail.

Pour ce qui est des amantes, effectivement je pensais d'avantage au fait de les "siroter" toute la nuit. Selon les versions, cela peut entrainer chez les humaines un plaisir assez extrême qui peut s'apparenter à celui l'extase sexuel, d'où la comparaison. Mais d'un point de vue purement anatomique, je ne pense pas qu'il se passe véritablement quelque chose pour le vampire, à part une sensation de satiété. Cela dit, je suis un peu étonné que tu es fais un vampire si tu ne les aimes pas, pourquoi avoir choisi dans faire un ? ôô

Pour ce qui est du "pointillisme", ce n'était pas dans mon intention (même si je reconnais hélas que cela m'arrive beaucoup), je suis simplement très curieux (c'est mieux quand on est flic il parait). Aussi, tous les points que tu soulèves étaient pour moi sous-entendus dans la partie où je mentionnais qu'on n'en savait bien peu sur le vampire qui avait engendré Cesare (j'aurai dû être plus explicite, navré). De même, la question sur son traitement en rp, n'était en réalité qu'une interrogation personnelle, étant donné que je ne demandais aucune modification de ta fiche. D'autant que comme beaucoup de scénarios sont envisageables (notamment pour la morsure, il est assez aisé d'en imaginer plusieurs selon moi qui répondraient à toutes les interrogations que tu cites) mais il est plutôt rare qu'ils soient traités en rp après, c'est pourquoi ça m'a étonné que ce ne soit pas plus détaillé sur la fiche. Je n'ai donc pas pu m'empêcher de demander si tu avais des projets de ce genre en rp justement. Comme c'est quelque chose que tu comptes traiter ensuite, c'est tout bon pour moi, et je n'en suis que plus curieux. =)  

Je tenais aussi à te dire que je partage ton point de vue de l'ébauche concernant la fiche, et je pense aussi qu'on s'approprie un personnage au fur et à mesure de ses rps, parfois même en modifiant des traits qu'on avait originellement prévus plus forts. C'est aussi pour ça qu'on se permet une analyse si "détaillée" des fiches, pour être sûrs de bien comprendre le nouveau personnage qui nous rejoints et être certains qu'on se comprends bien avec le rôliste. Cela permet autant d'en proposer plus sur l'univers, que de s'entendre sur les points importants, mais aussi ensuite de soumettre des pistes potentielles de rp pour tout le forum, sans oublier une éventuelle orientation d'autres rôlistes vers ton personnage lorsqu'ils recherchent un lien par exemple.
Bref, tout ça pour dire que c'est surtout parce qu'on est curieux qu'on s'interroge ainsi, et qu'on tend à un maximum de communication, de chaque côte. Ne t'inquiète donc jamais d'un pavé chez nous, c'est surtout pour que tout soit clair avec chacun, en attendant qu'un jour, peut-être, on invente la télépathie via ordinateur.:ordi:

D'ici là, s'il reste quelque chose qui te tracasse, ou que tu as besoin d'aide pour la fiche de lien ou autre, n'hésite pas à nous en faire part. Wink

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Cesare Vianello
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2018
Age : 26
Localisation : Sous la lune.

MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   Lun 9 Juil - 17:24

Quelque chose me dit que ce post-ci sera plus court que les précédents.

Quand j’affirmais ne pas aimer les vampires, c’était à prendre au second degré. Je trouve que leur interprétation varie souvent d’un forum à un autre, en fonction du réalisme apporté, si bien qu’ils sont difficiles à cerner et donc, à incarner. Et si on me posait la question, je répondrais que je préfère les lycans de base. Mais j’ai choisi cette race car elle collait à l’idée du personnage que j’imaginais.

Quant au reste, je pense qu’on a abordé tous les points et comme je ne mords pas (souvent), je reste accessible par MP si besoin est.

Merci pour votre aide ! :bonbon: :bonbon:
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]   

 

Human, please I'm fabulous. | Cesare Vianello [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Avant d'entrer au Lost Paradise :: Papiers d'inscription :: Membres de la Curia-