Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Cadfael Sweeney - Être un monstre n'est pas plaisant -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cadfael Sweeney
avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 06/07/2018

MessageSujet: Cadfael Sweeney - Être un monstre n'est pas plaisant -    Ven 6 Juil - 23:16

Présentation, Lost ParadiseJeune Loki/Jotunn de Marvel

Cadfael Sweeney

Phrase de votre choix

    Nom d'artiste : ...
    Surnom(s): …
    Âge (en apparence) : 15-16 ans
    Sexe : M
    Nationalité : Irlandaise
    Orientation sexuelle : …
    Race : Une création de l'homme, il se déclare lui même comme étant un monstre.
    Métier : Chanteur contreténor
    Taille : 152 cm
    Poids : 36 kg

Autre chose ?

You look like…

Phrase de votre choix;

Miroir mon beau miroir… Dis nous à qui tu ressemble… (En 300 mots minimum)


You are…

Phrase de votre choix;


Cadfael est un jeune homme qui possède une certaine intelligence qui peut être souvent remit en cause. N'est-il pas idiot de rêvasser comme ça ? N'est-il pas fou de parler tout seul ? N'est-il pas stupide à errer dans les couloirs au lieu de dormir ? Pensez ce que voulez de son intellect, il n'ira pas contre votre jugement. Ses pensées s'accumulent à vitesse grand v, l'une est remplacée par deux autres, qui sont remplacé par quatre, puis par six. Une poussière qui rentre dans son champ de vision et hop voilà une nouvelle pensée, oubliant momentanément le sujet de début avant d'y revenir quelques secondes plus tard. Alors évidemment, ses pensées peuvent ne pas vouloir le laisser tranquille la nuit, au lieu de dormir, il est toujours actif. Et pour se débarrasser de certaines pensées, il les dit à haute voix, souvent des questionnements qu'il possède sans fin. Cependant, il arrive à se concentrer lors de ses représentations pour la bonne raison que le chant est sa passion principale. Allant de pair avec ses pensées en arborescence, il est du genre lunatique, changeant d'émotion en un temps record.

Il possède un esprit d'analyse et il ne peut pas s'empêcher d'analyser chaque chose qui rentre dans son champ de vision. Cadfael adore plus que tout apprendre de nouvelles choses, toujours plus. Son esprit n'est jamais satisfait, il change de sujet comme on change de vêtement.

C'est un adolescent qui est peu sûr de lui dans la vie de tous les jours, mais qui gagne automatiquement une confiance absolue quand il se met à chanter. C'est un constat qui peut en choquer plus d'un. Pourquoi ce changement radical ? Car c'est simple, la seule chose qu'il aime chez lui, c'est sa voix quand il chante. Oui, Cadfael se déteste, il se désigne de lui-même comme étant un monstre.

Il est loin d'être quelqu'un d'organiser, il fout le bazar où il passe et n'aime pas vraiment ranger derrière lui.


Once upon a time…

Phrase de votre choix;

- 1831 - 6 ans

Ses pas résonnaient dans le grand domaine, claquant dans un rythme effréné. Il contournait avec habilité les domestiques qui rangeaient dans de grands cartons les affaires des propriétaires. Le déménagement était pour bientôt, ils allaient partir de Dublin pour Londres, de l'Irlande pour l'Angleterre par le bateau. Il n'avait pas envie de partir, il était bien ici. Certes, il n'avait pas d'amis contrairement à Dahey, mais l'endroit allait lui manquer.

L'enfant avait secoué la tête, reprenant sa course. Il voyait bien qu'ils étaient tout les deux différents l'un de l'autre. Pourtant, normalement cela ne devait pas être le cas. Ils étaient nés des mêmes parents durant la même année. Et ils étaient identiques physiquement parlant. De vrai jumeaux. Ni plus, ni moins. Alors pourquoi est-ce que c'était lui qui avait hérité du cerveau bizarre qui était capable d'imaginer des trucs les plus fous ? Son frère avait hérité d'un certain charisme qui lui donnait des amis tandis que lui s'enfermait dans sa rêverie sans s'en rendre compte, il pouvait se déconnecter du monde pour juste penser à toujours plus de choses. Et puis Dahey était juste chiant, à parler tout le temps avec les grands sans lui jeter un seul regard. Il jouait au petit adulte, à celui qui était très mature. Comment pouvait-il vouloir être un adulte dans un monde aussi ennuyant ?

Brr, rien que d'imaginer devoir porter tout le temps des costumes, de fumer la pipe et de devoir avoir des conversations longues avec pleins d'hommes, lui donnait des frissons. Ce n'était pas parce que Cadfael ne comprenait pas les grandes personnes, c'était juste que l'imagination des grandes personnes était très limité. Dès que l'on parlait d'ours rose avec des ailes, paf, on était qualifié de fous. Et un futur sans imagination ou créativité était un futur moche et qui ne valait pas la peine d'être vécu. Il n'y avait que des inventeurs qui essayaient de rendre le monde meilleur et moins noir. Et encore, c'était au ralenti.

En bref, l'enfant ne voulait pas ressembler à son père qui faisait un métier ennuyant. En tout cas, il en était persuadé. Mais la vérité était tout autre, l'homme et ses amis cherchaient l'immortalité sous le profil de simple médecin, profitant de faire des expériences sur leurs patients.

Cadfael s'était stoppé dans sa course, alors que son père venait de sortir de son bureau. L'enfant s'était fait tout petit, ayant peur. Oui, il avait peur de son père tout simplement parce qu'il avait l'habitude d'en mettre une à son frère et à lui dès que l'un faisait un pas de travers. Et clac, la gifle avait atterri sur sa joue droite. L'enfant avait retenu ses larmes, baissant la tête en s'excusant, il n'avait pas le droit de courir dans le domaine.

££££££££££££

- 1833 - 8 ans

Il était à l'envers sur le canapé, les jambes sur le dossier, touchant le mur. Un livre de contes dans les mains, Cadfael lisait. Depuis qu'il savait lire en anglais, il ne se privait pas de dévorer tous les livres de leur bibliothèque privée. Tout y passait, qu'importe l'intérieur du bouquin, tout arrivait à le transporter. Les scènes qu'il lisait se faisait jouer dans son esprit, tel une pièce de théâtre que l'on assistait en direct. Tout se créait dans son esprit, les mots lui parlaient, les mots devenaient réels.

Sa position actuelle pour le moins indigne de son rang était une rébellion. En effet, le jeune enfant s'était vu contraint à apprendre certaines règles de savoir faire des bourgeois. Et pour ainsi dire, cela ne lui plaisait pas. C'était chiant, voilà tout. Il n'aimait pas être entravé par des règles de bienséance qui pouvaient très bien ne pas exister.

Comme cette règle absurde du "je dois serrer la main à un homme et faire le baise-main à une femme". C'était quoi la logique ? L'enfant ne trouvait pas ça juste. Oui, exactement, les salutations ne devraient pas être différencié entre les femmes et les hommes. C'était déjà tellement stupide que les hommes ne pouvaient pas porter de robes, alors là, la barre était encore plus haute. Et plus il en apprenait sur le monde qui l'entourait plus il s'y sentait à l'étroit, comme pas à sa place. La réponse le lui était arrivé plus tard, il était juste plus évolué que son entourage.

Cadfael avait soupiré en posant sont livre à côté de lui, regardant le plafond blanc. Son raisonnement lui disait qu'il risquait d'en pâtir et il le savait. Un bruit d'exclamation l'avait fait tourner la tête sur le côté de la fenêtre. Sa curiosité l'avait poussé à venir s'y accouder. L'enfant avait posé son front sur la vitre regardant son frère en train de jouer au criket avec leur paternel.

Pouvait-il être jaloux ? D'un certain sens oui et il en avait le droit. Il y avait un favoritisme qui penchait vers Dahey et il était relégué dans le font. Mais dans l'autre sens. Il ne pouvait pas être jaloux un développement inférieur au sien. Et même si son cœur lui faisait mal son cerveau était persuadé qu'il ne fallait pas s'y attarder.

La mine, un peu déconfite, il était retourné à sa lecture.

£££££££££

- 1835 - 10 ans



Ses mains volaient sur les touches. Les mélodies résonnaient, envoyant une certaine mélancolie dans cette pièce dont la porte était close. Car la porte devait rester close. Il n'avait pas le droit de l'ouvrir cette porte. Il n'avait pas le droit.

Le sang coulait de ses blessures au visage, tachant de son rouge carmin les touches blanches. Son cœur saignait, mais seul son visage étai couper. Son cœur était en mille morceaux, mais il était en vie.

La porte devait rester close, jamais il ne devait l'ouvrir. Cette satané porte. Sa voix s'était échappé de sa bouche et bien qu'il n'avait pas pensé à des paroles, ces dernières étaient apparues comme une évidence.

"- Ce ne sont que des pensées, les miennes
Cela ne peut pas être changé,
Même si tu me jettes des pierres ou que tu me noies sous des insultes,
Je n'ai pas voulu penser ainsi,

La porte doit rester fermer,
Qu'importe si tu dois souffrir, tu dois jeter la clef,
Qu'importe si ton cœur part en miette, tout doit être fermé,
Oui, je ferme le tout et je me fonds dans la foule,
Oui, je deviens l'ombre de moi-même, prêt à être enterré,

C'est mal, le malin s'est emparé de moi,
Il me guide, il me murmure des choses qui me sont interdites,
Tes paroles se sont répété en boucle pour que je comprenne,
Tes paroles se sont marqué au fer rouge dans ma chair et mon sang,

La porte doit rester fermer,
Qu'importe si tu dois souffrir, tu dois jeter la clef,
Qu'importe si ton cœur part en miette, tout doit être fermé,
Oui, je ferme le tout et je me fonds dans la foule,
Oui, je deviens l'ombre de moi-même, prêt à être enterré,

Est-ce mal d'avoir éprouvé ce sentiment qu'est l'amour ?
On raconte que c'est un sentiment merveilleux à qui l'on doit faire la cour.
Est-ce mal de dire "je t'aime" à la personne qui fait battre notre cœur ?
On raconte qu'on possède tous une âme-soeur.

Je vois bien où est le problème, mais je veux juste être aveugle,
Aveugle pour ne pas voir ce monde,
Aveugle pour ne pas te voir,
Aveugle pour peut-être espérer que ce n'était qu'un cauchemar

La porte doit rester fermer,
Qu'importe si tu dois souffrir, tu dois jeter la clef,
Qu'importe si ton cœur part en miette, tout doit être fermé,
Non, j'ouvre la porte et je sors de l'ombre,
Non, je deviens moi-même, prêt à être heureux,

À quoi bon lutter contre soi ?
On finit toujours par perdre de toute façon
Il faut juste être courageux et garder la tête haute
Affronter les autres à coup de griffes
C'est bien mieux que de se mettre la corde pour fuir

La porte doit rester ouverte,
Qu'importe si tu dois souffrir, tu dois garder la tête hors de l'eau,
Qu'importe si ton cœur part en miette, tu dois être toi-même,
Oui, je laisse ouvert et je me fais remarquer dans la foule,
Oui, je deviens moi-même, prêt à l'aimer lui."

Cadfael avait porté ses mains à ses yeux, essayant d'arrêter son flot de larmes. Était-ce si compliqué de faire comme les paroles ? Oui. Aimer quelqu'un du même genre que soit était mal, c'était même passible de prison. Mais ce n'était pas impossible. Il suffisait juste de ne pas se faire prendre. Cadfael avait grogné de frustration. Ne pas se faire prendre s'était se cacher. Et lui, il trouvait cela absurde de se cacher.

[HRP : La chanson est entièrement de moi]

££££££££

- 1838 - 13 ans

"- Cadfy, tu es sûr que ça va ? Tu veux que j'arrête ?"

"- Mmm... Non euh... je veux dire, tout vas bien, tu peux continuer."

Cadfael s'était mit à rougir encore plus si c'était possible, plongeant sa tête entre ses bras après avoir chassé une brindille de foin qui le gênait. Ils étaient dans l'écurie, d'ailleurs, son deuxième étalon - Fripant - était en train de les regarder, le premier étalon étant le garçon. C'était très gênant, mais pourtant il n'arrêterait pas pour tout l'or du monde.

Cela faisait plusieurs mois que Cadfael avait fait la rencontre de James. Ce dernier avait été l'un des premiers à remettre Dahey à sa place alors qu'il se pavanait et en rabaissant Cadfael. James avait automatiquement pris sa défense. Tout deux était devenu des amis, puis avait commencé à se rapprocher. James lui prêtait son manteau quand il avait froid, Cadfael se transformait en infirmier quand le beau blond avait décidé de jouer avec ses poings sur un énième ennemi. Aucun des deux n'avaient vu leur rapprochement comme étant quelque chose de négatif. Partager le même cône de glace était normal. Bien sûr, ils faisaient attention aux regards des autres.

Et là, ils avaient passé un cap. Un nouveau gémissement était sortis des lèvres Cadfael, faisant sourire James. D'habitude, ils ne se touchaient pas vraiment, juste quelques doigts qui s'accrochaient l'un à l'autre ou des baisers sur les joues. Mais là, les mains de James lui procurait mille délices dans ce massage lombaire des plus appliquer.

Cadfael n'était pas torse nu, étant juste allonger sur le ventre. James était sur ses genoux, une jambe de chaque côté du corps, son bassin faisait néanmoins attention à ne pas toucher le postérieur de Cadfael. Mais celui-ci était tellement tentant ! Hop, une main avait déraillé un peu plus bas et Cadfael s'était mordu la lèvre inférieure, rougissant de plus bel. La main s'était faite plus gourmande, malaxant le membre qui semblait l'attirer.

Cadfael avait sorti sa tête de ses bras, la température avait grimpé d'un cran, non ? Le massage n'était plus un massage, James s'était étaler de tout son long sur sa proie, faisant des petits coups de basin. Cadfael avait penché la tête en arrière, complètement excité par la tournure de ce massage innocent.

Et ils s'étaient découvert sans vêtements, ils s'étaient unis. Mais, une fois le sexe lancé, il était dur de se stopper. C'était devenu occasionnel, apprenant de nouvelles techniques, positions ou plaisirs. Puis s'était devenu indispensable, de vrais bêtes en chaleur.



Sous le masque

Phrase de votre choix;

    Surnom(s) : Loki, God of Evil, ou chaton à la rigueur ^^
    Âge : 19 ans
    Expérience en RP : J'en sais rien xD. Je dirais 4-5 ans.
    Avis/Suggestions/Questions concernant le forum : Je viens de voir qu'il y a déjà quelqu'un avec Loki en avatar, seulement cela fait depuis un sacré bout de temps qu'il n'est pas venu sur le forum. De plus, j'ai pris un avatar enfant/adolescent de Loki, donc est-ce que ça passe ?
    Comment avez vous connu le forum ? Google
    Avez vous lu le règlement ? Mangé par un lycan gourmand~
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cadfael Sweeney - Être un monstre n'est pas plaisant -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monstre de la nouvelle map (Ascadia)
» Question monstre !
» Seaux, rateaux & monstre. [Orange Town, Rang C, Chasseur de Prime, Elimination monstrueuse]
» Le Mini-jeu : Comment élever un monstre
» [Mission] Maman, ya un monstre sous mon lit !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Avant d'entrer au Lost Paradise :: Papiers d'inscription-