Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 28
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]   Sam 14 Juil - 18:04

Le combiner du téléphone se reposa doucement sur son socle dans un bruit étouffé, disparaissant dans le vacarme du journal.
La journée avait à peine débutée mais les journalistes s'emballaient déjà pour divers articles à rendre le jour même, courant de-ci de là sous le regard amusé de Valentine.
Elle avait renoncé à faire la Une depuis quelques temps, restant en retrait et préférant s'éloigner des intrigues du quotidien. Cela avait perturbé beaucoup de personnes, mais elle n'en avait cure. Elle avait juste besoin... de calme.

Gaspard avait accepté l'idée, même si toute cette histoire l'avait troublé, et la laisser compléter les faits divers, espérant malgré tout qu'elle reprenne un jour du poil de la bête. En attendant, il lui avait demandé un service qu'elle avait accepté avec plaisir.
Beaucoup d'affaires moins importantes que le reste n'avaient pas eu de conclusions satisfaisantes pour un article valable, faute d'informations. Sa mission était donc d'obtenir enfin les détails pour clôturer tout cela.

La meilleure méthode à adopter n'était autre que de demander directement à la police, ce qu'elle avait fait aussitôt sortit du bureau du patron. Mais elle n'avait pas juste contacté un policier lambda, non, ça aurait été trop triste. Depuis son retour en France, elle n'avait pas eu le plaisir de revoir un ami qui lui était cher et l'occasion était trop bonne pour la manquer.

Valentine prit une profonde inspiration et posa son regard sur le téléphone de l'entreprise. Elle venait tout juste de raccrocher de chez son cher Commissaire, lui exposant sa demande professionnelle, mais également une autre, plus intime, l'invitant également en temps qu'amie à un goûter chez elle. Elle se sentait l'âme d'une hôte exemplaire et avait bien l'intention de lui confectionner une délicieuse collation.

Bien entendu, elle n'avait aucunement l'intention d'en informer ses collègues et supérieurs, aussi restait elle des plus silencieuses, guettant le moment opportun pour s’éclipser. Il n'était jamais rare de voir un des employés quitter l'endroit pour un déplacement, un reportage ou simplement rentrer chez lui. Il n'y avait pas d'heures réglementaires au bureau, ils travaillaient aussi bien chez eux qu'ici. Certain pouvaient rester une nuit entière au boulot, comme ne montraient jamais le bout de leur nez sauf pour rendre leur compte rendu, comme l'avait longtemps fait Valentine à ses débuts, crapahutant partout pour dénicher des scoops.
C'était surement cela qu'elle aimait autant dans cette profession.

Voyant soudain une ouverture, elle se redressa et rangea ses affaires, prit sa besace et s'éloigna, s'arrêtant que brièvement près d'un Loki en pleine rédaction, ayant hérité de sa fougue à tout découvrir, pour le prévenir de son départ, et fila sans demander son reste, regagnant la boutique de son père en toute hâte.

Celui-ci redressa la tête au tintement de clochette, le nez plongé dans un de ses très nombreux bouquins. Il semblait un peu surprit par son apparition, non pas parce qu'il était tôt, mais bien parce qu'elle passait de plus en plus ses temps libres ailleurs qu'à la maison. Elle l'embrassa sur la joue et grimpa à l'étage, le prévenant qu'elle avait convié un ami et qu'elle ne voulait pas être dérangée... sauf s'il s'agissait du dit invité.
Elle savait qu'il n'y aurait personne à l'étage avant la fin de l'après midi, lui donnant ainsi la possibilité d'être au calme.

D'excellente humeur, la jeune femme fit un peu de ménage, se rendit dans la cuisine et commença sa préparation, ayant l'intention de faire une pâtisserie au chocolat. Elle avait tous les ingrédients possible pour le concevoir, il ne lui manquait plus qu'à choisir la recette pour s'y mettre. Oh certes, normalement, il aurait mieux fallut qu'elle s'occupe plutôt de ses questions à poser pour la journal, mais n'était-ce pas en réalité une simple excuse pour revoir son ami Aldrick ?

Cogitant sur différents gâteaux, elle sursauta en entendant frapper à la porte. De toute évidence, son père avait laissé passer quelqu'un et il n'était pas difficile de deviner de qui il s'agissait. Avec un grand sourire, elle s'approcha de l'ouverture et accueillit l'individu d'un ton enjoué et charmant.


"Bonjour ! Entre je t'en prie, si tu savais comme je suis contente de pouvoir enfin te revoir !"

Spoiler:
 

_________________



♥♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1947
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 30
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]   Jeu 19 Juil - 9:38

Trois coups brefs et un plus long avaient suffit pour que Valentine lui ouvre. Cela lui fit tout drôle de la voir. Pas seulement parce qu'il était rare qu'elle l'invite pour faire de la pâtisserie, mais surtout parce qu'il s'étonna de ne pas sentir l'odeur de Logan près d'elle. Leur dernière entrevue remontait à la Sequana et depuis ils avaient été tous deux très pris. Lui adressant un sourire complice, il la salua, la remercia en entrant, et posa machinalement sur la table un sac en tissu.

- Merci, c'est gentil de me recevoir ! Se penchant ensuite vers elle, il lui appuya doucement sur le bout du nez et interrogea : Je t'ai manqué tant que ça ? ~

Taquin, il lui tira la langue et reprit ses distances, pas encore certain qu'ils soient vraiment seuls. Le loup noir enchaîna en désignant le sac d'un signe de la tête :

- J'ai ramené du chocolat et des œufs en plus, au cas où. Mais tu as l'air équipé. Tu as dévalisé l'épicerie ma parole !

Un léger rire secoua ses épaules avant qu'il ne l'avise de pied en cap.

- On dirait que tu as omis le tablier par contre. Si j'avais su, j'aurais pris le mien.

Retrouvant un semblant de sérieux, le loup observa la pièce, non sans une certaine curiosité. Des objets avaient changé de place depuis sa dernière venue, mais l'ordre semblait toujours de mise. Au moins dans le salon. Enfin, si on excluait certaines piles de livres qui s'entassaient ci et là sur les meubles. Avaient-ils chacun leur pile dans la famille ? Cette idée le fit sourire. Mais il se concentra sur une autre, autrement plus essentielle.

- Bon, du coup ! On s'y met ? Qu'est-ce que tu veux faire ? Des crêpes ?

La contemplant tout sourire, il n'entendit, contre toute attente pourtant, pas un seul des mots qu'elle lui adressa. Si tant est qu'elle le fit. Car, sans s'en rendre compte, le brun avait tendu la main vers elle. Comme hors du temps, avec autant de prudence que s'il avait eu en face de lui un animal inconnu, l'agent écarta doucement quelques mèches rousses et contempla la cicatrice de la jeune femme. Ses doigts frôlant sa peau blanche, pour glisser les mèches de feu derrière l'oreille de la journaliste.

* Hum, ça lui donnerait presque un côté « photographe de l'extrême ». C'est moins profond que ce que je pensais, mais ça a dû être long à cicatriser. Elle a dû avoir peur. Pourtant, elle a l'air sacrément en forme... Les femmes sont étonnantes. *

Un sourire très doux se peignit sur son visage, avant qu'il n'ajoute, sans réfléchir :

- Tu devrais peut-être t'attacher les cheveux avant toute chose, non ?

Puis, retrouvant une distance plus raisonnable, sans songer un seul instant qu'il avait peut-être été intrusif dans l'espace personnel d'une demoiselle, il poursuivit en remarquant un dossier du journal sur la table :

- Ah ! C'est vrai qu'il y avait aussi ton article ! Tu préfères qu'on commence par ça pour être débarrassés ?

Penchant la tête sur le côté, Aldrick l'écouta cette fois avec une attention quasi-religieuse, s'étonnant un peu tout de même de ce silence singulier qui semblait s'être couché subitement entre eux.


Spoiler:
 

_________________
Loup y es-tu ? :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 28
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]   Lun 17 Sep - 16:51

Lorsque le visage familier de son ami apparu sur le seuil de la porte, son cœur s'accéléra, excitée comme une puce de pouvoir enfin s'accorder un peu de temps avec lui. Depuis combien de temps n'avaient ils pas parlé tranquillement autour d'un café ? Valentine ne s'en rappelait hélas pas et craignait que cela datait de bine avant son séjour à Londres.

Elle se poussa de l'ouverture et le laissa entrer avant de refermer la porte derrière lui, l'écoutant d'une oreille attentive. Aldrick prit un air taquin qui l'amusa. Il avait l'air de bonne humeur, cela voulait donc dire qu'il était content lui aussi de passer du temps ensemble ?
Prenant un air faussement inquiète, la rouquine répondit à sa première remarque.


"Qu... Quo, ce n'est pas ton cas ?! Trop occupé par le travail au point d'oublier une vieille amie ?!"

Elle finit cependant par quitter cette comédie et lui fit un grand sourire amusé, l'accompagnant jusqu'à la table où elle aperçu un sac qu'il détailla sans qu'elle ne lui demande le contenu. La journaliste fut ravie et continua de l'écouter, haussant légèrement les épaules.

"Ne t'inquiète pas, nous avons deux ou trois tabliers à la maison, je t'en prêterais un."

La rouquine se permit de prendre le sac et de jeter un coup d’œil à l'intérieur, curieuse de savoir quel type de chocolat il avait prit. Il s'agissait d'une bonne marque et cette découverte la fit doucement sourire. S'il y avait bien quelqu'un spécialiste dans le cacao, c'était bien Aly !
Se tournant à nouveau vers lui pour répondre à sa question sur ce qu'ils allaient préparer, elle prit un air pensif, encore hésitante sur le type de gâteau, mais avant qu'elle ne lui dise son dilemme, son ami amorça un mouvement qui la déstabilisa quelque peu, en tout cas suffisamment pour la figer pendant quelques secondes.
Mettant ses cheveux derrière son oreille, il regarda directement sa cicatrice qu'elle faisait pourtant toujours en sorte de dissimuler. La jeune femme sentit ses joues s'enflammer sous la surprise et lorsqu'il recula d'un pas, elle fit mine d'emmener le sac vers le plan de travail pour cacher sa gêne.
Le commissaire n'avait fait aucun commentaire sur la marque, la laissant un peu perplexe. Trouvait-il cela laid, défigurant son visage féminin ? Allait il lui reprocher d'avoir prit trop de risques ? Est-ce qu'elle allait le surprendre à regarder en douce cette cicatrice ?
Depuis son retour, à de trop nombreuses reprises, des gens s'étaient comportaient de la sorte, la rendant extrêmement mal à l'aise. Pendant de nombreux jours elle n'avait pas pu sortir de chez elle sans se coiffer de sorte à ce que son œil soit toujours caché.

Fort heureusement, elle cessa de s'en faire lorsque son docteur anglais avait finit par déménager à Paris, lui répétant sans arrêt qu'il n'y avait aucune honte à avoir, qu'il fallait garder la tête haute en toute circonstance et même qu'elle était plutôt jolie avec... même si elle se doutait bien qu'il disait surtout cela pour la séduire.

Valentine se racla la gorge et hocha la tête, attrapant un ruban, commençant à s'attacher les cheveux, répondant d'un ton désinvolte, chassant ses interrogations d'un coup.


"Quoi, tu ne trouves pas qu'un cake aux cheveux ne serait pas appétissant ? Je prend pourtant très soin d'eux !"

Il rit doucement et lui refit face, jetant un coup d’œil rapide aux documents qu'il montrait de la main.

"Oh, on peut tout aussi bien faire le deux en même temps. Je ne sais pas combien de temps doit cuire la préparation. Et je veux d'abord savoir lequel de ces gâteaux tu veux manger !"

Elle attrapa son livre de recettes et le posa par dessus ses feuilles de boulot, lui indiquant quelques photos qu'elle avait retenue.

"J'ai tout les ingrédients pour ces desserts-ci, mais je t'avoue que je ne sais pas lequel prendre, ils ont tous l'air délicieux. Et je n'ai pas assez pour tous les faire, même avec ce que tu as emmené. Deux peut-être au maximum, mais c'est tout."

La jeune femme le laissa regarder et s'approcha de l'étagère à ustensiles, sortant des saladiers et des doseurs. En regardant vers le meuble d'à côté, elle réalisa qu'elle en oubliait les bonnes manières et reprit, cherchant une spatule.

"Ooh ! Tu veux boire quelque chose ? Je pense qu'une boisson chaude ira parfaitement pendant la dégustation mais en attendant, tu veux un verre ? Nous avons quelques bouteilles si tu en as envie ! n'hésite pas à me demander, c'est offert par la maison !"

Elle lâcha un petit rire et s'approcha du meuble pour l'ouvrir, regardant les étiquettes des différentes boissons présentes. Elle hésitait entre un verre d'alcool pour se requinquer ou une limonade pour reprendre du tonus. Tout en contemplant tout ça, elle tendit l'oreille vers Aldrick, toujours devant le livre de recettes.

hrp:
 

_________________



♥♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1947
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 30
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]   Jeu 27 Sep - 12:44

La simple évocation d'un « cake aux cheveux » avait suffi à arracher à Aldrick une comique grimace des plus dégoûtée, en plus d'un horrible frisson.

- Erk. Non, merci. Sans moi. Vraiment. À choisir, je préfère tes yeux. ~

Si le « cake aux yeux » ne le tentait en réalité guère plus, il ne pouvait nier que Valentine en avait de très beaux. Assez probablement pour donner envie à un homme de la dévorer. Il s'interrogeait d'ailleurs sur le sujet. Depuis quelque temps, il semblait flotter autour d'elle cette aura singulière des femmes amoureuses. Mais sa connaissance en amour étant plus que limitée, le loup noir ne voulait pas prendre le risque d'une gaffe sans avoir de réelles certitudes. D'autant qu'ils auraient probablement le temps d'en discuter à un moment plus opportun de la soirée.

Sa bouille lui arracha néanmoins un léger rire, tandis qu'il glissait :

- Allons ne me regarde pas comme ça. Tu sais bien que je suis un commissaire monstrueux et que tu as un des regards les plus envoûtants de la capitale. C'en est presque criminel d'ailleurs de le masquer par moments !

Si le ton était léger, Aldrick n'en était pas moins sincère et il ne doutait pas que c'était en partie grâce à ses beaux rubis hypnotiques que la demoiselle parvenait parfois à arracher des informations cruciales à bon nombre de ses sources. Lui compris.

- Une chance pour toi que je ne puisse pas t'arrêter pour un motif de ce genre. Il lui tira la langue par jeu. Même si je ne doute pas que Billy serait en-chan-té de pouvoir te parler toute la journée plutôt que de travailler. ~

Un sourire trop grand pour être innocent étira ses lèvres à cette idée. Ce, même s'il se doutait bien que Billy hébergerait bien plus volontiers la rouquine dans son propre bureau plutôt qu'en cellule juste pour pouvoir travailler et lui parler en même temps. Si tant est qu'il y parvienne jamais. Secouant la tête pour chasser cette pensée, il replongea dans le livre et ajouta plus sérieusement :

- Mais en attendant que tout ça se réalise, concentrons-nous sur le gâteau. Pour commencer... Je veux bien t'emprunter un tablier, s'il te plaît.

Machinalement, il fit tourner les pages de l'ouvrage, s'attardant sur une des recettes sélectionnée. Du bout des doigts, il caressa le papier granuleux de la photographie : elle était particulièrement alléchante.

- Celui-ci me semble bien, il n'est pas très dur et devrait nous laisser le temps d'en faire un deuxième. Ou peut-être quelque chose de plus léger ? Ça te dirait de préparer des muffins ? Je doute qu'on puisse manger deux gâteaux entiers ce soir, même avec l'aide de tes parents. Alors que si on fait un gâteau et des muffins...

Un amusement certain perlait dans sa voix. Les Lefevre étaient toujours enclins à aider, mais manger autant en une soirée, c'était peut-être trop ambitieux.

- Comme ça, au pire, tu en auras encore pour demain. Je suis sûr que Gaspard le vivra très bien si tu partages avec lui en prime. ~

Il lui fit un clin d’œil tout en se rapprochant, écoutant sa réponse avec intérêt, il en profita pour détailler les bouteilles qu'elle lui proposait. Ajoutant une fois qu'elle eu fini de parler :

- Je veux bien un verre de vodka, s'il te plaît. Merci.

Reportant son attention sur les feuillets qu'il avait entre les mains, l'agent tiqua en lisant quelques lignes, froissant même la feuille sans le vouloir sous la surprise. Il en parcouru frénétiquement les lignes et sentit son cœur s'affoler dans sa poitrine, tandis qu'il interrogeait très lentement, sans parvenir à masquer une certaine crainte :

- C'est toi qui couvres l'incident du cirque du Strano alors ? Tu as réussi à regrouper des témoignages recueillis par ton collègue ? Je l'ai vu là-bas. Comment s'appelle-t-il déjà ? Tu sais, le grand brun, tout mince. Le binoclard qui râle tout le temps, hum... Auguste ? Augustin ?

Il laissa un bref silence se coucher entre eux, avant de préciser :

- J'étais dehors quand on a tiré. Mes sœurs m'ont raconté. Elles en étaient toutes chamboulées.

Son regard se visa dans le sien et lentement, comme s'il risquait un retour de flamme, il s'enquit avec précaution, tout en se rapprochant encore, de crainte qu'elle ne se sente mal :

- Tu étais sous le chapiteau toi aussi ?

Surveillant sa réaction comme le lait sur le feu, Aldrick était prêt à tout lâcher pour la soutenir au besoin. Vu l'impact que cela avait eu sur Élise et sur ses sœurs, il s'attendait au pire, même avec Valentine.


Spoiler:
 

_________________
Loup y es-tu ? :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]   

 

Une entrevue chocolatée [pv Aldrick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» Une entrevue inopiné [FB 1624, 2 semaines]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rues & boulevards :: Commerces :: Librairie Au delà du miroir-