Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Une fois n'est pas coutume [suite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Langevin
Le Chevalier Roux
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 18/05/2018
Localisation : Sur le terrain

MessageSujet: Une fois n'est pas coutume [suite]   Mar 13 Nov - 13:28

Suite de ce topic


A peine le fiacre s'était-il ébranlé que je m'étais endormi. Le trajet était court mais ces quelques minutes de sommeil m’aidèrent à reprendre un peu d'énergie. Le réveil fut néanmoins brutal car le chauffeur immobilisa brusquement son véhicule. Je tombais sur mon ami et me réveillais à genoux sur le sol, devant lui… Mes yeux s'ouvrirent donc à quelques centimètres des boutons de son pantalon. Mes pensées inavouables revinrent aussitôt m'habiter. Je m’écartais et levais mon regard, gêné, vers le sien… Mais en chemin, je ne pouvais ignorer les dentelles et les frou-frou de sa chemise et je me mis à rire. Quelle pair nous formions !

Aussi souplement que possible, je me relevais, payais la course et guidais mon ami tout en m'appuyant sur lui pour marcher. Devant la grande porte, je sorti mes clés pour déverrouiller et le précédais dans le hall. J'avais un peu retrouvé du poil de la bête. Enjoué et spontané, comme à mon habitude, j'allais cogner à la loge du concierge et lançais à travers le panneau de bois :

« Ernest, je suis rentré. Vous avez quelque chose pour moi ? »

Je n'attendais rien de spécial mais j'avais été absent trois jours, un courrier ou un message avait pu arriver pendant ce temps. La porte s'ouvrit et l'homme sorti. Les cheveux grisonnants mais encore bien énergique, Ernest était un concierge agréable.

« Oh ! M'sieur Billy, je suis content que vous soyez là, ça m'inquiète toujours quand vous disparaissez plusieurs jours... »

S'inquiétait-il pour la sécurité de l'immeuble dont il me croyait responsable en ma qualité d'agent de police ou se tourmentait-il réellement pour la mienne lors de mes missions, je l'ignore.
Il m'indiqua qu'il n'avait rien reçu à mon intention en mon absence et commença à enchaîner sur les potins quand son regard se posa derrière moi et qu'il s'immobilisa brusquement. Je me tournais à demi pour voir ce qui le surprenait et croisais le regard d'Ashton. Comment Ernest n'avait-il pas remarqué cette grande gigue avant ? Mais je réalisais aussitôt que c'était son accoutrement et non sa présence qu'il venait de repérer. J'explosais de rire.

« C'est une bonne histoire, ça, Ernest, je te raconterai, tu verras… Ash est un ami, je vais lui prêter d'autres vêtements, justement... »

Il allait falloir que j'invente une aventure rocambolesque à ajouter aux potins de notre concierge si je ne voulais pas que des rumeurs gênantes courent sur moi… Pas que je puisse en être gêné mais je ne voulais surtout pas incommoder mes propriétaires, cet appartement était trop bien placé pour que je risque d'en être expulsé. Mais pour l'instant, j'avais beau avoir retrouvé mon énergie, mon cerveau n'était pas aussi vif qu'à mon habitude et aucune excuse à la tenue d'Ashton me venait à l'idée. Je nous éloignais donc vers l'escalier. Avant de refermer sa loge, Ernest, qui avait retrouvé sa jovialité, me lança :

« Pas sûr que le velours prune lui aille davantage, M'sieur Billy... »

Mon rire raisonna dans le hall alors que nous avancions vers l'escalier. Je m'y élançais tranquillement et m'immobilisais net au bout de quelques marches. Surpris, je me retrouvais bloqué là, à reprendre mon souffle, les jambes douloureuses. La fatigue physique m'avait rattrapé, l’ascension allait prendre plus de temps que prévu. Je jurais.

« Sacrebleu ! Il va falloir que je ralentisse le pas… Tu peux passer devant si tu veux, c'est au deuxième. »

Puis, après avec ralenti mon rythme cardiaque, je me remis à gravir les marches.
Il me fallut quelques minutes et plusieurs pauses pour arriver au bon palier et j'indiquais la porte de mon appartement à Ash avant d'y entrer la clé. J'hésitais un instant. Ashton avait déjà eu l'occasion de voir mon bureau au commissariat une ou deux fois, il ne serait donc probablement pas surpris de retrouver chez moi un peu de désordre mais je ne me souvenais plus dans quel état j'avais laissé l'appartement avant de partir en mission. Mon hésitation ne dura pas, je n'avais pas besoin de faire semblant d'être un homme sérieux et organisé devant lui…

Cette fois, je le laissais me précéder pendant que, par habitude, je déverrouillais le coffre caché dans le placard de l'entrée pour y entreposer mon arme, mon insigne et mon porte feuille. L'emplacement du coffre avait été réfléchis de telle sorte que, le placard ouvert, il était invisible depuis la pièce principale. Je n'avais donc aucun besoin de prendre des précautions particulières. Je n'y pensais d'ailleurs même pas, m'adressant à Ashton en pendant ma veste et jetant mes chaussures dans le placard :

« Tu peux laisser le chemisier sur une chaise, n'importe laquelle. Ma penderie est dans ma chambre, c'est la porte du fond, tu devrais trouver ton bonheur. Je dois même avoir des débardeurs comme tu les aimes quelque part... »

Puis, entrant à mon tour dans le salon, je me dirigeais vers le guéridon pour en sortir deux verres et une bonne bouteille de rhum. Je versais le liquide ambré pour nous deux et le humais avec délectation. Laissant là la bouteille, je déposais les verres sur la table basse et me laissais tomber dans le canapé après avoir desserré la boucle de ma ceinture. Je défis les trois boutons les plus hauts de ma chemise et m'offrir un soupire d'aise :

« Ah ! Quel bonheur d'avoir des coussins et un bon rhum ! »

Je fermais les yeux, ce qui était une grosse erreur dans mon état : je n'allais pas tarder à sombrer dans le sommeil.

_________________
Fiche de présentation - Relations - Demandes de RP
J'écris en #ff6600
Hop !:
 
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une fois n'est pas coutume [suite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» De la Coutume Poitevine (Archives)
» Il était une fois... Carrefour!
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rues & boulevards :: Habitations :: Chez Billy-