Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Ven 31 Mai - 0:34

C'était assez étrange de parler de ces choses-là avec Aldrick, même s'il était son meilleur ami. En fait, ce n'était pas tant la personne qui comptait, mais simplement le fait de parler amour avec quelqu'un. C'était un sujet d'habitude totalement tabou pour un prêtre et Nathanaël avait longuement hésité avant de se confier au commissaire. Néanmoins, il en avait vraiment éprouvé le besoin, toute cette histoire le faisait trop souffrir et il n'avait tout simplement plus pu garder tout ça pour lui. Alors qui était le mieux placé pour entendre ça qu'Aldrick ? Certes, son ami n'était pas vraiment connu pour ses histoires d'amour, mais au moins, Nathanaël savait qu'il n'allait pas le juger et qu'il l'écouterait quoiqu'il advienne. Il ne s'était pas trompé. Toutefois, il ne s'était pas du tout attendu à une telle réaction de sa part lorsqu'il lui avoua qu'il était amoureux de Walter. Le commissaire s'était levé, totalement éberlué et semblait essayer de comprendre, d'assimiler cette révélation. Pourquoi se mettait-il dans un tel état ? Inutile de dire que le principal concerné ne comprenait pas du tout et l'espace de quelques instants, la réaction d'Aldrick lui fit même de la peine.

Il lui avait ouvert son cœur, il lui avait tout dit et pourtant il réagissait de cette façon ? En quoi était-ce si choquant ? Outre le fait que Walter soit un homme, évidemment...Savait-il quelque chose à son sujet que Nathanaël ignorait ? Après tout, un commissaire, ça avait forcément pas mal d'informations sur un peu tout le monde. Peut-être que son ami avait vu l'expression peinée du prêtre car il finit par se rasseoir, un peu calmé. Le brun se mordilla la lèvre. Que s'était-il passé, là ? Il secoua lentement la tête, essayant de ne plus y penser. Il lui avait tout dit ce qu'il y avait à dire...et même s'il ne se sentait pas encore vraiment lui-même, il finit par demander à son ami où il en était côté amour. Et là, le Nathanaël que tout le monde connaissait refit surface. Car quand Aldrick parlait de June, son visage s'illuminait et on aurait presque dit un gamin amoureux. C'était mignon et tellement improbable ! Lui qui connaissait le commissaire depuis un certain temps maintenant, ne l'avait jamais vu ainsi.

Le jeune homme l'écouta, un grand sourire aux lèvres, ne voulant surtout pas l'interrompre. C'était sans doute la première fois qu'il se confiait ainsi à lui. Non. Qu'ils se confiaient ainsi l'un à l'autre. Ils venaient de passer un nouveau cap dans leur amitié, c'était certain. Nathanaël se souvint alors de June, ne lui ayant vraiment parlé que lors de la soirée - catastrophique - au Lost Paradise. Elle l'avait giflé...et l'avait appelé à la raison. Un moment très embarrassant que le prêtre préférait oublier... Il chassa rapidement ces pensées de son esprit et posa une main sur celle d'Aldrick lorsqu'il eut terminé son petit récit.

"Félicitations, mon ami. Je pense que tu es amoureux. Et pas qu'un peu."

Il souriait bêtement à présent et tira même la langue à Aldrick, anticipant déjà sa réaction.

"Tu devrais te voir quand tu parles d'elle. Un vrai gamin !"

Il se mit à rire doucement, puis il enleva sa main, ne quittant toutefois pas le commissaire du regard.

"Tu lui as parlé de tes sentiments ? Si tu ne l'as pas fait, tu devrais."

Connaissant son ami, il ne l'avait certainement pas fait et mettrait sans doute longtemps avant de le faire. S'il le faisait un jour... Mais maintenant que Nathanaël était au courant, il ne le lâcherait pas de si tôt. Il pouvait se le permettre, c'était son meilleur ami et puis, personne n'allait le juger, lui. Après tout, il était un homme qui aimait une femme. Et il était commissaire et n'avait donc fait aucun voeu de célibat quel qu'il soit. Les choses étaient bien plus faciles pour lui.
Le jeune homme poussa un petit soupir. Il devait se reprendre ! Cependant, la réaction d'Aldrick ne lui sortait pas de la tête... Il devait savoir !

"Dis-moi...pourquoi as-tu réagi de la sorte tout à l'heure ? Tu sais quelque chose à propos de Walter que j'ignore ?"

Il ne se doutait même pas à quel point il était dans le vrai. Même s'il était bien loin de se douter de la véritable raison de la réaction de son ami...

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Ven 31 Mai - 12:41

Alors que son meilleur ami le déclarait officiellement amoureux, Aldrick se sentit rougir considérablement et détourna un peu les yeux. Bien sûr c'était loin d'être un secret pour lui, il y avait bien longtemps qu'il s'était rendu compte de cela mais se l'entendre dire de visu si franchement et innocemment l'avait surpris. Il ne s'y était pas attendu et pour le coup, il s'en trouvait gêné. S'apprêtant à répliquer malgré tout, se retournant vers Nath d'un geste vif, puisque même en chassant le naturel, il revenait au galop. Il fut si désarçonné qu'il lui tire la langue en l'ayant vu venir qu'il ne répliqua finalement rien, se contentant de lever les yeux au ciel par dépit. A sa réplique suivante il fit d'abord une grimace et s'écria plus pour la forme que par réelle contrariété envers l'exorciste:

-Oh ça va hein!

Il eut un mouvement de recul furtif devant l'idée qui traversa ensuite l'esprit de son vis à vis et l'inquiétude passa au fond de ses yeux dorés, son cœur s'emballant plus que de raison, il baissa les yeux et sembla soudain attristé.

-Me déclarer? C'est impossible Nath'... Remontant légèrement le visage vers son ami, il afficha un sourire contrit ...Et je ne dis pas ça uniquement à cause de mon adresse maladive et légendaire concernant les femmes...

Il laissa un temps le silence les entourer et poursuivit d'une voie douce.

-Tu sais à force de la regarder lors des représentations, ou dans un quotidien où elle ignorait même jusqu'à mon nom, je sais que son cœur est déjà pris. A quoi me servirait de le lui avouer sinon à la mettre dans l'embarras puisqu'elle en aime un autre?

Il se redressa un peu et croisa ses doigts entre eux.

-Si elle est heureuse, pourquoi briser ce sourire? Crois moi, j'en ai eu envie, des centaines, que dis-je? Des milliers de fois! Je ne compte plus les scénarios improbables où j'imaginais un peu de ce quotidien simple qu'ont les gens à deux. Mais au fond...Je sais bien que c'est impossible. Je suis flic, j'ai des horaires impossibles, et elle...

Il n'acheva pas, l'air bêta qui s'imprima sur son visage disait déjà tout le bien qu'il pensait de la belle. Il descendit ensuite de son petit nuage et retrouvant un semblant de contenance, déclara avec une philosophie que peu lui connaissaient, secouant la tête pour chasser ses utopies.

-Est-ce étrange de penser que je préfère qu'elle soit heureuse tout court? Même si ça signifie que je ne ferais pas partie de sa vie? Probablement...mais je ne veux pas qu'elle perde un jour, même pour un temps infime, une once de ce bonheur parce qu'elle aura pitié de moi.

Il se tût un instant et avec un sourire sarcastique, presque mauvais plongea son regard dans celui de son ami.

-L'orgueil me perdra.

L'agent sorti de quoi allumer une cigarette et entendant Nath' soupirer il s'apprêtait à ranger le tout mais la question qui parvint jusqu'à ses oreilles le laissa coi de surprise.

*C'est vrai que ce n'était pas très naturel comme réaction! Il m'a eu là! Je ne m'y attendais pas à celle-ci*

Son esprit reprit la gymnastique habituelle des situations à gérer rapidement, urgence oblige, les options étaient restreintes: lui avouer la vérité? Improbable et impossible. Ce n'était ni à lui de le faire, ni une bonne chose qu'il apprenne tout ça ainsi. Lui mentir? L'agent s'y refusait. Pas à Nath'. Il n'aimait pas ça. Si à son meilleur ami, il ne pouvait pas dire ce qu'il pensait sincèrement, que resterait-il après l'amertume?

D'un geste lent, il monta ses yeux dorés vers le prêtre et après avoir ranger ses affaires, passa une main dans ses cheveux l'air gêné.


-Ecoute, je sais que ce n’était pas très... Il chercha un mot qui conviendrait pour apaiser le tout mais s'arrêta finalement sur quelque chose de banal: sympa de réagir comme ça. Je comprends que ça t'ai troublé, et je te prie d'accepter mes excuses mais... Un soupire s'échappa des lèvres du brun ...ça m'a vraiment beaucoup surpris. Je ne pensais pas que c'était quelqu'un du Lost. De surcroît ce magicien. Vous êtes si...différents. Le mot était lâché. Ce n'est pas un mal loin de là attention, il leva les doigts comme pour retenir son attention, juste que, je pensais que tu serais plutôt attiré par quelqu'un de...plus calme. Walter est exubérant et farceur. Je pensais que tu te tournerais d'avantage vers une personne qui partagerait ton amour pour le divin. C'est tout.

Aldrick eut un sourire contrit. Il n'y avait là rien de faux, même s'il ne pouvait se résoudre à répondre plus explicitement à cette question épineuse. Nathanaël lui en tiendrait-il rigueur?

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 


Dernière édition par Aldrick Voelsungen le Ven 28 Juin - 14:51, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Ven 28 Juin - 10:36

C’était plutôt étrange de parler d’amour avec Aldrick. C’était peut-être même la première fois qu’ils abordaient vraiment le sujet, tous les deux et c’était pour le moins inhabituel. Toutefois, Nathanaël se sentait déjà mieux après s’être confié à son ami, même si certaines de ses réactions le laissaient un peu perplexe. Enfin, pour l’heure, il n’y fit pas attention et se concentra davantage sur le commissaire qui venait de lui avouer son attirance pour June. Quand il parlait d’elle, son visage s’illuminait et il avait un air parfaitement niais, ce qui fit sourire le brun qui n’avait pas vraiment l’habitude de voir son ami ainsi. Mais en même temps, il était vraiment heureux pour lui, heureux qu’il ait trouvé quelqu’un à aimer…enfin, si les choses avaient été aussi faciles. Car manifestement, les sentiments d’Aldrick étaient à sens unique, du moins, d’après les dires de ce dernier. Nathanaël fronça les sourcils et le regarda d’un air faussement réprobateur.

« Tu en es sûr ? Qu’est-ce qui te fait dire ça, au juste ? Je ne voudrais pas que tu finisses par regretter… »

Et surtout, il ne voulait pas que son ami passe à côté d’une belle histoire d’amour à cause d’un simple malentendu. Bien sûr, le prêtre ignorait à peu près tout au sujet de June, mais si Aldrick se trompait ? Si la jeune femme était libre comme l’air et peut-être même éprise du commissaire, elle aussi ? On ne savait jamais, après tout ! Oui, Nathanaël était quelque peu rêveur, mais où était le mal ?
Aldrick se lança ensuite dans un discours sur le bonheur de la demoiselle et son ami ne put s’empêcher de sourire. C’était mignon tout plein. Et très touchant. Le commissaire devait vraiment beaucoup l’aimer pour être prêt à renoncer à ses envies pour le bonheur de l’élue de son cœur. En même temps, Nathanaël aurait probablement fait la même chose à sa place. A ses yeux, le bonheur d’autrui comptait plus que tout et surtout, plus que son propre bonheur.

« Je comprends. Je suppose que j’aurais fait la même chose. C’est…mignon. Surtout venant de toi. »

Il lui tira la langue, signe qu’il était en train de le taquiner en bonne et due forme. Taquiner son meilleur ami…voilà sans doute l’une de ses occupations favorites !

« Donc non. Ce n’est pas étrange. T’en fais pas, je ne dirais rien ! »

Il ne put toutefois s’empêcher de repenser à June. Elle était venue le voir à Notre-Dame en pensant être possédée. D’un côté, Nathanaël avait envie d’en parler à son ami, mais de l’autre, il se disait que c’était probablement une très mauvaise idée. Aldrick n’avait pas besoin de ça pour le moment. Il n’avait pas besoin de se faire davantage de soucis pour June ou pour qui que ce soit d’autre, d’ailleurs. De toute façon, il ne pouvait rien dire. Secret professionnel oblige.
Ils en revinrent ensuite à Nathanaël et, plus précisément à Walter. La réaction étrange et un peu excessive du commissaire lorsqu’il avait appris l’identité de celui qui faisait battre le cœur du brun l’avait déboussolé et il avait du mal à comprendre. Ce fut donc tout naturellement qu’il posa la question à son ami. Ce dernier semblait hésiter, comme s’il cherchait le meilleur moyen de lui dire quelque chose de désagréable.

Finalement, il lui dit juste qu’ils étaient si différents et qu’il aurait cru que Nathanaël s’éprendrait de quelqu’un de plus calme, de plus posé. Il n’avait pas tort et tous les jours, le brun se demandait pourquoi son cœur avait chois quelqu’un comme ce magicien.

« Tu sais, ça m’étonne moi-même. Mais on ne contrôle pas ses sentiments. J’ignore pourquoi je ressens ces choses pour lui, mais elles sont bien réelles…Alors…Aly…s’il te plaît, ne me juge pas. C’est déjà si difficile pour moi… »

Il baissa les yeux et fixa ses mains posées sur la table pendant un moment. Pourquoi fallait-il que ce soit si compliqué ? Il poussa un petit soupir, puis il releva les yeux vers Aldrick en souriant. Il ne devait pas se morfondre à cause de ça.

« Je t’aime, Aly. Vraiment. Tu es le meilleur ami que j’ai jamais eu. »

Il lui adressa un sourire sincère, ses joues rougies à cause de ce qu’il venait de dire. C’était la première fois qu’il faisait une déclaration de ce genre à Aldrick et c’était vraiment très…bizarre.


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Jeu 25 Juil - 17:51

Spoiler:
 

Quand Nathanaël lui demanda de sa voix d'enfant triste de ne pas le juger, le commissaire haussa un sourcil un peu perplexe. Qu'avait-il donc dit qui laissait à penser cela? N'avait-il pas jusqu'à présent fait au mieux pour justement éviter de lui faire ressentir ça? Que désirait-il donc entendre pour qu'enfin il n'y plus aucun doute possible dans son esprit?
Parfois il n'arrivait pas bien à comprendre comment un homme capable d'une si grande foi face à un être totalement invisible dont aucunes autres preuves que les écrits rapportés et volontairement modifiés d'une époque révolue n'étaient plausibles -chassant de surcroît les démons en connaissance de cause- en venait à douter si rapidement de la profondeur de leur amitié. Il soupira et répliqua plus ardemment qu'il ne l'aurait voulu.


-Ecoute, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, tu es libre de choisir ce qui te plait et tu sais bien que quel que soit ton choix, je ferais au mieux pour te soutenir. Peu importe ce que tu as dit jusqu'à présent, ça ne change rien à notre amitié, d'accord? Devant l'absence de réaction du prêtre il déclara un peu courroucé: Que faut-il que je fasse pour que tu cesses ENFIN d'en douter?

Il attendit que son meilleur ami daigne répondre en se resservant mais la plaidoirie qu'il lui adressa n'eut pour effet que de le faire méchamment tiquer. Dépité, il écrasa sa cigarette dans le cendrier, baissa la tête pour l'enfouir dans sa main serrant s'en rendre compte le verre plus fort qu'il ne l'aurait voulu. Ce dernier se fendit sur toute sa longueur et lui resta dans la main.

-Mince! Une fine trainée rouge s'en suivit mais le lycanthrope n'y porta pas attention, déposant les vestiges du verre sur le bord de la table à côté de lui. Fronçant nez et sourcils à cause du bruit qu'il n'appréciait pas particulièrement puis leva les yeux vers l'exorciste, le priant de ne pas bouger, paniquer où il ne savait quoi d'autre. L'irritation se lisait sur ses traits et en dépit du ton doucereux de son vis à vis, il peinait à garder un semblant de calme.

-C'est rien, c'est rien. Un grognement et un juron lui échappèrent avant qu'il ne poursuive: Nath' je suis touché de savoir que je suis important pour toi, et je pense également que tu es mon meilleur mais fais-moi plaisir: ne redis plus jamais ça! Ces mots ce n'est pas à moi qu'il faut que tu les adresses. Le ton était sans appel, dur et froid, comme de la pierre, en écho avec ce regard glacial qu'il accordait à ceux qui selon lui avaient commis  des fautes graves.

Aldrick n'avait pas particulièrement de notion de la fidélité, et encore moins de celle de l'abstinence, bien qu'il y fut régulièrement contraint, mais il refusait d'entendre ça de la part de son meilleur ami. Pas pour lui, parce qu'il n'en avait cure de se l'entendre dire, mais parce qu'il avait bien assez arpenté toute l'Europe pour savoir qu'il y avait de pair avec ces mots, des sens cachés dont on ne pouvait se défaire avec aisance. Le lycanthrope ne voulait pas que cela puisse d'une manière ou d'une autre porter préjudice à l'exorciste.


-Imagines si quelqu'un avait entendu ça et qu'il allait le répéter partout? Comment aurais tu fais ? Crois-tu que les choses auraient pu s'arranger facilement si l'élu de ton cœur en avait eu vent, hein? Il soupira et secoua négativement la tête.

Il avait beau savoir que Nathanaël ne pensait pas à mal en agissant ainsi, s'il ne le lui en parlait pas qui le ferait? De surcroît concernant un sujet si tabou. il fallait faire preuve d'une grande vigilance s'il ne voulait pas que cela s'ébruite.


*En temps qu'exorciste cela devrait pourtant faire partie des bases de son enseignement, comment fait-il pour survivre?* Songea le brun en sortant un mouchoir pour le plaquer contre sa main. *Il est si insouciant parfois que ça en est éreintant*

-Bien, allons ailleurs, on a encore d'autres bars à faire tu te souviens? Lâcha-t-il l'air encore renfrogné. Il se leva. Laisses, c'est pour moi, je dois rembourser le verre de toutes façons. Tu n'auras qu'à prendre la prochaine.

Son sempiternel air ronchon affiché sur le visage, il gagna le comptoire nonchalement et paya.

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Dim 8 Sep - 4:55

Quel idiot il faisait. Vraiment. Il s'enfonçait,, il en était conscient et pourtant, il n'avait rien pu faire pour l'arrêter. A présent, il se sentait très con et se retrouvait face à un Aldrick tel qu'il l'avait rarement vu. Pour ne pas dire jamais. Doutait-il de leur amitié ? Non, ô grand jamais ! Sans doute s'était-il mal fait comprendre, oui, il ne voyait que ça. Alors, il secoua la tête, cherchant ses mots. Mais comment trouver les bons mots après une telle bourde ? Bah...

"Ce n'est pas ce que je voulais dire...je ne doute pas de notre amitié...mais je doute de beaucoup d'autres choses, comme tu le sais à présent..."

Il esquissa un petit sourire triste. Ah ! Tout ceci devait cesser ! Il devait retrouver sa bonne humeur et son sourire sincère, heureux ! Et puis, il voulait aussi dire à Aly à quel point il comptait pour lui. Il n'avait pas du tout pensé à mal en lui faisant cette déclaration car, après tout, ce n'était qu'une déclaration d'amitié. Toutefois, son ami réagit d'une façon totalement imprévue qui laissa le brun sans voix, voire choqué. Après avoir gardé le silence un long moment, le commissaire avait tout bonnement cassé son verre à force de trop le serrer. Et il s'était coupé par la même occasion. Nathanaël s'apprêtait à dire quelque chose, mais Aly l'interrompit avant, lui assurant que ce n'était rien avant d'enchaîner sur ce qu'il venait de dire.

C'était quoi ce ton ? Ce regard ? Inutile de dire que Nathanaël fut choqué par une telle réaction et il en eut un pincement au cœur. Certes, il connaissait bien son ami, mais jamais il ne l'avait entendu s'adresser à lui de la sorte. Il ne comprenait pas ce qu'il avait dit de mal, vraiment pas. Bon sang. Il ne devait pas se laisser démonter ! Mais c'était bien plus facile à dire qu'à faire. Pendant de longues secondes, il fixa ses mains posées sur la table, comme un enfant qu'on grondait parce qu'il avait fait une bêtise.

"Je suis désolé...Je ne voulais pas...Je..."

Il était au bord des larmes et du coup, il se sentit encore plus idiot. Mais la réaction d'Aldrick lui avait fait mal, bien qu'il faisait tout pour le cacher au maximum.

"Je disais ça en toute amitié...C'est juste...de l'amitié. On peut aimer les gens de différentes façons, non ?"

Après tout, on n'aimait pas sa famille comme on aimait un ami, on n'aimait pas un ami comme on aimait un amant et on n'aimait pas un animal comme un aimait une personne. Mais tout ça...c'était quand même de l'amour !
Bien sûr, il comprit ce que lui dit Aldrick ensuite. Si quelqu'un avait entendu, il aurait pu interpréter ses paroles d'une toute autre façon, une façon qui aurait pu porter préjudice au commissaire, mais également à lui-même. Il pourrait même y avoir un véritable scandale. Et ni l'un ni l'autre n'avaient besoin de ça, il en était conscient au fond. Mais ça ne l'empêchait pas de se sentir triste à cause de la réaction de son ami. Il secoua la tête pour chasser ces pensées de son esprit et suivit Aldrick au comptoir. Il se sentait toujours mal à l'aise quand quelqu'un l'invitait, mais cette fois, il n'osa pas protester.

Alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie, Nathanaël fit de son mieux pour retrouver sa bonne humeur et son sourire, mais c'était loin d'être facile. Pourtant, ce fut bien avec un grand sourire qu'il se plaça face au commissaire pour lui pincer le nez.

"Maintenant ça suffit avec cet air ronchon ! Ça ne te va pas du tout ! Et puis, tu fais peur à tout le monde comme ça !"

Il le lâcha et se remit à côté de lui avant de lever les yeux vers le ciel, l'air pensif. Et bien sûr, ses pensées étaient tournées vers Dieu. Tout comme ses nombreuses questions lui étaient adressées. Des questions qui, il le savait très bien, resteraient sans réponse. Il poussa un petit soupir, puis, il se mit à marcher dans une direction au hasard avant de s'arrêter et de se tourner vers Aldrick d'un air interrogateur.

"On va où, au fait ?"

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Lun 9 Sep - 19:35

Aldrick régla la note et soupira. Voilà qu'il s'emportait contre Nathanaël à présent. Peut-être que cette histoire de choix l'avait plus retourné qu'il ne l'imaginait ? Peut-être était-ce simplement parce qu'il s'inquiétait de le savoir épris d'un des rares démons du Lost ? Sans qu'il lui soit possible de lui confier quoique ce soit sur le concerné. Ce n'était pas à lui de le faire de toutes façons, mais il craignait de le voir plus attristé encore que par ces questions qui le tourmentaient. Il sortit, et lorsque Nath' vint se poster devant lui alors seulement il réalisa qu'il avait été trop brusque. Devant ce sourire factice auquel il ne croyait pas lui-même, l'agent senti son cœur se serrer, et le contact chaud de la peau du brun sur la sienne ne lui parut que plus oppressant. Pourquoi ne savait-il donc pas dire les choses simplement avec amabilité comme le commun des mortels ? Plus d'un Légendaire y arrivait alors pourquoi pas lui ?

Il détourna le regard, cherchant les mots justes, de longues minutes durant, en suivant le prêtre.


- C'est par là, on va au "QG" rappelles-toi. Ton corps connait le chemin par cœur, tu n'as même plus besoin d'y réfléchir c'est ça ? Le taquina-t-il en feintant d'avoir retrouvé un semblant de bonne humeur.

Ses iris dorés coulèrent sur l'allée grisâtre, un magasin de jouets à leur gauche pourtant égaillait un peu le tout, malheureusement les affiches placardées sur la façade opposée, passées, déchirées et défraichies par le temps n'avaient plus rien d'attrayantes, et conféraient à l'angle de rue, un air des plus parisiens.

Lassé de réfléchir il abattit finalement sa main sur la tête de son ami et glissa près de son oreille en se penchant:


-Je suis désolé. Pardon si je t'ai fait souffrir tout à l'heure. Tu es comme un frère pour moi Nath, alors je t'en conjure, fais attention à toi, d'accord ?

Son regard se fit supplique, mais il n'attendit pas de réponse, préférant fourrer ses mains dans ses poches et s'avancer plus en avant dans la ruelle. Le lycanthrope retint un bâillement et s'enquit alors que le prêtre levait vers lui son regard émeraude, en arrivant à sa hauteur :

- Je sais que tu ne pensais pas à mal en me disant tout ça tout à l'heure mais s'il te plait, ces mots que le monde entier s'arrache, garde les uniquement pour la personne que ton cœur a choisi, d'accord ? Je ne sais pas bien comment dire ça mais sinon j'aurais l'impression d'être malhonnête vis à vis de toi en les acceptant. Ces mots-là, il faut les dire uniquement pour un nombre très restreint de personnes. Si tu les emploie en amitié. C'est que tu ne parles déjà plus d'amitié.

Son regard se fit vague, un instant il eut un vague souvenir d'une demoiselle au teint pâle, et aux cheveux rouges contrastant grandement avec la neige qui l'entourait. Mais déjà elle n'était plus qu'une silhouette et il avait oublié son visage. Il ne restait d'elle dans l'esprit du brun, que le sentiment confus qu'il valait mieux ne pas faire souffrir l'autre par ce genre de déclarations.

La rue s'agrandit, se vit plus bondée et un cab les frôla lentement, pour contourner un embouteillage. Le lycanthrope fronça les sourcils, il y avait eu l'espace d'un instant une odeur qu'il connaissait bien, une odeur qui n'aurait pas dû se trouvait là, mais il n'arrivait pas à savoir ce qu'elle lui rappelait exactement. Il se retourna mais ne vit personne derrière eux, juste un chien qui s'étirait mollement et qui eut pour toute réaction à son encontre une langue pendante. Il secoua négativement la tête et reporta son attention sur la rue. On se regroupait près de l'hôtel de ville. Là, des gens du voyage redoublaient d'habileté pour un numéro de clowns et de jonglerie. Certaines femmes chantaient tandis que d'autres tapaient dans des tambourins. La foule semblait conquise.


- Eh bien, y'a de l'animation par là. Tu veux qu'on aille voir ?

Le brun n'était pas complétement sûr d'avoir réussi à se faire pardonner mais il savait que certaines choses prenaient du temps et puis si ça n’allait pas à Nath, il espérait tout de même qu'il soit encore assez grand pour le lui dire de visu. Après tout s'il avait besoin d'évacuer, crier à plein poumons restait selon lui une des méthodes les plus basiques et qui -au fil des années- avait fait ses preuves. De même que la boxe. Même s'il imaginait mal que l'exorciste en vienne à cette extrémité, quelques fois il se disait qu'une bonne bagarre n'aurait pourtant pas pu leur faire tant de mal que ça. Ca resserrait aussi les liens après tout. Les cris de stupeur de la foule s'intensifièrent.

- Tu es fâché ? Lâcha-t-il finalement entre soupir et crainte, devant l'absence de réponse apparente du brun. Tu préfères qu'on rentre ?

Il n'en avait aucune envie. Pour une fois qu'ils se voyaient, pour une fois qu'ils pouvaient partager un peu de temps sans obligation professionnelle, pourquoi fallait-il que les choses tournent ainsi ? Aldrick plaqua lentement une main sur le bas de son visage, réfléchissant à comment inverser la tendance, puis il sortit de sa poche sa boite de chocolat et lui en tendit.

- Tu sais je crois que tu te prends vraiment trop la tête avec des questions auxquelles personnes ne peut répondre.

Il y avait mieux en matière de transition pour se faire pardonner mais là, pour le commissaire il n’y avait plus rien à faire : il avait épuisé son stock de sujets en dentelle, il ne lui restait plus que les propos francs qui fâchent les plus sensibles.

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Dim 17 Nov - 15:54

Nathanaël ne savait pas trop penser de ce qui venait de se passer entre son ami et lui, mais une chose était sûre: il se sentait idiot et même un peu mal à l'aise. Sans parler du fait qu'à présent, il s'en voulait d'avoir raconté tout ça au commissaire. Ce n'était pas qu'il ne lui faisait pas confiance, au contraire, mais il avait peur d'avoir rajouté des soucis à ceux déjà existants. Nul doute qu'il avait déjà bien assez à faire comme ça et il n'avait pas besoin de s'inquiéter pour lui en plus. Néanmoins, un ami était aussi là pour écouter quand on se confiait à lui, non ? Enfin, il n'avait plus envie d'y songer. Il avait eu son lot de désarroi pour la soirée, à présent, il voulait juste profiter un peu. Bien sûr, il ne comprenait toujours pas pourquoi Aldrick s'était emporté de la sorte, mais il ne reviendrait pas là-dessus, inutile de rajouter de l'huile sur le feu.

Et puis, c'était quoi, ça ? Il lui demandait de faire attention ? Le suppliait presque ? Nathanaël le regarda un instant avec des yeux ronds. Il n'entendait pas souvent son ami lui dire des choses pareilles. Lui cacherait-il quelque chose ? Non, c'était ridicule. Il fit la moue et repoussa la main de son ami à la façon d'un gamin qui boudait parc qu'il ne voulait justement pas être traité comme un gamin, puis il esquissa un petit sourire.

"T'en fais pas pour moi."

Après tout, s'il ne savait pas faire attention à lui, voilà bien longtemps qu'il ne serait plus de ce monde. Il avait affronté plus d'un danger et s'en était toujours sorti. Certes, il était conscient qu'un jour, sa chance pourrait tourner, mais pour l'heure, la question ne se posait pas vraiment. Il continua à marcher aux côtés du commissaire, l'écoutant en silence. Non, il ne comprenait toujours pas pourquoi il se mettait dans de tels états, mais il décida de ne plus aborder le sujet. Alors, il ne dit rien et observa les alentours d'un air curieux.
Ils finirent par entendre des applaudissements, des cris et autres manifestations de joie et d'enthousiasme. Aldrick proposa d'aller voir ce qui avait l'air d'être une joyeuse troupe d'artistes, ou quelque chose du genre.

Nathanaël se dirigea lentement vers l'endroit avant de s'arrêter en entendant la voix de son ami. Fâché ? Il se tourna vers lui, sourcils froncés et mains sur les hanches.

"Je ne suis pas fâché, monsieur ! Il m'arrive de ne pas parler, vous savez !"

Il leva une main pour venir toucher le bout du nez d'Aldrick, puis il tira la langue d'un air taquin.

"Arrête de t'en faire ! Tout va bien ! Profitons plutôt du spectacle !"

Mais pas avant d'avoir pris un chocolat offert par son ami, chocolat qui fut immédiatement dévoré, cela allait de soi. Il se rapprocha ensuite de la foule et observa le spectacle, des étoiles plein les yeux. Dès qu'il voyait quelque chose du genre, Nathanaël était comme un gosse. Il ne lui fallait pas beaucoup pour être émerveillé et puis, il n'y avait rien de mieux pour se changer les idées.

"C'est trop bien ! Regarde-le, lui !"

Il pointa son index en direction d'un acrobate qui exécutait des figures plus ou moins compliquées sous les regards ébahis ou émerveillés des spectateurs. Une fois le numéro fini, Nathanaël se mit à applaudir comme un fou, un grand sourire aux lèvres. Sourire qui disparut d'un coup lorsque son regard se posa par hasard sur un enfant courant après un ballon en pleine rue, alors qu'une voiture lui fonçait droit dessus. Le cocher ne l'avait sans doute pas vu. Merde ! Sans hésiter davantage, le jeune homme sprinta vers l'enfant, bousculant tout le monde au passage, et plongea littéralement sur le garçon pour le pousser hors de la trajectoire du véhicule, véhicule qui les loupa de peu, tous les deux. Ils tombèrent lourdement sur les pavés, Nathanaël ayant protégé l'enfant de son mieux.

Un peu sonné, il se redressa et lâcha l'enfant qui semblait être indemne. Il trouva encore le temps de le sermonner et de lui dire de faire plus attention avant que sa mère n'accoure, affolée. Elle remercia mille fois Nathanaël avant de repartir avec son enfant. Nath poussa un soupir et se massa le bras droit. Il s'était fait un peu mal en chutant, mais ce n'était rien de grave, il avait vu pire.

"C'était moins une..."

Vous avez besoin d'un héros ? Appelez le 3615 Nath !

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Lun 13 Jan - 11:58

Le lycanthrope afficha un air surpris puis sentit un poids s'envoler de sur ses épaules tandis qu'il lâchait, soulagé :

- Tant mieux alors.

Comme demandé, il se délecta du spectacle, acquiesçant au propos du religieux, affichant un air étonné devant les prouesses des artistes de rue, soulevant machinalement son chapeau en haussant les sourcils pour exprimer sa stupéfaction. Mais cela ne dura pas. A peine eu-t-il cligné des yeux devant l'apparition d'un animal aux grandes oreilles sorti d'un chapeau, que son meilleur ami courrait à perdre haleine en le plantant là. D'abord, Aldrick cru qu'il avait une phobie inconnue vis à vis des lapins, puis il se souvint qu'ils en avaient déjà côtoyé à l'orphelinat, et c'est sans réfléchir d'avantage qu'il s'élança à sa poursuite, se demandant quelle mouche l'avait piqué. Un instant il le perdit à travers la foule dense et craignit de ne plus le revoir. Avait-il été trop méchant auparavant ? N'avait-il pas prétendu que tout allait bien pour ne pas éveiller les soupçons ?

Enfin il reconnut la silhouette du prêtre, pile au moment où la voiture passa, il hurla son nom comme jamais, mais c'était hélàs trop tard !

*Nath ! Non pas ça !*

Aldrick ferma fort les yeux, désemparé, tentant de se convaincre qu'il faisait un mauvais rêve. Puis après quelques secondes où il craignit le pire, le commissaire le vit près d'une femme. Se relevant en déposant l'enfant craintif au sol, qui ne semblait pas vouloir le lâcher, tant la peur lui avait fait monter les larmes aux yeux. Le commissaire soupira de soulagement.

*Il est vivant !* Se dit-il sans pouvoir s'empêcher de sourire, tandis que la mère remerciait pour la énième fois Nath, d'avoir empêché son fils de se faire écraser, jurant qu'elle serait plus attentive à sa présence à l'avenir.

Une vague de colère monta en lu, aussi rapidement et violemment que le désespoir l'avait envahi plus tôt. Arrivant derrière Nathanaël, il lui assena un violent coup sur le crâne et plaça ses mains sur ses hanches, l'air irrité.


- BON SANG ! MAIS ÇA VA PAS ? T'ÉLANCER COMME ÇA DEVANT UN CAB A PLEINE VITESSE ! TU AS PERDU LA RAISON OU QUOI ? EST-CE QUE L'IDÉE MÊME DE MOURIR T'A TRAVERSÉE L'ESPRIT ? TU AURAIS PU Y RESTER ENFIN ! ABRUTI !
Il fronça les sourcils, bien sûr il savait parfaitement pourquoi Nathanaël avait agi ainsi, mais il avait eu peur pour lui. Irrité, il croisa les bras sur son torse, se faisant violence pour ne pas le saisir par le col et remettre une couche, il préféra soupirer quelques secondes plus tard. Alàlà ! Mais qu'est-ce que je vais faire de toi, hein ? Je sais que tu es un Supernath, mais c’est pas une raison pour me faire une peur pareille !

L'agent esquissa un demi sourire, tandis qu'au fond de ses yeux dorés paraissait une lueur de crainte, qui ne semblait pas vouloir s'estomper. Frustré, il finit par fixer l'horizon et lâcha de but en blanc :

- Enfin sans toi ce gosse aurait sûrement passé l'arme à gauche...

Il n'en dit pas plus. Il aurait voulu pouvoir le féliciter sincèrement de n'avoir écouté que son courage, pour empêcher un drame. Le traiter en héros qui défendait la veuve et l'orphelin. Il aurait voulu. Vraiment voulu. Mais son orgueil faisant barrage, renouant avec ses pires craintes, ne permettant pas de calmer les battements de son cœur ; aussi, il se contenta d'un nouveau soupir et fourra ses mains dans ses poches pour en sortir une cigarette et l'allumer aussi sec. Tant pis si ça faisait rager le prêtre, là pour le coup, il avait besoin de décompresser. Suite à quoi, il passa son bras autour de l'épaule de son ami et se pencha vers lui :

- Bon j'espère au moins que tu vas payer le champagne après un coup pareil ! Il lui tira la langue sans attendre de réponse, tentant de paraitre naturel et plus serein, avant de se redresser un peu pour l'entrainer sans lui demander son avis vers le QG.

- Tu sais si...

*"Si tu venais à disparaitre, je ne sais pas ce que je ferais" ? C'est glauque, je ne peux pas lui dire ça !*

- Si…Tu dérogeais à ton habituel verre de vin, je pense qu'un petit verre de téquila frappée ne te ferait pas de mal pour une fois ! Après ce genre de...d'aventures, mieux vaut boire quelque chose qui réchauffe. Bon peut-être pas obligatoirement de la téquila, tu auras l’embarras du choix après tout ! Et puis, ça fait longtemps que tu n'as pas chargé la mule en plus ! Tu es trop sage, Nath, tu devrais essayer de te lâcher d'avantage ! Enfin, c'est vrai que ce soir, de ce côté-là, tu as déjà donné pas mal mais bon. Ceci étant, se serait bête de s'arrêter sur pareille lancée ! Bon, faut pas non plus passer la soirée au trône. Enfin, tu vois ce que je veux dire, non ?

Bizarrement, il se sentait un peu comme un gamin pris en faute, parce qu'il essayerait de transmettre à un proche un message détourné, sans y parvenir. Le policier fit la moue, le tremblement de ses mains ne semblait pas vouloir cesser, et pour couronner le tout, il avait l'impression d'avoir les deux pieds dans le même sabot pour changer...

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Lun 20 Jan - 19:01

Nathanaël n'avait pas réfléchi avant de s'élancer devant ce cab. Il n'avait pensé qu'à l'enfant, il n'avait voulu que le sauver, ne pensant pas à sa propre vie. De toute façon, quand on le connaissait un peu, on savait qu'il mettait toujours la vie des autres avant la sienne, qu'il serait prêt à se sacrifier pour sauver la vie d'un autre. Il était comme ça et ça ne changerait probablement jamais. Du coup, il n'avait jamais vraiment pensé à ses proches - ses amis donc - et à ce qu'ils pouvaient ressentir en le voyant dans de telles situations. Peut-être que la réaction d'Aldrick le ferait réfléchir un peu. Oui, peut-être. Néanmoins, il n'était pas prêt à changer non plus car sinon, ce ne serait plus vraiment lui. Et puis, il avait agi instinctivement.

Aussi lorsque son ami le frappa avant de carrément lui crier dessus, le jeune homme le regarda avec de gros yeux avant de se sentir rougir d'embarras. Qu'est-ce qui lui prenait ? Il n'avait jamais vu le commissaire dans cet état-là. C'était...étrange. Et en même temps, ça le touchait. Car cela montrait qu'il tenait à lui et qu'il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose de mal. Comme si ce qui venait de se passer à l'instant était la seule fois où il avait risqué sa vie. Son deuxième métier était dangereux et il pouvait y laisser la vie tous les soirs. La différence étant sans doute qu'Aldrick était rarement là pour voir et pour se rendre compte du danger que l'exorciste encourait. Ce dernier porta les mains à son crâne et se mit à le frotter vigoureusement.

"Ouille...t'aurais pu y aller moins fort quand même !"

Il se sentait idiot. Il ne savait pas quoi dire. Il était embarrassé. Et en même temps, il avait envie de faire un gros câlin à Aldrick et de le remercier de s'inquiéter ainsi pour lui. Evidemment, il n'en fit rien. Il ne voulait pas se retrouver dans une situation similaire que tout à l'heure, lorsqu'il lui avait fait sa petite déclaration. Et puis, il se mit à rire doucement aux paroles suivantes du commissaire. Supernath, hein ? Il ne fallait pas exagérer non plus ! Il fixa un moment ses pieds, silencieux, comme un enfant pris en faute. Et à cet instant, il se sentait vraiment comme tel. Puis, enfin, il murmura quelques mots.

"Je suis désolé...je ne voulais pas te faire peur. Mais tu sais aussi bien que moi que je m'en serais voulu toute ma vie si je n'étais pas intervenu."

Il releva enfin les yeux vers Aldrick et lui adressa un sourire sincère, le tout en lui pinçant doucement le nez.

"Et puis, tout est bien qui finit bien. Inutile d'y songer davantage."

Aldrick l'entraîna ensuite vers le QG sans lui laisser le choix. Le tout en le faisant rougir par ses paroles.

"Arrête ! Je ne suis pas trop...sage. Mais je ne peux pas me permettre trop d'excès, tu le sais, non ?"

Quelle ironie quand on songeait à ce qu'il avait confié à son ami plus tôt dans la soirée. Néanmoins, il ne voulait pas penser à ça pour le moment. Il avait assez broyé du noir et il avait assez gâché l'humeur d'Aldrick avec ses histoires. Finalement, il poussa un soupir résigné alors qu'ils étaient presque arrivés à la taverne.

"Très bien, tu as gagné. Mais si je ne tiens plus sur mes jambes, c'est toi qui vas devoir me porter !"

Se lâcher. Vraiment se lâcher. Peut-être en avait-il besoin pour une fois. Et peut-être que cela lui ferait du bien. Ou pas. Tout dépendrait sans doute de l'état dans lequel il se retrouverait le lendemain.

"Tu sais que j'ai une messe demain matin, hein ?"

Apparaître devant les fidèles avec la gueule de bois ne ferait pas le meilleur effet. Et pourtant, cela ne le dissuada pas d'entrer au QG et de commander de la tequila, comme suggéré par le commissaire.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Jeu 23 Jan - 12:29

Le lycanthrope afficha une mine ravie en l'entendant discourir.

- Chiche ! Je te ramènerais et je te lèverais même s'il le faut ! Quitte à dormir sur un banc de messe ! A quelle heure est ton office demain ? Neuf heures ?

D'un geste de la main il salua le patron, et indiqua au barman de lui mettre la même chose. Lorsque ce fut fait, contrairement à son aversion pour l'agrume, il accepta le citron qu'on lui proposait et étala du sel sur sa main. Le commissaire avisa ensuite Nathanaël, et comme il en avait l'habitude : il mordit dans le citron, lécha le sel et frappa la téquila en tenant le verre de sa main droite, pour le boucher de sa main gauche, avant de le frapper d'un coup sec contre la bar ; pour finalement avaler la boisson d'une traite. Le breuvage lui descendit le long de la gorge, corsant d'avantage sa soirée. Les mélanges commençaient, alors mieux valait bien doser le tout. Cependant il ne se sentait pas de boire de l'eau immédiatement. A la place il s'accouda et avisa la carte.

*Ils ne l'ont toujours pas mis dessus ? Je crois qu'ils ne le feront jamais...*

Le barman les débarrassa, et encaissa immédiatement.

- Dis, tu peux nous mettre deux drapeaux mexicains stp ?

Le concerné eut un sourire entendu, acquiesça et revint avec deux shooters. Le premier rempli de téquila, le second de jus de tomate avec des épices variées, dont du Tabasco. Le tout à consommer dans le même ordre, la rondelle de citron trônant sur le verre de téquila, à croquer en premier lieu, le sel à ingurgiter ensuite, comme ils l'avaient fait précédemment. L'agent avisa son meilleur ami, une lueur de défi marquant son visage.

- Le dernier qui termine a un gage ! Ce n'était pas une question, Nath n'avait pas le choix, s'il voulait se lâcher, il fallait commencer par ça ! Luke, tu veux bien nous donner le départ stp ?

Le trentenaire tatoué et percé trois fois à l'oreille, derrière son bar, acquiesça dans un demi sourire, faisant naitre une fossette au coin de ses lèvres.

Luke était un de ses marginaux, à se contreficher de l'avis des autres sur son physique, du moment qu'il était heureux ainsi, cela n'avait guère d'importance. Le bar entier était d'ailleurs un peu calqué sur cette ligne de conduite, bien que la majorité des employés aient fait l'armée auparavant. La serveuse la plus populaire, s'affichait régulièrement avec une cascade de cheveux roux dégringolant jusqu'au bas des hanches, dont les pointes étaient teintées de noir, alors qu'une mèche blonde barrait son front. Etonnement, ce mélange déroutant lui conférait un côté élégant, accentué par un style peu commun : longues bottes de cuir, jupe sombre mi longue sans fanfreluches, chemise blanche, cravate pourpre et des yeux d'un vert bouteille à hypnotiser une salle entière en un regard. Chacun y allait de sa petite touche pour se faire plaisir et attirer les clients à sa façon. Du moment que ça restait correct, tout était toléré, enfin presque tout.

Luke, tout de blanc vêtu, réajusta son veston crème aux multiples arabesques, avant de lever la main au-dessus du comptoir, une fois assuré que chacun avait bel et bien face à lui, tout ce qui lui fallait pour entamer le pari, déclara avec une voix grave, insoupçonnée pour son physique svelte :


- Prêts ? Partez !

Sa paume s’abattit avec force, puis de sa main de libre, il attrapa un nœud de marin et le secoua vivement pour faire tinter la cloche à laquelle il était relié.

Campant sur son siège, Aldrick commença par croquer dans le citron, dégluti avec difficulté, lécha le sel qu'il avait disposé sur sa paume et entama la série de shooters. Bien décidé à ne pas laisser le prêtre gagner, en dépit de toutes les émotions fortes de la soirée.


Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Ven 21 Fév - 17:11

Dans quoi s'était-il encore embarqué ? Ou laissé embarquer plutôt ! Sérieux...décider d'aller picoler alors qu'il devait se lever tôt le lendemain et assurer toute une messe...il fallait être fou ! Quelle image donnerait-il à ses fidèles s'il se pointait devant eu avec la gueule de bois et des cernes à n'en plus finir ? Néanmoins, et comme souvent, il n'avait pas su dire non et avait donc accepté l'offre d'Aldrick. De toute façon, dès qu'il s'agissait de son meilleur ami, il avait bien du mal à lui refuser quoique ce soit. A chaque fois, il se disait qu'il devrait retravailler un peu tout ça, mais au final, dire "non" était juste inconcevable pour lui. Et puis, se détendre ne faisait pas de mal de temps en temps. Toutefois, il eut une petite appréhension en entrant au QG. En effet, il avait un peu peur de l'état dans lequel il en ressortirait. S'il en ressortait...car il buvait rarement plus que de raison.

D'ailleurs, pourquoi Aldrick insistait-il tant pour qu'il se lâche ? Il savait s'amuser sans alcool ! Oui, bon, il restait quand même assez réservé dans tout ce qu'il entreprenait, il en était conscient. Il réprima un soupir et prit place à côté de son ami près du bar, ne pouvant finalement s'empêcher de sourire aux propos du commissaire.

"Dans ce cas, je compte sur toi ! Tu sais que je n'ai pas l'habitude de boire plus qu'un ou deux verres de vin...Mais je te préviens, si je me ridiculise demain, ça va être ta fête !"

Il lui tira la langue à la manière d'un gamin, puis remercia le barman pour les verres. Il ne buvait pas souvent ces trucs-là, du coup, il observa Aldrick, histoire de ne pas déjà se ridiculiser en ne sachant pas boire correctement une tequila. C'était loin d'être glamour, tout ça et le citron et le sel le firent grimacer, tout comme l'alcool qui suivit. Pire: il se mit à tousser. Pas beaucoup, mais il toussa quand même.

"Tu veux ma mort, avoue !"

C'était peu de le dire ! Aldrick commanda carrément toute une série de shooters. Mais pourquoi y avait-il toujours ce fichu citron et le sel ? Nathanaël ne comprenait pas. Surtout qu'il était bien connu pour aimer les choses sucrées et non acides ! Enfin, il n'y connaissait pas grand chose en alcools, du coup, il se contenta de suivre le mouvement. Enfin...apparemment, Aldrick avait décidé de faire un petit concours, histoire de voir qui terminerait en premier et Nathanaël avait l'impression que ça ne se finirait pas bien pour lui. Comment pourrait-il rivaliser avec le grand Aldrick ?
En plus, c'était fort, ce truc ! Le brun ne mit pas longtemps avant d'avoir soudain très chaud. Et arrivé à environ la moitié des shooters, il commençait à sentir sa tête lui tourner. Oh oui, ça tournait, ça tanguait même ! Quand je vous disais qu'il ne tenait pas bien l'alcool !

"Depuis quand on est sur un bateau ?"

Le voilà qui se mettait à dire n'importe quoi. Assurément, ce n'était pas bon signe ! Il ignorait si son ami en avait déjà terminé avec ses shooters, mais Nathanaël, lui, n'avait pas réussi à dépasser la moitié. Ses joues étaient toutes rouges et il observa le commissaire avec un sourire idiot aux lèvres.

"Je crois que tu as gagné ! De toute façon, c'est toi le plus fort !"

Le barman observa la scène d'un air amusé, mais se garda de faire le moindre commentaire. Il en avait sûrement déjà vus d'autres.
ayant vraiment chaud, Nathanaël commença à défaire sa cravate, puis à carrément déboutonner sa chemise !

"Fiou...il fait chaud ici !"

Il regarda Aldrick et éclata de rire sans raison apparente. De toute façon, à ce stade, il ne fallait plus chercher à comprendre.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Dim 2 Mar - 15:17

Il reposa le dernier shooter d'un air amusé, tandis que Nathanaël semblait avoir quelques difficultés à suivre.

- Eh bien mon vieux, vaut varier de temps en temps ! Le vin c'est bien mais quand même ! Glissa-t-il en lui donnant une tape amicale dans le dos.

Ce dernier chancelant lui parla de bateau, puis de victoire, lui arrachant un sourire, alors qu'il suggérait :


- Tiens, si tu nous chantais une chanson de marin pour ton gage ? Avec les gestes ! Pas d'entourloupes ! Précisa-t-il en pointant son index à hauteur de son menton.

L'air de rien, il en profita pour rafler la boisson abandonnée de l'exorciste jugeant que s'il commençait déjà à sentir la gravité se modifier maintenant, mieux valait qu'il ne boive plus grand chose. Consciencieusement, l'agent paya leurs consommations, et demanda un grand pichet d'eau avec deux verres. Quand Luke posa le tout sur le bar face à eux, il récupéra sa monnaie et servit un grand verre à Nath.


- Tu en connais, rassures moi, des chansons de marin pas trop paillardes ?

Il termina le shooter du prêtre, et remercia tardivement le barman.

- Ah mais on a dit une chanson, pas un strip-tease ! Arrêtes toi là, malheureux ! S'exclama-t-il soudainement en reboutonnant le dernier bouton qui avait sauté, sans échapper au fou rire de son comparse. Tu ne tiens vraiment pas l'alcool toi ! C'est incroyable !

Il éclata de rire à son tour devant l'air enivré de son ami. C’était contagieux !

- Au moins tu vas bien dormir.  Il lui donna une tape dans le dos et lui mit le verre d'eau entre les mains.  Allé cul-sec ! C'est bon pour ce que t'as ! Avec ça tu ne seras pas malade dans moins de six heures.

Le lycanthrope lui fit un clin d'œil et se servit aussi, portant le verre à ses lèvres, le vida au trois quart et afficha un air satisfait.

- Y'a pas à dire, ça fait du bien par où ça passe. Sa main battit la mesure sur le bar, étonnement en rythme en dépit de l'alcool qui commençait à troubler ses sens. Bon alors, tu nous chantes quoi ? Tu as trouvé ?

Luke se pencha ensuite vers eux, glissant, taquin :

- Vous allez vraiment chanter Père Cartier ? Si vous le faites sur le tonneau là-bas, il indiqua un fut immense collé à l'un des murs, je paie la tournée générale aux présents ! Mais pas un chant d'église ou une comptine, attention ! Une vraie chanson. Avec au moins deux couplets entiers !

A n'en point douter, Luke tentait là de défier le prêtre. Était-ce dû à sa réticence vis à vis de la religion en générale ou juste pour taquiner un bon client ? Aldrick n'aurait su le dire, mais les rares dont les oreilles avaient trainé à ce moment-là, observaient Nath avec des étoiles plein les yeux pour l'inciter à accepter. Son voisin de droite, un bel apollon au sourire ravageur, n'hésita d'ailleurs pas longtemps avant de se pencher vers lui, en lui posant une main sur l'épaule.

- Allez-y mon père !
- Vous allez casser la baraque !
- Eh bien, tu as un fan club on dirait. Aurais-tu déjà chanté ici pendant mon absence ? S'enquit le commissaire des éclats de rire plein la voix, heureux que tout le monde apprécie Nathanaël, parce que même si c'était par intérêt pour l'instant, il savait de quels genres de miracles était capable l'ecclésiastique, même malgré lui. Tu vois ? C'est bien toi le plus fort au final ! Cria-t-il, en passant une main autour des épaules du prêtre, évinçant le voisin, alors que l'agent commençait à être joyeux à son tour. C'est ça d'être un super Nath, que veux-tu ? C'est la rançon de la gloire, mon vieux ! Dit-il en levant son verre d'eau pour demander un toast sous l'œil amusé du propriétaire des lieux.

Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Dim 4 Mai - 2:13

Non, il ne tenait pas bien l'alcool et du coup, on se demandait pourquoi il avait accepté ce petit jeu qui était au final...joué d'avance. Bah, rien ne valait un bon moment entre amis, une bonne rigolade pour oublier momentanément tous ses soucis et simplement profiter du moment présent. S'il pouvait ne pas avoir la gueule de bois le lendemain, ce serait encore mieux. Bon sang, qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Il ne réussirait jamais à se lever au matin ! Enfin...chaque chose en son temps ! Et puis, vu l'état dans lequel il était actuellement, il ne se souciait pas vraiment du lendemain. Il avoua sans vergogne avoir perdu, laissant donc son ami savourer sa victoire plus que prévisible. Le tout en riant bêtement. Ah, ça faisait du bien quand même !

Et puis, Aldrick l'incita à chanter une chanson, le genre de chansons que l'on chantait généralement quand on était bourré, pour amuser la galerie. Nathanaël regarda un instant son ami d'un air un peu perplexe. Chanter ? Lui ? Une chanson de marin en plus ? Il l'avait bien regardé ? Il sentit le rouge lui monter aux joues et ce n'était pas seulement dû à l'alcool ou au fait qu'il avait soudain très chaud.

"Euh...je..."

Il n'eut pas le temps de terminer - ou d'essayer de terminer - ce qu'il voulait dire qu'il se retrouva avec un verre d'eau entre les mains. Il le regarda un moment bêtement, se demandant s'il n'y avait pas plutôt de la vodka dedans. Et puis, il haussa les épaules et le vida. Aldrick ne lui avait pas joué de mauvais tour, le barman non plus. C'était bien de l'eau et ça faisait du bien ! Ça l'avait aidé à avoir un peu moins chaud aussi. D'ailleurs, pourquoi le commissaire était en train de reboutonner sa chemise ? Il savait le faire tout seul ! Il ne dit toutefois rien et se contenta d'observer en riant, pour ne pas changer.

Voilà que le barman s'y mettait aussi, ajoutant que s'il chantait, il devait le faire sur le tonneau qui se trouvait un peu plus loin. Hein ? Il était sérieux ? Et les clients s'y mettaient à leur tour ! D'ailleurs, Nathanaël ne put s'empêcher de rougir à nouveau en croisant le regard du beau jeune homme non loin de là. Il avait presque envie d'accepter rien que pour ses beaux yeux. Ah ! Malédiction ! Que pensait-il là ? Le brun secoua la tête, espérant sans doute se remettre un peu les idées en place et s'éclaircir l'esprit. Ce n'était pas gagné du tout. Il ne voulait pas décevoir tout le monde, mais comment pourrait-il chanter une chanson qu'il ne connaissait pas ? Il en avait entendu, certes, mais de là à en connaître par coeur...

Il ne dit toujours rien, observant et écoutant tout ce petit monde d'un petit air perdu. Aldrick passa un bras autour de son épaule en riant avant de lui dire qu'il était un...super Nath ? Hein ? Le brun rougit à nouveau et se mit à rire, mais un rire qui trahissait l'embarras qu'il éprouvait à cet instant.

"Mais je...je ne connais pas de chanson...pas le genre que....qu'on chante ici d'habitude..."

Ah ! Il allait les décevoir, c'était terrible ! Alors, il opta pour une autre solution, une solution sans doute débile, mais que voulez-vous ? Il était ivre et voulait faire plaisir aux autres malgré tout. Il se défit de l'étreinte de son ami et se dirigea vers le fameux tonneau.

"Je ne connais peut-être pas de chanson, mais...je peux danser ! Oui, je vais danser pour vous tous !"

Danser ? Mais quelle mouche l'avait piqué ? Nathanaël savait encore moins danser que chanter. Et puis, sur le tonneau ? Il savait que c'était une mauvaise idée et pourtant, il grimpa sur le tonneau et se mit difficilement debout. La pièce entière tanguait ! Tout le monde le regardait, certains amusés, d'autres se demandant s'il n'avait pas perdu la boule. Le jeune homme ne savait absolument pas ce qu'il faisait et exécuta quelques mouvements bizarres, complètement désordonnés. Et puis, il perdit l'équilibre et tomba...sur un client qui se trouvait juste là. Au moins, il venait d'amortir la chute ! Le tonneau, quant à lui, roula à travers la pièce avant de terminer sa course contre un mur. Heureusement, il ne se brisa pas !
Nathanaël regarda un instant le client sur lequel il venait de littéralement tomber avant de sourire bêtement.

"Oups ? Désolé !"

Il se releva tant bien que mal et revint vers Aldrick, n'osant même pas le regarder dans les yeux, un peu comme un enfant qu'on aurait surpris en train de faire une bêtise et qui s'apprêtait à être grondé.

"J'ai vraiment pas assuré sur ce coup-là, hein..."

A peine eut-il prononcé ces mots qu'il tituba contre un tabouret qu'il fit tomber, chutant à son tour, non sans se raccrocher au bras d'Aldrick.

"Alyyyy ! Je crois que ça va pas du touuuut !"

Si les clients du bar l'avaient encouragé à chanter à peine quelques minutes plus tôt, à présent, certains se moquaient de lui, d'autres avaient juste l'air affligés, tandis que d'autres encore, étaient toujours aussi amusés de voir ce prêtre galérer. Il venait de se donner en spectacle et il avait sans doute détruit sa réputation ! Ô malheur !

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Mar 13 Mai - 15:09

Le commissaire, un immense sourire encré sur le visage, observa son meilleur ami tenter une danse pour le moins atypique avant de se vautrer sur le spectateur le plus proche. Un fou rire le gagna, et il lui fallut de très longues secondes avant qu'il ne parvienne totalement à s'en défaire. Même quand le prêtre s'accrocha à lui, il eut du mal à l'écouter avec sérieux, préférant glisser pour le barman :

- Il a dansé ! C'est un peu... Original, mais c'était une danse quand même Luck ! Tu nous dois une tournée !
Le concerné fit la moue et observa l'assistance, comme pour voir s'il avait encore moyen de négocier.
- Je n’appelle pas ça une danse, et j'avais parié pour une chanson !
- Petit joueur.
-Peut-être, mais un pari est un pair.
- Bon, d'accord, c'est...

Il n'acheva pas, cette fois la pression sur son avant-bras l'intrigua assez pour qu'il reporte son attention sur Nathanaël. Un rire franc passa la barrière de ses lèvres lorsqu'il l'observa : il avait rarement vu l’ecclésiastique avoir tant de difficulté à trouver son équilibre. Il serait ressorti d'un manège à sensations fortes que le résultat n'aurait pas était plus détonnant.

- Okay, allons prendre l'air.

Son bras passa sur son épaule à nouveau et après avoir déclaré que ce n'était que partie remise, le lycanthrope tanguant légèrement, l'attira hors du bar. L'air frais de la soirée lui fouetta vivement le visage, sans parvenir à chasser les rougeurs que l'alcool avait dessiné sur ses joues. Soutenant Nath, ils s'adossèrent simplement à la vitrine, après avoir salué une serveuse qui les gratifia d'un sourire entendu. Une fois qu'il fut certain que coincé entre la vitrine, le mur attenant et lui, Nathanaël ne pourrait tomber bien loin, en dépit de son mal de mer, il glissa en sortant de quoi fumer :

- Quand ce n'est pas du vin, tu ne tiens vraiment pas l'alcool, c'est dingue ! Tu es immunisé à cause de la messe ou quoi ?

Une lueur orangée tirant sur le pourpre apparue lorsqu'il alluma sa cigarette ; à l'intérieur du bar, l'ambiance allait toujours bon train, et vaguement il songea qu'ils avaient dû amuser la galerie en extirpant un peu de nicotine. Le brun fixa l'horizon d'un air absent, quelques secondes. Puis il réalisa que le paysage ne bougeait pas de trop et il en fut heureux. Il se sentait joyeux, tout juste ce qu'il fallait, et cela lui allait bien ainsi. Avec délectation, il reprit une autre bouffée sur le bâton de tabac et glissa pour son ami, des sourires plein la voix :

- J'irais bien piquer une tête quelque part. Tu crois qu'à la fontaine de l'Hôtel de Ville ça serait gênant ?

Il s'étira, puis rejeta la fumée, comme si c'était la suite logique de la conversation, et ne put que sourire un peu bêtement en attendant sa réaction. En effet, si c'était à mi-chemin quasiment sur le trajet retour, il n'envisageait guère que cela puisse lui porter préjudice, trop heureux d'être enfin un peu lui-même sans ce matricule de flic qui lui collait trop souvent à la peau.
Pour la première fois depuis longtemps, il n'avait plus cure de ses responsabilités ou de l'image qu'il devait donner, ce soir, il était un homme comme les autres, ou presque. Cette idée absurde le fit sourire davantage, mais il n'en eut que plus envie encore de faire des folies. Aldrick se sentait pousser des ailes et l'alcool, en bon compatriote, s'évertuait à perpétuer cet état de bien-être euphorique.


- J'ai envie d'une glace aussi. Ou d'une gaufre. Abandonna-t-il sans rien avoir écouté ou presque de la réponse de Nath. On va s'en acheter ? Après tout on trouve de tout dans cette ville qui ne dort jamais, non ?

Comme s'il s'agissait là d'une évidence implacable, le policier se redressa complétement pour faire un pas en avant dans la ruelle, aspirant plus de tabac que nécessaire, ayant parfaitement omis l'équilibre précaire de son partenaire de beuverie.

- Ça te requinquera en plus ! Le froid c'est bon pour c'qu't'as ! Allé super Nath ! En route, mauvaise troupe ! Levant un bras vers le ciel, il argua en conclusion : Les glaces, nous voilà !

Sans autre forme de procès, il acheva sa cigarette et l'expédia dans la poubelle la plus proche avant de faire un V de la victoire pour son lancer réussi.

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Sam 30 Aoû - 16:41

Nathanaël était ivre et il le savait très bien. Oui, il en était conscient, mais il ne pouvait rien y changer. Il avait envie de faire des bêtises et il ne se retenait pas de les faire ou de les dire. Là, il venait de se ridiculiser en beauté devant toutes les personnes présentes au bar et nul doute que le lendemain, ça allait jaser. Tant pis. Il ne pouvait rien y changer et même s'il allait se sentir infiniment embarrassé, au final, il n'avait rien fait de mal non plus. Il avait juste passé une bonne soirée en compagnie de son ami et avait bu un verre de trop, voilà tout. Et ça arrivait même aux meilleurs !

Bref, ils finirent par sortir du bar pour prendre un peu d'air frais et, bon sang, ça faisait du bien ! Même si Nath tenait à peine sur ses jambes et qu'il avait besoin du soutien d'Aldrick pour avancer, ça faisait quand même du bien. Il ne devait juste pas penser à la gueule de bois le lendemain...surtout qu'il allait devoir se lever tôt pour la messe. Dans quel pétrin s'était-il encore fourré ? Enfin, pour l'heure, il n'y pensait plus vraiment et souriait bêtement en observant son ami. Ouaip, c'était vraiment le meilleur ami de toute la terre, celui qui ne le jugeait pas et restait à ses côtés quoiqu'il advienne. Le meilleur ami de tous les meilleurs amis ! Oui et à part ça, il allait très bien. Tellement bien qu'il lâcha soudainement un bon rot bien audible avant de rire bêtement.

"Oups !"

En temps normal, il se serait senti vraiment gêné, mais là, il s'en fichait un peu et se contentait de rire. Avant de regarder son ami avec de gros yeux lorsqu'il mentionna son envie d'aller piquer une tête...dans la fontaine de l'Hôtel de Ville ??

"Il fait trop froid pour ça ! Et puis, tu pourrais te faire arrêter !"

Il se remit à rire. Aldrick qui se faisait arrêter alors qu'il était commissaire... le comble du comble ! Fort heureusement, il finit par changer d'avis et parler de glaces. Là, Nath le regarda d'un air intéressé. Très intéressé, même ! Parlez-lui de trucs sucrés et il était tout de suite partant !

"Ouii ! Des glaces ! Attendez-nous, on arrive ! Yeeehaaa !"

Il imita Aldrick en levant le poing, puis se mit à applaudir comme un idiot en voyant le superbe lancer de cigarette que son ami venait de faire. Une vraie prouesse technique, si, si !

"Bravooooo ! Tu gagnes ! Je sais pas ce que tu gagnes, mais tu gagnes !"

N'importe quoi. Mais à cette heure, alors qu'il était dans cet état, il ne fallait pas trop lui en demander. Oui, il tenait très mal l'alcool dès qu'il ne s'agissait pas de vin et encore. Quand il en buvait, il n'en buvait généralement pas plus de deux verres à la fois - grand maximum trois. Alors, peut-être serait-il dans le même état s'il s'enfilait toute une bouteille. C'était même presque sûr. Donc parler d'immunité...c'était totalement exagéré.
Ils reprirent donc leur chemin, se dirigeant vers le marchand de glaces le plus proches, Nath toujours accroché au bras d'Aly par peur de tomber. Mince, ça tanguait vraiment pas mal !

Alors qu'ils n'étaient plus qu'à quelques mètres du marchand de glaces, Nath se mit soudainement à chanter des chants religieux. Si, si. Et il ne s'arrêta qu'une fois devant le marchand qui les regardait avec de gros yeux. Sans doute ne s'était-il pas attendu à voir des clients à cette heure...Ou bien était-ce le fait de voir l'un de ses plus fidèles clients dans cet état ? Peu importe au fond. Bien sûr, le jeune homme commanda une glace au chocolat avec supplément de chantilly dessus ! On était gourmand ou on ne l'était pas !
Il s'adossa à la façade en attendant son ami, commençant déjà à dévorer sa glace en s'en foutant partout, bien sûr. Lorsqu'Aldrick le rejoignit enfin, Nath lui sourit et s'avança vers lui. Sauf que...il tituba et se prit les pieds dans un obstacle imaginaire, tombant ainsi sur son ami, la glace la première. Celle-ci termina donc sur la chemise du commissaire et Nath par-dessus. Ils étaient beaux, les deux amis, étalés par terre, l'un sur l'autre, avec une glace entre eux. La pauvre.

"Ma glaaaaace ! Noooon !"

Il se redressa tant bien que mal, se mettant à genoux à côté d'Aldrick avant de se signer et de marmonner quelques mots à l'attention de feu la glace au chocolat.

"Repose en paix, ma petite glace."

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1795
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   Dim 12 Oct - 21:13

Le vide : 1 – Nath : 0. Résultat : un Aldrick refroidi.

Le contact glacial du met sur son buste le fit frémir. Nathanaël avait au moins eu le mérite de le surprendre : ce coup-là, il ne l'avait pas vu venir ! Pas plus que ce qu'il prit pour l'absolution de glace après le rapprochement du corps du prêtre. Le temps que toutes ces informations fassent leur chemin jusqu'à son cerveau, il se redressait déjà à demi, l'observait d'un œil nouveau, un peu moins imbibé d'alcool. Sa main de libre passa sur la tête de l'ecclésiastique, qu'il consola comme il l'aurait fait avec un louveteau plus jeune. Lui ébouriffant partiellement les cheveux, il glissa d'un air paternel :


– Allez, il reste la mienne si tu v... Il n'acheva pas. Son regard venait de couler sur sa propre glace, aux abonnées absentes, et qui gisait à moins d'un mètre d'eux, décédée elle aussi. Mmm, apparemment non en fait. J'ai parlé trop vite on dirait.

Un sourire contrit éclaira son visage. Un sourire que quiconque ayant connu Yvan Voelsungen, aurait trouvé d'une ressemblance troublante. Cependant personne de cette époque ne semblait être dans les parages. Un léger rire secoua ses épaules après qu'il ait porté des restes de la glace à ses lèvres.

– Dommage, elle était bonne ! J'espère qu'elle est allée au paradis des glaces après être morte dans de telles circonstances, même si je crois que mon estomac et ma chemise sont loin d'être aussi idylliques !

Son propre vocabulaire l'étonna, car il tanguait quelque peu et ses aptitudes à la réflexion étaient sans conteste amoindries. Achevant de se relever complétement, après avoir pris appui sur le sol et sur Nathanaël, il frissonna de nouveau, frotta ses mains l'une contre l'autre pour se défaire de la saleté qui s'y était apposée. Il nota vaguement un air de saxophone en amont de la ruelle et fini par poser un regard interrogateur sur son ami -non sans avoir laissé une main passer sur son propre front pour remonter ses mèches en arrière.

– Si on rentrait ? Glissa-t-il en lorgnant sur sa glace qui malgré son pitoyable état, lui faisait envie.

Aidant le religieux à se remettre sur pieds, il avisa ensuite la rue, son silence tout relatif, les étoiles qu'il ne distinguait pas vraiment, le visage fatigué de Nathanaël, l'ambiance dans le bar derrière eux, et cet air de liberté que le monde semblait chanter. S'il s'était écouté, probablement qu'il aurait repris la route, comme jadis, dans un dessein différent cette fois, pour voyager simplement, rencontrer d'autres gens, recroiser des Mr Joyeux, ou de ces femmes dont la seule présence suffit à mettre en émoi. Sentir des saveurs différentes, des paysages à couper le souffle, ou croiser des légendaires avec moins de responsabilités que celles qui pesaient pour l'heure sur ses épaules. Un peu comme une renaissance, tout simplement. Mais rien de tout cela n'arriva, à la place, il entraina le curé en passant son bras par-dessus son épaule, mit un peu de chocolat sur le bout de son nez par jeu, en raillant :


– Chat c'est toi qui est !

Sur ses sages paroles, il se détacha de lui pour s'élancer sur plusieurs mètres avec la fougue de ses années volées, tel un animal désireux de jouer, se retournant pour lui tirer la langue et le forcer à courir. L'agent oublia toutes sortes de convenances, revenant l'embêter, le titillant comme un louveteau taquin, sautillant presque, se retenant à grand peine de lui mordiller la joue, comme le lui suggérait son instinct, préférant accélérer à chaque fois qu'il s'approchait de trop, tâchant d'éviter au mieux d'être le poursuivant, jusqu'à ce que la cathédrale soit en vue.

– Notre Dame, nous voilà ! Hurla t-il en ouvrant grand les bras, comme pour l'étreindre. N'ayant cure des regards obliques des passants, tant il se délectait de cette impression fugace de liberté erronée.

Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini   

 

Le chocolat...ma religion! [PV Nathanaël Cartier] | Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» 03. "Losing my religion" # Ash
» Le salon du chocolat à Paris
» Tarte au chocolat et à la noix de coco
» Patte de Chocolat ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Ile de la Cité :: Notre-Dame de Paris-