Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Event | Anniversaire du Lost Paradise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Dim 11 Nov - 12:12


    Tout était fin prêt, enfin. Cela faisait bien un mois qu'Edward White s'attelait à la tâche. Il avait tout organisé. La soirée d'anniversaire des deux ans du Lost Paradise ne pouvait pas se permettre de comporter une seule erreur. Le cabaret était exceptionnellement fermé depuis le début de la matinée. Il était désormais dix neuf heures trente et les premiers invités n'allaient pas tarder à se montrer. La salle de réception resplendissait de fabuleuses décorations. Chaque mètre carré rivalisait en couleur et en ingéniosité donnant au lieux une atmosphère féérique. Rubans, fleurs, dentelles et autres vaisselles en cristal s'étaient donner le mot pour ravir les regards.

    Le maître des lieux était également prêt, son costume impeccable lui sciait à merveille. Il faut dire que le lycanthrope avait choisi un personnage parfait pour lui. Le grand méchant loup. Que rêvait de mieux ? Mais qu'on s'entende bien, c'était là le personnage de Charles Perrault ! La maligne bête qui sort bel et bien victorieuse après un consistant repas dont le menu comportait une grand mère un peu sèche et un tendre petit chaperon rouge.

    Son costume se composait d'un long manteau noir au col bordé d'une épaisse fourrure de couleur identique. Largement ouvert, il laissait entrevoir son torse d'athlète tout en lui allongeait considérablement la silhouette, comme s'il n'était pas suffisamment grand comme ça. Un pantalon blanc et de grandes cuissardes en cuir habillaient ses jambes, tandis qu'une queue touffue se balançait au rythme de ses pas. Pour le reste, il s'était contenté de sa coiffure habituelle. Ses cheveux sombres encadraient à merveille son visage dont le regard bigarré balayait inlassablement la salle à la recherche du moindre défaut. Et pour parfaire le personnage, se dressant sur sa tête, deux oreilles de loup paraissaient guetter le moindre son suspect. C'était là son déguisement, moins excentrique qu'à son habitude, mais au combien adéquat.

    Edward passa sa main gantée de blanc sur une des tables du buffet mis en place pour l'occasion. Il prenait tout le fond de la salle et devrait ravir les papilles de bon nombre de participants. On y trouvait les mets les plus délicats et les plus exotiques. Homard et fois gras cotoyaient sans crainte ananas et mangue, tandis que les sucrecries et autres patisseries de maître, réunies plus à droite, attendaient patiemment que les gourmands viennent les déguster. On trouvait par ailleurs quelques banquettes habillement collées contre les murs d'où les plus timides pourraient sans crainte admirer les danseurs accomplis.

    Tout était prêt ou presque :

    « Et bien Andréa ? Tu n'es pas encore en costume ? La soirée va commencer dans quelques minutes. Va te changer tout de suite ! »

    Son neveu le fusilla du regard et sans prononcer un mot, gravit les escaliers pour aller se changer. Edward le suivit du regard l'air satisfait. Ce soir, il aurait le plus ronchon de tous les chaperons rouge ! Un sourire de contentement éclaira le visage du lycanthrope qui fit signe à son portier d'ouvrir les lourds battants de chêne du cabaret. Il était dix-neuf heures cinquante-cinq. L'anniversaire du Lost Paradise pouvait commencer.

    Très vite les premiers invités entrèrent. Ils furent chaleureusement accueillis par le maitre des lieux, rapidement rejoins par ses artistes et ses employés. La salle se parait de mille et une nouvelles couleurs, les costumes tous plus extravagant les uns que les autres allaient et venaient entre les murs avec la plus grande aisance. C'était exceptionnel. Le chat botté côtoyait Hansel et Gretel, Barbe-bleue charmait habillement Anna Karénine et le monstre de Frankenstein avait au bras, la belle Rapunzel. Que de rêves dans une unique pièce.

    La grande salle se remplissait petit à petit et, quand enfin il y eut assez de monde, Edward grimpa sur scène pour faire son numéro d'hôte. Le sourire aux lèvres, il attendit sagement que la foule sa calme pour se lancer avec toute cette prestance dont il avait le secret :

    « Dames et Messieurs, nous sommes réunis,
    Pour l'anniversaire de ce grand cabaret,
    Le Lost Paradise, deux ans bien mérités.
    Dames et Messieurs, que ce soir soit exquis !

    Une reine et un roi, couronnés cette nuit.
    Jongler avec les mots, les vers et les rimes,
    Si le titre vous plait, soyez bavards et sublimes,
    Tout en alexandrins, parlez jusqu'à minuit.

    Mais je parle beaucoup, sans doute voulez vous
    Que cesse ma verve et commence la fête.
    Dames et messieurs, non sans une courbette,
    Princesses et princes, la scène est tout à vous !
    »

    Un éclatant sourire s'étira sur les lèvres du lycanthrope qui, après une révérence, tapa des mains pour lancer officiellement la fête. La musique commença et tout ce petit monde se mit en route. Les timides restaient au buffet, les amoureux dansaient déjà avec fougue et l'on discutait et l'on riait sans se douter une seule seconde de ce qui nous entourait. Edward descendit de scène avec tout l'aplomb d'un roi, observant avec bienveillance, mais non sans malice, tous ces personnages féériques.

    Après un détour vers le bar où il récupéra un petit cocktail, le grand méchant loup se glissa dans un coin de la salle et s'assit à une table encore vide. Il porta le breuvage à ses lèvres, en dégusta une gorgée.

    Le fête était lancée et elle s'annonçait exceptionnelle.

Réservation de costumes:
 


Dernière édition par Edward White le Mar 27 Nov - 18:19, édité 7 fois
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Dim 11 Nov - 15:39

Spoiler:
 

Tout était parfaitement en ordre et la pièce resplendissait de mille feu. Jamais jusqu'à ce jour, Trinité n'avait eu la chance de voir pareille beauté. Oh, elle avait une certaine fierté en se disant qu'elle avait participé à l'installation de la décoration, mais elle en avait tellement peu fait contrairement à certain...
Habillée d'une magnifique robe blanche à jupons dense en dentelles, elle circulait parmi les employés, observant avec curiosité les derniers préparatifs, se demandant si les clients allaient également apprécier le spectacle. Cette nuit, elle ne travaillait pas et comptait bien prendre du repos.
Tournant la tête avec curiosité, elle sentit ses couettes virevolter. Elle n'avait pas l'habitude de coiffer ses cheveux de la sorte, mais elle avait fait une exception, voulant ressembler au maximum à une poupée de porcelaine qu'elle avait vu un jour dans une vitrine. Entièrement vêtu de blanc, sa peau et ses cheveux allant dans ce sens, l'unique détail qui parvenait à tout chambouler était ses iris rougeoyantes qui lançaient des regards marquant, comme si une petite poupée de porcelaine, s'était soudain vu possédée par la vie et s'était mise à marcher pour se fondre dans la foule d'humains.

Il était tant d'ouvrir les portes du cabaret aux invités à présent.

Depuis une dizaine de minutes déjà, la demoiselle aux cheveux de feu, trottinait joyeusement dans les rues de Paris, semblant prendre un malin plaisir à faire voler sa cape d'un bleu profond, au gré de ses mouvements. Elle adorait cet accessoire et savait déjà pertinemment qu'elle allait en jouer durant la soirée. Elle avait hâte. Arborant fièrement son costume de Chat Botté. Oh comme aimait ses cuissardes remontant sur son pantalon d'un blanc immaculé. Et sa jolie chemise finement brodé avec quelques dorures du plus bel effet. Sans oublier son chapeau ! Pour beaucoup, elle ressemblait beaucoup à Ephraïm, dans son beau costume de D'Artagnan. Sauf qu'alors qu'il présentait avec sa cape de mousquetaire, elle avait juste une cape légère. Comme savoir qu'elle était le chat dans ce cas ? Elle avait prit soin de se mettre de jolies petites oreilles félines sur la tête, mais aussi sur le chapeau, qu'elle puisse toujours les dévoiler qu'elle soit avec ou sans son couvre chef. Une petite touche de fantaisie se reflétait sur sa peau. Elle s'était dessinée de fines moustaches et se retrouvait à présent avec une expression typiquement féline.

Le croque-mitaine la laissait s'amuser, pendant qu'ils se rapprochaient du cabaret. Ils était là pour s'amuser et compter bien en profiter. Il avait fait le plein de blagues et espérait faire rire au moins une personne. Il s'était bien entrainé avec Valentine, mais elle était tellement excitée qu'elle riait de rien, ce qui ne l'aidait pas à savoir si c'était pour ses blagues ou juste parce qu'il la faisait rire avec son air concentré lorsqu'il partait dans le récit de l'une d'elles. Mais bien sûr, il n'allait pas faire que cela, il avait promit plusieurs danses à la journaliste et il sentait que c'était l'une des raisons qui la rendait si impatiente... à moins qu'il ne se fasse des idées...

Ils arrivèrent assez vite, rejoignant d'autres invités qui commençaient à entrer dans le cabaret. Il venait juste d'ouvrir ses portes et déjà, pas mal de personnes déguisées se présentaient à l'accueil.
Valentine trépignait d'impatience, regardant avec agacement ceux qui l'empêchaient d'entrer plus vite. Heureusement elle sut rester suffisamment patiente et put bientôt découvrir avec émerveillement le décors du Cabaret. Magnifique, elle n'avait que ce mot en tête. Et ce banquet !! Une table couverte de délicieux mets qui n'attendaient plus que d'être mangé avec appétit.
Tant de choses à faire que la jeune rouquine ne savait plus où en mettre de la tête.

Edward, en tenue de Grand méchant loup, monta sur scène et commença la présentation, saluant et expliquant le theme de la soirée. Valentine pâlit légèrement en entendant qu'il fallait parler en Alexandrin. Elle n'avait jamais été forte en poésie, tenant ça de son père qui avait toujours aimé écrire dans tous les registres d'écritures sauf celui-ci. Comment allait-elle faire pour communiquer si elle ne jouait pas au jeu ? Elle espérait que les gens n'allaient pas lui en vouloir si elle ne changeait rien à sa manière de parler. Un rapide coup d'oeil vers Eph lui apprit que de son côté, il semblait déjà chercher comment sortir ses blagues de façon poétique... Rien que son expression fit sourire la demoiselle. Au moins elle savait qu'elle allait pouvoir lui parler normalement sans qu'il ne lui reproche quoi que se soit...

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Rose Walkson
♔ Contrebandière épineuse ♔
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 28/10/2012
Localisation : Quelques part dans Paris pour les affaires ...

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Dim 11 Nov - 22:32

Spoiler:
 


Rose pénétra dans la grande salle du Lost Paradise, alors qu’elle était déjà bien remplie par les invités : comme à son habitude, elle n’arrivait pas à être à l’heure. La jeune femme observa longuement autour d’elle les magnifiques décorations de la salle, et les costumes des personnes qui y évoluaient joyeusement. On se serait cru dans un véritable conte de fée. Rose avait l’impression de rêver, toute cette agitation féerique était un enchantement.

Rose avait longuement hésité sur le choix de son costume. Au départ, elle avait voulu revêtir un costume d’homme, celui de Robin des bois notamment lui avait beaucoup plu. C’ aurait été un beau contraste, elle revêtait le costume d’un héros qui volait les riches pour donner aux pauvres, alors qu’elle même volait aux riches… Pour s’enrichir elle-même et sans le moindre remord. Puis finalement, elle avait changé d’avis. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle n’aurait su quoi faire de sa longue crinière blonde. Alors, elle avait opté pour quelque chose de plus classique, qui collait mieux avec sa féminité. La princesse Cendrillon.

C’est ainsi qu’elle se retrouvait au Lost Paradise, affublée d’une robe bleu ciel en satin brillant, pleine de froufrous qui lui semblait peser une tonne. L’ouvrage était joliment fini, les coutures quasiment inapparentes, et les dentelles devaient avoir demandées aux brodeuses de nombreuses heures d’un travail minutieux. Au goût de Rose, sa tenue était beaucoup trop échancrée, mais la couturière qui était venue l’aider à se vêtir lui avait assuré que c’était ravissant, et la contrebandière n’y avait rien trouvé à redire. Une coiffeuse était aussi venue lui prêter main-forte, une idée de ses deux gardes du corps qui avaient voulu aider à leur manière leur patronne. Mais Rose n’avait pas apprécié que la demoiselle qu’on avait envoyé chercher triture dans tous les sens sa chevelure. Au final, après des heures de palabres, elle s’était retrouvée avec un chignon artistique, orné de fleurs bleues. Elle se trouvait ridicule.
La demoiselle fit quelques pas dans la salle du cabaret, un air assuré sur le visage, alors que ses chaussures à talons semblaient sur le point de se briser à chaque mouvement. Encore une brillante idée qu’elle avait eue. Rose avait voulu jouer le rôle à fond jusqu’aux jolis souliers de verres de la princesse qu’elle incarnait. La contrebandière les avait fait faire par un souffleur de verre qui s’était montré tellement réticent qu’il avait presque fallut qu’elle emploie la manière forte… Mais, au final, elle avait eu ce qu’elle voulait. Et elle regrettait amèrement de ne pas avoir écouté le pauvre artisan à qui elle avait forcé la main, et qui l’avait pourtant mise en garde : « Au moindre faux-pas mademoiselle, vos souliers se briseront. Ce n’est pas une très bonne idée si je puis me permettre, ce serait comme marcher sur des œufs. »
Oui, il fallait qu’elle se garde du moindre faux-pas ou alors elle se retrouverait dans une situation un rien embarrassante.

Soudain, les invités semblèrent se calmer et le brouhaha constant cessa : ce fut le silence dans la salle. Le maître des lieux monta sur la scène déguisé en grand méchant loup et fit un petit discours pour le moins surprenant. Rose haussa un sourcil quand Edward White descendit de scène. Parler en Alexandrins était un défi plutôt compliqué pour elle qui n’avait jamais vraiment eu une éducation digne de ce nom. Mais Rose voulait s’y risquer, juste pour voir ce dont elle était capable avec les mots. La jeune contrebandière chercha une table libre du regard, craignant que ses chaussures ne la lâchent avant la fin de la soirée. Elle en aperçut une un peu à l’écart et s’y dirigea sans attendre de sa démarche gracieuse, se laissant tomber sur la première chaise à sa porté. Miss Walkson sortit de son corset un paquet de cigarettes, en saisit une de ses mains parfaitement manucurées pour l’occasion. L’allumant, prestement elle tira quelques bouffées, laissant la fumée s’échapper lentement d’entre ses lèvres. Elle en faisait une belle de princesse tient ! Il lui ne manquait plus que le verre de whisky-vodka et les petites filles qui la verraient en pleureraient d’horreur. En plus Cendrillon était censée rentrer avant minuit. Chose qui lui arrivait très rarement voire jamais. Si un prince venait l’aborder ce soir, soit il était myope, soit il se sentait vraiment seul et n’avait pas eu le choix. Elle était bien une Cendrillon de pacotille.

Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 964
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Lun 12 Nov - 18:34

Un bal costumé au Lost Paradise pour fêter ses deux ans. Voilà une excellente idée qui enthousiasma fortement Nathanaël dès qu'il aperçut l'invitation. Nul doute qu'il y aurait beaucoup de monde et qui disait beaucoup de monde disait plein de choses à manger ! Il fallait veiller à l'estomac des invités, après tout ! Ah, nul doute qu'il y aurait des tas de pâtisseries succulentes - ces pâtisseries que l'on ne trouvait qu'au cabaret et qui ravissaient les papilles de notre gourmand à chaque fois. Oui, sa principale motivation était la perspective de manger des choses sucrées, même si l'optique de s'amuser et de se déguiser le réjouissait également. Le temps d'une soirée, il ne penserait pas à ses devoirs divers et variés, il ne penserait pas à toutes ces horribles créatures qui se cachaient un peu partout...une seconde ! Et si elles infiltraient la fête ? Ce serait une catastrophe ! Non, stop ! S'il se mettait à penser à ça, il gâcherait cette soirée qui s'annonçait mémorable. A présent, la question fatidique: quel déguisement choisir ? Ce n'était pas comme s'il avait tout un placard rempli de costumes ! En fait, il n'en avait aucun. Il allait devoir y remédier ! Il se rendit donc chez un costumier et ressortit quelques instants plus tard, heureux propriétaire d'un nouveau déguisement !

Il profita donc du temps qu'il lui restait avant la fête pour se préparer, non sans une certaine appréhension malgré tout. Il craignait d'y croiser une certaine personne...une personne qui avait littéralement mis sa vie sens dessus-dessous depuis leur rencontre. Il aurait peut-être dû choisir un déguisement avec un masque, finalement...Bah, il fallait rester positif ! Si ça se trouvait, il ne serait pas là ou au moins, il n'oserait pas se donner en spectacle devant tous ces gens. Du moins, il l'espérait.
Un peu avant 20 heures, on pouvait apercevoir un magnifique pirate - enfin, tout était relatif - parcourir les rues de la ville, non sans attirer quelques regards curieux, amusés ou même outrés. Tricorne, cache-oeil, bottes en cuir, faux sabre, jabot blanc, veste rouge, pantalon noir, tous les ingrédients réunis pour faire un pirate élégant, si, si ! Ah oui, comme tout le monde le savait, Nathanaël était myope comme une taupe. Mais on ne pouvait pas porter de lunettes avec un cache-oeil ! Il avait donc opté pour un monocle, bien qu'il se sentit assez ridicule. En plus, il n'avait pas l'habitude et du coup, il avait un peu de mal à évaluer les environs. Enfin, du moment qu'il ne se prenait pas un poteau ou un mur, tout irait bien ! Oh, j'allais oublier un détail très important ! Il portait également une magnifique barbe noire, ainsi qu'une perruque longue de la même couleur. Pourquoi ne pas avoir opté pour Barbe Bleue dans ce cas ? Il détestait ce personnage, voilà tout ! Ben quoi ? Et peut-être que cette fameuse personne, si elle était là, ne le reconnaitrait pas ainsi.

Lorsqu'il arriva au cabaret, de nombreuses personnes étaient déjà présentes, de nombreux personnages connus avaient pris vie, ce soir ! Nathanaël n'incarnait pas un personnage précis, mais des pirates, on en trouvait dans beaucoup d’œuvres, après tout !
Lorsqu'il pénétra à l'intérieur, un spectacle somptueux l'accueillit. Ah, cette soirée promettait d'être mémorable ! C'était tout simplement magnifique. Edward n'avait pas fait les choses à moitié, mais venant de lui, cela n'avait rien d'étonnant. Et là, le Nathanaël sauvage découvrit le buffet composé de tout un tas de bonnes choses. Mais il découvrit surtout le coin réservé aux desserts. Le Nathanaël sauvage avait les yeux qui brillaient, il avait envie de se jeter sur ces gâteaux aux airs plus délicieux les uns que les autres. Mais il allait devoir prendre son mal en patience, histoire de ne pas passer pour un malotrus, même s'il aurait pu se le permettre vu son personnage. Ou pas.
Edward, vêtu d'un magnifique costume de loup, monta sur scène pour annoncer la couleur, le tout en parlant en alexandrins. Quelle drôle d'idée ! Allait-il vraiment falloir réfléchir pendant une telle soirée ?

Une fois le discours du "boss" terminé, il regarda autour de lui et reconnut certaines personnes, des personnes qu'il connaissait soit de vue soit un peu plus, comme Valentine, déguisée en Chat Botté. Il décida donc d'aller la saluer, non sans vouloir lui faire une petite blague. Ils étaient là pour s'amuser, après tout ! Il s'approcha donc de la jeune femme et s'inclina devant elle en enlevant son chapeau et en prenant une voix rauque, une voix de pirate, quoi !

"Ô, mais que vois-je ! Un magnifique chaton !
Pour venir à vous, j'ai bravé tous les dangers,
Ennemis, vents et marées n'ont pu m'arrêter,
Ni les coups de sabre et les coups de canon !"


Ah, décidément, trouver les bons mots n'était pas facile et nul doute qu'il ne ferait pas ça toute la soirée ! Et puis, il n'était pas particulièrement doué pour ça non plus. Il se redressa et remit son chapeau, faisant toujours face à Valentine, non sans jeter un regard rapide vers l'homme qui semblait l'accompagner. Il l'avait déjà vu à plusieurs reprises et n'avait jamais eu une bonne impression à son égard. Mais peut-être n'était-ce qu'une impression, justement.

"Puis-je vous offrir un verre ?"

Spoiler:
 


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Lennox Von Wolfstadt
Ω Of Gunpowder and Magic Ω
avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 10/12/2010
Age : 26
Localisation : Qui sait? Dans un laboratoire? Devant un piano?

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mar 13 Nov - 14:03

La journée avait pourtant bien commencé. Il avait aidé à la préparation de la fête avec enthousiasme , plaçant les décorations, aidant à réorganiser la salle, pour permettre à la piste de danse d'exister, empêchant Layth de se jeter sur le buffet avant l'heure. La dernière tâche étant la plus fatiguante pour le pauvre Lennox. Faire ce genre de petits gestes pour aider le mettait de bonne humeur. Enfin, tous furent conviés à aller se préparer, leur devoir dans la salle enfin terminé. Alors, traînant Layth derrière lui pour qu'il ne se jette pas sur le buffet, il était remonté et avait décidé de prendre d'abord une douche, ceci fait, il pourrait enfin mettre son costume. Enfin! costume, ce n'étaient que de vieux habits des siècles derniers, du temps où il était lord à la cour d'Angleterre. Mais c'était sans compter sur le drame qui de rpéparait non loin... Layth s'introduit discrètement dans la salle de bain et subtilisa la changée du pianiste, ne lui laissant que le costume qu'il lui avait préparé...
Sa douche terminée, et son esprit encore enivré par la douce chaleur, Lennox vouut prendre son costume dans le petit panier dans lequel il l'avait laissé, mais... Totu ce qu'il trouva fut un costume plus ou moins indécent de.... Femme. Il jeta l'ensemble parterre dans sa rage, criant le nom de l'abruti qui était visiblement responsable, et qui s'était empressé de fuir au plus vite. Mais l'alchimiste ne pouvait sortir nu de la salle de bain, ni juste portant une simple serviette. C'est plein de rage et d'amertume qu'il enfila le costume qui, malheureusement lui allait à merveille. Il l'examina quand même: un costume bleu et rose, un haut décolté imitant la poitrine d'une femme, chose qu'il n'avait pas, un pentalon bouffant, un châle autours de la taille et des épaules, un petit masquee de tissu à mettre sur son visage, juste sur sa bouche. Un costume directement sorti des milles et une nuits. Cela fit tilt dans son esprit: Shéhérazade. Layth avait effectivement mentionné qu'il se déguiserait en Sinbad le marin, personnage des milles et une nuits. Il maudit encore l'affreux et sortit en trombes de la salle de bain, courrant vers sa chambre pour ne pas être vu. Enfin arrivé, il ferma laporte derrière lui, fusillant du regard le Djinn qui arbhorait un sourire radieux, siflottant comme si il ne savait rien, déjà en costume lui aussi. Il ressemblait d'ailleurs plus à un pirate qu'à un marin et il avait laissé ses cheuveux revêtir leur forme véritable, longs et lisses. Il les avait attaché en une queue de cheval lâche, ne se positionnant pas sur le haut de son crane mais à la base de ses racines. Il était plutôt pas mal, dans son costume, Lennox devait l'admettre. Mais là n'était pas question! Il aggripa le col de son idiot et le secoua comme un poirier, lui criant des insultes et lui ordonnant de lui redonner ses vêtements. Mais si il fallait citer quelqu'un de borné, je citerais Layth sans la moindre hésitation. c'était ça ou il allait nu à la fête. Le pauvre alchimiste dût baisser les bras et decendre le moment venu dans cette tenue. Il aurait pu ne pas descendre du tout, mais il voulait s'amuser aussi! Et si personne ne le reconnaissait, totu irait bien non? Il allait se faire passer pour une femme, voilà. Paf! désolé, man pride, mais il n'y a pas le choix! Et puis il y avait bien des femmes plates comme des planches à pain! Il avait récupéré un vieux grimmoire épais qui pourrait faire office de livre d'histoires et une espèce de perruque qui lui ralongeait les cheveux en une longue tresse de la même couleur fauve que sa cheveulure originelle. On ne pouvait pas dire qu'il était méconnaissable, mais il gardait l'espoir que personne ne le reconnaîtrait.
Après s'être lamenté intérieurement pndant un bon moment il fut interrompu par le dicours du patron, informant la foule du petit défit de la soirée: la poésie. Il étaitassez confiant pour lui même, mias pour so nabruti encombrant, il craignait le pire. Bien sûr, il avait le savoir nécessaire, mais la délicatesse n'était définitvement pas son fort. Une fois le discours fini, il alla s'assoir dans un coin, se faisant le plus petit possible, allait il pourvoir d'amuser en fin de compte? Il avait bien trop honte! Et si on le reconnaissait?! En regardant autours de lui, il aperçut des visages familliers: Valentine et Ephraïm, le père Cartier, d'ailleurs cette barbe ne lui allait pas du tout, et Miss Walkson, assise à une table reculée elle aussi. Oh pitié que personne ne le reconnaisse! il se tourna vers Layth qui l'avait suivit:

"N'espère même pas une danse avec moi,
Ce costume étant déjà assez indécent,
Ainsi vêtu je ne danseraispas vivant,
Tu ne me mettra pas d'avantage en émoi!"

Son quatrin ainsi finit pour avertir Layth, Lennox s'enfonça dans la chaise ur laquelle il était posé; les bras croisés, jambes aussi -quelle virilité apparente!-, un air boudeur sur le visage. Sa soirée était gachée. Ou pas.....?

_________________




oops~:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Rita Upset
Shrill Mist
avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 21
Localisation : ET BEN MOI JE CONNAIS LE NOM DE TOUT LE MONDE MAIS PERSONNE SE RAPPELLE DU MIEN HAHAHAHAHA

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mer 14 Nov - 21:41

Rita était enthousiaste. À peine était-elle arrivée dans ce cabaret qu'il fêtait déjà ses deux ans. Deux ans totalement inconnus de la jeune dame, deux ans sûrement remplis de beaux moments, de soirées envoûtantes et d'actions malheureuses derrière les rideaux. Cependant, pour la banshee, deux ans n'étaient qu'une peccadille, un trop court instant pour profiter de tous ces souvenirs. Alors qu'elle descendait les escaliers des dortoirs, pour se rendre dans la salle de bal, Rita s'amusa à imaginer la réaction des invités, voyant une inconnue sortir des coulisses du bâtiment. Elle voyait des visages surpris, des amusés, des appréhensifs et des ronchons. Elle entendait des petits rires légers, des grognements misanthropiques et des bouches en cul-de-poule de surprise. Un tel éventail de classes sociales, rassemblés au même endroit ne pouvait que donner un magnifique tableau de défauts et de sujets à moquerie.
Alors, peut-être que personne ne la remarquerait. Peut-être qu'elle se glisserait comme la brume, se dissimulant tranquillement parmi les invités. Mais Rita n'y pensait pas. D'abord, elle salivait à l'idée de se servir dans l'énorme buffet, dont elle avait sentit l'odeur depuis son arrivée. Si quelqu'un venait à l'apercevoir, elle répondrait par un air innocent de petite fille, comme son costume laissait supposer.

Pour une fois, la couleur avait été mise en valeur. Quand Rita dévalait les marches, sa robe, bordée de dentelle fine et discrète, s'envolait légèrement et laissait apercevoir un jupon de tulle cousu au ceinturon, avec tellement de couches que la banshee semblait avoir un champignon à la place des hanches. Un chemisier blanc aux manches courtes et bouffantes avait été enfilé sous le buste de la robe. Le col en V de celle-ci faisait ressortir un collier sans trop de valeur, la pierre verdâtre ayant été ramassée au fond d'une rivière. Pour coiffer ses cheveux, Rita avait opté pour une couronne tressée, ornée de fleurs blanches et jaunâtres. Quant à ses genoux et ses petits tibias, ils étaient volontairement dégarnis de tissu, mais ils était cachés par des bas blancs opaques. Ainsi ressortaient mieux ses souliers rouges, couverts encore d'une couche de teinture fraîche.
Tout cet habit affriolant provenait de restes de vieux vêtement défraichis, que Rita avait gracieusement repris. Ainsi, elle semblait aussi jeune que la chère Dorothy, celle qui s'égare et qui s'épanouit dans le pays d'Oz. Il n'y avait pas vraiment de raisons pour lesquelles la banshee avait choisi ce personnage, mais cela lui avait permis d'utiliser un vieux vernis pourpre, qui trainait au fond d'une malle.

Arrivée dans la grande salle décorée, Rita s'aperçut que les portes n'avaient pas encore été ouvertes, vu le vide qui régnait. Paradoxalement aux travailleurs, qui courraient ça et là avec des plateaux chargés ou des derniers rubans à installer. Elle vit aussi son employeur, chaudement habillé, s'affairer dans tous les coins de la pièce. Puis, celui-ci ordonna aux commis de se retirer, aux serveurs de se positionner et aux ouvreurs de se préparer. Une dernière inspection, un ultime réajustement et l'invasion pouvait commencer. La foule afflua par l'entrée bordée de chêne. Ainsi, Rita fut, avec un petit regret, mélangée à la populace. Un bref brouhaha céda sa place à un silence presque total et Edward expliqua les règles du jeu. Un jeu qui épuisait déjà Rita. Faire des alexandrins toutes la soirée ? Voilà qui allait bien l'user. Elle glissa pourtant à un de ses voisins, histoire d'en faire réagir au moins un :

- Je me suis déjà essayée aux vers, aux rimes,
Sans y trouver pourtant, la moindre sensation.
Mais pour une telle soirée, aussi sublime,
Allons, ne faisons pas de mauvaises façons !


Et elle s'en alla gaiement, laissant un jeune homme hébété. Elle piocha une ou deux friandises dans le buffet, décrocha un nœud de ruban pour le glisser dans ses cheveux, puis s'arrêta devant un phénomène particulier. Une femme, en habit d'orient déguisée, avait choisi pour une position plutôt inhabituelle. Collée de près par un pirate aux cheveux argents, elle soupirait d'agacement. Se laissant prendre par l'humeur de son costume, Rita s'approcha d'elle et lui parla en vers :

- Tiens donc, je crois que ce que nous avons là est,
Sans nul doute, une très belle Shéhérazade.
Pourtant, je ne puis point lui faire aubade,
Car je crois qu'elle a perdu sa féminité.

Mais ne vous fâchez pas, je ne cherche pas querelle,
Je ne veux pas de votre courroux des sables.
Pourtant, votre marin a l'air intenable,
Accordez-lui une danse, femme de Sahel !


Elle fixa l'homme qui gardait la dame virile, puis s'en détourna et continua sa route vers un bouquet bien arrangé. Elle entreprit de prendre une des fleurs, mais celles-ci étaient fort bien attachées. Ne voulant pas laisser tomber, Rita commença à forcer sur l'une des tiges, sans que cette dernière ne cède aux avances de la jeune fille.

_________________

Quand je lance pas des vannes, je parle en #429D42


"Maintes et maintes fois, maintes et maintes fois, j’ai cherché sans trouver la réponse à mon existence
Mais rien n’est certain, et encore moins
La raison des larmes sur mes poings
J’ai beau continuer, à la nuit tombée
Je m’arrête épuisée et me réveille quand le soleil est levé

Alors "Je suis heureuse, heureuse de vivre" pour tout les nouveaux jours à voir...
Je prie pour un jour y croire..."


Spoiler:
 


Dernière édition par Rita Upset le Mar 1 Jan - 8:49, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Eyssard
l Un monstre dans la peau l
avatar

Messages : 164
Date d'inscription : 28/12/2010
Localisation : Nettoie les salles privées.

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 16 Nov - 11:31

    Lorsqu’Andréa poussa la porte de sa chambre, un terrible soupire s’échappa de ses lèvres. Il allait être ridicule. Complètement ridicule. Et quant à ce satané proverbe qui dit joyeusement « le ridicule ne tue pas », le louveteau était loin d’être aussi catégorique. Mais pourquoi avait-il fallut qu’il accepte ce foutu pari avec son oncle ?! Il perdait à chaque fois, il le savait et pourtant il se faisait toujours avoir. Franchement…

    Son regard morne se posa sur son costume du soir. Le petit chaperon rouge. Quand on y réfléchissait, cela lui convenait relativement bien. Après tout, si le loup ne l’avait pas réellement mangé, c’était tout comme. Un nouveau soupire de défaite et il se laissa tomber sur son lit. Pourquoi ne pourrait-il pas rester là ? Après tout, Edward lui avait imposé l’habit, mais aucunement d’être présent à la soirée. L’idée fit tranquillement son chemin dans sa petite tête de loup-garou, jusqu’à ce qu’il songe à la réaction de son oncle. S’il faisait ça, jamais il ne finirait de se faire rappeler sa lâcheté. Et puis que diraient les autres employés ? Non vraiment c’était une piètre solution. Le mieux était encore d’enfiler cette satanée robe et de l’assumer. Oui voilà ! Ce n’est qu’un costume après tout !

    Fort de cette auto-persuasion, le jeune homme se releva avec fierté et se changea. Edward n’avait pas été trop mesquin pour cette fois. Sous l’incontournable chaperon rouge noué autour de son cou par un imposant noeud, le jeune homme était vêtu d’une longue robe en lin clair qui lui tombait jusqu’au-dessus des genoux, un jupon blanc de soie en dépassait légèrement, dévoilant ses fines dentelles à un œil avisé. La taille fine du garçon était marquée par une étroite ceinture faite d’un ruban brun qui se nouait dans son dos par un habile laçage. Le haut de la robe, simple, n’était nullement décolleté. Seules quelques dentelles venaient égailler l’ouverture pour les manches et la tête. Il termina sa préparation par un tablier blanc noué autour de la taille et enfila de petites chaussettes à dentelles avant de les couvrir de deux souliers noirs et lustré.

    Fin prêt, il descendit en conquérant jusqu’à la salle de balle.

    La salle était déjà pleine à craquer. Lui qui allait travailler ce soir, cela s’annonçait délicat. Il atteignit la dernière marche lorsqu’Edward termina son discours. Il n’avait nullement besoin de l’écouter pour savoir qu’il allait devoir s’improviser poète pour relever brillamment le défi lancé par son abruti d’oncle. Bon sang… Si Anastasia le voyait… Elle les tuerait tous les deux, c’est certain.

    Inspirant profondément, le petit chaperon rouge enfila sa capuche et c’est d’un pas assuré qu’il traversa la foule pour rejoindre le buffet. Sans hésiter une seule seconde, il attrapa un plateau de crudité et décida de courageusement faire le tour des invités pour leur proposer de quoi se restaurer. Évitant habilement un pirate en pleine salutation avec un chaton, il se faufila entre la Reine de cœur et Barbe bleue pour atteindre les tables collées au mur. Il y retrouva Edward à qui il mit brutalement son plateau sous le nez :

    « Voilà un chaperon, tant mignon que grognon !
    Allons ne boude pas, cet habit t’embellit !
    Et je suis sincère, tu es « la » plus jolie.


    - La ferme, je m’en fou, et prends du jambon.
    Quoique les carottes te sont plutôt conseillées,
    On dit que ça rendrait aimable dans le métier.
    Eh ! Pas touche à ma capuche, ou j’enfile un pantalon.


    - Andréa, mon neveu, je crains que ce soit faux.
    Il n’y a pas douze dans ta suite de mots.
    Et je te vois bien, sur ta main quelques fois,
    Compter avec tes doigts, que les syllabes y soient.


    - Tu m’agaces vieux loup, je déteste ce jeu !

    - Bravo, voilà c’est bon ! Eh, tu vois quand tu veux !
    Ce n’est pas sorcier d’être un bon théâtreux ~
    »

    Le louveteau fronça les sourcils et recompta rapidement sur ses doigts. Douze. Autant vous dire qu’il fulminait. Il tourna les talons sans ouvrir la bouche et prit la direction opposée à celle de son oncle. Tant qu’il n’aurait pas à le côtoyer, cette soirée se contenterait d’être désagréable.

    Grommelant dans sa barbe, vexé, il en oubliait même de faire passer son plateau pour que les invités se servent. Les plus gourmands tendaient vainement la main pour s’emparer d’un petit toast, tandis que les autres, interloqués, le regardaient passer à vive allure. Il fallut attendre qu’il soit dans le coin opposé à son oncle pour qu’il se calme et reprenne un peu ses esprits. Observant vaguement la foule, puis son plat, il soupira et se décida à reprendre plus convenablement son travail.

    Il repéra alors une jeune femme qui pouvait être potentiellement intéressé par ses mets. Attablée, ou plutôt avachie, elle portait tout l’attirail d’une belle princesse. Une robe sublime, une coiffure unique et aux souliers de verre qu’elle portait, Andréa crut déceler là une Cendrillon sans prince charmant. La chose se confirma lorsque la belle sortit un paquet de cigarettes et porta l’une d’elles à ses lèvres rosées avant de l’allumer. Autant vous dire qu’il n’y a pas chose plus enclin à briser un mythe.

    Prenant son courage à deux mains, le louveteau s’avança. Il s’inclina légèrement et tendit son plateau vers la jeune femme. Cachant sa main dans son dos, il comptait, non sans peine, les syllabes de ses phrases :

    « Princesse Cendrillon, voulez-vous du jambon ?
    Il provient d’Italie et on le dit exquis.
    Servez-vous je vous prie, vous avez jusqu’à minuit.
    Ah ! Encore raté. Le compte n’est pas bon…
    »

    L’avant-dernier vers faisait treize pieds. Non mais vraiment. Quelle drôle d’idée que celle de parler tout en alexandrin !! Soupirant discrètement, le jeune loup se promit à lui-même de ne plus se faire avoir par les idées saugrenues de son oncle. Après tout, la soirée était idéale pour rêver.

H.R.P:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 23 Nov - 0:26

Spoiler:
 

Une fête au Lost Paradise pour fêter ses deux ans? Mais comment aurais-je pu manquer une occasion en or de prendre un bon coup et de m’amuser au détriment de ses gens qui ne pouvaient prendre plaisir à cette célébration sans l’arrivée magique de Wally. Même si Ed m’avait bien dit que je n’étais pas en service ce soir, mon crédo était qu’un magicien était toujours un magicien peu importe l’occasion. Et même si cette fête était censée être réglementée de quelques lois civiles et de bienséances, je n’allais pas me gêner pour faire quelques petits tours dont les gens ne risquaient pas d’oublier et qui allaient sans doute leur faire apprécier davantage cette fête qui, malgré les décorations, le buffet, manquait effroyablement de… hum, comment on dit ça déjà? Ah oui, de « punch ».

Toutefois, je n’avais pas eu l’intention de mettre les pieds dans cette salle le premier, je préférais me faire attendre de la foule et apparaître dans mon beau costume, qui je l’espérais, ferait son effet escompté en espérant avidement que mon Nath aurait décidé d’y faire un tour. C’était peu probable qu’il manque une occasion de venir s’empiffrer de petits gâteaux, mais tout de même, il y avait un risque que ce bon vieux épiscopal soit trop occupé pour jouer. Mais c’était un risque peu probable. J’avais le sentiment qu’il était venu et habituellement j’avais beaucoup d’intuition pour ce genre d’affaire.

Enfin.

C’est donc après le discours de mon boss (que je n’écoutai pas du tout) que je fis mon apparition dans l’ombre de cette pièce, observant du coin de l’œil cette foule qui, malgré leur costume et leurs belles rimettes, me semblait si banale. Le seul élément de cette fête qui me fit esquisser un sourire fut de remarquer bel et bien la présence de Nath au buffet. Toutefois, même si ce n’était que du théâtre, le voir ainsi « charmer » une femme me remplissait d’une jalousie folle, une jalousie que j’appréciais, car elle me donnait encore plus d’envie d’étriver ce pauvre prêtre.

Bon, en tout cas.

Nath était en forme ce soir à ce que je pouvais voir? Intéressant. C’est donc habillé de mon costume de diable avec deux petites cornes sur la tête, un habit moulant rouge (très moulant) agrémenté d’une petit queue au bout triangulaire de la même couleur, tenant entre mes mains une fourche et un chapeau haut de forme que je mettais à l’occasion pour saluer les gens (je ne pouvais m’en départir, sans lui je n’étais pas un magicien), que je m’approchai des gens autour du buffet et sans nécessairement m’adresser à Nathanaël plus qu’aux autres, je lançai l’alexandrin suivant (car il me plaisait, pour le moment, de me plier à cette petite contrainte rigolote) :


-Comme il est bon d’être réunis, chers amis ,
Mais certainement, vous étiez seuls sans Wally,
Souriez, messieurs et mesdames, peuple divin,
Votre bon diable pimentera votre vin,
Mettra à vos jours un peu de perlimpinpin,
Ainsi qu’un bouquet de flammèches dans vos yeux,
Et fera naître dans votre coeur un grand feu,
Qui suis-je? Qu’un petit diable, mes amis,
N’ayez pas peur, je ne suis pas fin à ce point,
Je n’ai qu’un vœu et il est de jouer le jeu.

Dans cette tirade d’entrée, je laissais entendre quelques sous-entendus, mais sans plus. J’étirai alors un sourire en croisant le regard de Nath. Attendant pour une fois qu’il fasse les premiers pas, je pris une bouteille de bon vin rouge dans laquelle je mis quelques « épices » de mon crû, c'est-à-dire de nouveaux ingrédients que j'avais conçus et qui, en contact de l'alcool, agissaient comme un véritable filtre d'amour. Les effets de celui-ci à proprement dit? Bien je ne les connaissais pas encore parfaitement étant donné que c'était ma première utilisation, mais tout ce que je pouvais dire, c'est que plus on buvait le fond de la bouteille, plus le filtre était puissant et plus la ''victime'' se retrouvait dans un état d'esprit euphorique qui l'amenait à tomber amoureuse de la première personne que son regard croisait et ça pendant le temps que l'alcool s'évapore dans ses veines. Alors, plus longtemps la personne buvait, plus l'effet serait long.

*Quel ennui les conventions, mes amis, je vais vous arranger ça, attendez bien le spectacle, mais pour le moment, profitez de votre calme, ahaha.
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Sam 24 Nov - 19:56

Ce ne fut pas Valentine qui aperçu et reconnu le prêtre en premier. Un coup d'œil vers Ephraïm l'informa qu'il avait vu quelqu'un et son froncement de sourcils familier lui mit la puce à l'oreille lorsqu'un pirate vint la saluer aimablement. Il parlait d'une voix faussement rauque et semblait réfléchir vaillamment aux mots qu'il énonçait, se prêtant au jeu des Alexandrins.
Elle resta un moment perplexe avant de soudain comprendre à qui elle avait à faire. La soudaine contrariétés de son cavalier n'était dû qu'à une seule et unique personne: l'exorciste.
Elle parvint à saisir son petit discours et sourit gentiment à l'homme, hochant doucement la tête devant l'invitation.


"Ma foi pourquoi pas. En revanche, veuillez me pardonner si je ne tente pas de parler en poésie, je ne suis pas forte dans ce registre et je serais bien capable de me préoccuper d'une seule et unique phrase le temps de la soirée. Se serait triste de manquer toutes les activités que nous offre le cabaret, ne trouvez vous pas, mon père ?"

Elle tourna la tête vers Eph pour voir s'il était partant. A voir sa tête, il était très facile de voir qu'il aurait préféré voir n'importe qui sauf lui. La situation était un peu tendue, mais heureusement, il prit sur lui et hocha lentement la tête, acceptant qu'elle aille prendre un verre avec Nath. Elle devinait quand même qu'il allait se positionner non loin d'elle, juste histoire de surveiller leurs activités festives. Cela était triste qu'il se mette en tête de jouer les chaperons au lieu de s'amuser, mais elle se promit de retourner très vite auprès de lui, refusant de le laisser seul... ou en compagnie d'éventuelles dames voulant la compagnie d'un bel homme comme lui.

Elle suivit Nath et se mit à frétiller sur place, se demandant bien ce qu'elle allait pouvoir boire. Il y avait tellement de cocktails... elle n'avait jamais eu la curiosité de gouter à l'un d'eux. Elle ignorait même le nom de certain. Il fallait profiter de la fête et du déguisement pour s'ouvrir à des expériences nouvelles. Aussi, elle commanda un verre d'une couleur flamboyante et commença à le siroter. Il avait un bon goût sucré... Mais au bout de plusieurs gorgées, elle sentit également qu'il donnait chaud... Quoi, il y avait de l'alcool dedans ? Elle avait du mal à y croire et c'était trop bon pour qu'elle n'y prête vraiment attention...
Et ce fut d'ailleurs l'erreur qui la rattrapa. Au bout d'une bonne quinzaine de minutes, alors qu'elle conversait avec Nath, elle commença à se sentir euphorique, ses joues la brûlant. Elle avait envie d'aller danser, de se défouler pour évacuer ce trop pleins d'énergies...
La journaliste observa les autres invités, soudainement curieuse. Y avait-il d'autres personnes qu'ils connaissaient ? Oh elle devina rapidement l'identité de certain et ne put s'empêcher de rire en découvrant en quoi ils s'étaient déguisés. Certains avaient vraiment d'étranges idées...
Le vin qu'on lui avait servit était plutôt agréable au palet mais curieusement, il ne lui donnait pas la même euphorie que le reste des boissons qu'elle avait bu. Elle se sentait plus légère, comme sur un petit nuage. Et malgré elle et la conversation qu'elle avait avec le prêtre, son regard ne cessait de se focaliser sur son mousquetaire balafré. Il restait sage, parlant parfois à d'autres personnes, buvant de temps en temps un verre, observant l'animation du cabaret et lui lançant parfois un petit regard qui lui semblait très intense...
Tellement intense qu'étrangement elle se sentait fébrile, quelque chose la démangeant de l'intérieur, mais elle n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle voulait vraiment faire. Mais ce regard lui en donnait de plus en plus envie.

Bientôt, elle en oublia son interlocuteur, ne dévisageant plus qu'Ephraim, le détaillant avec gourmandise. Jamais encore elle ne l'avait observé de cette manière, étrange que cela ne se fasse que ce soir-là. Il était tellement attirant...
Une femme, d'ailleurs, sembla s'en rendre compte et commençait à lui parler courtoisement avec un grand sourire... Au grand déplaisir de Valentine.
Fronçant les sourcils, elle se décala du comptoir et de son 3eme verre de vin à présent vide, pour le rejoindre sans attendre, trottinant rapidement vers lui dans une souplesse typique d'un vrai chat. Elle avait vraiment comprit son personnage, on devait bien lui accorder cela.
Peut-être était-ce son expression frustrée qui la dénonça mais Eph sembla mettre fin à la conversation avec la dame avant de se tourner vers elle, la regardant d'un air surpris. Mais il n'était pas difficile à la couleur de ses joues et à ses yeux légèrement embués qu'elle était sous l'emprise de l'alcool.


''Valentine ?''

Sans la moindre explication elle plongea tout contre lui et s'accrocha à sa cape, tel un chaton quémandant caresse et tendresse. Le pauvre Croque-mitaine semblait assez désappointé par les événements et jeta un coup d'œil vers Nathanael qui était toujours au comptoir. Lui aussi semblait afficher un étrange regard, mais il n'en comprit pas la raison. Les prêtres étaient-ils tellement enclin à s'enivrer avec des personnes non croyantes ?
Valentine ne semblait plus vouloir le lâcher, blottit contre lui. Peut-être affichait-elle une bouille mignonne, en tout cas, son ami ne put s'empêcher de poser une main douce sur sa tête, la laissant doucement glisser dans ses cheveux roux. Elle frissonna agréablement.

Et puis soudain, Ephraïm, prit d'une impulsion soudaine, l'étreignit dans ses bras, Lui qui était tellement grand, elle se sentait disparaître et devenir un simple petit chat entre les bras de son maître. Ce fut d'ailleurs à ce moment là qu'elle réalisa qu'elle n'avait plus son chapeau... l'avait-elle laissé au comptoir ?
Une pensée bien futile mais sur le coup c'était la seule chose qui lui venait à l'esprit tellement les évènements la prenaient au dépourvu. La voix rauque de son ami, si familière, se fit comme un murmure à son oreille. Susurrant avec douceur.


'' Même si je ne peux approuver cette ivresse que tu nous dévoile, je me permet néanmoins de te dire que tu es particulièrement adorable lorsque tu te comporte comme telle un chat. Ce choix de costume est finalement un très bon choix, j'admets que tu avais raison.''

Valentine ne comprenait pas tout le sens de son beau discours, elle n'y parvenait pas, son esprit restant malheureusement trop enivré. Mais la douceur de sa voix était bien suffisant pour lui faire comprendre qu'il n'y avait que douceur à son égard.
Elle avait si chaud... Peut-être que l'alcool lui montait à la tête, peut-être que le contact entre leurs deux corps lui prodiguait une chaleur supplémentaire... ou était-ce peut-être à cause de ses joues qui s'étaient soudain mises à rougirent.

Levant les yeux vers lui, elle plongea son regard dans le sien et soudain comprit enfin ce qui la démangeait tant. Alors que jusque là elle n'en avait pas saisit le sens, à présent, elle ne pouvait se retenir et se décida d'agir pour satisfaire son envie refoulée.
Se mettant sur la pointe des pieds, la journaliste s'approcha du visage de l'homme et, avant même qu'il ne puisse saisir la raison de cette action, posa ses lèvres sur les siennes.
Il dut rester complétement figé de ce geste car il ne la repoussa pas assez vite. Elle avait déjà entouré sa nuque de ses bras fins lorsqu'il commença à réagir.
Il tenta de la repousser légèrement, ne voulant pas se montrer trop agressif, surtout devant l'ébriété de la demoiselle.
Face à ces mains qui semblaient freiner ses ardeurs, la rouquine se détacha légèrement de lui, le regardant droit dans le yeux, laissant ses bras à leur place. Ephraïm avait les joues rouges comme elle, mais ce n'était surement pas à cause de l'alcool contrairement à elle. Il tenta de dire quelque chose, de la ressaisir ou de lui rappeler qu'ils étaient au cabaret devant pleins de personnes, mais elle s'en fichait et ne lui donna pas l'occasion de dire ce qu'il voulait. Beaucoup plus déterminée dans son geste, elle l'embrassa de nouveau, se moquant éperdument des regards qui se tournaient vers eux, outrés ou amusés. Elle n'avait plus que cela en tête et ne comptait aucunement cesser cette activité qui avait complétement envahit son esprit.
Et pour son plus grand bonheur, cette fois-ci, Eph résista que très peu de temps avant de céder. Préférait-il la laisser faire jusqu'à ce qu'elle se calme ou se ressaisisse ou éprouvait-il lui aussi un certain plaisir de ce contact charnel ?
Concentrée sur son baiser, elle ne s'aperçut pourtant pas qu'il avait finalement resserré son étreinte sur sa taille...

Elle ne put dire combien de temps ils restèrent ainsi, et à vrai dire, cela importait peu car quoi qu'il arrive, elle trouva cela affreusement court lorsqu'ils durent, bien malgré elle, cesser cela. Quelque chose venait de les interrompre et , toujours sous l'effet de l'ivresse qu'avait engendré ce baiser, Valentine ne put s'empêcher de lancer un regard noir vers la source de cette gène.
Une personne venait de se présenter à eux, n'appréciant aucunement cet échange si grossier pour l'époque. Mais il fallu un long moment à la miss pour reconnaître l'identité du perturbateur.
Sans comprendre, elle l'observa, ayant défait ses bras d'Eph, mais restant très près de lui. Allait-elle se faire taper sur les doigts ? Elle se contenta d'attendre sagement, voulant à nouveau recommencer sa petite activité. Le pire c'est qu'elle ne savait même pas ce qui pouvait bien traverser l'esprit de son ami qui était parfaitement silencieux depuis qu'ils s'étaient séparés...


Spoiler:
 

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mar 27 Nov - 15:57

Le lycanthrope pesta pour la énième fois. Il détestait Edward! Lui et ses idées saugrenues! Imposer ça au clan en prime, non mais franchement! Quelle idée débile! Comme s'il n'avait que ça à faire, et son supérieur qui l'avait contraint en plus à embarquer avec lui Billy! Non mais sérieusement, comment pouvaient-ils tous trouver ça drôle? A tous les coups, le patron avait juste cherché à le ridiculiser! Comme si le courant ne passait déjà pas assez entre eux, il fallait de surcroît qu'il abuse de son pouvoir pour s'adonner à ce genre de moqueries fourbes! Il enrageait!

Billy quant à lui, avait pris un plaisir non dissimulé à l'affubler de la sorte. Enfin, ils avaient fini par tomber d'accord, parce qu'au vue des précédents costumes qu'il lui avait proposé au début, il n'aurait jamais mis un pied dehors. Là il devait avouer malgré tout que cela lui lui donnait une certaine prestance, et tous les collègues semblaient d'accord sur ce point.

Ainsi son second, l'avait attifé d'un pantalon et blanc, de bottes hautes pourpres, d'une chemise bleue nuit, sur laquelle était attachée une cape également pourpre. On l'avait coiffé d'un feutre du même ton, aux longues plumes blanches et pour parfaire le personnage allant de paire avec le fleuron, un masque dont le nez était bien trop long!
Aldrick avait soupiré longuement mais ainsi il pouvait agir librement, alors il avait fini par céder et accepter de paraitre sous les traits de "Cyrano de Bergerac", que personne ne semblait connaitre hormis Billy, et qui selon lui était encore à l'état d'ébauche mais ferait fureur dans l'avenir. Ce à quoi le commissaire avait répondu par un simple haussement d'épaule.

"Le chevalier roux" tel qu'on surnommé Billy, quant à lui, faisait à merveille le prince charmant de Blanche Neige. Son costume tout de blanc, laissait apparaitre juste ce qu'il fallait de son buste, pour plaire aux dames, sans oublier qu'épée et cape immaculée, faisaient ressortir ses cheveux et ses yeux rieurs, en plus d'aller de pair avec son sourire ravageur. Pour parfaire le tout, le maréchal ferrant, avait même était jusqu'à lui fournir son plus beau cheval blanc. Une jument douce et docile, qu'il convenait de nourrir de temps à autre durant la soirée pour toute compensation.

Une fois sur place, ils étaient arrivés juste à temps pour comprendre qu'en prime le maître des lieux, non content de toute cette mascarade demandait à tout un chacun de parler en alexandrins!


*Je suis sûr qu'il l'a fait exprès! Ce sadique ne perd rien pour attendre!*

Tout occupé qu'il était à rager sur place, Aldrick n'entendit pas Billy le prévenir qu'il allait voir si tout se passait bien du côté du buffet, et lorsqu'il parvint enfin à se calmer il dut admettre, que cela avait bien plus de succès qu'il n'avait imaginé. L'ambiance était chaleureuse, et la soirée sembla vite être agréable pour tous.
Il vit même Andréa passer l'air irrité, oubliant de servir les convives. Affublé d'un costume de chaperon rouge, il n'avait pas besoin de se poser beaucoup de questions quant à la personne responsable de ça.


*Franchement, il tient à le martyriser combien de temps encore? Il va finir par le détester à force!*

Aldrick soupira, plaignant en son for intérieur Andréa profondément. Edward n'était pas quelqu'un de facile à vivre au quotidien, s'il avait décidé de faire de vous son jouet, et actuellement c'était à Andréa que revenait cette tâche.

Se décidant enfin à parcourir la pièce, cherchant du regard Billy, ses pas le menèrent jusqu'au bar, où il resta interdit quelques instants. Face à lui, Valentine embrassait un parfait inconnu, qui loin de paraitre embarrassé, semblait profiter de l'instant pour la rapprocher de lui. Autour d'eux, les propos allaient bon train, et il surprit plusieurs femmes à s'offusquer quant au comportement des filles de joie. Aldrick leur lança un regard noir. Valentine lui en voudrait sûrement de se mêler de ce qui ne le regardait pas mais il ne pouvait laisser médire sur son compte. Aussi il la rejoint et appuya avec assez d'insistance sur son épaule pour qu'elle cesse. Devant son visage surpris, et ses joues rosées, il comprit qu'elle avait bu, car elle chancela doucement en arrière. Il lança un regard noir à son partenaire. Comment pouvait-il cautionner ça?
Cependant, le brun reporta bien vite son attention sur son amie, espérant qu'elle soit encore apte à comprendre:


Pardonnez mon intervention gente dame
Mais autour de vous deux, la foule s'enflamme
Se demandant pourquoi vous ne profitez point
Du calme des chambres pour vous aimer au moins

Si la passion qui vous lie émeut votre amant
Mon fleuron, pour lui, ne sera jamais méchant
Ô cependant je vous en conjure éviter
Aux yeux de tous, sans pudeur, de vous exposer

Ne craignez point ici les sermons d'un ami
Aussi mon cher D’Artagnan je vous saurais gré
D'être fidèle, ou vous serez châtié
Mais gardez bien ses conseils dans votre esprit

Que cette femme soit heureuse en ce soir
Qu'à votre bras elle se plaise à rire encor
Suivant les mœurs pour oublier les sots alors
Seule l'amitié fera naitre l’espoir


Un dernier regard à D’Artagnan suffisse pour que celui-ci comprenne bien qu'il ne plaisantait pas. S'ils se comportaient convenablement, il n'aurait rien à y redire, mais qu'ils ne fassent pas cela ainsi en public. Ce n'était pas une déclaration de guerre, juste une mise en garde. Il attendit une réponse de la part de son vis à vis, oubliant un peu vite qu'autour d'eux, la fête battait son plein.

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mar 27 Nov - 17:51

Une grande fête avait été préparée pour le Lost Paradise à l'occasion de l'anniversaire de sa création, deux ans auparavant. Tous les employés avaient eu congé afin d'y participer et donc, la plupart étaient en train de préparer leurs tenues et leurs masques selon le thème littéraire qui avait été imposé. Une seule personne demeurait parfaitement immobile au milieu de toute cette agitation, cachée dans sa chambre, les yeux fermés pour mieux réfléchir. Y aller ou ne pas y aller, telle était la question qui la torturait... D'un côté, ce serait sans doute amusant et c'était un événement à ne pas manquer, puisque ce n'était pas tous les jours qu'une pareille fête était organisée. De plus, le thème était intéressant, du moins aux yeux de June qui adorait la lecture... De l'autre côté, il ne faudrait pas que sa présence cause une catastrophe... Mais chaque personne du cabaret présentait en quelque sorte une part de danger, n'est-ce pas ? Sa décision était donc prise. Elle profiterait de la soirée, elle danserait, elle discuterait et avec de la chance, elle s'amuserait vraiment. Si la situation dérapait, on saurait sans doute la maitriser et elle saurait donc à l'avenir qu'elle ne supportait pas la foule. Cela lui semblait le seul moyen d'obtenir une réponse à ce sujet, que ce soit favorable ou non. La peur continuerait de lui dévorer les entrailles un certain temps, évidemment, mais elle ne ferait pas marche arrière...

Quelques heures plus tard, la voilà qui était accoutrée comme elle ne l'avait jamais été auparavant. June ne put s'empêcher de soupirer un peu tandis qu'elle terminait de se coiffer. Elle aurait préféré une tenue plus simple, plus discrète... Pas facile lorsque son couturier personnel est un homme aux goûts aussi extravagants que ceux de Kaito... Il aurait trouvé un moyen de rendre éclatant un costume de mendiant, si c'était ce qui lui était demandé. Cette simple pensée recolla un sourire aux lèvres de la petite cantatrice, celle-ci observant son reflet dans le miroir une dernière fois lorsque son chignon fut terminé. Ce qui la gênait un peu était sans doute cette impression de n'avoir jamais été aussi belle auparavant... Elle incarnait la Reine des Neiges. Elle était donc vêtue d'une longue robe blanche bouffante à corset, composée de nombreux rubans et froufrous, ainsi que quelques perles cousues ça et là pour scintiller quelque peu lorsque la lumière s'y déposait. Elle aurait également dû en porter quelques-unes à son cou et dans ses cheveux à l'aide d'un collier et de broches, mais elle avait préféré garder son pendentif et placer quelques petites fleurs blanches au milieu de ses cheveux d'or, prétextant qu'elle ne désirait pas non plus étourdir les autres invités. Son visage était un peu poudré pour accentuer la pâleur de son teint, ses bras quant à eux recouverts de longs gants blancs. Normalement, ses cheveux auraient sans doute dû être dans les mêmes tons eux aussi, mais blond n'était pas si loin du compte et puis on ne pouvait être parfait, n'est-ce pas ? De plus, ce personnage était déjà pour le moins impressionnant... On aurait cru voir une poupée vivante ou encore une véritable princesse. Ce ne serait sans doute pas une soirée qu'elle oublierait de sitôt ! Restait à voir si c'était une bonne chose ou non...

June fit enfin son entrée dans la salle de réception quelques minutes plus tard, observant les décorations avec intérêt avant de se mêler un peu à la foule, faisant simplement attention à ce que personne ne marche sur sa robe par accident. Kaito lui en voudrait terriblement si elle abimait son chef-d'œuvre. Enfin, plusieurs personnes dansaient déjà, donc cela faisait des obstacles en moins. La fête battait son plein, June avait dû manquer le discours d'entrée, ce qui était dommage, mais heureusement, les règles du jeu avaient été expliquées sur le carton d'invitation, ce n'était donc pas trop angoissant... Certaines têtes lui semblaient familières, parmi les artistes et autres habitués du cabaret, d'autres non. Au moins, elle n'était pas la seule à avoir un costume qui attirait les regards ! Un peu nerveuse malgré tout, elle pensa un moment qu'il valait plutôt mieux s'installer dans un coin, à la fois loin du buffet et de la piste de danse, en attendant que quelqu'un la reconnaisse et vienne donc à sa rescousse, mais elle vit que quelqu'un d'autre semblait déjà avoir eu cette idée. Et en y réfléchissant bien, il lui semblait reconnaître la silhouette et les cheveux d'Edward; de plus, qui d'autre se serait déguisé en grand méchant loup que le patron des lieux ? Un grand poids sembla se retirer de ses épaules dès qu'elle se dirigea à sa rencontre, s'accrochant un peu à lui comme à une bouée de sauvetage une fois de plus, ne faisant plus trop attention aux autres pour le moment. Tout ce qu'elle espérait, c'était de ne pas le déranger. Après tout, il y avait peut-être une raison pour laquelle il restait à l'écart... Elle lui adressa donc un sourire très doux pour lui prouver que ses intentions n'étaient pas de lui déplaire.

« Edward, mon ami, vous vous êtes surpassé,
On se croirait vraiment dans un conte de fées !
Mais dites-moi, pourquoi rester seul, loin de tous ?
Vous devriez profiter de cette fête... »


Et tant pis pour la rime, au moins le compte était bon. Ce n'était pas facile pour quelqu'un qui ne connaissait cette langue que depuis peu de temps. Elle pourrait toujours se reprendre plus tard, de toute façon... C'était les seuls mots qui lui avaient traversé l'esprit pour l'instant. Une façon indirecte de lui demander une danse, que ce soit maintenant ou plus tard... Pour le moment, elle se demandait surtout si quelque chose le tracassait et si elle pouvait lui venir en aide. Pourtant, tout semblait bien se passer pour le moment, non ? Certains convives semblaient plus frivoles, mais c'était peut-être l'alcool qui leur montait à la tête, ce qui n'était pas vraiment surprenant dans pareille réception...
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 964
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Lun 3 Déc - 0:15

Nathanaël avait donc été voir Valentine pour s'entretenir un peu avec elle et lui proposer un verre. Nul doute que s'il avait su ce qui allait bientôt suivre, il se serait abstenu ! Bon, finalement, cette fichue barbe l'énervait et commençait à le gratter. Il avait néanmoins l'espoir un peu idiot que Walter ne le reconnaîtrait pas ainsi, s'il pointait le bout de son nez à la soirée. C'était ridicule, évidemment. Enfin, pour l'heure il se rendit au bar avec Valentine en tentant d'ignorer le regard du type qui l'accompagnait. Bien sûr que Nathanaël le connaissait, enfin, de loin surtout, et il se posait certaines questions à son sujet, mais ce soir n'était pas le moment pour ça, même si ce regard commençait à lui peser un peu. Ephraïm ne l'appréciait guère, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure...et on pouvait même dire que ce sentiment était réciproque. A quelques nuances près. Nathanaël se méfiait surtout de lui.
Lorsque la journaliste lui confia qu'elle n'allait pas parler en rimes, il lui adressa un petit sourire compréhensif. C'était un exercice fort ardu, après tout.

"Je comprends. Je n'ai moi-même pas très envie de réfléchir sans cesse...Et je vous en prie, pas de formalités entre nous, ce soir ! Appelez-moi donc tout simplement Nathanaël !"

Au moment de prendre un verre, Walter fit son entrée, une entrée plutôt fracassante. Mais ce que remarqua surtout le jeune homme fut la tenue très indécente, à la limite du blasphème et de la provocation, du magicien ! Moulant. Très moulant. Oui, son costume laissait entrevoir les formes du jeune homme et ça fit quelque peu rougir Nathanaël qui, heureusement, n'avait pas encore cédé à l'envie de retirer cette maudite barbe. Donc, ses rougeurs ne devaient pas se voir. Ou pas beaucoup. Maudit Walter ! Pourquoi faisait-il cela ? Nathanaël tenta de ne pas le regarder plus que de raison, mais il était bien difficile de détourner le regard de ce...spectacle. Il se mit à parler, s'adressant aux invités en rimes. Le prêtre réprima un petit soupir et tenta de reprendre la conversation avec Valentine, mais cette dernière s'était déjà servie et manifestement, l'alcool commençait à avoir certains effets sur elle. Et il sentait le regard de Walter sur lui, manifestement, son déguisement n'avait servi à rien. Tant pis. Il se débarrassa donc de cette barbe qui le démangeait avant de se servir un verre à son tour.

Que se passait-il, là ? La journaliste ne prêtait plus aucune attention à lui ni à ses mots, elle semblait comme obnubilée par Ephraïm. Elle avait trop bu, c'était évident. Toutefois, elle ne se contenta pas de regarder, non, elle avait fini par aller vers lui pour se laisser aller à un jeu des plus indécents. Que lui prenait-il de s'afficher ainsi en public ?
Et puis, Aldrick fit son apparition, avec un magnifique nez ! Cela fit d'ailleurs sourire Nathanaël qui observa alors la scène. Manifestement, le commissaire tentait de raisonner Valentine, sans grand succès. Le brun se mit à observer les autres convives tout en sirotant son verre de vin. C'était bizarre...il commençait à avoir un peu chaud et à se sentir très bizarre, alors qu'il terminait à peine son premier verre. Avant d'avoir vraiment eu le temps de réaliser, il était déjà en train de se diriger vers Aldrick, se jetant littéralement à son cou.

"Aldriiiick ! Je suis si heureux de te voir ! Tu es vraiment très beau, ce soir, malgré ce nez immense !"

Il lui adressa un grand sourire idiot, les joues rouges et les yeux un peu dans le vague. C'était presque comme s'il avait consommé une substance totalement illicite. C'était quoi, ce délire ? Il avait une envie très étrange, une envie qui ne lui avait même pas traversé l'esprit jusqu'à ce jour. Oui, il s'était mis en tête d'embrasser Aldrick et rapprochait de plus en plus son visage du sien. Il ne réfléchissait plus, il n'avait même plus conscience de ceux qui l'entouraient, même pas de Walter.

"Je ne me suis jamais rendu compte que tu avais des yeux vraiment magnifiques..."

Toujours accroché au commissaire, il ferma les yeux et rapprocha sa bouche (en cul de poule) de celle d'Aldrick. Pourtant, au fond de lui, il y avait comme une petite voix, toute petite, qui suppliait quelqu'un de l'arrêter.
Spoiler:
 

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Lun 3 Déc - 18:44

La fête allait à bon train et, étrangement, depuis que j’y avais mis mon grain de sel, elle devenait plus intéressante d’heure en heure. Mais qui pouvait me soupçonner d’être l’investigateur d’une telle pagaille? J’étais calme et silencieux, voire complètement effacé dans mon coin. C’est lorsque la jeune Chat Potté s’avança vers le buffet sans porter aucune méfiance au démon farceur qui était à côté d'elle et qu’elle prit, sans considération, une coupe de vin rouge assaisonnée de mon crû que je sus que cette célébration allait devenir réellement rocambolesque. Mais comment aurait-elle pu se méfier d’une simple coupe de vin? Comment aurait-elle pu se méfier du si gentil Wally en cet instant où tout venait de basculer pour elle? Je l’ignorais, mais tout ce que je savais c’est qu’elle venait de mordre à l’hameçon. Et là voilà qui partait en chasse vers un bel homme dont le visage ne m’était pas familier, mais le fait est qu’elle finit par l’embrasser. J’étirai sur mes lèvres un sourire coquin, preuve de ma satisfaction personnelle. Ah, mais si ça avait pu continuer d’aller aussi bien, j’aurais été un démon comblé de grâce ahaha bien que le terme employé était un peu comment dire divin pour l’être maléfique que j’étais. Enfin. Trêve de bavardage inutile.

Tous les regards échangés avec mon beau Nath me laissait croire qu’il m’avait remarqué. L’air troublé qu’il affichait était signe que ma tentative de l’aguicher avec mon costume dépravé avait fonctionné. Il ne manquait qu’un peu de filtre d’amour et hop, j’aurais un prêtre dans ma loge pour le reste de la soirée, voire de la nuit. Toutefois, dans le métier de magicien, il arrivait parfois que nos plans tournent au vinaigre malgré les présages du commencement. Eh oui, même Wally le démon ne pouvait prévoir la suite de la danse et s’il avait su ce qui se passerait, il aurait peut-être opté pour, comment dire, un plan plus sûr de sa réussite bien que j’aimais bien la jalousie. Elle amenait à poser des gestes souvent démesurée et j’aimais la démesure, mais que Nath finisse par quasi embrasser Aldrick sous mes yeux après avoir bu sa coupe de vin ne sonnait qu’une seule cloche dans ma tête : Nath n’avait pas que de yeux pour moi. Il regardait ailleurs pour satisfaire son désir et cela m’emplissait de rage. Était-ce parce qu'il avait fait une longue tirade qu'il avait ainsi attiré le regard de mon beau prêtre. Qui sait. Je m'en fichais bien maintenant. Et depuis quand Nath buvait-il de l'alcool? Ah, c'était bien les prêtres, toujours en train de boire du vin rouge!

...

Je pris donc une autre coupe de vin –dans ma condition de démon avant que le filtre fonctionne sur moi je devais boire plusieurs coupes- que je bus légèrement, mais que je m’amusai plutôt à éclater dans mes mains par excès de rage. En fait, je fulminais intérieurement d’avoir ainsi échoué mon plan. Qu’importe si j’avais suscité un peu de chaos dans cette fête qui irait à bon train grâce à moi, si je n’avais même pas l’attention de mon amant, voire même pas un reproche de sa part, que de l’indifférence, à quoi ça servait de rester ici? Hum, sans doute pour m’amuser à nourrir des sentiments qui me rendraient un peu plus humain, mais bon… ce Nath allait voir, j’allais lui faire payer d’avoir regardé Aly au lieu de moi.

Ainsi, je regardai toute l’assistance, une nouvelle coupe de vin en main, me cherchant une victime pour la soirée sur qui lancer mon dévolu. Je remarquai alors que Lenny, portant des vêtements, comment dire, aussi marquants voire plus que les miens ainsi vêtu en jeune dame Shérazade avec tous les voiles, les voluptés et les bijoux appropriés à l’accoutrement et qu’il semblait aussi seul que moi dans son coin –si on oubliait la chose qui lui servait d’amant- et je me dis que mon regard devrait croiser le sien au moment voulu. Il était la victime parfaite! Il paraissait tant s’ennuyer, je devrais remédier à cette situation en bon samaritain que j’étais, ahaha.

Puis je me pris une coupe de vin et une autre, cela jusqu’à temps que j’aie l’impression d’avoir endormi ma peine et mon ennui, et jusqu’à temps que je sente le filtre faire son effet et me rende transi d’amour. C’était le temps, je devais croiser son regard. Ce que je fis en criant au milieu de la salle comme un perdu, levant la main pour le saluer –si ce dernier avait voulu passer inaperçu, je venais de complètement foutre ses plans en l’air- :


-Ma belle Shérazade, vous êtes seule ce soir?
Approchez, approchez, j’ai un cadeau pour vous,
Un cadeau bien emballé et endiablé,
Ne faites pas attention à mes vers sans rimes,
Car votre beauté me fait perdre la tête.

Comme un idiot, je gambadai, tout en tanguant un peu, vers Lennox, échappant sur mon passage la moitié du contenu de ma dernière coupe. Nath allait payer pour la douleur à laquelle il m’avait fait goûter et moi j’allais m’amuser. Changement de plan: j’allais jouer avec Lenny pour attirer le regard et attiser la jalousie de Nath qui finirait bien par revenir à son état naturel. Ce filtre ne durait que quelques heures, le temps que l'alcool s'évacue du sang de la victime...

*Ce genre de vêtement qu’il porte n'est pas tout à fait mon genre, mais pour une bonne cause comme la mienne, ça fera l’affaire pour ce soir.*
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Dim 9 Déc - 13:45

    Il n'était pas dans les habitudes d'Edward de se tenir sagement en retrait. Étant plutôt du genre excentrique, il aimait se montrer et, en général, les fêtes étaient le meilleur moyen pour cela. Il suffisait de bien parler ou d'avoir droit à une longue danse avec la plus belle femme de la soirée pour finir au centre des conversations et attirer tous les regards sur soi. Un jeu d'enfant. Mais ce soir là était différent de toutes les réceptions auxquelles le maitre des lycans avait pu participe. Et pour cause ! Il en était le maitre de cérémonie. Son goût pour la perfection devenait alors une véritable tare et la joie de la fête s'éclipsait au second plan, derrière l'insatiable envie que tout se déroule selon ses plans. Réunir hommes et monstres dans une même pièce ne devait pas poser problème, mais à la moindre gaffe, la soirée pouvait finir en drame et il était impensable pour Edward de faire la une des journaux du lendemain.

    Accompagné de son petit cocktail, le loup-garou n'avait pas trouvé de plus efficace surveillance que la sienne, et c'est installé dans un coin de son cabaret qu'il laissait courir son regard bigarré sur la foule enchantée. Il avait la mauvaise manie de vouloir tout savoir de ceux qui l'entouraient, ce qui fut un formidable avantage pour veiller sur sa réception. Il connaissait les personnes les plus à risque, et prenait garde à ne pas les quitter des yeux. Parmi elles, on comptait le petit prêtre déguisé pour l'occasion en pirate, la journaliste bien trop curieuse vetue en chat botté et plusieurs autres personnages dont il terrait le nom. Confortablement installé, il salua également son neveu comme il se devait avant de le laisser retourner à son travail.

    Tout se passait merveilleusement bien. On riait, on dansait, on s'amusait… Et les quelques brides de phrases qui parvinrent jusqu'aux oreilles experte du loup n'étaient que louanges sur sa soirée. Rassuré, il se détendit un peu et but une douce gorgée de sa boisson.

    C'est alors qu'un ange se glissa dans la foule et voleta magnifiquement jusqu'à lui. June. Belle parmi les belles, reine parmi les princesses, elle resplendissait. Habillée d'une superbe robe blanche qui lui sciait mieux qu'à merveille, elle rejoignit Edward et lui demanda avec sa voix si douce, les raisons qui le confinait seul à sa table. Le coeur du lycanthrope s'était légèrement emballé au son de sa voix, son propriétaire l'apaisa bien vite et un délicieux sourire se dessina sur ses lèvres lorsque la jeune femme manqua sa dernière rime. Adorable.

    Avec sa politesse habituelle, il se leva de son séant, s'inclina profondément et prit doucement la main gantée de sa belle dans la sienne, elle même vêtue d'un tissu noir. La portant délicatement jusqu'à ses lèvres, il y déposa un léger baiser. Puis relevant ses iris vers le regard émeraude de sa princesse, il lui répondit d'une voix calme et caressante :

    « Ma mie, de toute ma vie, jamais je n'eut cru,
    Que plus belle encore, votre personne soit.
    Mais ange tombé du ciel vous êtes survenue,
    Cygne ouvre tes ailes, mon coeur est en émoi.

    Si ce soir est un conte, vous en êtes sa Reine.
    Face à votre beauté, Vénus même est charmé.
    Blanche Neige et Cendrillon ne sont que vaine,
    C'est de vous que je veux être le chevalier.

    Mon âme et mon coeur, sont à votre service,
    Ordonnez d'un regard, j'affronterai le vice,
    Sans peur ni reproche, j'abattrai des montagnes,
    Aimez moi ma Reine, je serais votre poigne.
    »

    Il lui adressa le plus doux des sourires avant de récupérer sa coupe. Frôlant de sa main ganté les cheveux d'or de June, il poursuivit dans sa fiévreuse lancé de poète d'un soir :

    « Mais pour ce soir, de combat il n'y a point,
    Ovationnons votre grâce un verre à la main.
    Dame ! Veuillez pardonnez ce loup égoïste,
    Même, j'oublie, de vous inviter sur la piste.

    Acceptez mon excuse, cette erreur est grossière.
    Mon rêve est une danse avec vous et… Walter !
    »

    Le dernier vers, plutôt imprévu, se termina par un léger grincement dans la voix d'Edward. Il venait de repérer son diable de magicien habillé de la façon la plus provocante qui soit. C'était bien simple, on ne voyait que lui ! Dans son habit rouge flamboyant, il s'amusait de son éternelle verve pour enchanter les femmes aux joues rosies et les messieurs tout aussi troublés pour les formes qu'il laissait entrevoir. Ce sale petit…

    Le visage d'Edward pâlit un peu plus lorsqu'il aperçut tout prêt de l'artiste, le prêtre et son amie la journaliste. Diantre, que cela s'annonçait mal. Surveillant tout ce petit monde avec attention, et il ne lui fallut que peu de temps pour comprendre que quelque chose clochait. La jeune journaliste se jeta sans gêne autour du cou de son cavalier, lui accordant pour l'occasion un baiser enflammé. Ils furent rejoint par ce cher Aldrick au délicieux costume, qui les sermonna avec beaucoup de poésie. Décidément, ce faux rustre cachait bien son jeu ! Mais comble du malheur, le prêtre lui tomba dans les bras et se mit en tête de mêler ses lèvres aux siennes. Certes, la scène était risible et plutôt agréable pour Edward qui voyait là une occasion en or de taquiner le policier, mais à ce train là, sa soirée allait se terminer en orgie, et il en était absolument hors de question !

    Connaissant très bien les manies de son magicien, Edward sut sans peine quel était le fruit de tout ce remue ménage. Préférant éviter la catastrophe, il se résolut à abandonner sa princesse pour un instant.

    « Ma douce, c'est le coeur lourd que je m'éclipse.
    La fête est en péril, par le tour endiablé
    Des effets du vin sur le coeur, tous sont troublés.
    De choix je manque, pour parer l'apocalypse.
    »

    Sans autres explications, il salua sa belle et se glissa parmi les convives jusqu'au buffet. Là, il retrouva la bouteille utilisée par Walter, contenant encore un bon quart de sa fourbe boisson. Un coup d'oeil pour le reste de la table et il s'empara de tous les verres vides ayant contenus du vin. Il préférait être prudent. On comptait déjà trois souffrants et c'était bien trop au goût d'Edward. D'autant plus lorsque l'on savait que le propre commanditaire de la farce s'était lui-même ensorcelé avec ce breuvage. Attrapant un serveur qui passait par là, il lui ordonna d'aller vider le vin aux égouts et de laver une bonne dizaine de fois la vaisselle. L'employé s'exécuta sans vraiment comprendre d'où venait la lubie de son patron.

    Rassuré de savoir sa table sécurisée, Edward chercha à retrouver sa princesse. Le sort semblant s'acharner sur son humble personne, il ne la retrouva pas. Fronçant les sourcils, il grommela quelques mots sans politesse, avant d'avaler un verre de vodka qu'il venait se se servir. Il songea un instant à s'en aller charrier le commissaire Voelsungen, mais préférant ne pas briser sa récente conquête, il se contenta de le saluer de loin d'un air goguenard avant de disparaitre dans la foule.
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mer 12 Déc - 17:19

S'il avait par le passé beaucoup aimé taquiner son ami pour savoir quel genre de personne il préférait, il trouvait en revanche la farce quelque peu déplacée. Il eut un mouvement de recul en réalisant ce que Nathanaël tentait de faire, mouvement qui fit virevolter sa cape, instinctivement, Aldrick la saisit pour la brandir en barrage entre eux deux. Puis lorsqu'il jugea la distance les séparant plus raisonnable, il s'exclama un peu perplexe:

Me serais-je trompé de fête Monsieur?
Il me semblait pourtant que seul le costume
Etait de rigueur pour paraitre en ces lieux.
Cupidon aurait-il changé les coutumes?


Puis pour éviter qu'on ne juge mal son acte, que l'alcool avait sans doute rendu possible. Le brun fit semblant de s'offusquer, pointant son nez d'abord puis agissant tel qu'il avait vu faire sa mère des milliers de fois lors de répétitions pour détourner l'attention. Jouant le jeu, tentant de faire passer cet incident aux oubliettes, pour que règne la fête.

De ce vif canut vous auriez pu dire plus
Si mes yeux dorés sont le reflet de l'âme
Cette tabatière peut-être fusse
Le symbole d'êtres dont le cœur s'enflamme?

C'est un cap, que dis-je? C'est une péninsule!
Qui au milieu du visage parait-il
Les soirs de pleine lune soudain recule!
Laissant place au flair de l'agent plus utile...


Il souleva son feutre en saluant Nathanaël avec panache, comme s'il venait de se présenter. Profitant qu'on ne voit son visage pour retirer son masque et le poser sur la table la plus proche. Après quoi il sentit le vin, prêt à le dénoncer comme unique coupable, seulement voilà, il fit la moue devant l'odeur singulière, découvrant qu'il y avait sûrement autre chose que du raisin là-dedans. Il leva haut le verre, l'accompagnant d'un adage fort connu:

La raison du plus fort est toujours la meilleure
C'est pourquoi créer tant d'émois sans vrais désirs
M'apparais clairement alors comme un leurre.
In vino veritas!*Voilà qui peut nuire!

Que disparaisse le breuvage fautif
Que "vinasse" devienne son autre nom.
Point de goute pourpre au paradis oisif
Afin qu'un baiser soit signe d'amour profond!


Comme s'il l'avait entendu depuis l'autre côté de la salle, Edward mettait déjà tout en œuvre pour que cela soit fait. Probablement avait-il lui aussi compris de quoi il en retournait. Il lui adressa un rapide coup d'œil, l'air renfrogné.

*Oups, j'y suis peut-être allé un peu fort sur l'appellation* Songea l'agent en réalisant un peu tard qu'il avait fait une bien mauvaise publicité pour un vin qui à l'origine devait être de qualité.

A sa grande surprise pourtant, le maître des lieux ne vint pas chercher querelle, s'éclipsant sans lui donner de nouvelles. Quelque part il en fut rassuré. Son regard mordoré le suivit jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la foule. Décidément se déguiser ainsi… partait-il du principe qu’on ne remarque pas ce que l’on a sous le nez ? Ou se disait-il simplement que le meilleur endroit pour cacher un arbre était une forêt ?

L’agent ramassa son masque pour l’accrocher à son ceinturon, un peu perplexe depuis qu’un doute indescriptible l'avait assailli: Qui pouvait bien vouloir ruiner la fête à ce point?




*Les vérités sont dans le vin.

Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 14 Déc - 3:41

Spoiler:
 


Le bal pour les deux ans du Lost Paradise allait bientôt commencer et je n'étais pas encore prête ! Pas le moyen de remettre la main sur ce fichu noeud papillon noir de mon costume de Lapin Blanc ! Je le cherchais partout dans ma chambre de dortoir, alors que mes colocataires étaient déjà partis. Je fouillais dans les draps de mon lit, dans les tiroirs, sous le lit et pourtant je ne le trouvais toujours pas. Quel poisse ! Et moi qui avais tout préparé à l'avance la veille ! Comment ai-je fait pour l'égarer seulement en quelques heures ?!

« - En retard ! En retard ! En retard ! On va être en retard si tu ne dépêches pas !
- Ne me stresse pas plus que je ne le suis déjà ! Commence par te taire ou sinon je vais faire griller tes grandes oreilles !
- Hiiiiii ! Non pas mes belles oreilles ! Dépêche-toi quand même la tortue !
- Ah non, ne joue pas sur les mots aussi ! Je fais ce que je peux, tu sauras ! »


Bien que je supporte mal le fait qu'Alphonse pouvait parfois me stresser ainsi, je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'il avait quand même raison. Heureusement que j'avais demandé à quelqu'un de me montrer comment faire un noeud papillon, parce que je crois que j'aurais été encore plus stressée que maintenant. Ah ! Le voilà enfin ! Il était juste sur le bord de la fenêtre ! Et dire que je ne l'avais pas remarqué tout de suite. Je me sens ridicule et Alphonse est en train de rire de moi, en plus de ça ! S'il ne se tait pas sur-le-champ, je le fais griller en entier avec ses oreilles ! Enfin, ce n'était pas le moment de penser à ça.

J'enfilais une chemise blanche que je boutonnais maladroitement en vitesse, avant de faire ce fameux noeud et de mettre le gilet noir qui allait par-dessus. Puis, je pris la veste queue-de-pie rouge qui traînait plus loin sur le sol et je retirais la poussière dessus avant de la mettre à son tour. Les boutons et les manchettes, qui tenaient le tout en place, avaient la forme d'une petite carotte dorée et allaient parfaitement avec la thématique du costume. D'ailleurs, il y en avait aussi une sur les deux gants blancs que je pris avec un pantalon noir légèrement moulant et la ceinture avec une boule de poils blancs pour la queue de lapin et je les enfilais vivement. Puis, ce fut au tour des bottes noires qui allèrent par-dessus le bas du pantalon et... franchement je dois avouer que je ne me sens vraiment pas à l'aise là-dedans ! J'ai l'impression que mes pieds sont enfermés dans des boites ambulantes. J'aurais mieux fait de prendre un autre costume moi. Enfin, ce qui est fait est fait. Je vérifiais que la queue était bien installée et qu'elle passait bien dans la fente en arrière de la queue-de-pie. À mon grand bonheur, s'était le cas. Puis, je me tournais vers la montre à gousset qui allait avec le costume pour voir l'heure dessus.

« - Mince, il ne nous reste plus beaucoup de temps ! On n'a plus de temps à perdre ! »

Je mis la montre dans une poche, en laissant la petite chaîne pendre à l'extérieur et je pris un Haut-de-Forme tout noir pour l'installer sur ma tête. Il n'avait pour décoration qu'un ruban rouge qui faisait tout son contour, ainsi que de grandes oreilles blanches qui ornaient les côtés. Installant ensuite Alphonse bien confortablement sur mon épaule, je me précipitai vers une canne de couleur noire et décorée d'une carotte dorée en guise de poignée et j'étais enfin prête pour la fête. Sans perdre un instant de plus, je sortis de ma chambre de dortoir et je me mis à courir - à la limite sautiller - en vitesse vers la salle des spectacles. Je regardais, encore une fois, ma montre pour être sûre que j'arriverais à temps. Et franchement, je me sentais vraiment comme le Lapin Blanc dans le conte en agissant comme je le faisais, à l'instant-même.

« - En retard ! En retard ! En retard ! On va être en retard !
- Si tu n'as rien de mieux à dire, alors tais-toi un peu s'il-te-plaît ! »

Heureusement, nous sommes arrivés à temps et je regardais avec émerveillement.. le beau buffet qui était présent dans la salle ! Oui oui, plutôt que de regarder tout ce beau monde en costume ou même la salle richement décorée, je préférais jeter mon regard sur la nourriture plus loin. Que voulez-vous, je n'y peux rien si je suis ce qu'on appelle un bon vivant ! Et puis, c'est une occasion spéciale, alors je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas profiter aussi de tous ces mets placés exprès sous notre nez. J'en avais l'eau à la bouche rien que de voir tout ça ! Cependant, il fallait que je me retienne un peu. La fête n'était pas encore commencé officiellement et cela aurait été impoli de ma part de me précipiter sur toute cette belle nourriture avant le discours de mon Boss. Donc, je me suis contentée de me mettre dans un coin, en me faisant toute discrète et Alphonse et moi avons gentiment attendu le signal de départ pour l'amusement. Pourtant, j'avais cette désagréable impression que j'avais oublié quelque chose et j'avais bien raison de m'en inquiéter.

C'est en entendant le discours stylé d'Edward que je me suis souvenue qu'on devait faire des alexandrins quand on parlait. Ah la la... C'était donc ça la chose que j'avais oubliée. Décidément, je suis une vraie étourdie moi haha... Quoi qu'il en soit, je n'ai pas attendu plus longtemps pour aller rejoindre la table où le buffet attendait de se faire dévorer par deux lapins et leurs compagnons costumés. J'ai examiné attentivement chacun des mets et bien évidemment, j'ai pris comme première cible le coin des desserts et sucreries. Je me remplissais bien la panse, jusqu'à ce que ce fichu lapin bavard sur mon épaule ne vienne gâcher mon moment d'extase dans tout ce sucre ;

« - Si tu continues de t'empiffrer comme ça, tu ne pourras plus embarquer dans ton costume avant même la fin de la soirée. Gourmande va !
- Tutututu... N'essaie pas de me mettre dans
Le même panier que toi mon très cher ami
À grandes oreilles, mais sans aucune dent.
Dois-je te rappeler qui est le Maître ici ?
Et d'ailleurs, fait attention à ce que tu dis.
Il faut parler avec un minimum de tact
Ou bien tu n'auras aucune classe et puis,
Tu ne pourras pas créer le moindre contact.

- Oh, je vous prie de bien vouloir m'excuser ma
Chère Milady. Je ne savais pas du tout
Qu'il fallait que je parle moi aussi de la
Même façon, mais je veux bien tenter mon coup.
En attendant, lâche un peu ces gâteaux et va
T'amuser un peu avec tes petits copains.
Se serait bien dommage que tu restes là
Et rien n'arrivera en restant dans ton coin.
»
Bien que j'eus envie de jeter cette chose à grandes oreilles sur le mur, à ce moment-là, je devais avouer qu'il n'avait pas du tout tord. Si je ne fais rien que manger, je ne pourrai pas profiter de toute cette belle animation que la fête commençait à dégager. D'ailleurs, si on regardait bien ce qui se passait en ce moment, on pouvait voir que les gens en profitaient bien au maximum. Peut-être même un peu trop pour certains.

« C'est sans doutes le punch qui doit leur faire cet effet. Tiens.. Et si j'allais en prendre un peu moi aussi ? Un petit verre ne me fera pas de mal après tout. »

Sauf que je ne savais pas du tout dans quoi j'allais me retrouver juste à cause de ce fichu punch. Si j'avais su ce qui m'arriverait, je crois bien que j'aurais attendu que quelqu'un vienne l'enlever comme lorsque le Boss demanda à un de mes confrères, quelques minutes plus tard. Malgré les avertissements de mon compagnon en peluche, je terminais la pâtisserie sur laquelle j'avais à peine commencé à goûter, après tous les autres que j'avais déjà mangés. Je regardais le mélange dans le bol avec une certaine curiosité et je sentais dans ma tête, cette fameuse petite voix qui me disait que ce n'était pas du tout une bonne idée de boire ce punch. Bien évidemment, je me fichais de ce qu'elle me disait et je l'envoyais balader avant de venir me servir un verre moi-même.

Cependant, je n'ai même pas eu le temps de boire la moindre gorgée qu'un inconnu en mousquetaire vint m'enlever mon verre de punch en disant que s'était totalement indécent pour un petit enfant de mon âge de boire de l'alcool. Mais enfin pour qui est-ce qu'il se prend, ce malotru ?! Qu'il se mêle de ce qui le regarde pour commencer ! Et ensuite... JE SUIS UNE FILLE ! CE N'EST PAS PARCE QUE JE N'AI PAS DE GROSSES MONTAGNES QU'IL FAUT ME PRENDRE POUR UN GARÇON, NON MAIS ! En plus de ça, je suis parfaitement bien placée pour savoir que j'ai parfaitement l'âge de boire ! Pourquoi est-ce qu'il faut toujours qu'on me traite comme une enfant où que j'aille ?! C'est vraiment trop injuste ! Ouiiiiiiiinnnnn ! JE SUIS UNE ADULTE MOI AUSSI ! Enfin bref...

Avant même que je n'aie pu dire quoi que se soit, l'inconnu but le verre à ma place et... je ne sais pas trop ce qui s'était passé, mais il s'est mit à me regarder d'une drôle de façon en se tournant vers moi. Je sentais vaguement que la suite n'allait pas du tout me plaire et mon intuition était juste. Sans crier gare, il s'est jeté sur moi en m'appelant et je cite : « N'amour ! » Mais enfin, qu'est-ce qui se passe au juste ?! Il est vraiment atteint du cerveau celui-là ! Pas question que je reste une minute de plus avec cet étranger complètement débile ! Je me suis débattue comme une petite furie pour me libérer de ses mains baladeuses et une fois que j'ai réussi à me dégager, je suis partie en vitesse à la recherche d'une cachette. Et j'eus le réflexe de me cacher dans le premier endroit que je vis ;

« Si jamais on vous demande, dites que vous ne m'avez pas vue ! Faites comme si je n'étais pas là surtout ! »

J'attendis que le cinglé passe son chemin avant de pouvoir sortir et de m'apercevoir que je m'étais cachée derrière le Petit Chaperon Rouge. Mais enfin, comment ai-je fait pour me retrouver dans cette situation-là ?! Mes joues prirent une intense teinture de rouge, tellement que j'avais honte et je cachais mon visage derrière ma main ;

« - Pardonnez-moi de vous avoir importuné
Ainsi, mais dans la précipitation je n'ai
Pas regarder l'endroit où je m'étais cachée.
Votre cape me semblait être, en effet,
La cachette parfaite pour que je puisse
Échapper à ce très dangereux vicieux
Qui a osé mettre ses mains sur mes cuisses
Et qui paraissait être bien malicieux.
Dans ce cas, puis-je rester un peu avec vous ?
Peut-être pourrions-nous discuter un peu
Tous ensemble comme une bande de petits fous
Vu que nous sommes tous ici dans ce beau lieu.
»

Je gardais un œil discret sur les environs en espérant que ce mousquetaire étrange ne revienne pas avant un long moment. C'est ainsi que débuta ma soirée mouvementée à ce Bal Costumé et je peux vous dire que je sens vraiment que je vais en baver ce soir...

H.R.P.:
 
Lennox Von Wolfstadt
Ω Of Gunpowder and Magic Ω
avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 10/12/2010
Age : 26
Localisation : Qui sait? Dans un laboratoire? Devant un piano?

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 14 Déc - 22:13

Lennox soupirait toujours d'agacement, et de déception quand on s'approcha de lui. Une jeune femme, vêtue d'un costume de Dorothy du Magicien d'Oz vint lui parler. Son visage ne lui sembla pas familier. De son être transpirait une légèreté sans pareil, tout en s'approchant de lui, elle semblait virevolter comme un papillon dans le ciel. Bref, c'était une jeune femme élégante et respirant la fraîcheur. Elle s'arrêta devant lui tel le papillon se posait sur le sol. Lennox ne sut quoi dire, mais la jeune femme parla la première. Elle avait une voix mélodieuse qui s'accordait à merveille avec son apparence. Mais le sens de ses paroles ne plut pas vraiment au pianiste. Pour résumer, elle lui disait de ne pas bouder comme ça et d'accorder une danse à l'abruti assit à côté de lui ! Danser avec lui ?! Alors qu'il était celui qui l'avait habillé ainsi ?! Mais...Mais... ! Mais comment pouvait il ?! Avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, la jeune femme-papillon était déjà partie virevolter ailleurs.
Il soupira à nouveau. Layth gesticulait et finalement se mit à parler, coupant la rumination de son compagnon :

« Lenny, ma magnifique princesse des nuits,
Au point où en nous sommes, pourquoi ne dire oui ?
Je vous prie, belle princesse de pardonner,
Mes actes si vous pensez qu'il sont de cruauté... »


Ah.... C'est beau l'espoir. L'alchimiste s'apprêtait à rétorquer comme quoi même dans se rêves il ne danserait pas avec lui, ainsi ou autrement accoutré. Mais bizarrement il ne dit rien. Au fond il ne savait pas si il en voulait vraiment à Layth. Enfin, oui, il était énervé pour ce stupide costume, mais... Il l'avait spécialement préparé pour aller avec le sien, c'était... en quelque sorte... mignon... Ah... Encore un soupir... Vraiment, pourquoi ne pouvait il pas détester cet idiot ? Il faisait toujours tant de choses si mignonnes... Il était toujours en train d'essayer de lui plaire – enfin pas ici- dans l'espoir d'être récompensé par un sourire ou un compliment... Comme un adorable gros chien... Il secoua la tête pour chasser ces pensées qui ressemblaient plus à celles d'une jeune fille en fleur amoureuse qu'à celles d'un homme comme lui. Il leva ensuite les yeux sur la foule, se rendant ainsi compte du le cheni qui était en train de se créer .

Il aperçut son amie Valentine, déguisée ne chat botté, se pendre au cou et embrasser passionnément Monsieur Ephraïm, lui en D'Artagnant, le père Cartier, en pirate – tiens ça lui rappelait quelqu'un- se jeter aux bras du commissaire Voelsungen, habillé en Cyrano de Bergerac. 'Mais.... What in earth is going on ?', se demanda Lennox, désorienté. Puis il entendu une voix familière, venant d'assez loin puisque son propriétaire criait pour se faire entendre. Cette voix, c'était celle de Walter. Et ces paroles lui était destinées. Walter et lui, c'était une étrange relation qui les unissait. Une relation basée sur la jalousie. Quand Walter voulait faire jalouser son amant, il venait à Lennox. Quand Lennox voulait faire jalouser Layth, Il attendait que Walter vienne à lui. Cet homme -enfin, ce démon- avait toujours un timing parfait.
Visiblement, le responsable de cet élan tendant vers le début d'une orgie n'était autre que le magicien, et cela n'avait rien d'étonnant. Le contraire l'aurait été.
Bref, celui-ci termina sa tirade, véritable déclaration d'amour, tout en gambadant vers le pianiste. Cette dite-déclaration fit d'ailleurs beaucoup rougir Lennox. Non seulement il n'avait pas l'habitude d'entendre ce genre de parole, mais aussi, il pouvait dire adieu à la perspective de passer inaperçu.

Le démon avait visiblement bu lui-même le breuvage qu'il avait concocté aux autres invités, alias son célèbre philtre d'amour... La jalousie lui était elle montée à la tête ? Cette pensée le fit sourire intérieurement. En effet, voir la personne qu'il aimait courtiser un autre à cause du philtre qu'on avait concocté pour qu'il tombe à ses pieds devait être mortifiant. Surtout pour ce démon. Voilà qui lui apprendra à faire jalouser les autr- oups. Il était mal placé pour faire la morale. Il jeta un coup d'oeil furtif à Layth, rougissant légèrement.

Justement, en parlant de Layth, celui-ci était bouche-bée. Quoi ?! On osait faire la cour à SON Lenny ?! On osait le crier de surcroît ?! Et ce « on » c'était Walter Blackmoon ?!!! Son ennemi juré ?! L'homme qui courtisait SON Lenny ?!! Le Djinn se sentait brûler de jalousie. Il n'allait pas laisser cet homme au costume encore plus indécent que celui de Lenny le lui piquer. Quand l'homme fut en face de l'alchimiste, Layth se posta entre les deux jeunes -cough- gens. Il lança un regard de tueur au démon, serrant la crosse de son revolver, près à « dégainer » à tout moment, déterminé à protéger son pianiste. Avant que le Démon ne puisse continuer son opération « Je fais jalouser mon amant en draguant Lenny parce que je le vaux bien », Layth le troua de balle du regard, tout en disant :

« Qui croirait Satan, écarlate, déclarant
Sa flamme, dans une hypocrisie flagrante,
Voulant juste se ravir de ce plaisir charnel,
Que serait de prendre à ce pirate sa belle. »


Bon, il s'était un peu raté sur les rimes, mais ce qui importait pour le moment, c'était d'éloigner ce danger public de SA princesse.

_________________




oops~:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 964
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Sam 15 Déc - 19:48

Après avoir malencontreusement bu de ce vin, Nathanaël avait quelque peu perdu l'esprit. Tout comme Valentine, il venait de jeter son dévolu sur une personne parmi les invités, la première personne dont il avait croisé le regard. Manque de pot, c'était tombé sur Aldrick, son fidèle ami. Pourtant, en temps normal, il n'était pas du tout attiré par lui, même s'il fallait avouer qu'il était plutôt bel homme. Non, le regard de Nathanaël sur son ami avait toujours été purement amical. Alors ce brusque changement pouvait en surprendre plus d'un. Il s'était donc littéralement jeté à son cou, lui disant ô combien il aimait ses yeux, tentant ensuite de l'embrasser, non sans avoir l'air parfaitement ridicule. Mais son geste fut coupé court par la cape du commissaire qui vint s'immiscer entre eux. Le brun fit une moue déçue, mais ne quitta pas son ami du regard pour autant. Il le rejetait ? Vraiment ? Ah, mais ça ne se passerait pas comme ça !

Cette petite voix dans sa tête prononça soudain le nom de Walter. Ah oui. Jusqu'à présent, c'était lui qui avait fait battre son coeur et malgré tout, ce soir, il n'avait d'yeux que pour Aldrick. Et il commençait à avoir vraiment très chaud. Il ne dit rien et s'accrocha au bras du jeune homme tandis que ce dernier racontait Dieu savait quoi. Nathanaël n'écoutait même pas ce qu'il disait, c'était tellement futile ! Et puis, une fois qu'il eut terminé sa tirade, Nathanaël lâcha son bras pour se remettre face à lui, posant ses mains sur ses épaules. Il était si beau, si irrésistible ! Et ce qui devait arriver, arriva. Il fit un magnifique smack à son ami, ayant sans doute profité d'un petit moment d'inattention ou ayant tout simplement été vif sur ce coup-là. Peu importe, le résultat était le même. Ah ! Il avait l'impression que son cœur allait sortir de sa poitrine ! Et ses joues étaient vraiment très rouges.

"Ô, mon bel ami ! Vos lèvres sont si exquises !"

Le voilà qui délirait complètement. Mais au moins, il n'avait pas commencé à bouffer les lèvres de son "aimé" comme Valentine l'avait fait. Et puis, il regarda Aldrick, un grand sourire idiot aux lèvres.

"Je t'aime, Aly ! Aly de mon cœur !"

Le voilà qui venait d'appeler Aldrick par son surnom. De mieux en mieux. Et en plus, il n'avait pas été très discret en déclarant ainsi sa flamme, il avait même presque crié, attirant probablement l'attention de quelques invités. Toujours accroché au cou du jeune homme, il sentit soudainement ses jambes défaillir quelque peu. Il perdit l'équilibre et se vautra pratiquement sur le pauvre Aldrick, le faisant reculer et pratiquement chuter. Et surtout buter contre un certain Walter qui était occupé à faire la cour à une Shéhérazade des plus étranges. Et là, Nathanaël se mit à rire bêtement avant de prendre un air faussement sérieux, pointant un doigt accusateur en direction de Walter.

"Satan en personne est venu à cette fête ! Satan ! Sache que tu es très laid dans ton costume et que tu ne fais peur à personne ! Vade retro, satanas ! Retourne en Enfer !"

Et puis, il se tourna de nouveau vers Aldrick, un large sourire aux lèvres.

"T'en penses quoi, mon amour ? Tu crois que je lui ai fait assez peur, à cet horrible diable ?"

Ah ! Ce qu'il avait chaud ! Il se mit alors en tête d'enlever sa veste sauf que, dans son état, il ne parvint pas à la déboutonner et se mit à s'énerver sur ces "vilains boutons, boutons du diable !", avant de lever des yeux désespérés vers Aldrick.

"Je n'arrive pas à ouvrir les boutons ! Ils sont méchants ! Mais tu dois avoir chaud aussi, mon amour ! Attends, je vais t'aider !"

Oui, oui, "ouvrir les boutons"...Bref, ayant momentanément abandonné l'idée d'enlever sa veste, il s'était néanmoins soudain mis en tête de déshabiller Aldrick. Ou d'essayer de le faire, du moins. Déjà, il s'affairait sur l'attache de sa cape pour tenter de la défaire.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Lun 17 Déc - 17:32

Je ne savais plus trop si je devais crier de joie ou de rage face au chaos que j’avais engendré. Il fallait dire que les données de mes calculs avaient été toutes renversées à plat de couture, mais ce n’était pas pour autant que j’allais me laisser démonter, loin de là, on est un démon farceur ou on ne l’est pas, hein, il faut vivre avec les imprévus et jouer avec eux. Et d’ailleurs, je ne voyais plus clair à cause de mon propre breuvage que je venais d’ingurgiter. Je n’avais que d’yeux pour ce Lenny. Ah… comme j’avais envie de lui… Pour me payer la tête de Nath? À la base, oui, bien sûr, mais maintenant que je m’avais envoûté moi-même, j’avais vraiment envie de charmer Shérazade et puis ça serait bien comique, non?

Ahaha, moi qui n’aimais pas les princesses habituellement, c’était bien la preuve que mon breuvage avait besoin de raffinement : il donnait des effets quelque peu étranges sur l’être qui en avait pris, mais même si j’étais sous son joug, ça ne m’empêchait pas d’analyser ses effets sur moi et autrui afin de l’améliorer. C’était ça être un démon-magicien. C’était un emploi à temps plein que je prenais à cœur visiblement.

C’était donc le cœur qui battait la chamade et le regard plein d’étoiles que je me penchai, toujours un peu chancelant, pour faire un baise main à la « jolie » princesse que je venais de rejoindre. Toutefois, je ne pus terminer ce geste, je ne pus continuer ma courtise que déjà on me repoussait. Ho, déjà une réaction de Lenny? Ah non, elle venait évidement de l’idiot de service de ce dernier, son amant, qui piquait déjà une crise de jalousie. À force dme voir jouer avec son maître, le Cadjin aurait dû prendre l’habitude à me voir lui faire la cour, mais il y avait des gens comme ça, trop idiot pour retenir la leçon. Et puis, qu’il y ait un peu d’action pour tenter de m’empêcher d’obtenir le fruit de mes désirs étaient doublement excitant, j’avais encore plus envie de courtiser Lenny. : pour mon propre salut, pour faire rager Nath et pour la confrontation avec Layth. Ce projet annonçait une soirée des plus mouvementée, donc des plus intéressante pour moi! J’écoutai alors les paroles enflammé de Layth, déposant mon regard dans le sien qui était assassin et sans le détourner, je lui répliquai :


-Ho, mais vous devez vous tromper de diable, monsieur,
Je ne suis qu’un être taquin sans vilenie,
Je ne veux qu’accrocher des étoiles dans les yeux,
De cette tristounette et belle milady,
Qui semble vous trouver grossier et discourtois,
Je suis un diable dompté au service des…

Je ne pus finir ma tirade, car quelqu’un me frôla et me fit vaciller contre Layth étant donné que mon équilibre avait été apparemment déstabilisé par mon breuvage, ce qui semblait être un effet secondaire notable de celui-ci. Enfin, la fête allait à bon train et maintenant que Nath me regardait, j’allais lui montrer qu’il avait mal fait d'admirer Aly au lieu de moi. J’écoutai sa propre tirade, étirant un sourire espiègle : ah, s’il savait à quel point il avait raison, à quel point cet homme que j’étais et qui lui servait d’amant lui mentait sur sa nature, il aurait probablement envie de sortir véritablement son crucifix ou son eau bénite (ce qui serait bien en soi, maso impose), mais pour aujourd’hui, tout le monde avait les sens qui leur faisaient défauts et nous n’étions que des acteurs de nos rôles, alors ce ne serait sans doute pas aujourd’hui les aveux. Ah et puis il y avait mieux à faire ce soir que ce genre de truc, la scène qui se passait devant mes yeux était à se tordre de rire.

*Quel idiot de prêtre, au moins ça lui fera de la pratique avant qu’on se retrouve ensemble, ahaha, mais qu’est-ce que j’étais en train de faire déjà moi? Ah oui, courtiser Lenny.*

Il fallait dire qu’étant démon, l’alcool s’était déjà évaporé de mes veines et donc je n’étais déjà plus sous le charme du philtre de mon invention, mais bon acteur comme j’étais, je n’allais pas passer une occasion de jouer à faire jalouser les amants avec Lenny, ça non! Et puis si jamais les gestes de Nath venaient trop à me faire bouillir de colère, je n’aurais qu’à aller me rechercher un verre d’alcool avec mon ingrédient spécial qui me restait en quantité considérable dans une des poches intérieure de mon costume moulant ou... proposer à Aly et Nath une expérience sexuelle nouvelle avec Lenny et moi. Ahahaha, je blague bien sûr! Vous ne croyez pas, n’est-ce pas? Qui sait. Pour moi, la réalité est une partie de cartes, de Stripe poker, un jeu entre les vérités et les mensonges.

Je finis par lancer un léger coup d'œil à l’hôte des lieux pour lui signifier que j’avais vu qu’il avait compris mon petit jeu et je lui souris d’une manière à lui faire comprendre : « Ce n’est que le commencement de la fin, mon cher, regarde-moi faire, ta fête sera un succès éclatant! » Ce que je finis par murmurer.

Puis, avec ma rapidité de démon,je poussai Layth et passai à côté de lui, déposant finalemet mes lèvres sur celles de Lenny, que j’embrassai avec passion, avant de murmurer à son oreille à lui :


-Prêt pour une autre partie de drague et de jalousie, l’ami? Je suis curieux de voir votre valse, ma belle princesse aux milles secrets.
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Lun 17 Déc - 18:46

Vraiment, elle ne comprenait plus rien. Cette sensation de chaleur intense ne cessait de la consumer de l'intérieur. Alcool ou simple passion ? A moins qu'il ne s'agissait d'autre chose ?
Depuis que cet homme masqué l'avait interrompu, elle était quelque peu perdue. Elle voulait qu'on la laisse tranquille, qu'on lui permette de rester en compagnie d'Ephraim.
Et pourtant ce dernier, réalisant réellement ce qui s'était passé, avait disparu dès la fin du discours du Cyrano. Une excuse subtile et un départ précipité pour prendre l'air ou se rincer le visage à l'eau fraiche, Valentine ne le savait pas mais son esprit était à présent focalisé sur l'inconnu. Sa voix lui était familière.


"Aly, c'est toi ?"

Elle ne reçue pas la réponse, mais devina qu'elle avait vu juste. Quelle tristesse de dissimuler ses traits fins et enjôleurs sous un masque au nez ridiculement long.
La journaliste voulait le lui dire, juste histoire d'avoir un argument pour contrer les reproches qu'il venait de lui faire. C'était assez immature, mais son esprit alcoolisé bloquait toutes réflexions intelligentes.
Elle aurait pu trouver bien d'autres arguments tout aussi puérils mais un élément étrange se produisit.

Provenant du bar où elle l'avait laissé, Nath apparut, le visage rouge de l'ivresse et d'un soudain intérêt pour son Commissaire. Il les interrompit pour se jeter sur Aly comme elle avait fait pour Eph. Il l'imitait et cela lui déplaisait... Et encore plus si il s'agissait de son ami le policier. Elle avait déjà souvent parler avec le prêtre et elle savait qu'il n'était certainement l'homme pour lequel il pinçait... Finalement, qu'avait-elle bien pu boire avec lui pour qu'ils agissent ainsi. Même si elle désirait encore ardemment rechercher son croque-mitaine adoré, cette découverte fut comme une claque ou un jet d'eau glacé en pleine figure qui lui fit quelque peu disparaître son ivresse.

Il valait mieux éloigner Nath avant qu'il ne fasse des bêtises, et malgré les reproches de l'homme aux yeux dorés, il agit plus vite qu'elle: repoussant la cape d'Aldrick, il s'approcher de lui et déposa brièvement ses lèvres sur les siennes, laissant la rouquine complétement médusée. A présent elle en était certaine, tout ceci allait beaucoup trop loin !
Elle s'approcha des deux hommes alors que soudain, le binoclard avait en tête de mettre à nu son vis-à vis. Très mauvaise idée... Bon il fallait bien avouer que l'idée était alléchante, mais par respect envers Aldrick et surtout en sachant comment il allait réagir, il valait mieux qu'elle intervienne.

D'un geste rapide, elle agrippa l'un des poignets du mordu de pâtisseries, fronçant les sourcils, semblant avoir retrouver de sa magnifique lucidité: il fallait d'ailleurs, après cette histoire, qu'elle courre auprès de son ami pour s'excuser de cet échange... langoureux.
Valentine n'avait aucune intention d'être en froid avec l'exorciste, mais il n'était pas lui-même et à choisir, elle préférait encore protéger un homme qu'elle considérait comme un ami proche.

"Si j'étais vous, Monsieur le prêtre,
je ne me jetterais pas ainsi à tout va.
Car vous l'ignorez peut-être,
mais cet homme ne vous désire assurément pas."


Avec beaucoup d'efforts, elle avait tenté de faire quelques rimes. Ce n'était pas brillant, mais le message était clair. Elle le toisa un long moment, tenant toujours son poignet. Il avait le regard embué et toujours sous l'emprise d'un étrange maléfice. Avait elle était également comme ça ? Cela lui donna de désagréables frissons. Il fallait le calmer et en finir vite. Peut-être que du café ou de l'eau glacé allaient le ressaisir ?
Afin de s'assurer qu'il comprenne qu'elle ne plaisantait pas, elle le fit soudain reculer brutalement d'Aly et, avec sa main libre, attrapa le cache oeil, ainsi que les lunettes dont il avait tant besoin. C'était fourbe, mais il fallait bien trouver une solution.
De mémoire, elle se souvint qu'il avait très mauvaise vue et cela allait certainement lui permettre de s'éloigner sans qu'il puisse le suivre. Quand à elle, elle comptait bien garder ses lunettes, le temps de trouver de quoi lui faire reprendre ses esprits...


"Puisses tu me pardonner Aldrick mon cher ami
Prise d'une impulsion que je ne connaissais pas,
Voilà que je me suis retrouvée dans de sales draps.
A présent me revoilà parfaitement rétablit.

J'ignore encore ce qui a bien pu se passer,
Mais il n'y a plus de soucis avec cela,
Mon esprit est à nouveau réveillé
et je compte bien te remercier avec du chocolat !"


Elle se plaça devant lui, s'assurant que le prêtre ne tente pas de s'approcher à l'aveuglette. Avec son visage félin, on avait presque l'impression qu'elle hérissait le dos en protégeant un de siens... Même si en réalité, elle était loin de se douter qu'il n'avait rien d'un chat.


Spoiler:
 

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 21 Déc - 16:44

Pendu aux lèvres de son interlocuteur, elle ne perdait pas une miette de ses paroles. Les compliments de leur hôte la faisaient rougir et tout était aussi parfait que dans un rêve, jusqu'à ce que le discours fut terminé, quelques mots attirant tout particulièrement son attention. Edward voulait bien danser avec elle et ... Walter ? Il voulait danser avec Walter ? Elle ne pût s'empêcher d'être bouche bée et d'écarquiller les yeux sous la surprise. Ce magicien de salon, aux farces de mauvais goût, plaisait-il donc au grand patron ? Cela expliquerait peut-être certaines choses, comme la raison pour laquelle il n'avait toujours pas été renvoyé, mais... Non, décidément, ce n'était pas possible ! June n'arrivait pas à s'imaginer une telle chose. Choquée malgré le fait qu'elle soit assez ouverte d'esprit aux différences, elle resta figée comme une statue de sel pendant que son bel ami s'éloignait, regardant ensuite toute l'agitation d'une façon presque passive. Les uns se jetaient aux cous des autres sans la moindre retenue, cela faisait peine à voir. La bouche et les yeux fendus d'horreur, elle hésita à cacher ses yeux, plaçant ses mains sur ses joues, tandis que les problèmes se succédaient. La fête serait annulée si cela continuait ainsi. La réputation du Lost Paradise serait entachée comme jamais et, pire encore, June n'aurait jamais eu droit à son moment magique en compagnie du prince charmant.

Comment. Osait. On. C'était tout simplement impardonnable.

Cette simple pensée, éclat soudain de colère, sembla la remettre enfin en marche, plutôt que de demeurer une triste spectatrice comme une poupée brisée. Elle se rapprocha du groupe principal qui causait des problèmes. La majorité semblaient finalement s'être calmés depuis que le vin avait été confisqué – un coup brillant d'Aldrick, qu'elle avait reconnu à sa voix – mais il restait encore le prêtre qui ne semblait pas vouloir s'arrêter, débordant d'une énergie nouvelle et tentant justement d'éteindre cet étrange feu de passion par n'importe quel moyen possible... Elle ne pouvait le laisser continuer de causer des ennuis à celui qui l'avait protégée. Le véritable coupable plus loin, difficile de ne pas le reconnaître dans son habit des plus provocateurs, ne s'en sortirait pas à si bon compte lui non plus, mais on semblait déjà s'occuper de son cas, donc il serait épargné du courroux de notre petite furie.., Bref, June se planta comme une diva ou une reine au milieu de tout ce beau monde, le dos bien droit, la tête haute et le regard noir, avant de faire ce que personne d'autre n'avait encore osé. Elle mit une belle claque retentissante au visage du fanatique de chocolat devenu fou, auquel on avait retiré les lunettes, un châtiment qui lui semblait ridicule et risible. C'est sous les yeux médusés de plusieurs qu'elle entama ensuite une longue tirade d'une petite voix à mi chemin entre la colère et la déception, sans pour autant être trop forte, faisant la morale au prêtre. On aura tout vu ce soir, c'est le cas de le dire... Encore heureux qu'elle n'ait pas perdu les pédales pour le menacer d'un couteau ou n'importe quel autre objet potentiellement dangereux aux alentours, ou même tenter d'arracher les yeux à ce démon qui ne se rendait jamais compte de la portée de ses gestes... Cela aurait envenimé la situation au lieu de calmer le jeu comme désiré...

« Est-ce façon d'agir pour un homme de Dieu ?
Si vous ne cessez pas, vous le regretterez !
Ah ! Vous me décevez beaucoup, Messire Cartier
Je ne croyais possible d'oublier vos vœux...
Tous vous voient, bientôt ce ne sera plus un jeu
Mais tout un chacun a été empoisonné.
Demandez pardon et vous serez exaucé !
C'est ainsi que vous retrouverez peu à peu
Votre chemin vers la lumière, oui, j'en suis sûre
Et vous finirez par oublier cette blessure
Parmi nous, sous les masques, rôde un traître.
Il ne restera pas dans l'ombre croyez-moi
Oui, il recevra châtiment par le maître
Et pour l'heure, Cyrano dansera avec moi. »


Sans laisser à qui que ce soit le temps de répliquer le moindre mot, June se saisit d'une des grandes mains du commissaire et l'entraîna bien plus loin pour partager une valse. Edward serait sans doute mécontent de s'être fait voler la première danse par son éternel rival, d'autant plus que c'était au premier qu'elle avait demandé d'être son cavalier et non le second, mais tant pis, c'était une question d'urgence ! Non seulement pour sauver le pauvre Aldrick, mais aussi pour attirer l'attention des quelques humains présents ailleurs que sur le phénomène étrange en train de se produire... Au moins, ils seraient tous deux tranquilles le temps que la situation se calme, du moins elle l'espérait. June ne voulait plus voir une chose pareille détruisant ce moment de bonheur amplement mérité par chacun d'entre eux, qui avaient dûrenent travaillés pour que le Lost soit un succès, ou alors ce serait le retour de sa double, qu'elle ne contrôlerait sans doute pas du tout la prochaine fois, et donc le désastre assuré... Pourvu que la gifle ait ramené Nathanaël sur terre et lui fasse voir la vérité. Ou sinon, que les autres le retiendraient assez longtemps pour que ce poison cesse de faire effet. Au moins le vin avait été confisqué.

« Sommes-nous quittes à présent, mon cher ami ? » murmura-t-elle gentiment a l'oreille de son partenaire au détour d'un pas, tout en lui offrant un sourire ravissant et radieux, à l'idée que la soirée ne serait peut-être pas entièrement gâchée en fin de compte...
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Jeu 27 Déc - 18:28

Quand les lèvres de Nathanaël s'emparèrent des siennes, Aldrick resta totalement interdit, figé comme une statue de pierre. Incapable de réagir à quoique ce soit. Puis quand enfin l'action fit écho dans son esprit son poing entra en contact avec l'estomac de son vis à vis. Heureusement pour ce dernier l'action fut grandement atténuée par un flot de mèches rousses qui s'immiscèrent dans son champ de vision. Sans même comprendre les propos qui suivirent, il vit son meilleur ami s'éloigner et son poing toujours serré ayant finalement atteint son objectif resta en suspens quelques secondes. Enfin il renoua avec une lenteur presque provocante la cape de son costume avant de se relever tout aussi calmement. Ses yeux dorés se posèrent sur Valentine qui lui tournait le dos, sans vraiment comprendre pourquoi elle était là. Enfin un bruit sourd en lui indiqua que la bête grognait.

Hors de lui, comme si son corps ne lui appartenait plus, Aldrick écarta Valentine pour se trouver auprès de Nathanaël, prêt à lui exprimer son mécontentement de la manière la plus radicale qui soit. Seulement avant même qu'il ne lève encore la main, la gifle retentissante que reçu le prêtre le cloua sur place. Ce n'était pas tant l'action en elle-même qui le figea mais la surprise de la personne qui l'assena.


-Nath' est-ce que t...

Comme ramené à la réalité il resta les yeux écarquillés de surprise, la bouchée entrouverte à l'entente des mots qui en découlèrent et comme pour confirmer qu'il ne rêvait pas il pointa son doigt vers lui après avoir regardé derrière lui s'il n'y avait personne d'autre qui pouvait s'être vêtu en Cyrano.

-Euh...Moi?

Quand June le saisit par la main pour l'entrainer au beau milieu de la piste, il était si cramoisi qu'on aurait pu se demander si sa cape n'avait pas palie tellement.

Il se laissa faire et instinctivement il suivit la musique insolente qui tout au long de cet épisode, n'avait cesser d'élever ses notes douces et régulières. La voix sensuelle de June au creux de son oreille le fit rougit encore, et son cœur battant la chamade fut le seul signe qui lui indiqua que cet instant était bel et bien réel.
Jamais même dans ses rêves les plus fous, il n'avait espéré tant.


*Son...ami?*

Le trouble s'empara bien plus encore d'Aldrick -si c'était possible et il eut pour elle un sourire d'une infinie tendresse.
Se rendait-elle seulement compte du bonheur que signifiait pour lui ses quelques mots?


-Je ne sais pas quoi dire...vous...vous êtes incroyable!

Le brun resserra légèrement l'étreinte de sa main dans la sienne, pour lui indiquer le changement de direction qu'imposait la musique et que les autres danseurs semblaient avoir pris. Ses acquis en valse étaient rudimentaires. Ayant bien vite désertés les cours prodigués par une mère trop exigeante et constamment insatisfaite, le commissaire n'était pas des plus à l'aise. Cependant pour rien au monde il n'aurait voulu être ailleurs et la colère qui l'avait envahi précédemment n'était plus qu'un lointain souvenir. Le parfum de la blonde l'enivrait tandis que cette intimité soudaine le surprenait autant qu'elle l'intimidait quelque peu.

-Vous êtes...magnifique, ce soir...comme toujours. Osa-t-il avant de fixer le décor en sentant ses joues lui chauffer d'avantage le visage. Les régles sur les alexandrins lui revirent en mémoire mais absorbé par la contemplation furtive de June, il en perdait son latin.

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Andréa Eyssard
l Un monstre dans la peau l
avatar

Messages : 164
Date d'inscription : 28/12/2010
Localisation : Nettoie les salles privées.

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Sam 29 Déc - 16:58

    Princesse Cendrillon n’avait aucunement réagi aux rimes maladroites du Chaperon-Rouge, ni à son plateau de petits toasts. Andréa en resta perplexe. Avait-il fait quelque chose de mal pour avoir droit à se faire si royalement ignoré ? Il se remémora vaguement ses actions, mais ne pu mettre une cause sur l’absence de réaction de la princesse. Elle serait sans doute moins fière lorsque minuit sonnerait et qu’elle finirait comprimée dans une citrouille ! À moins qu’elle soit déjà trop saoule pour comprendre qu’on lui parlait…

    Le jeune homme préféra ne pas insister de peur que cela se termine par une querelle et, récupérant son plateau, il tourna le dos à la jeune femme et engloutit discrètement quelques-uns des mets qu’il devait servir.

    Il en était à son troisième lorsqu’on tira brutalement sur son chaperon, manquant de peu de l’étouffer et d’envoyer valser les derniers toasts sur la tête d’une Reine de Cœur. Fort heureusement, son habileté légendaire — ou un exceptionnel coup de chance — lui permit de garder, et son équilibre, et son plateau. Furieux, il chercha immédiatement à savoir qui était le coupable d’une si mauvaise blague. Mais au lieu de se retrouver nez à nez avec un fripon au large sourire, Andréa fit face à une jeune demoiselle aux cheveux couleur neige qui, cachée sous sa cape écarlate, l’implora de la dissimuler.

    Plus que surpris par cet événement imprévu, le jeune loup releva la tête et tenta d’apercevoir le personnage qui effrayait tant une demoiselle. Il crut le repérer en la personne d’un mousquetaire au qui disparut aussitôt dans la foule. L’homme était grand et solidement bâtit, mais impossible pour le jeune homme d’en savoir plus. Il se retourna alors vers la petite demoiselle qu’il identifia comme une artiste du cabaret malgré son déguisement. Elle avait troqué les habituelles robes de la gente féminines, pour un complet saillant de gentilhomme. Les oreilles de lapin dépassant de son chapeau et la chaîne de montre à gousset mirent plus ou moins Andréa sur la piste de l’identité du personnage choisi, mais Lewis Caroll n’était pas sa lecture de prédilection et il préféra s’abstenir d’une quelconque supposition, se contentant d’un timide salut.

    La petite lapine semblait bien mal à l’aise après cette étrange rencontre. Les joues empourprées, elle s’excusa de ses agissements en alexandrin. Andréa ne sut comment réagir. Devait-il être en colère contre cette jeune fille qui avait manqué de l'asphyxier, ou valait-il mieux tenter de la rassurer en jouant un prince charmant bien mal accoutré ? Comme à son habitude, ses idées s’embrouillèrent rapidement et il ne fut tout d’abord pas capable d’articuler autre chose qu’un piètre : « Euh… Je pas c’est n’a rien ! »

    S’apercevant sans aucune difficulté de sa maladresse, il leva les yeux au ciel et inspira profondément pour se reprendre. C’est le moment que choisirent de vagues paroles de son oncle pour refaire surface, guidant le louveteau sur le chemin à suivre avec une gente dame. Fort de cette piqûre de rappel, il gonfla le poitrail rachitique qui lui servait de torse, se préparant pour le nouveau rôle qu’il s’apprêtait à jouer. Bien. Le voilà donc en valeureux chevaliers et pour cela, il devait attaquer par un quatrain parfait. Réfléchissant aussi vite qu’il le pouvait, il finit par se tourner vers son interlocutrice et lança d’une voix mal assurée :

    « Il n’y a pas de mal mon cher petit lapin.
    Soyez rassurée, je ne vous en veux point.
    En chaperon, je vous défendrai du malin
    Qui vous tourmente et à pour vous d’affreux desseins.
    »

    Un sans faute ! Comme cela semblait bien parti ! Fort de cet exploit, un large sourire égaya le visage d’Andréa qui continua dans sa lancée.

    « Ce mousquetaire ne perd rien pour attendre.
    Sa vile personne va payer votre affront,
    Et c’est ensemble que nous le dérouterons.
    Pour cela suivez-moi, il faut le surprendre !
    »

    Et de deux ! Ah si Edward l’entendait, il serait vert, c’est certain !

    Se sentant pousser des ailes, le jeune loup laissa son plateau sur la table la plus proche et, attrapant la main du petit lapin, il s’engouffra dans la foule avec l’unique idée que de sauver l’honneur de la jeune femme. Pauvre fou qu’il était. Il n’avait là aucune idée de ce qui venait de se jouer sous ses yeux. Le drame avait été évité de peu, mais l’incident n’avait pas été sans séquelle. D’ailleurs, le jeune loup fut quelque peu surpris de voir la radieuse June danser avec un autre que son oncle. Le pauvre devait fulminer de jalousie dans son coin ! Cette soirée n’était pas si mauvaise finalement.

    « Chaud devant ! »

    Évitant de peu un serveur au plateau couvert de flûte à champagne, Andréa fut contraint d’abandonner la main de la jeune fille, et dans son esquive, il heurta malencontreusement un marin qu’il reconnut comme Layth. Connaissant son sale caractère, il préféra ne pas s’attarder et après une excuse bafouillée il s’éclipsa en vitesse.

    La logique aurait voulu qu’il parte à la recherche de la jeune femme égarée dont il s’était proclamé chevalier, mais non. Dans sa fougue et son empressement coutumiers, il repéra un homme bien musclé et vêtu en mousquetaire. Seule la cicatrice qui lui décorait le visage aurait pu mettre le doute dans le cœur du jeune homme, pourtant ce ne fut pas le cas. Certain de retrouver là les traits du grossier personnage qu’il avait aperçu, il en oublia dame lapin et s’avança à grands pas vers l’inconnu. Il lui accorda une petite tape sur l’épaule et, à peine s’était-il retourné, qu’il expliqua d’un ton accusateur :

    « Monsieur si je suis là, c’est pour vous demander
    D’oublier vos pulsions et de vous comporter
    Tel un vrai mousquetaire aux mœurs élégantes.
    Excusez-vous à la dame ici présente !
    »

    Ce ne fut qu’à cet instant qu’Andréa comprit tout son malheur. Dans son envie de bien faire, il s’était emporté et venait de se jeter droit dans un désastre. Il avait perdu sa protégée et pire encore, il repéra derrière son interlocuteur, un groupe de trois mousquetaires dont l’un correspondait avec exactitude à la personne qui avait poursuivi le petit lapin.

    « Oh… »

    Toute son assurance l’abandonna. Il recula d’un pas, mais il savait bien que le mal était fait. Son visage livide tranchait à merveille avec son capuchon rouge vif, et jamais au grand jamais, il ne prit plus conscience du ridicule dans lequel il venait de se fourrer. Essuyant grossièrement ses mains moites sur sa robe, il balbutia un flot de sons incompréhensibles avant de relever son regard noisette vers celui qu’il avait accusé à tort. S’affranchissant volontiers de la règle des alexandrins, il laissa couler dans un murmure :

    « Je suis désolé, je me suis terriblement trompé… »

Voir le profil de l'utilisateur
Rita Upset
Shrill Mist
avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 05/11/2012
Age : 21
Localisation : ET BEN MOI JE CONNAIS LE NOM DE TOUT LE MONDE MAIS PERSONNE SE RAPPELLE DU MIEN HAHAHAHAHA

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Mar 1 Jan - 8:51

Tout cela, tout cela l'amusait grandement. Après avoir délaissé la fleur dans son pot, Rita s'en était allé, ici et là, avec ses souliers rouges, claquant un peu partout des talons. La grande réception cérémoniale, à laquelle elle s'attendait ce soir, se transforma bien vite en une sorte de fête populaire, avec les buveurs dans un coin et les déjà-ivres de l'autre, avec quelques tentations impudentes parmi ces derniers. Que cela l'amusait de voir que la liqueur était tellement monté à la tête des invités, que ces derniers ne faisaient plus attention, ni à leur grade et fonction, ni à leur sexe ! Oh oui, elle rit bien, lorsque le Chat Botté embrassa sans gène et avec passion le Mousquetaire surpris ! Mais elle fut d'autant plus égayée, lorsque le Pirate, sans peur ni reproches, sauta assaillir le pauvre Cyrano, déjà à plaindre pour son grand nez. Ce qui en suivit, comme une tentative d'exorcisme, une envie de pêcher sous les yeux de Dieu ou une remontrance de la Reine Blanche, Rita n'en tint absolument pas compte. Le plat de jambon que le Petit Chaperon Rouge attira son appétit. Après avoir presque dévalisé son plateau, elle se cala contre une grande colonne décorée d'autres guirlandes de rubans. La banshee soupira, car elle savait que les choses se remettaient en ordre, comme toujours dans le monde, et qu'elle n'aurait plus l'occasion de voir de tels débordements. Cette nuit-là en tout cas.

Elle ne dansait pas. Qui aurait envie de danser sur une musique aussi peu entrainante. Elle aurait souhaité un gigue, un cancan ou même une musette ! Mais la valse qui se déroulait, était d'une qualité sans doute extrême, mais d'une lenteur plus qu'ennuyante. Elle marchait toutefois à ce rythme particulier, faisant les cents pas dans la salle. La jeune fille sentit qu'elle s’empâtait et envisagea de s'abrutir avec le vin le moins cher ou le punch qu'elle ne pouvait souffrir. Mais vu la quantité d'inconscients qui avait eu la même idée qu'elle, Rita préféra s'abstenir de se joindre à eux. Décidément, la musique ne l'amenait pas à se réjouir. Alors, une meilleure solution se présenta à elle : s'assoir dans un coin et attendre. Elle espérait que la Shéhérazade qu'elle avait auparavant abordé serait dans le même cas qu'elle, mais celle-ci semblait être de connivence avec Satan. Rita soupira et alla se poser sur une chaise de velours rouge. Ces moments d'ennui étaient des occasions indésirables pour se tourmenter avec des frayeurs et de questions à réponses compliqués. C'est ainsi qu'elle parvint à se demander qui allait être le prochain mort dans cette salle, qui allait lui arracher la gorge, à cause de qui allait elle devoir se retirer de l’événement, parce qu'elle aurait foutu en l'air la soirée... À force de pensées morbides, Rita commençait à être d'une humeur de chien. Installée sur sa chaise, les jambes et bras croisés, elle fixait d'un mauvais oeil tous les invités qui passaient devant elle. Les danseurs et les buveurs n'étaient certes pas épargnés par son regard perçant, mais comme aucun d'eux ne la remarquait, la fête continuait de plus belle. Une envie égoïste émanait de la banshee, qui pensait, au final, retourner dans ses appartements pour avoir la paix.

Se plaignant intérieurement de ne pas avoir encore dansé, elle aperçut, lorsqu'elle se leva, un serveur lycanthrope au prise avec plusieurs mousquetaires baraqués. Il était ridicule avec son costume, mais Rita trouvait que cet habit s'associait très bien à son visage. Ce n'était pas souvent, mais elle trouvait ce louveteau très mignon. Pourtant, Rita voyait bien qu'il tremblait de tous ses membres devant les hommes, visiblement agacés par le serveur. Et le lapin qui était caché derrière lui ne s'en tirait guère mieux. La jeune fille s’apprêtait à repartir en faisant semblant de n'avoir rien vu, mais s'arrêta avant de repartir dans le sens opposé, vers le centre de la grande salle.

* Déjà que j'ai moi-même gâché ma fête, je vais pas laisser des brutes gâcher celle des autres ! … Et puis zut, je vais pas me trouver d'excuses !*

Elle s'approcha, presque en courant dans sa jupe flottante, et se posta avec prestance entre le jeunot et les autres. Se donnant en spectacle, Rita tournoya trois fois sur elle-même et claqua ses talons rouges, avant d’énoncer d'une voix fluette :

- Excusez-moi messieurs, veuillez me permettre
Je cherche un partenaire compétent pour une danse
Et je suis actuellement en plein mal-être
Car moi, Dorothée, je cherche une bonne cadence.


En observant avec plus de détail, elle vit que le plus proche n'avait rien d'agressif, il était tout au plus incommodé. Mais les trois autres qui pouffaient à l'arrière fit tiquer la banshee. Avec un sourcil frémissant de fureur, elle se dirigea vers celui qui, à l'odeur, était complètement saoul. De plus, il faisait rire de plus belle ses amis, presque au même point d'ivresse, avec des blagues au raffinement d'un éléphant pataud.

- Vous semblez enjoué, c'est une qualité
Que diriez-vous de mener le pas avec moi ?
Si vous êtes gentil, vous pourriez profiter
Il est possible, de quelques moments d'émoi...


Jouant de ses yeux charmeurs et de quelques contractions sensuelles, l'homme était sous le charme. Rita avait dans l'idée de l'emmener dans un coin calme, histoire d'en profiter. A l’œil horrifié que faisaient les deux terrifiés, accrochée au coude du mousquetaire, Rita, souriante, s'approcha du Chaperon et lui chuchota à l'oreille, en oubliant les alexandrins bien sûr.

- Je ne fais pas ça pour vous, sachez-le bien, car si ça n'avait été sur lui, je me serais soulagée sur mes draps. Ne faites pas cette drôle de tête, je parle de le frapper.

Elle s'éloigna un peu, se dirigeant vers les salons. A mi-chemin, alors que l'homme pervers tentait quelques caresses impudentes, Rita le coinça derrière une colonne et se mit à le tabasser en criant telle une pucelle, avec un vase posé non loin. Quelques mâles courageux et pas encore sous l'effet de l'alcool libérèrent la banshee, qui partit tranquillement du lieu du méfait pour rejoindre la grande salle et se rassoir sur sa chaise. Elle se demanda si le Chaperon et le petit lièvre s'en sortaient avec ceux qui restaient, mais comme elle ne les voyait plus à travers tous les danseurs, elle les oublia assez vite. Un air de valse plus rapide faisait virevolter les capes et les robes, offrant un joli spectacle de couleurs à la banshee.

* J'aurais quand même dû en profiter. Même bourré, j'avais un partenaire... Zut. *

_________________

Quand je lance pas des vannes, je parle en #429D42


"Maintes et maintes fois, maintes et maintes fois, j’ai cherché sans trouver la réponse à mon existence
Mais rien n’est certain, et encore moins
La raison des larmes sur mes poings
J’ai beau continuer, à la nuit tombée
Je m’arrête épuisée et me réveille quand le soleil est levé

Alors "Je suis heureuse, heureuse de vivre" pour tout les nouveaux jours à voir...
Je prie pour un jour y croire..."


Spoiler:
 


Dernière édition par Rita Upset le Sam 19 Jan - 15:44, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 964
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   Ven 4 Jan - 1:16

Quelle catastrophe ! Quel cauchemar ! Comment en était-on arrivé là ? Pourquoi avait-il bu de ce vin ? A présent, il n'était plus maître de ses gestes ni de ses paroles et faisait vraiment n'importe quoi. Il y avait même des chances pour que tout ceci ne finisse par détruire son amitié avec le commissaire. Mais ce n'était pas de sa faute ! En temps normal, jamais il ne se serait permis pareil comportement. Mais rien n'était normal à cet instant. Il était comme envoûté par le beau policier, allant même jusqu'à lui déclarer sa flamme et l'embrasser ! Et comme si ça ne suffisait pas, il s'était mis en tête de le déshabiller, histoire de voir ce corps d'Apollon d'un peu plus près. Aldrick semblait totalement pétrifié, mais Nathanaël ne s'en rendait pas compte. Il n'avait qu'une seule chose en tête, mais il fut bientôt interrompu par Valentine qui avait manifestement retrouvé ses esprits. Il avait d'ailleurs déjà oublié "Satan", n'ayant d'yeux que pour Aldrick. Mais plus pour très longtemps. Valentine se mit à lui parler, mais il ne comprit pas un traitre mot de ce qu'elle disait, se contentant de la fixer d'un air un peu idiot. Il voulait qu'elle s'en aille, qu'elle le laisse avec son prince charmant !

Néanmoins, la journaliste ne semblait pas l'entendre de cette oreille puisqu'elle lui piqua tout à coup ses lunettes, que dis-je, ses yeux ! Car sans les précieux verres, il ne voyait plus rien. Ou alors, il devait être pratiquement collé à quelqu'un pour pouvoir distinguer les traits de son visage.

"Ô malheur ! Je suis aveugle ! Aly, mon bel amant, je ne te vois plus ! Où es-tu donc ?"

Divagations, bonjour ! Il n'était même pas conscient du fait que ces mots pouvaient non seulement lui porter préjudice, mais également à son ami ! Mais il n'eut pas vraiment le temps de s'attarder là-dessus car, venue de nulle part, une main rencontra son visage pour lui asséner une sacrée claque. Il ne l'avait pas vue venir, évidemment. Sans ses lunettes, il était perdu et ne voyait que des silhouettes totalement floues s'agiter autour de lui. Surpris, il vacilla et porta une main à sa joue endolorie et désormais bien rouge, portant même les traces des doigts de la demoiselle qui avait osé faire ce que les autres avaient sans doute eu envie de faire depuis longtemps. Et puis, elle se mit à lui parler, ou plutôt, à lui faire la morale. Il croyait connaître cette voix, mais il n'en était pas sûr car il avait l'esprit encore un peu embrouillé. Néanmoins, cette claque avait un peu eu l'effet d'un électrochoc et ses idées commençaient peu à peu à se remettre en place. Cette claque avait finalement été un mal pour un bien. Et sans doute les paroles de la jeune femme y étaient aussi pour quelque chose, l'esprit du prêtre ayant tilté en entendant les mots "Dieu" et "pardon". Qu'est-ce que... ?

Il demeura un moment totalement immobile, tenant toujours sa joue, les yeux écarquillés tel un merlan frit. Qu'avait-il fait ? Mon dieu...mais qu'avait-il fait ? Et pourquoi l'avait-il fait ? Car, évidemment, tout lui revint en mémoire. Quelqu'un lui avait jeté un sort, il ne voyait pas d'autre explication ! Comment expliquer sinon le fait qu'il se soit ainsi jeté sur Aldrick qu'il n'avait jamais considéré autrement que son ami ? Ne prononçant toujours pas le moindre mot, il cherchait un moyen de se sortir de cette situation plus que délicate. Mais que faire ? Tout le monde l'avait vu, tout le monde l'avait entendu...il était fichu. Dans son désespoir, il crut se souvenir de certaines paroles que l'un des invités, voire plusieurs, avait prononcées. Le vin...il y avait quelque chose dans le vin qui lui avait fait perdre ses moyens. Pourtant, même ivre - les rares fois où ça lui arrivait - Nathanaël ne s'était jamais comporté de la sorte. Pas de doutes possibles. Il y avait de la sorcellerie dans l'air ! Ou l’œuvre d'un démon. Ou même l’œuvre d'une personne tout simplement mal intentionnée. Il devait trouver le coupable ! L'être vil qui l'avait ridiculisé et décrédibilisé devant tout le monde ! Mais avant...avant il devait s'excuser auprès d'Aldrick. Sauf que...il n'y voyait rien et ignorait donc où se trouvait son ami à cet instant. Et il était hors de question de se donner une nouvelle fois en spectacle.

Il regarda autour de lui d'un air un peu perdu. Il avait presque envie de pleurer et de se cacher au fond d'un trou pour ne jamais en ressortir. La honte suprême pour quelqu'un comme lui. Pourvu que tout ceci ne sorte pas du cabaret...mais connaissant les gens et leur goût pour les ragots, c'était peu probable.
Et puis, il crut distinguer des oreilles de chat un peu plus loin. Valentine ? Peut-être. Il s'approcha donc d'elle, un bras tendu en avant, jusqu'à ce que celui-ci entre en contact avec l'épaule de la journaliste.

"Valentine ? Je...Pouvez-vous me rendre mes lunettes, s'il vous plaît ?"

Il osait à peine la regarder, ses joues étant rouges d'embarras - si on ne tenait pas compte de cette pauvre joue portant toujours les traces de cette gifle...la fameuse gifle qui l'avait finalement sauvé. Il allait d'ailleurs devoir trouver la personne qui en était responsable pour la remercier. Oui. Il allait bel et bien remercier quelqu'un pour l'avoir frappé. On aura tout vu !

"Je vais bien, à présent. Et je dois présenter mes excuses à Aldrick. Alors...s'il vous plaît."

Il la regardait avec des yeux totalement désespérés. Pourquoi ? Pourquoi lui infliger une chose pareille ? Était-ce sa punition pour avoir osé dévier du chemin de Dieu l'espace d'un instant, quelques mois auparavant ?
Après avoir enfin récupéré ses lunettes, il finit par repérer Aldrick un peu plus loin, en train de danser avec June. Une seconde. Aldrick ? Danser ? Ce n'était pas le moment de s'étonner pour si peu. Le brun secoua la tête et s'avança vers le "couple". Il n'avait pas envie de les interrompre, mais il fallait absolument qu'il s'excuse maintenant, alors qu'il en avait encore le courage.

"Aldrick...Je...Je suis désolé ! Je ne sais pas ce qui m'a pris ! Tu...Je...Je te considère comme un ami, pas plus ! Et je... j'espère que tu pourras me pardonner un jour pour ce geste totalement déplacé de ma part..."

Il bafouillait, mais vu les circonstances, ça n'avait rien d'étonnant. Et puis, il croisa le regard de June. Il se souvint alors de la claque et de cette voix qui lui avait remonté les bretelles. C'était elle. Il n'y avait pas de doute possible. Il s'adressa alors à elle, un sourire un peu idiot et gêné à la fois aux lèvres.

"Je n'aurais jamais cru remercier un jour quelqu'un pour m'avoir frappé, mais...merci. Grâce à vous, j'ai pu retrouver mes esprits. Pardonnez-moi si je vous ai offensée..."

Sur ces mots, il leur tourna le dos et traversa la pièce pour aller s'isoler dans un coin, l'air désemparé. Dieu, pardonne-moi.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Event | Anniversaire du Lost Paradise   

 

Event | Anniversaire du Lost Paradise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Event anniversaire : Miyusaki fait son cinéma !
» Lost Paradise
» Cabaret du Lost Paradise
» VOISIN | Cabinet du Lost Paradise
» [event cal] Anniversaire de la conf 15-16 mai - Grande fête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Archives :: Affaires classées :: Events :: Event n°2-