Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Edward White maître incontesté des lieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1764
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Edward White maître incontesté des lieux   Mar 21 Déc - 14:57

Présentation, Lost ParadiseRokudo Mukuro | Reborn

Edward White

The beautiful beast

    Surnom(s): Boss, chef, maître vénéré, seigneur suprême... ~♥
    Âge (en apparence) : Je dirais 26 ans
    Sexe : Masculin, c'est évident
    Nationalité : Officiellement transylvaine, officieusement anglaise.
    Orientation sexuelle : Ladies ladies ~
    Race : Loup-garou
    Métier : Patron tyrannique
    Taille : 1 m 96
    Poids : 70 kg

You look like…

A gentleman !

Edward White, un dandy sauvage et mystérieux. En apparence ce n’est qu’un jeune homme d’une vingtaine d’année, au physique plutôt attrayant. Un corps d’artiste aux courbes fines et élancée, une peau pâle relevée par des lèvres rosées et une longue chevelure noire nouée en une fine queue-de-cheval. Un charme envoûtant dont il ne cesse de faire usage. Les clientes en sont d’ailleurs ravies et ne cessent de glousser comme des pintades lorsqu’il vient leur baiser la main en signe de bienvenue. Il est toujours irréprochablement vêtu, mais n’hésite pas à enfiler des costumes un peu fantaisistes lorsque cela lui fait plaisir. Il explique cette originalité comme provenant de son côté « artiste » car même si le jeune homme est le maître des lieux, il adore enfiler un costume et grimper sur scène pour faire son numéro. Mais même sous un masque, Edward a une particularité physique qui le distingue de n’importe qui, ses beaux yeux ne se sont pas mis d’accord sur leur couleur, aussi l’un est rouge sang, alors que l’autre est bleu océan. Cela ne lui plait pas beaucoup d’ailleurs, puisqu’il ne réussit jamais à se vêtir de façon à s’accorder avec son regard, il y en a toujours un pour gâcher la chose. Pendant un temps il porta même un bandeau, mais les mille et une catastrophes qu’il engendra le convainquirent d’y renoncer.
Lorsque la pleine lune se laisse apercevoir, c'est dans un beau pelage blanc que le patron du cabaret se montre. D'une taille plus imposante que celle d'un simple loup, seuls ses yeux trahissent son identité. Gardant pleinement conscience de son corps même transformé, il est s'est autorisé à se promener dans les couloirs de Lost Paradise, mais pour éviter de succomber à la tentation de la chair fraîche, il préfère rester allongé sur le divan de son bureau.
Charmeur jusqu'au bout des griffes, le bellâtre prend soin de lui et ça se voit !


You are…

A gentleman too!

Lunatique, c'est sans doute le trait de caractère le plus marqué chez Edward. Mais cela est-il étonnant lorsque l'on est un loup-garou ? Chaque jour est réglé sur la lune et l'humeur ne fait pas exception. Quoique, cela est allé en s'améliorant, le jeune homme réussit maintenant à rester calme dans presque toutes les circonstances, choses qui étaient loin d'être le cas quelques années plutôt. Les premiers artistes entrés au cabaret pourront d'ailleurs en témoigner. Mais Edward est aussi un grand rêveur et on le retrouve souvent assit devant son piano, jouant une mélodie hasardeuse au lieu de faire ses papiers. Mais il n'en reste pas moins un patron sérieux, qui même s'il rechigne à se mettre à la tâche, finit toujours par faire son travail. Doté d'un sens de l'humour à toute épreuve, il n'hésite pas à s'en servir, d'autant plus lorsqu'il peut l'utiliser sur un certain homme à tout faire, qui part au quart de tour dans toutes les bêtises que peut lui raconter Edward.
Il n'a qu'une peur c'est de retomber dans la folie et la rage qu'il connu quelques années plus tôt. Il ne supporterait pas de se voir à nouveau couvert de sang d'innocents. L'unique rage qu'il s'autorise, c'est pour calmer les autres employés. C'est que surveiller toute une horde de non-humains ça demande du travail ! Et les incidents arrivent vite, alors quand le devoir l'appelle, le patron du Lost Paradise sait se montrer, pour le moins... Convaincant.
Une dernière chose, Edward a beau être ce que l'on pourrait appeler un « artiste », il n'a pas la critique facile. Aussi, si vous n'aimez pas son nouvel habit, où si vous pensez qu'il devrait arrêter de faire le pitre, gardez vous de le lui dire, sauf si vous êtes suicidaire...
Quoi qu'il en soit, Edward White mène sa troupe d'une main de velours, mais il n'hésitera pas se montrer ferme et licencier un danseur, aussi doué soit-il, ne lui fait pas peur si cela peut sauver son cabaret.


Once upon a time…

Hey c'est ma phrase ça !

Il était une fois...
C'est par ces mots qu'Edward, grand patron du cabaret de Lost Paradise aurait aimé commencer son histoire. Il voyait ça comme un roman épique où amour et aventure s'entrelaçaient avec passion, un récit haletant où le monde entier aimerait se perdre. Mais malheureusement pour lui, sa vie fut loin de celle d'un héros de littérature, à moins que le livre dont on parle soit un récit d'épouvante.

Le bel Edward White, de son vrai nom Eduard Wolkoff, est né il y a de ça plusieurs siècles maintenant, dans les tréfonds de la Transylvanie. Enfant de la lune rousse, il est le premier fils du chef de la meute. Si je dis meute, c'est parce que le petit Eduard est un enfant monstrueux, né loup-garou, son avenir ne pouvait être fait que de mort et de peur. D'autant plus que le jeune homme a un sale caractère, pour ne pas dire qu'il est violent. Il frappe à la première occasion, il mord, griffe, étouffe quiconque ose, ne serait-ce que le regarder de travers. Sa famille n'est pas exclue. Et plus les années le gagnèrent, plus il devenait dangereusement incontrôlable. Plus personne ne s'approchait de lui, il restait seul, reclus dans sa colère, à moitié fou, il lui arrivait de se mordre lui-même pour apaiser sa rage. Plusieurs fois, des jeunes gens de son âge s'attaquèrent à lui, essayant de mater cette boule de nerf sans cervelle. Mais à chaque fois Eduard gagnait et si son père n'était pas intervenu à plusieurs reprises, il serait fort probable que le nombre de jeune loup-garou du clan aurait fortement diminué. Mais parlons en de son père ! Marlock, le chef des Wolkoff, un héros, mais un héros inquiet pour l'avenir de sa meute. Il savait qu'Eduard était un danger, il avait essayé plusieurs fois de raisonner son fils, désespérant de faire disparaître toute cette colère qui le torturait. Mais il n'y avait rien à faire, le jeune homme ne voulait rien entendre, et la relation avec son géniteur dégénéra. Perdant tout espoir Marlock en revint à l'instinct animal et la violence devint l'unique façon d’arrêter son fils. Eduard se faisait battre, mais plus les coups pleuvaient plus il se rebellait. Les disputes avec son père prirent des proportions terrifiantes. Les soirs de pleines lunes étaient pires que les autres. Mais le chef gardait toujours le dessus, ramenant au petit matin, son fils ensanglanté qu'il déposait dans les bras de sa mère, Evelina, dont les pleurs torturaient un peu plus Eduard et sa folie. Cette femme représentait tout pour Eduard et il l'aimait, oh oui il l'aimait, mais d'un amour interdit et tant que son père serait de ce monde, il ne pourrait que regarder cette femme qui lui avait dévoré le coeur et lui arracher des larmes à chacun de ses combats, mais cela ne dura pas.

Lorsqu'Eduard eut seize ans, tout s'accéléra. Dans toute la Transylvanie, les guerres de clans se firent de plus en plus nombreuses, la faute à la surpopulation de loup-garou. Le pays commença à se découper en plusieurs grandes familles, mais les Wolkoff firent exception. Le chef de la tribu refusait catégoriquement de participer à l'affrontement, il souhaitait rester neutre, préférant sans doute attendre que les autres s'entretuent pour prendre la place du roi sans avoir à lever le petit doigt. Cette prise de position révulsa Eduard qui le traita de lâche et de traître, lui voulait se battre, il souhaitait devenir le roi et il réussirait. La guerre entre le père et le fils se fit encore plus intense et c'est un soir de novembre que le vainqueur fut déclaré. Eduard avait tué son père et c'est sans compassion qu'il exhiba son cadavre à tous les autres membres du clan, le voilà devenu le chef des Wolkoff. Sa mère devint sa femme et l'affrontement entre loups-garous explosa. À peine une semaine après avoir pris le contrôle de la meute, Eduard déclara la guerre à tous les autres clans. La plus grande guerre éclata dans les plateaux enneigés de la Transylvanie. Elle dura six longues années, six ans pendant lesquels les cadavres se multiplièrent à une vitesse ahurissante. Evelina périt sur le champ de bataille lors de la troisième année et les exploits d'Eduard se firent connaître de part et d'autre du pays. On l'appelait le monstre, capable de se battre à quatre contre un sans sourciller. Et ce ne fut qu'au sixième printemps, que ce massacre s'arrêta. Au détour d'un fleuve, Eduard arracha le coeur du chef de la dernière meute ennemie, le soulevant comme un trophée devant les soldats épuisés, le sang frais lui dégoulinant sur le visage. Il avait vaincu, il devenait le chef absolu de tous les autres clans. La guerre était terminée et ce jusqu'à ce que l'on réussisse à le détrôner.

Toute cette violence avait eu un effet inattendu sur le jeune homme, fatigué et las de voir le sang couler, toute sa rage s'était évaporée durant la pénible bataille et le rebelle finit par s'assagir régnant sagement sur les siens. Autre chose de plus étonnant, Eduard réussissait à ne plus perdre le contrôle de son corps lors de ses transformations, chose qui ne l'empêchait pas de s'amuser avec les humains, bien évidemment. Mais l'ennui ne tarda pas à le rattraper et c'est pour éviter de devenir un vieux carnivore sénile que le jeune homme se décida à partir en voyage avide de nouvelles expériences.

Bien entendu cette petite escapade ne fut pas sans quelques petits incidents. Plusieurs villages furent attaqués, du bétail disparaissait et les morsures involontaires engendraient de nouveaux venus dans la grande famille des loups-garous. L'un d'entre eux se fit d'ailleurs bien remarquer, un tout jeune homme n'ayant que la peau sur les os, mais son histoire voulait qu'il haïsse les monstres qui l'avaient transformé et avec ses petits bras, il se mit en tête de tuer Eduard. Le chef de la meute s'en amusait fortement et lui faisait vivre mille et un calvaire. Le dernier en date, a été de l'engager dans son cabaret comme homme à tout faire. Vous le croiserez peut-être au détour d'un couloir d'ailleurs. Mais c'est surtout au court de cette excursion aux quatre coins de l'Europe que le loup-garou tomba amoureux des arts et du spectacle. Il ne ratait jamais une occasion d'entrer dans un cabaret ou dans un théâtre, là il aimait se laisser aller à écouter des mélodies envoûtantes accompagnant des pas de danses exquis. Il apprit à jouer du piano, à danser, à jouer la comédie et petit à petit une idée lui grimpa en tête. Il allait ouvrir son propre cabaret, un cabaret particulier où seuls les non-humains pourraient travailler, mais un lieu magique dont la renommée s'ébruiterait dans le monde entier. Et quoi de mieux pour cela que de monter son spectacle dans la ville la plus belle d'Europe ? S'installer à Paris revenait de l'évidence même pour Eduard. Et c'est après avoir trouvé cinq employés que Lost Paradise vu le jour. Changeant de nom pour un plus commun, Edward White vit sa petite entreprise grandir et prospérer rapidement, le nombre de client se multipliait de jour en jour, tout comme le nombre d'employés ne cessait de croître. On parlait de lui dans les journaux, dans les bars, dans la petite société tout comme dans la grande. Et il comptait bien faire en sorte que cela ne change pas.



Sous le masque

Phrase de votre choix;

    Surnom(s) : Nezu
    Âge : Secret ~
    Expérience en RP : Bonne !
    Avis/Suggestions/Questions concernant le forum : Bah non, comme c'est moi le boss ~
    Comment avez vous connu le forum ? J'ai aidé à sa conception !
    Avez vous lu le règlement ? Auto-validation powa !
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
 

Edward White maître incontesté des lieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Young Haitian MD named White House fellow
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Les lieux de la légende...
» Territoires mafieux et lieux clés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Avant d'entrer au Lost Paradise :: Papiers d'inscription :: Autres employés-