Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Ven 12 Avr - 8:55

Retrouver Walter venait sans conteste de chambouler une nouvelle fois l'existence de Nathanaël. Lui qui avait tant souffert de son absence avait commencé par se faire à l'idée de ne plus revoir son amant, même s'il lui avait cruellement manqué chaque jour qui avait passé. Il lui en avait voulu, il avait même décidé de lui dire tout le fond de sa pensée s'il le revoyait, avant de lui demander de disparaître de sa vie à tout jamais. Mais les choses n'étaient jamais aussi simples, il aurait dû le savoir ou, au moins, s'en douter. La situation actuelle avait quelque chose de surréaliste...boire du thé dans une ruelle. Quelle idée saugrenue ! Et pendant cette petite partie de thé, le jeune homme avait fini par laisser parler son coeur, même s'il avait essayé de se taire et de se retenir au début. C'était comme si une force invisible l'avait en quelque sorte contraint à avouer ses sentiments et ses envies à Walter. C'était très étrange, mais il ne se posait pas plus de questions que ça. Comment, en effet, aurait-il pu savoir que son cher magicien était à l'origine de tout ça ? Cette pensée ne lui aurait probablement jamais effleuré l'esprit.

Après une étreinte et un baiser, il avait fini par avouer à Walter qu'il voulait passer la nuit avec lui, ce soir. Et plus précisément à l'auberge de leur rencontre. Bien sûr, au fond de lui, il espérait en apprendre davantage sur cet homme toujours aussi mystérieux à ses yeux, mais ce n'était vraiment pas son but premier. Il voulait simplement passer du temps avec lui, profiter de sa présence avant que celle-ci ne disparaisse à nouveau. Sauf que si Walter disparaissait une nouvelle fois, Nathanaël ne le supporterait plus et tirerait un trait définitif sur lui. Il le fallait. Néanmoins, c'était bien plus facile à dire qu'à faire et puis, peut-être que le magicien resterait pour de bon, cette fois. Devait-il s'en réjouir ? Il n'en avait trop rien. Car cela lui apporterait beaucoup de soucis et de problèmes, il en était conscient.
Et puis, les choses basculèrent d'un coup. Ce moment aux allures si idylliques se tranforma en cauchemar. Ou presque. Walter venait de lui parler de son passé. Certes, il ne lui avait pas dévoilé grand chose en fin de compte, mais ce que le prêtre apprit le laissa sans voix. Avait-il seulement bien entendu ? Bien compris ? Il se défit de l'étreinte de Walter et le regarda d'un air qui en disait long sur son incompréhension.

Pourquoi parlait-il des humains comme s'il n'en faisait pas partie ? Qui était ce "maître" qu'il venait de mentionner ? Non, ce n'était certainement pas ce qu'il croyait, ce qu'il imaginait...ce n'était juste pas possible ! Interloqué, incapable de réagir, il ne sentit même pas la pluie qui commençait à tomber et remarqua à peine que Walter était en train de l'entraîner vers la cathédrale. Ce ne fut qu'uen fois sur le seuil qu'il s'en rendit compte. Il regarda une nouvelle fois le magicien d'un air totalement perdu, ne prononçant toujours pas le moindre mot. Il devait s'imaginer des choses. Il n'y avait pas d'autre explication. Et puis, Walter poussa les lourdes portes de la bâtisse pour pénétrer à l'intérieur. Nathanaël tenta de reprendre ses esprits et entra à son tour. Réagis, Nathanaël, réagis ! Alors, il attrapa fortement Walter par l'épaule afin qu'il se tourne vers lui. On pouvait toujours lire une certaine incompréhension sur son visage, toutefois remplacée peu à peu par la colère.

"Expliquez-moi ce que vous avez voulu dire. Pourquoi parlez-vous des humains de la sorte ? Comme si...comme si vous n'en faisiez pas partie..."

Prononcer ces mots à voix haute ne faisait qu'accroître sa colère, mais également son sentiment de trahison. Walter avait dit qu'il l'aimait, que la personne qu'il avait été autrefois était morte grâce à lui. Etait-ce une bonne chose ? Comment devait-il prendre ça ? Il le lâcha enfin et lui fit face, affichant à présent un air déterminé. Il ne connaissait que trop bien les démons et leurs façons de faire...si ça se trouvait, il avait été trompé par l'un d'eux...Non...il ne voulait pa y croire. Peut-être avait-il mal interprété les paroles de son amant. Peut-être avait-il simplement voulu parler du genre humain en général...Après tout, bon nombre d'humains aimaient se jouer de leurs semblables. Il demeura là, trempé, les gouttes qui s'étaient déposées sur ses lunettes lui brouillant la vue.

"Dites-moi que je me trompe. Dites-moi que vous n'êtes pas un démon."

Son ton s'était considérablement durci, mais au fond de lui, il était dévasté. Son monde était en train de s'écrouler...

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Dim 9 Juin - 3:00

Nath me prit par l’épaule d’une façon plutôt différente que je lui connaissais : ça n’avait rien de romantique. J’avais peut-être poussé le bouchon un peu loin cette fois. Il semblait hors de lui. Mon petit jeu avait un peu tourné contre moi, mais… n’était-ce pas ce que j’attendais, au final, faire planer des doutes plus qu’évidents? Étais-je maso à ce point? Voulais-je vraiment revenir auprès de mon amant pour lui avouer finalement ma véritable nature en sachant très bien que ce genre de révélations mettrait fin à notre histoire… peut-être à ma vie, qui sait? Oui… car j’aimais jouer, mais je n’avais plus envie de tout cacher… J’avais trop menti depuis des années, j’avais envie de changer, de m’adonner à de nouvelles règles du jeu, un peu plus dangereuses cette fois, certes, mais j’avais envie de manier le danger. D’ailleurs, je ne savais pas pourquoi, mais une petite voix, très faible, me disait que Nath m’aimait assez pour ne pas appuyer sur la gâchette.

J’avais foi en lui, comme j’avais eu foi en mon ancien maître décédé, maintenant.


Nath:
 

Je déclarai alors, encore un peu à la farce :

-Alors, vas-y, passe-moi ton interrogatoire qu’on fasse autre chose! Comme je sais pas, se faire des jolis câlins sous l’œil bien heureux de ton Dieu, ahahah.

Nathanaël ne semblait vraiment pas vouloir jouer, lui. Il était déterminé, me regardant avec un de ces regards. Il se plaça devant moi et… fit tomber les dés sur la table : le décompte était enclenché…

Nath:
 

Je regardais Nath dans les yeux, sa détermination, sa bonté du cœur, tout ça, me charmait… il n’avait pas changé… il était le même bon vieux Nath que j’avais tant observé. Mais en même temps, il était si naïf! Il avait cru en moi sans rien savoir... de moi. Je ne comprenais pas les humains. Ils se vexaient pour si peu quand, en fait, c’était de leur faute s’ils faisaient confiances à tout ce qu’on leur disait. Pourquoi croyait-il si fort en moi? Je déclarai donc, à ces dires :

-Et qu’est-ce que ça l’importe ce que je suis? Qu’importe le vrai du faux, qu’importe, je suis et je serai toujours le même que tu as rencontré et qui t'a charmé, si tu le veux ainsi. Pourquoi cherches-tu tant à tout savoir si ça te blesse? C’est toi qui demande; moi qui réponds. Je ne suis aucunement responsable de ce qui se passe actuellement. Enfin, tu veux une réponse, hein?Tu t'en fous de mes philosophies? Alors soit.

Je plaquai Nath au mur. Son dos fit un grand bruit sur la pierre froide. Je murmurai alors à son oreille de manière languissante :

-Ce n’est pas bien de juger les gens et après c’est moi qu’on traite de méchant. Je me fous bien de qui tu es, car c’est toi que j’aime… sincèrement, mais toi tu ne crois que ce que tes principes disent et je ne figures pas dans tes principes même si tu te meurs d’envie pour moi.

Mais quelle scène je faisais! J’étais vraiment idiot… mais au fond, je ne voulais qu’une chose, ouvrir les yeux de Nath. Je voulais qu’il sache la vérité. J’ajoutai alors, en m’éloignant (me tortillant même):

-Tire-moi dessus avec de l’eau bénite si tu veux et tu verras si je suis ce que tu crois que je suis, mais dis-toi que peu importe le verdict, la nature ne fait pas la personne et que mon boss, Ed, me fait confiance. Je ne dois pas être si vilain que ça, non?,dis-je avec un petit sourire sadique en coin. Oui, j’attendais ce moment depuis des années. Le moment où tout éclaterait. Je n’en pouvais plus de voir Nath dans l’incompréhension.

Je souhaiterais qu’il m’aime malgré nos divergences, mais je crains que je me berçais d’illusion. Ce n'était qu'un pauvre humain... un exorciste de surcroît. Ah et puis bon, j’étais un démon qui se moquait pas mal de la vie. La perdre m’était égal si je la perdais de sa main. Ça serait pour moi presque une preuve d'amour. Oui, j’avais choisi l’heure, l’endroit et qui devrait baisser le rideau de ma dernière scène. Las de vivre? Hum, non, seulement un peu fatigué de me mentir à moi-même.


Quant à en être arrivé là, vaut mieux en profiter... Ahah et dire que tout ça, c'est à cause de ma nouvelle recette de philtre de vérité. Intéressant phénomène.*
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Lun 2 Sep - 14:49

Nathanaël était perdu et pas qu'un peu. Il ne savait plus quoi penser ni quoi faire. Il n'était même pas sûr de ce qu'il ressentait en ce moment, tout était si confus. Et surtout, il n'avait absolument rien prévu de tout ça. Pourquoi avait-il dû s'éprendre de Walter ? Pourquoi avait-il dû commettre un péché avec lui ? Pourquoi Dieu lui infligeait ça ? Il n'y comprenait rien, surtout maintenant. Walter s'était exprimé de façon très étrange et avait fini par éveiller les soupçons de l'exorciste. Il avait beau être naïf, il s'y connaissait plutôt pas mal en démons et plus ça allait, plus ses doutes grandissaient. Il repensait à certains épisodes avec Walter et soudain, certaines choses devinrent très claires. Bizarrement. Il avait beau être en conflit avec lui-même, toujours perdu au niveau de ses sentiments, il commençait à comprendre pas mal de choses, notamment le comportement de son amant.

Bon sang. Il combattait les démons et autres créatures de ce genre, il connaissait leur modus operandi et pourtant, il avait été le premier à tomber dans le piège. Quand on disait que l'amour rendait aveugle, c'était vrai, finalement. Mais à présent, il était temps de faire tomber le masque. Il voulait savoir, non, il exigeait des réponses et il ne lâcherait pas l'affaire, cette fois. Même si ça risquait de le détruire.
Walter se remit à parler, oh ça, il savait le faire. Sans doute espérait-il pouvoir à nouveau l'induire en erreur, le tromper. Mais ça ne marcherait plus, cette fois. Nathanaël avait finalement ouvert les yeux et ça allait faire mal. Pour l'un comme pour l'autre, malheureusement. Il serra les poings, au bord des larmes. Pourquoi ? Qu'avait-il fait pour mériter ça ? Il n'avait jamais fait de mal à personne, il aidait les gens comme il le pouvait, parfois, il donnait même tout ce qu'il avait aux plus démunis, allant jusqu'à se priver de son repas du jour. Pourquoi ?

Il écoutait Walter sans vraiment l'écouter, en fait. C'était comme s'il vivait un mauvais rêve. Presque comme s'il n'était pas vraiment là, qu'il était un simple spectateur de ce qui était en train de se passer. C'était très étrange comme sensation.

"Ne gaspille pas ta salive. Je t'ai percé à jour, démon. Rien de ce que tu diras ne pourra me faire changer d'avis, maintenant."

Des paroles très dures quand on connaissait Nathanaël. Au fond, il n'avait pas envie de dire ça, il avait juste envie de secouer Walter et de lui faire promettre que ce qu'il avait dit n'était pas vrai, que tout ceci n'était qu'un mauvais rêve. Alors qu'il luttait toujours contre ses émotions contradictoires, Walter le plaqua soudainement contre le mur, ne lui ayant pas laissé le temps de réagir.

"Les démons et autres créatures du genre n'ont rien à faire parmi les humains. Vous êtes tous des êtres maléfiques et mon devoir est de protéger les innocents contre vous !"

Malgré tout, il avait du mal à croire que tout ceci était réel, que Walter lui avait menti depuis le début. Sans doute s'était-il bien moqué de lui devant ses chers collègues !
Il demeura un instant silencieux alors que Walter lui demandait carrément de l'asperger d'eau bénite. Il était vrai que ce serait un moyen de connaître la vérité une bonne fois pour toutes. Pourtant, il hésitait. Il avait peur de se retrouver devant le fait accompli. Tellement peur qu'il en tremblait. Son coeur lui faisait mal et deux petites larmes vinrent se mêler aux gouttes d'eau présentes sur son visage. Et toujours cette même question qui revenait: Pourquoi ? Et surtout, pourquoi ressentait-il encore quelque chose pour Walter ?
Il glissa lentement une main dans sa poche et en sortit un petit flacon d'eau bénite qu'il serra longuement entre ses doigts. L'instant de vérité. Il devait en avoir le coeur net, même si ça le détruirait. Il retira le bouchon et finit par lui jeter le contenu du flacon au visage.

Lorsqu'il vit la fumée, il n'y eut plus de doute possible. Un humain ne réagissait pas à l'eau bénite. Un démon, si. Dévasté, Nathanaël laissa tomber le flacon qui roula par terre. Pourquoi ? Il sentit ses jambes défaillir et se retrouva à genoux avant même de s'en être rendu compte. Il fut totalement incapable de dire quoique ce soit, d'esquisser le moindre geste. Walter...était un démon. L'homme qu'il aimait était l'une de ces créatures qu'il chassait. Une créature qui lui avait menti depuis le début, qui s'était jouée de lui. Alors pourquoi n'arrivait-il pas à le détester ? Peu importe. Il devait en finir. Il sortit son arme et la braqua sur Walter, le bras tremblant, ce bras qui d'ordinaire ne tremblait pourtant jamais face à un monstre.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Dim 15 Sep - 6:57

Spoiler:
 

Il était inévitable que ce jour arriverait. Le jour où ma véritable nature serait découverte par mon amant, mais jamais je n’aurais cru m’échapper aussi vite après nos retrouvailles. Il fallait croire que j’étais un véritable fou, un véritable maso.

Tout jouait contre moi, jamais Nath ne pourrait croire à nouveau en mon intégrité et pourtant… et pourtant… je l’aimais vraiment… à ma manière. Le silence laissé par mes mots résonnait comme une mélopée funèbre, un véritable désastre. Dans cette cathédrale se jouerait l’une des scènes les plus déchirantes à s’être joué à Paris, une scène digne du Bossu de Notre-Dame. Mais qui sait quel fin le « bossu démoniaque » en l’occurrence « moi » connaîtrait… Ce n’était plus le naïf prêtre qui se trouvai devant moi, mais bien le sévère, habile et sadique exorciste.


Nath:
 


La sensation de l’eau bénite sur mon corps. Cette douce sensation qui piquait ma peau et qui me faisait tordre de douleur m’enivrait. Je lançai cri déchirant dans la nuit, mélange entre excitation et douleur. Comme j’aimais ce genre de moment. Mais en même temps… les mots dures, la voix dure de Nath me touchaient plus que je ne l’aurais cru. Je dis, encore entouré par cette fumée à l’odeur de chair qui m’entourait :

-Espèce d’ingrat, tu oublies tout ce qu’on a vécu parce que je ne suis pas un humain? Tu es idiot ou quoi Nath? Le Lost Paradise est infesté par des créatures comme moi domptés et tu es trop aveugle pour le voir. Tu crois qu’Ed est humain lui aussi? Ne me fais pas rire… tu n’es que frustré d’enfin ouvrir les yeux… mais je t’aime malgré tout, oublions tout ça, ok?dis-je d’un ton qui balançais entre la véhémence et le sarcasme.

Ma respiration était lente et saccadée. L’eau bénite ne m’avait pas manqué, mais j’étais toujours vif d’esprit. Peu importe ce que Nath déciderait, j’allais lui prouver que je ne m’étais pas joué de lui… enfin, pas dans le sens où il l’entendait. Mais… il fallait dire qu’il était déjà trop tard pour réparer cette erreur, Nath ne comptait plus rien entendre. La main tremblante devant moi, arme en main, il semblait déterminé en en finir avec moi bien que… je lisais facilement un léger doute dans le creux de ses yeux. Mais il était évident qu'e c'était l'exorciste qui me faisait face; Nath était mort.

Je m’approchai lentement de ce dernier qui tenait toujours son arme, marchant d’un pas lent –pour un démon-, mes chaussures claquantes brisant le silence lourd puis, le sourire aux lèvres, je descendis ma tête et déposai ma tempe sur le fusil, disant :


-Je ne m’éterniserai pas à me confondre en excuses, je ne vois pas pourquoi je le ferais non plus… S’excuser d’être ce qu’on est est idiot et puis… c’est toi qui devrait t’excuser alors… fais ce que tu veux, mais sache que tu peux appuyer. Je ne t’arrêterai pas.

Ma voix était douce, plus douce qu’à l’ordinaire. Essayais-je d’envoûter Nath de mon aura de démon, de l’amadouer? Qui sait. Je ne pouvais dire, mais si j’étais pour arrêter mes jours de démon, je voulais que ce soit de sa main. Il n’y avait pas meilleure fin pour une longue vie comme la mienne que de mourir sous la main du seul être que tu avais pu aimer à nouveau avec… les quelques sentiments que tu étais capable d’éprouver. La tête toujours sur le fusil, je déposai ma main sur la crosse du fusil, touchant du bout des doigts la main froide de Nath puis je lui dis, en ricanant :

-Quand cesseras-tu de te renier, Nath? Ne t’aies-je rien appris? Si tu me hais tant. Tue-MOI! Allez, APPUIE!!

Ma voix résonnait dans toute la cathédrale, ma voix était celle que j’avais quand je perdais le contrôle sur ma nature de démon : elle était démoniaque.

-Tues-moi avant que je ne change d’idée sur mon envie de disparaître de ta main…laissais-je entendre sur les parois froides de l’église avant d’aider Nath à appuyer sur la gâchette…
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Dim 17 Nov - 2:34


Jamais il n'aurait cru vivre ça un jour, jamais. Sans doute avait-il été trop sûr de lui pour croire qu'il ne pourrait jamais tomber dans le piège d'un démon ou d'une créature quelconque. Il devait admettre que sur ce coup-ci, il s'était bien fait avoir, en beauté même. Cette chose qui lui faisait face s'était jouée de lui, s'était moquée de lui. Oh ce qu'il avait dû rire de lui lorsqu'il avait le dos tourné. Nul doute qu'il avait dû bien prendre son pied à manipuler ainsi un prêtre jusqu'à le pousser au péché.
Pourtant, malgré toutes les preuves, une partie en Nathanaël refusait toujours d'y croire. Ce n'était juste pas possible. Walter avait toujours été gentil avec lui, doux même...sinon pourquoi serait-il tombé amoureux de lui ? Non. C'était un sortilège, sinon quoi ?

Il l'avait arrosé d'eau bénite, espérant encore en son for intérieur que cela ne lui fasse rien. Mais quand il vit la fumée qui se dégageait de son corps, quand il entendit le cri qui s'échappa de ses lèvres, il dut se rendre à l'évidence. Tout ceci était bien réel. Ô combien il aurait aimé que ce ne soit qu'un cauchemar. S'il pouvait se réveiller maintenant, ça aurait été bien.
Trop secoué par cette révélation, il n'écouta pas vraiment ce que lui dit le démon. De toute façon, chaque parole émanant de lui n'était que pur mensonge destiné à le manipuler encore une fois. Mais cette fois, il ne se ferait plus avoir. Il devait mettre sa naïveté de côté une bonne fois pour toutes. Oui, la trahison pouvait changer un homme et Nathanaël était sur le point d'en faire l'expérience.

Alors qu'il pointait son arme sur Walter, il ressentit une vive douleur au niveau de la poitrine. Car oui, ça faisait mal, très mal. Il ne se rendit même pas compte que depuis tout à l'heure, les larmes coulaient le long de ses joues. Il ne se rendit pas compte non plus qu'il avait froid parce qu'il était trempé et qu'il grelotait. De toute façon, ça n'avait plus d'importance. Il devait éliminer ce monstre avant toute chose. Ils avaient passé de bons moments ensemble, oui, mais au final, ça n'avait été qu'un mensonge, une illusion.
Walter se rapprochait, mais Nathanaël ne bougea pas, le doigt sur la gâchette. Le bref contact de ses doigts sur les siens le fit légèrement sursauter. Non. Il ne devait pas faillir. Ce n'était qu'un nouveau stratagème pour le faire plier.

C'était si dur. Pourquoi ? Et si Walter ne lui avait pas menti finalement ? S'il éprouvait vraiment quelque chose pour lui ? Si les moments passés ensemble avaient été vrais ? Voilà que le doute s'installait à nouveau en lui. Et même s'il se haïssait à cet instant-même, il devait se rendre à l'évidence qu'il aimait toujours Walter malgré tout. Décidément, quelque chose ne tournait pas rond chez lui. Il secoua la tête, luttant contre une nouvelle vague de larmes. Et puis, il finit par baisser le bras avant de tomber à genoux, lâchant son arme qui tomba au sol. Il n'était qu'un idiot. Un idiot et un lâche. Il avait suffi d'un contact et d'un regard pour qu'il perde toute résolution, pour que ses sentiments reprennent le dessus. Il avait été trahi, on lui avait menti tout ce temps...alors pourquoi ne parvenait-il pas à appuyer sur la gâchette ni même à haïr Walter ? Tout aurait été tellement plus simple si l'amour avait pu se transformer en haine...mais hélas, les choses n'étaient jamais simples.

Il se mit à trembler de tout son corps, les larmes coulant de plus belle pour s'écraser sur le sol marbré de la cathédrale. Pourquoi Dieu lui infligeait-il pareille épreuve ? N'avait-il pas toujours tout fait pour lui ? Pour mériter sa reconnaissance ? Qu'allait-il devenir à présent ? Il était désespéré, perdu. Tellement perdu qu'il attrapa la main de Walter pour le tirer vers lui et le prendre dans ses bras. C'était insensé, illogique et pourtant...il avait désespérément besoin de sentir ses bras autour de lui. Bon sang, Nathanaël, qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ?"

"Je t'en prie...Je ne peux pas vivre comme ça..."

Il ravala ses sanglots et leva ses yeux rougis vers le démon, son regard se faisant suppliant.

"Je suis sûr que tu as le pouvoir de me faire oublier. Alors...je t'en prie. Efface ce moment de ma mémoire. C'est trop dur, je ne peux pas..."

Il fut incapable de poursuivre. Il n'en pouvait plus, il était à bout. Il voulait juste que cette souffrance cesse, que tout redevienne comme avant. Même si ça allait à l'encontre de tous ses principes.

"Si tu m'aimes ou si tu m'as aimé un jour...fais-le."

Vivre à nouveau dans un monde d'illusion...oui, c'était ce qu'il désirait à cet instant. Car vivre en connaissant la nature de celui qu'il aimait était bien trop difficile. Voire impossible.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Dim 29 Déc - 21:03

Il faisait froid… très froid. Dans ma tête, dans mon cœur –façon de parler, un démon n’avait pas vraiment de cœur, paraîtrait-il-, dans cette pièce. On aurait dit que même le temps était givré pendant ces quelques secondes où mon regard, de plus en plus rougeâtre à cause de l’effet brûlant de l’eau bénite, se perdait dans celui larmoyant de mon amant. J’étais sérieux quand je disais vouloir mourir de sa main. Cela faisait longtemps que je n’avais pas rencontré un humain digne de mettre fin à mon éternité qui commençait à peser lourd sur mon esprit. Car, outre mon envie taquine de jouer avec les humains dans leur monde pour mon propre plaisir, je cherchais ultimement une façon de disparaître en fumée… Je ne voulais plus jamais retourner en enfer : c’était ennuyant à en mourir; je ne pouvais pas rester éternellement dans le monde des humains : je voulais mourir de la main de mon élu. Eh oui, le sadique magicien de salon était un grand tragico-romantique.

Je voulais mon nom dans l’histoire alors… j’espérais avoir assez marqué les gens pour qu’on parle de moi après ma disparition. En tout cas, j’avais fait de mon mieux pour emmerder les citoyens du Lost Paradise.


-APPUIE! répétais-je en hurlant.

Et voilà, Nath allait appuyer sur la gâchette… je le sentais. En fait, c’est ce que je croyais au moment où, encore tremblant, il m’attira vers lui pour… pour me serrer dans ses bras? Quoi?


Nath:
 

Je restai muet. De sentir tout le désarroi dans le corps de mon amant me coupait le souffle. M’aimait-il vraiment, celui qui s’enfuyait quand je voulais le draguer? Je le savais… je l’avais toujours senti qu’il se reniait… Les humains étaient si complexes, c’est ce que j’aimais d’eux, c’était la raison même de mon entêtement à les enquiquiner et à me rapprocher d’eux.

Nath:
 

Il avait les yeux suppliant. Il semblait tant souffrir. Ça ne pouvait pas être du bluff pour m’avoir. Je lui avais dit que je ne résisterais pas et, de toute façon, Nath, mon Nath, ne savait pas mentir. Il voulait vraiment repartir à zero. Mais… savait-il au moins que si je lui enlevais la mémoire, il n’oublierait pas que ce moment, mais bien mon existence? Je pouvais enlever la mémoire des gens, mais je ne pouvais contrôler à quel point ils oublieraient.  Toujours silencieux, je le regardais. Cette tragédie romantique tournait étrangement. Que devais-je faire?

Nath:
 

Il allait craquer. Je m’approchai de son oreille et soufflai, caressant ses cheveux doucement comme pour le rassurer –oui, même un sado comme moi pouvait être doux à ce genre d’instant- :

-Oui, je peux te faire oublier ce que tu viens d’apprendre, mon tendre aimé… mais je ne contrôle pas mon pouvoir démoniaque, il peut autant te faire oublier aujourd’hui, qu’il peut te faire oublier mon existence. Toutefois….

Je pris une grande inspiration avant de me reculer et de dire avec un sourire sadique :

-L’idée de te reconquérir me plait bien. Ça me semble un jeu intéressant. Mais avant tout…

J’inspirai profondément de nouveau. Je faisais son dur, mais au fond, la perspective d’être oublié de mon amant était plus cruel que la perspective de mourir de sa main. J’approchai mes lèvres de celles de Nath en disant- d’une voix tellement douce qu’on ne reconnaissait presque pas ma voix-:

-Permet-moi au moins de goûter à tes lèvres et à ton amour avant de m’oublier et sache que jamais je ne t’abandonnerai. Je ferai tout pour te retrouver et cette fois… cette fois, je tenterai de moins rapidement me faire reconnaître.

Sur ce serment, je déposai mes lèvres sur celles de Nath et embrassai ce dernier, sous le regard intransigeant  de Dieu, mon amant qui, d’une minute à l’autre, allait m’oublier. Je le serai tout contre moi avec passion comme si c’était la dernière fois et, paradoxalement, c’était peut-être la dernière. Personne ne pourrait dire… même moi-même, si le prêtre entrerait deux fois dans le panneau de leur amour. Sur ce long baiser, je déposai mes mains sur le front de Nath.  Une petite fumée violette se leva au-dessus de sa tête.

Je lui murmurai alors:


-Nath… je …t’aimerai toujours… Ce n’est qu’un au revoir.

Puis, je tournai les talons et, dans ma vitesse démoniaque, j’ouvris la porte laissant pénétrer dans la cathédrale glaciale un doux rayon de soleil. La tempête était finie. Le soleil était levé… sur un nouveau jour.

Je jetai au sol un mot rapidement griffonner en ces mots :


Je sais que tu as oublié ma personne, mais si tu veux me retrouver… demande à voir un magicien du nom de Walter au Lost Paradise et il me fera plaisir de te faire sourire… mon Nath… pour toujours.

Tu pourras me reconnaître à mon chapeau melon.

Je t’aimerai toujours…

Wally


Sur mon sourire de diablotin, je refermai la porte et sautai dans un arbre afin de regarder le départ de mon ange… déchu.

Fin du premier acte de la tragédie-romantique. La suite était pour bientôt. Je ne restais pas tranquille très longtemps.
Nathanaël Cartier
† Prêtre Gourmand †
avatar

Messages : 958
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Au cabaret ou dans une sombre ruelle, sans doute. Ou peut-être à l'église, à vous de me trouver !

MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   Lun 20 Jan - 19:25

Toute cette histoire était allée trop loin et Nathanaël le savait. Il n'aurait jamais dû laisser Walter entrer dans sa vie de la sorte. Il n'aurait jamais dû laisser ses sentiments prendre le dessus. Il était évidemment trop tard pour ça, beaucoup trop tard. Il était tombé amoureux d'un démon. Le comble pour un exorciste qui était persuadé que toutes les créatures venaient de Satan, qu'elles étaient toutes machiavéliques et qu'il fallait les exterminer. Du coup, la vérité était trop dure à supporter pour le prêtre. Cette dure réalité...celle qui faisait qu'il aimait vraiment cet homme, ce démon. Comment savoir si ce dernier avait été sincère envers lui ? Comment savoir s'il ne s'était pas joué de lui depuis le début ? C'était trop dur et Nathanaël ne pouvait plus supporter le poids de cet amour ni de cette révélation.

Alors, il fit la seule chose qui lui vint à l'esprit. C'était sans doute lâche et trop facile, mais il ne pouvait tout simplement pas vivre ainsi. Il supplia alors Walter d'effacer ses souvenirs, ajoutant qu'il le ferait s'il l'avait jamais aimé. Oublier...il savait qu'il ne souffrirait plus, mais d'un autre côté, oublier les bons moments passés avec le magicien semblait presque cruel, insupportable. Non, il ne pouvait plus reculer maintenant. Il observa son amant et crut y voir une pointe de tristesse.
Walter lui annonça alors qu'il pouvait lui faire oublier jusqu'à son existence. C'était peut-être mieux ainsi, beaucoup mieux. Ainsi, il reprendrait sa vie comme avant et ne serait même pas conscient du fait d'avoir un jour cédé au péché. Oui, c'était bien mieux. Alors pourquoi les larmes ne cessaient-elles de couler le long de ses joues ?

Walter l'embrassa une dernière fois et le serra dans ses bras. Nathanaël ne lui résista pas et profita de ce dernier moment ensemble. Il avait peur. Peur de tout oublier, pas uniquement Walter, mais ses amis, sa vie. Tout. Après tout, il ne pouvait être sûr de ce que ferait le démon. Il était sans doute idiot de lui faire confiance, mais il n'avait pas d'autre choix.
Il ne bougea pas lorsque son amant posa ses mains sur son front. Au moment où la fumée apparut, il entendit les derniers mots de Walter, des mots qui lui brisèrent le coeur et qui lui firent regretter son choix. Juste avant que le néant n'envahisse son esprit et qu'il sombre dans l'inconscience. Juste avant d'avoir pu lui dire qu'il l'aimait tellement que c'en était un vrai supplice. Mais ça, Walter l'avait probablement déjà compris.

Il se réveilla un peu plus tard, se redressant dans la cathédrale baignée de la lumière orangée caractéristique du lever du jour. Il ne comprenait pas ce qu'il faisait là. Ni pourquoi il était trempé, pourquoi il avait froid et pourquoi il ressentait un tel vide en lui. Il regarda autour de lui, perdu.
Son regard se posa alors sur un papier par terre, non loin de lui. Il le ramassa et le lut, les sourcils froncés. C'était quoi, ce délire ? Une blague, manifestement ! Il soupira, secoua la tête et froissa le mot avant de le mettre dans sa poche. Il voulait le jeter, mais hors de question de balancer ça dans la cathédrale ou dehors, à même le sol !

Et puis, il se rendit dans ses modestes quartiers situés au sein-même de la cathédrale. Il avait froid, il grelotait. Du coup, il alluma un bon feu et en profita pour jeter le mot qu'il venait de trouver dans les flammes. Quelqu'un essayait manifestement de le corrompre, mais il ne réussirait pas. Jamais.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]   

 

Le passé nous rattrape toujours...Suite [pv Walter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Loreena&Gideon ▬ L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ♥ [END]
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» Le passé nous rattrappe toujours ✟ Nika & Lorelei
» On ne choisit pas toujours... [Suite]
» « Les plaies du passé nous laissent des cicatrices dont certaines ne disparaissent jamais totalement. » † Camille M. Masewicz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Ile de la Cité :: Notre-Dame de Paris-