Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Nuit sanglante...[pv Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Lun 13 Jan - 22:10



La nuit était tombée depuis peu sur la capitale et les rues étaient encore assez fréquentées à cette heure. En effet, bon nombre de gens rentraient à présent chez eux après une longue journée de travail et allaient enfin pouvoir profiter d'un moment de répit. Mais ce n'était pas le cas d'un certain Maître Delcroix. Au tribunal, il était connu pour rester tard, travaillant sans relâche sur ses différentes affaires. Certains disaient même qu'il vivait au tribunal, en fait. Qu'il y avait installé ses quartiers. C'était ridicule et totalement faux, évidemment. Néanmoins, il était vrai qu'il y passait plus de temps qu'ailleurs. De toute façon, il n'avait rien d'autre à faire et ne voulait rien faire d'autre. Et puis, ça lui permettait de ne se focaliser que sur une chose, aussi futile que ce soit. Il n'avait pas d'amis, pas de famille, bref, aucune obligation à ce niveau-là et c'était tant mieux. Ces choses-là ne constituaient que des distractions éphémères. Ensuite, elles disparaissaient pour ne laisser qu'un grand vide. Ce vide, il n'en voulait pas. Il n'en voulait plus. Alors, il se dévouait entièrement à son travail – dévouement qui avait rapidement fait de lui l'un des avocats les plus brillants du moment et il n'en était pas peu fier. Il avait foi en ses capacités et c'était probablement en partie ce qui le rendait aussi redoutable lors des procès. Il n'avait pas d'états d'âme et se souciait guère de défendre les pires ordures de la ville, du moment qu'il était gracieusement payé.

Quelques heures plus tard, il décida néanmoins de quitter sa tanière pour respirer un bon coup à l'air libre. Ou pas. L'air, il s'en fichait. C'était surtout la soif qui avait finalement eu raison de son assiduité. Il devait absolument se nourrir au plus vite s'il ne voulait pas que sa productivité baisse et puis, quand il avait soif, il était bien plus irritable que d'ordinaire et ça nuisait à ses affaires.
Il devait être environ 23 heures lorsqu'il parcourut les rues pavées de la ville, le bruit de ses pas faisant écho dans le silence qui s'était installé depuis que la plupart des gens étaient rentrés chez eux. C'était tant mieux. Il y avait alors moins de chances pour qu'il soit dérangé. Bon sang. Il n'avait vraiment pas assuré sur ce coup-là et s'était trop plongé dans ses dossiers depuis plusieurs jours. Cela lui arrivait occasionnellement. Résultat : il en oubliait des choses élémentaires, comme...se nourrir, par exemple. Oui, il mourait de faim à cet instant précis. Ou de soif, au choix. Et ça le rendait imprudent. Bientôt, il s'en mordrait les doigts...

Après quelques minutes d'errance à travers les ruelles sombres, il finit par apercevoir une silhouette avachie contre un mur. Sans doute un sans-abri ou un ivrogne. Peu importe. Gabriel s'avança vers lui, ne prenant même pas la peine de se cacher. A quoi bon ? D'ici quelques instants, cet inconnu serait mort et on n'en parlerait plus. Il ne tuait pas toujours ses proies, mais ça arrivait. Et quand ça arrivait...eh bien...il s'en fichait. Un cafard de plus ou de moins dans ce monde...quelle importance ? Oui, c'était sans doute ignoble de penser ainsi, mais après tout, Gabriel n'était pas quelqu'un de bien ni quelqu'un de gentil, doté de compassion ou d'autres sottises du genre. A cet instant, il était un prédateur, ni plus ni moins.
L'inconnu semblait à peine avoir remarqué sa présence, il se contenta d'émettre une sorte de grognement incompréhensible. Le vampire plissa le nez. Ce type sentait l'alcool à plein nez. Son sang ne serait pas terrible, mais ce serait mieux que rien. Arrivé à sa hauteur, Gabriel le plaqua contre le mur et plongea ses crocs dans son cou sans plus de cérémonie. Le type lâcha un hoquet de surprise, ne comprenant pas réellement ce qui était en train de se passer. Bon sang, cette odeur !

Alors que sa proie commençait à s'affaiblir, le vampire entendit un sifflement. Trop tard, hélas. Il avait été imprudent et s'était jeté sur sa proie comme une bête affammée. Une erreur de débutant. Comment avait-il pu en arriver là ? L'instant d'après, il ressentit une vive douleur à quelques centimètres à peine de son cœur. Cela le fit hurler de rage et de douleur, lâchant par la même occasion l'ivrogne qui s'écroula au sol. Il n'était néanmoins pas mort, simplement inconscient et il s'en remettrait probablement.
Gabriel baissa les yeux et aperçut une flèche plantée dans son torse. Le sang qui s'écoulait de la blessure avait déjà fortement taché sa veste toute neuve. Merde.
Ces choses-là ne lui arrivaient jamais. Jamais ! Il n'avait pas vraiment de doute quant à celui qui avait tiré. Un chasseur. Lequel, il l'ignorait, mais ça n'avait aucune importance. Ou peut-être bien que si. Si ce chasseur connaissait son identité, il allait devoir lui régler son compte et vite. Plus facile à dire qu'à faire lorsqu'on avait une flèche dans la poitrine.

Le chasseur atterrit devant lui. Sans doute venait-il de sauter du toit le plus proche ou un truc du genre. Il se mit à lui parler, mais Gabriel ne l'entendit pas. Il était focalisé sur une seule chose : survivre et de ce fait, éliminer la menace. Il dévoila ses canines ensanglantées, lâchant un grognement bestial. A cet instant, il n'avait plus grand chose à voir avec l'avocat distingué dont il se donnait l'image.
Et puis, il bondit sur le chasseur. Tout se passa très vite. Lorsque Gabriel retrouva ses esprits, le chasseur était mort à ses pieds. Il ignorait comment il en était venu à bout, mais le résultat était bien là. Il détestait quand la bête prenait le dessus, mais ce n'était pas comme s'il l'avait vraiment voulu. Elle l'avait simplement aidé à survivre. Survivre ? La flèche était toujours là et il perdait beaucoup de sang. Et merde.
Il avait besoin de sang frais. Tout de suite. Il se tourna vers l'endroit où il avait laissé l'ivrogne. Ivrogne qui avait...disparu ? Il avait dû se réveiller pendant le combat et prendre la fuite. Gabriel émit un petit grognement, sentant ses forces l'abandonner. Il dut se tenir au mur pour ne pas perdre l'équilibre.

Il devait trouver quelqu'un. N'importe qui. Et surtout se débarrasser de cette maudite flèche. Il parvint à atteindre la ruelle adjacente, mais celle-ci s'avéra être un cul-de-sac. Décidément, ce n'était pas sa soirée. Il n'en pouvait plus. Il tomba à genoux devant le mur, une main posée sur la pierre froide, haletant. Il était bien plus pâle que d'habitude et couvert de sang. Le sien, mais aussi celui de l'ivrogne et celui du chasseur. Maudite flèche ! Si quelqu'un le trouvait là, sa dernière heure aurait assurément sonné. Il tenta d'attraper la flèche dans son dos, mais il n'y parvint pas. Elle était trop loin et lui, trop faible et pas vraiment contorsionniste. Etait-ce la fin ? Allait-il disparaître comme ça après une erreur aussi grossière que celle-là ? De toute façon, rien ne le retenait ici. Alors pourquoi ? Pourquoi à cet instant précis ne cessait-il de répéter dans sa tête qu'il ne voulait pas mourir ?

_________________


Spoiler:
 


Dernière édition par Gabriel Delcroix le Mer 15 Jan - 23:12, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1563
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Mar 14 Jan - 0:42

La nuit était tombée lorsque la jeune journaliste sortit des bureaux. Elle était restée plus longtemps à cause d'une réunion qui c'était avérée plus longue qu'elle ne l'aurait cru. Sur le perron du bâtiment, ses collègues la saluaient, s'en allaient de leur côté, la laissant seule avec son fidèle compagnon, Loki. Il était resté près d'elle, toujours là pour l'accompagner. Elle ne le remerciait pas assez, elle en était consciente et comptait bien y remédier un jour.
Valentine fit quelques pas dans la rue, jusqu'à ce qu'elle entende la voix familière de son patron. Il était sortit en dernier et l'observait.


"Tu veux que je te raccompagne, jeune fille ? Il ne faudrait pas qu'un malotru vienne t'importuner."

"C'est très gentil Gaspard, mais cela vous ferait faire un détour. Et puis j'ai Loki avec moi ! Ne soyez pas inquiet."

"Très bien. Fais tout de même attention, ton père me passera un savon sinon. Bonne soirée Valentine, à demain."

"Bonne nuit !"

Elle lui sourit et le regarda partir dans le sens opposé. Elle éprouvait une certaine tendresse pour son chef et était heureuse de pouvoir travailler pour lui. Il avait beau être un éternel coureur de jupons, il ne s'était jamais montré déplacé avec elle et l'avait prit sous son aile. Sans lui, elle n'aurait jamais pu devenir journaliste et réaliser son rêve d'arpenter les rues à la recherches d'informations inédites et paranormales.

Baissant les yeux vers son compagnon à quatre pattes, Valentine chercha son regard et lui tira la langue, avec malice. Ils étaient à présent seuls et elle ne se sentait pas de rentrer dans sa tenue normale accompagnée d'un simple chien. Lorsqu'elle se déguisait en homme, elle n'avait peur de rien, mais en robe, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une petite appréhension.


"Ça te dirait de rentrer sous ta forme humaine ? Cela fait un moment que nous ne nous sommes pas baladé ainsi."

Loki l'observa avec un air sérieux, presque humain, et se mit en mouvement en lâchant un simple petit aboiement, comme pour lui dire oui et fila dans une ruelle non loin d'eux. Elle ne le vit pas faire, ni ne l'entendit, mais lorsqu'elle arriva à son niveau, il réapparu, complétement différent. Finit le grand chien noir aux poils longs, elle avait devant elle un homme élégant, vêtu d'une longue veste sombre. Ses yeux aussi rouge que des rubis et des longs cheveux légèrement en bataille rappelaient son côté canin.

"Est-ce que mademoiselle apprécie le résultat ?"

"Toujours, mon cher Loki. Toujours... "

Ils avaient prit des air sérieux et légèrement pompeux, mais Valentine craqua la première, se mettant à rire et s'approchant de lui pour lui déposer un baiser sur la joue. Qu'importe son apparence, elle ne changeait pas sa façon de se comporter avec lui. Elle savait pertinemment que vu de l'extérieur, ils ressemblaient à un couple qui se permettait des effusions d'amour sans gène, mais pour eux, ce n'était que des câlins qu'un animal donne à son maître et inversement.
Il la laissa faire en souriant et lui proposa son bras, comme Monsieur Lefevre lui avait apprit. Les femmes appréciaient cela et il faisait des efforts pour se comporter dignement auprès de Valentine en toute circonstance.

Ils prirent ainsi la route du retour, bavardant d'un peu de tout, de la réunion, des projets du lendemain et les taquineries qu'elle allait bien pouvoir faire et sur quelle victime. La rouquine pensait sérieusement à viser cette fois-ci le petit mécano du Cabaret, très mignon, mais hélas un peu coincé, lorsqu'elle entendit les cris.

Un bruit de combat se faisait plus loin dans une ruelle et ne semblait pas n'être qu'une petite rixe entre deux ivrognes. Quelque chose ne se passait pas bien et le couple le sentait. Encore plus lorsque les cris cessèrent soudain alors qu'un pauvre homme qui semblait être un ivrogne, passa près d'eux en lâchant des petits couinements paniqués.
Par réflexes, ils s'immobilisèrent, à l'affut du moindre bruit à présent que le silence s'était imposait dans la rue, devenant presque insolent. Quelqu'un était surement gravement blessé si ce n'était pire. Pourtant, ils ne voulaient pas bouger.

Loki fut le premier à réagir, faisant un pas un avant, se plaçant légèrement devant sa maîtresse. Une position qu'il avait toujours arboré lorsqu'il la sentait en danger. Il était là pour la défendre et même si elle refusait qu'il s'expose au danger à sa place, il n'en avait cure. Il sentait une odeur désagréable qu'il ne connaissait que trop bien. Celle du sang... Une grosse quantité même.
Il tourna la tête vers Valentine, stressé.

"Partons d'ici, il faut prévenir la police, je crois qu'un meurtre a eu lieu."

"Mais... Et si la victime est toujours en vie ? Il faut l'aider !"

"Je préfère encore la laisser que nous retrouver en face de son assassin."

"Loki, tu n'es pas sérieux ?! Chaque vie est importante, il faut prendre le risque et s'il s'avère que c'est trop dangereux, nous fuirons !"

"Et s'il s'agissait d'une créa... Valentine !"

Déterminée et un peu suicidaire, elle prit le risque de dépasser son compagnon, avançant rapidement vers la ruelle et s'arrêtant à son entrée, observant l'endroit avec un air grave. Mais elle ne vit aucune silhouette devant elle. Si personne il y avait, alors elle était partit... En laissant un souvenir d'elle derrière.
Les yeux clairs de la rouquine se baissèrent vers une masse complétement immobile. Il y avait un corps... Et il n'était pas beau à voir. On aurait dit qu'une bête furieuse s'en était prise à lui, le déchiquetant avec sauvagerie. N'importe qui de fragile aurait eu un malaise ou la nausée devant le spectacle... Mais la journaliste n'en était pas à son premier cadavre et jamais encore elle n'avait éprouvé de mal être face à la mort. Et cette soirée n'en faisait pas exception.

Loki la rejoignit très rapidement, jurant involontairement en voyant ce qui s'était produit. Il avait dû apprendre à suivre Valentine, même dans ce genre d'endroit, même s'il devait bien avouer que l'odeur qui y régnait l’écœurait profondément à cause de son odorat sur développé. Il leva sa main vers son foulard qu'il avait autour du cou et le releva vers le bas de son visage. C'était le seul moyen qu'il avait pour minimiser la chose sans devoir fuir avant de se sentir mal.


"Bon sang ! C'est une vraie boucherie... Qu'est-ce qui s'est passé ?"

"Je l'ignore, mais ce n'était pas humain..."

Aux aguets, la jeune femme pénétra dans la ruelle, observant chaque détail de la scène de crime. Un indice pouvait lui révéler la vérité, elle le savait. Elle gardait obstinément ses distances avec le corps et la mare de sang qui s'était formé autour de lui. Ce fut Loki qui remarqua l'objet inédit. Pointant son doigt de sa main libre, il indiqua un étrange objet. Valentine reconnu une arbalète. Voilà qui n'était pas courant...

"Un chasseur ? Pourquoi n'était-il pas plutôt en forêt ?"

"Car il devait s'agir d'un chasseur peu commun. Il devait s'en prendre à des proies plus... grosses et hors du commun si tu vois ce que je veux dire..."

"Tu crois qu'il est parvenu à la blesser ?"

"Vu la quantité exorbitante de sang, oui. Il faut prévenir la Police..."

Loki hocha la tête, également convaincu que c'était la meilleure chose à faire. Il tourna les talons, s'avançant dans la grande rue. Il ne se rappelait plus dans quelle direction se trouvait le commissariat. A gauche ?
Il se tourna vers Valentine pour lui demander quel chemin devaient ils prendre, mais eu un raté dans ses battements de cœur lorsqu'il se rendit compte qu'elle n'était pas sortit de la ruelle... Et qu'elle n'était d'ailleurs plus dans son champ de vision.


"Qu... VALENTINE !"

Cette dernière, toujours observatrice avait repéré des tâches de sang qui s'éloignaient vers une ruelle adjacente. Si bête blessée il y avait, elle n'était pas très loin. Sa curiosité maladive lui dictait d'en avoir le cœur net et découvrir de quoi il s'agissait. Après tout, qui ne disait pas que ce n'était qu'un Légendaire normalement sans agressivité qui avait été attaqué sans pouvoir se défendre ? Si jamais son meilleur ami Ephraïm avait été blessé ainsi, elle se doutait qu'il aurait répliqué de la même manière alors qu'elle le connaissait pour sa gentillesse et sa tolérance. Non vraiment elle devait savoir.

Aussi s'aventura-t-elle avec prudence dans l'intersection, ses yeux se posant sur chaque élément du décor afin de ne rien laissé échapper à sa vigilance. Au fond de la ruelle, un cul de sac se présentait, bloquant quiconque voulait continuer sa route. La bête ne pouvait qu'être encore présente... Et Valentine put le constater bien assez vite. Une silhouette humaine se tenait contre le mur, ne semblant pas très en forme. En se rapprochant un peu plus, elle distingua une allure masculine qui lui était légèrement familière.

Prenant son courage à deux mains, elle continua encore un peu jusqu'à découvrir qu'une flèche dépassait de son corps. Il avait été cruellement blessé, ce qui ne surprenait donc plus Valentine. Comment ne pas céder à la folie face à une attaque de la sorte et dans le dos ? C'était révoltant !
Mais elle fut encore plus médusée lorsqu'elle reconnu l"individu, lui faisant un sacré choc... Lui ?! Alors il était... une créature ?!


"M... Maître Delcroix, c'est vous ?! Qu... que vous est-il arrivé, vous voulez que j'appelle les secours ?!"

Elle ne savait plus comment réagir. Demander de l'aide pour lui ? Mais était-il humain ou non ? Allait-il l'attaquer ? Et s'il était le vrai méchant de l'histoire ? Tant de questionnements qu'elle ne parvenait pas à répondre et espérait le découvrir assez vite sans qu'elle ne l’apprenne à ses dépends...
Mais était-ce trop demander dans la situation actuelle ? Elle n'entendit même pas Loki l'appeler, réalisant que l'avocat l'observait dans l'obscurité ambiante de la ruelle...

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Mer 15 Jan - 23:13

Encore et toujours cette question. Comment ? Comment avait-il pu se faire avoir de la sorte ? Comment avait-il pu laisser les événements lui échapper au point de se retrouver dans une situation pareille ? Enfin, ça aurait pu être pire, n'est-ce pas ? La flèche aurait pu transpercer son cœur et là, ça en aurait été fini de lui. Néanmoins, s'il ne faisait pas rapidement quelque chose, il finirait par y rester. Et tant que cette maudite flèche serait fichée dans son dos, le processus de guérison ne pourrait pas se mettre en route. Bref, il était voué à se vider de son sang et à mourir lamentablement dans cette ruelle. Ce n'était pas exactement comme ça qu'il s'était imaginé sa fin. En fait, il ne l'avait jamais imaginée...du moins pas depuis de nombreuses années. Il fallait croire qu'il avait laissé son sentiment de supériorité prendre le dessus. Sans parler du fait qu'il avait sans doute été beaucoup trop sûr de lui toutes ces années. Il s'était surestimé aussi, pensant pouvoir maîtriser sa soif sans soucis. Comme quoi, même au bout de plusieurs siècles, on n'était pas à l'abri d'une telle catastrophe. Oui, c'était bel et bien une catastrophe.

De plus, il devait se rendre à l'évidence. Sans aide, il ne s'en sortirait jamais. Mais à qui pourrait-il bien demander de l'aide ? Le seul qui savait qui il était vraiment n'était autre qu'Aldrick. Et ce dernier était totalement hors de portée. Trop loin. Il allait devoir attirer quelqu'un, faire en sorte qu'il lui retire cette flèche et puis, il le viderait de son sang. Simple en théorie, mais beaucoup plus compliqué en pratique, sachant qu'à cette heure, les rues étaient désertes et qu'il était affaibli. Par conséquent, hors de question d'utiliser le moindre pouvoir. Impossible, même.
Ce fut là qu'il sentit une présence, qu'il entendit les battements d'un cœur tout proche. Deux même. Mais l'un était plus proche que l'autre. Il y avait une odeur enivrante aussi, une odeur qui ne lui était pas inconnue, mais qu'il n'arrivait pourtant pas à reconnaître ou à resituer. Délicieuse...

Et puis, une voix. Elle le connaissait. Elle l'avait reconnu. L'espace d'un instant, Gabriel n'avait qu'une pensée : bondir sur cette personne totalement inconsciente. Jusqu'à ce qu'il parvint à remettre un semblant d'ordre dans ses pensées. C'était...Valentine. La jolie journaliste qui l'avait abordé au cabaret quelque temps auparavant. Sans doute la seule personne à qui il n'avait pas envie de faire de mal à l'heure actuelle et ce, malgré ses blessures. Pourquoi ? Il l'ignorait, mais il était certain que s'il s'était agi de quelqu'un d'autre, il n'aurait pas hésité une seconde. Il fallait qu'elle parte. Il ne voulait pas qu'elle le voie ainsi et qu'elle ait l'idée de publier un article à son sujet après avoir découvert qui il était vraiment. Sérieux ? Il pensait vraiment encore à sa réputation dans son état actuel ? Ou bien n'était-ce qu'une excuse ? Une seconde...n'avait-elle pas parlé de secours ? Ce serait pire encore.

Il lui fallut toute sa concentration pour souffler quelques mots, à peine audibles et surtout, d'une voix méconnaissable, presque bestiale.

  « Partez ! »

Malgré tout, quelque chose lui disait que la journaliste ne l'écouterait pas. Pire, elle allait sûrement se rapprocher. Que devait-il faire ? Il n'était pas certain de pouvoir se contrôler. D'un autre côté, il n'avait pas trop le choix, si ? Elle était peut-être la seule personne qui passerait par là avant le lever du jour. Et merde. C'était dangereux de la laisser se rapprocher, mais il ne voyait pas d'autre alternative.

« La flèche ...je vous en prie... »

Bon sang. Le voilà qui suppliait quelqu'un de l'aider. Il était tombé bien bas, ce soir. Là encore, il n'avait pas le choix. Il avait de plus en plus de mal à garder le dessus, à ne pas se changer en bête blessée qui attaquerait quiconque avait le malheur de trop s'approcher. Et cette douleur ! C'était insoutenable ! Enervé, il attrapa ses lunettes maculées de sang et les jeta furieusement contre le mur où elles se brisèrent. Il n'avait pas besoin de ces saletés, de toute façon ! Et puis, un grognement pas vraiment humain qui s'échappait de ses lèvres.

Il se sentait affreusement faible et il devait sans doute ressembler à un cadavre ambulant à cette heure. Les crocs en plus, bien qu'il tentait de ne pas regarder Valentine, de ne pas lui montrer toute l'atrocité de son être. Pourquoi l'avis de cette fille lui importait donc ? Surtout dans une telle situation. Il pouvait tout aussi bien la tuer après ou encore lui faire oublier. Et merde ! Qu'est-ce qu'elle fichait ? Chaque seconde lui paraissait atrocement longue, il fallait que ce calvaire cesse, sinon il risquait de devenir vraiment méchant.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1563
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Sam 25 Jan - 15:31

Elle ne bougeait plus, le dévisageant avec un air surprit, ne s'attendant pas du tout à le voir ici. Comment cet avocat qui semblait au dessus de tout, était là, agonisant, avec une flèche qui dépassait de son corps ? Ainsi donc il n'était pas ... humain ? Cela la perturba un coup, la laissant confuse. Que faire à présent ? S'approcher comme il le lui demandait alors que juste avant il lui avait crié de partir ?
Elle n'aurait pas dû s'aventurer dans cette ruelle... Et encore moins seule. où était Loki ? Valentine ne s'était même pas donnée la peine de le prévenir, trop curieuse encore une fois. Elle finirait par s'en mordre les doigts... et si ça se trouve, dans très peu de temps.

Elle hésitait, réellement. Qu'est-ce qui allait se passer quand elle allait s'approcher de lui ? Il allait s'en prendre à elle ? Il donnait une excuse pour en faire une proie ? Et puis d'abord quelle genre de créature il pouvait bien être ?! Si jamais c'était lui qui avait réduit le chasseur en mixture informe, elle courrait un grave danger en restant près de lui. Il lui suffirait de reculer doucement, quitter la ruelle et fuir à vite allure prévenir la police ou n'importe qui d'autres... Même si actuellement elle pensait plus facilement pour le cabaret, habitué à côtoyer les Légendaires.

Pourtant, une petite voix lui disait qu'elle ne pouvait pas le laisser agoniser comme ça sans lever le petit doigt. Ce n'était certainement pas son genre et jamais elle ne pourrait se regarder dans un miroir si elle choisissait la lâcheté car c'était la chose la plus simple à faire. Et puis il lui avait semblé être quelqu'un de bien élevé et un minimum respectueux avec elle, aussi pourquoi n'agirait-elle pas ?
La rouquin devait bien s'avouer qu'elle n'avait pas envie de s'approcher mais la détresse de l'homme était encore plus insupportable que la vision de la blessure.
Très bien...

Prenant une grosse bouffée d'air, même si l'odeur nauséabond environnant n'en donnait pas l'envie, elle prit son courage à deux mains et s'approcha doucement, faisant très attention où elle mettait les pieds tout en surveillant Gabriel, comme si elle s'approchait d'un animal sauvage blessé. Aucun geste brusque.
Elle n'était plus qu'à quelques pas de lui quand elle s'arrêta, l'observant. La flèche semblait bien installée et l'enlever aller faire un mal de chien. Pourvu que par réflexe, il ne cherche pas à lui offrir le même sort que le chasseur.


"Mettez la flèche en évidence que je puisse y accéder facilement. Plus se sera simple, plus ça ira vite. Je suis désolée d'avance pour la douleur que ça va provoquer... J'ai les bases que ma mère, qui est infirmière, m'a enseigné, mais pas sa force ni sa rapidité d'action."

Elle déblatérait des choses idiotes et inutiles, Gabriel devant se moquer éperdument qu'elle ne mentionne sa mère ou ses semblants de qualifications de soigneuse. Cependant on lui avait apprit de toujours parler au blessé, cela le rassurait et le tranquillisait légèrement, lui rappelant qu'il n'était pas seul. Elle n'aurait pu dire si ces mots avaient eu un quelconques impact à part d'apprendre qu'elle n'était pas du tout habituée à ce genre de chose. Enfin, on ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas essayé.
D'abord hésitante, elle serra les poings et franchit les derniers mètres qui les séparaient, posant l'une de ses mains sur l'épaule du blessé et l'autre doucement autour du projectile. Tout allait se jouer en un instant. Elle ne tremblait pas. Après tout ce n'était pas elle qui ressentait la douleur...
En revanche, elle réalisa soudain que son intervention allait surement fait gicler du sang de la plaie, allant l'asperger. Et dire qu'elle portait une si belle tenue. C'était presque dommage de ne pas avoir mit sa tenue garçonne.


"Vous êtes prêt ? Je l'enlèverais à 3. 1... 2 !"

Seulement elle ne tint pas cette petite promesse et tira au 2 de toutes ses forces. La jeune femme savait pertinemment que personne n'attendait jusqu'au 3eme compte. Ils prenaient peur, se dégonflaient et voulait qu'on annule tout. Voilà pourquoi une soigneuse faisait toujours en sorte de faire sa piqûre ou tout autre intervention douloureuse, au 2. C'était fourbe, mais au moins le patient n'avait pas le temps de changer d'avis.

La flèche sembla au premier abord résister, mais elle finit par abdiquer devant plus fort qu'elle et suivit le mouvement, solidement tenue dans la main de Valentine. Elle put ainsi sortir du corps de sa victime et le libérer d'une souffrance évidente... mais son départ avait déclencher une autre douleur vive et très désagréable.
Par réflexe, la journaliste recula immédiatement après cette intervention, prenant de la distance avec lui. Après tout, elle ne savait toujours pas ce qu'il était et sous la rudesse de cette libération, il pouvait toujours se retourner contre son sauveteur.

Elle baissa les yeux vers sa main droite, tenant toujours l'objet. Sa peau était couverte de sang mais pourtant la flèche brillait, ne semblant pas perturbait par ce liquide sombre. De l'argent ?
Il n'y avait hélas pas que les loup garou qui étaient sensible à cela et laissa encore une fois la jeune femme perplexe.
Et alors qu'elle était pensive, un bruit, qui était parvenu à se glisser jusqu'à ses oreilles malgré les cris de douleur de l'avocat, l'interpela. On l'appelait ?
Son esprit se rappela alors qu'elle n'était pas venue seule. Zut, il devait la chercher et elle n'osait pas se manifester. Mais le raffut qu'avait causé l'intervention avait dû être entendu.
Valentine tourna la tête vers l'entrée de la rue, oubliant bêtement qu'elle ne devait pas baisser sa vigilance sans aucun prétexte. Elle ne le réalisa que trop tard.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Mer 12 Fév - 19:16

D'habitude, Gabriel se débrouillait seul et détestait demander de l'aide aux autres, estimant ne pas en avoir besoin. Après tout, on n'était jamais mieux servi que par soi-même. Néanmoins, cette fois-ci,c'était différent. Il s'était fait avoir lors d'un court moment d'inattention et à présent, il était en très mauvaise posture. Tout seul, il ne s'en sortirait pas. On disait les vampires immortels, mais en réalité, plein de choses pouvaient les tuer et se vider de son sang en faisait sans doute partie. Il n'avait pas franchement envie de voir si c'était vrai ou non, mais que pouvait-il bien faire ? Il avait un mal de chien et il se sentait de plus en plus faible. Et puis arriva Valentine.

Au départ, il lui avait demandé de partir, ne voulant en aucun cas la mêler à cette histoire. Et puis, son petit secret serait découvert. Mais finalement, il avait dû se rendre à l'évidence et surtout, mettre sa fierté de côté. La jeune femme était sans doute la seule qui pouvait lui venir en aide à l'heure actuelle. Il devait vraiment être désespéré pour la supplier de la sorte et nul doute qu'il le regretterait plus tard. Mais pour l'heure, il n'avait qu'une seule idée en tête: être enfin débarrassé de cette maudite flèche.
Valentine semblait hésiter et avançait tout doucement vers lui, ses pas résonnaient dans la ruelle et Gabriel pouvait entendre les battements de son coeur se rapprocher.

Elle arriva bientôt à sa hauteur et se mit à lui parler, des paroles dont le vampire n'avait cure. D'ailleurs, il n'écouta pas vraiment, son esprit était ailleurs, revivant un douloureux épisode de son passé - la seule fois où il avait été blessé de façon similaire et la fois qui avait signé son arrêt de mort. Ou du moins, la fin de sa vie en tant qu'humain. C'était un épisode douloureux qu'il avait maintes fois tenté d'oublier, sans succès. A chaque fois qu'il pensait être enfin passé outre, quelque chose lui faisait rappeler ce moment.
Il tenta de se concentrer sur la voix de Valentine qui avait fini par poser une main sur son épaule avant de commencer à compter. Bien sûr, elle n'attendit pas jusqu'à trois avant de tirer sur la flèche. C'était un classique.

Peu importe. Gabriel ressentit une telle douleur qu'il ne put s'empêcher de crier, un cri déchirant le silence de la nuit. Bon sang, ça faisait mal ! Son sang aspergea la jeune femme venue l'aider, jeune femme qui, dès qu'elle eut retiré la flèche, s'éloigna de lui. Gabriel tomba à quatre pattes, haletant. Quelle vision pathétique il devait offrir ! Mais à cet instant, il ne s'en souciait guère. Il n'était obsédé que par une seule chose: Valentine. Ou plutôt, le sang qui circulait dans ses veines. S'il voulait retrouver des forces, il avait besoin de sang humain et la journaliste était la seule dans les parages. Rassemblant les quelques forces qu'il lui restait, il se redressa. Valentine était un peu plus loin, semblant distraite par il ne savait quoi. Peu importe. Les battements de son coeur le rendaient presque fou et même s'il tentait tant bien que mal de garder un semblant de contrôle sur sa soif de sang, c'était peine perdue.

L'instant d'après, il se trouvait à la hauteur de Valentine, s'étant arrêté juste derrière elle. Il lui attrapa le menton et lui fit tourner la tête sur le côté, dévoilant la chair tendre de son cou et la veine qui pulsait juste sous sa peau, au rythme des battements de son coeur. Et puis, il plongea ses crocs dans le cou de la journaliste, aspirant ce liquide si vital à sa survie. Il la tenait fermement contre lui tandis qu'il s'abreuvait de son sang délicieux, sentant peu à peu ses forces revenir et sa blessure se refermer lentement. Ce fut à ce moment qu'il retrouva ses esprits, se rendant enfin compte de ce qu'il faisait. D'ordinaire, il se fichait bien de qui il mordait et de ce qui pouvait bien arriver à cette personne. Mais Valentine n'était pas n'importe qui. Il ignorait pourquoi, mais l'idée de lui faire du mal lui déplaisait fortement. Quelle ironie...comme s'il ne lui avait pas déjà fait du mal !

Il la lâcha doucement, se maudissant de sa propre faiblesse. Ses ennuis allaient commencer maintenant. Valentine avait un esprit fort, il doutait pouvoir manipuler facilement ses souvenirs.

"Je suis désolé."

Que pouvait-il dire de plus ? Le mal était fait. Mieux valait qu'il disparaisse tout de suite, qu'il se fasse oublier. Mais qui pourrait bien oublier un truc pareil ? S'il l'avait tuée, les choses auraient été plus faciles et sans doute aurait-il tué n'importe qui d'autre. Alors pourquoi pas elle ? Il n'en savait rien...De plus, il était encore faible malgré le sang qu'il venait d'ingurgiter, la blessure avait été sévère et la flèche en argent n'aidait pas vraiment. Mais grâce à Valentine, il s'en remettrait.
Il l'observa un instant et remarqua alors qu'elle était couverte de sang.

"Je vous ferai parvenir une nouvelle tenue en guise de compensation."

Sérieusement ? A vrai dire, il ne s'était jamais retrouvé face à une telle situation et ignorait donc comment réagir. Et c'était la première chose qui lui était venue à l'esprit en la voyant. Et puis, c'était la moindre des choses. Bah, quel idiot. Après ça, elle aurait très probablement peur de lui et s'enfuirait en courant dans pas longtemps.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1563
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Dim 6 Avr - 14:57

Loki était mort d'inquiétude à présent. Valentine avait disparu et il ne parvenait pas à distinguer son odeur à cause du corps gisant toujours dans la ruelle. Où était-elle et pourquoi avait-il décidé de faire demi-tour sans le lui dire ? Bon sang si jamais il lui arrivait quelque chose, il ne se le pardonnerait jamais. Il s'avançait dans la ruelle sombre, cherchant un indice, jusqu'à ce qu'il tombe sur le même détail que sa maîtresse avait repéré un peu avant. Des traces de sang... Les avait-elle suivit ?!
Il accéléra le pas, arrivant non loin d'une intersection. Son coeur battait la chamade, il avait une mauvaise impression et il n'aimait pas cela.

Et bientôt ce ressentit fut confirmé quand un cri de femme s'échappa de la rue. Il l'a reconnu entre mille et cru que le temps s'arrêtait, l'accusant de ne pas avoir été là. Non, il n'était pas encore trop tard ! Il se mit à courir et entra dans cette allée sombre et qui empestait la mort et le sang. C'est alors qu'il le vit.
Cette silhouette qui faisait face à Valentine. Elle avait crié mais ne bougeait pas, comme figé, puis lentement, tomba à genoux, levant une main vers sa gorge. Pourquoi faisait-elle cela ?! L'odeur de son sang en fut la réponse. Il avait coulé... certes pas autant que l'autre qui envahissait toute la rue, mais le mal était fait. Et ça, peu importe qui était cette créature en face de lui, Loki se jurait qu'il ne lui pardonnerait jamais et qu'il ferait de sa vie un enfer sur terre... S'ils survivaient.
Car au moment même où le brun pensa cela, il n'avait plus qu'une seule idée en tête: le tuer et protéger sa maîtresse.


"Valentine !!! ... Sale monstre tu vas payer !"

Prit d'une colère ardente, il s'élança vers l'homme, mais avant d'atteindre la moitié du chemin il se transforma soudain en grand chien au pelage noir corbeau, se moquant éperdument de cacher cela et sauta sur l'étranger, crocs en avant, grognant férocement contre lui. Il se moquait bien à quoi il avait affaire, il voulait juste lui faire payer.
Sa mâchoire puissante se referma sur quelque chose. Il ne sentit et un goût désagréable se rependit dans sa gueule. Du sang ? Il ne savait pas mais c'était infecte, il tint un peu, puis lâcha prise et dans son élan retomba en arrière sur ses quatre pattes, se mettant devant la jeune femme rousse. Ses yeux aussi brulant que les enfers regardaient l'inconnu. Le message était parfaitement clair. On touchait à sa compagne, il n'hésiterait pas à se montrer violent et carnassier.
Oh bien sûr il ne pouvait pas se considérer comme bien plus fort que lui, il n'était qu'un chien, mais il ne lâcherait jamais si cela permettait de la sauver...

La journaliste était sonnée, ne réalisant pas réellement ce qui s'était passé. Elle avait retiré la flèche, reculé de quelques pas par réflexe, mais à peine avait-elle fait cela qu'il s'était approché rapidement d'elle et avant même qu'elle ne comprenne, une douleur l'avait envahit dans le cou. Comme des pointes transperçant sa peau. Mais le pire avait était l'horrible sensation du sang qui s'en échappait rapidement. Un vampire. C'était la seule chose que son esprit s'était dit avant que tout s'embrouille.
Après tout était flou. Il avait lâché, dit quelque chose, mais elle n'entendait plus. Sa gorge, mise à rude épreuve avait pourtant laissé échapper un cri de détresse avant que toute son énergie la quitte et la laisse tomber à genoux. Elle se sentait affaiblit, vulnérable. Loki avait eu raison, elle n'aurait pas dû s'aventurer là. Sa curiosité l'avait perdu... Où était-il d'ailleurs ?
Comme pour y répondre, il lui sembla capter sa voix prononçant son nom. Il s'agissait réellement de lui ou son inconscient le lui avait dicté pour la rassurer un peu ?

Des grognements, puis une silhouette animale apparut dans son champ de vision. Elle ne rêvait pas alors ? Valentine cligna des yeux, plusieurs fois, se forçant à reprendre ses esprits. Elle avait mal, l'une de ses mains tenant inconsciemment l'endroit de la douleur, l'autre tenant toujours la flèche en argent. Il y avait bel et bien un chien devant elle, grognant méchamment contre Gabriel. Loki était réellement là. Bizarrement, même si elle était consciente que cela ne changerait en rien, sa simple présence la rassura.
Elle secoua la tête, puis ses esprits se remirent en place et elle chercha à comprendre. L'avocat l'avait mordu alors qu'elle l'avait sauvé. Comment devait-elle le prendre ?! Elle se sentit trahit d'avoir cru qu'il ne la toucherait pas en guise de remerciement et pourtant il l'avait fait. Pourquoi ?! Elle serra sa prise autour de la flèche et leva les yeux vers le vampire et le questionna du regard, l'accusant, ne comprenant pas. Puis elle lâcha sa gorge et posa sa main sur Loki, s'appuyant sur lui pour se redresser, se remettant sur pied. Elle ne comptait pas rester à terre ainsi, cela ne faisait pas partit de sa personnalité. Elle faisait face aux soucis, tel était son credo.

Son chien fut surprit de son comportement et tourna la tête vers elle, ne sachant pas réellement comment réagir. Devait-il rester en chien ou reprendre son apparence humaine pour la soutenir ? Il était mieux armé en animal, mais moins capable de s'occuper d'elle.
Finalement, il opta pour reprendre forme humaine et ce fut sous les traits de Logan qu'il lui attrapa le bras pour qu'elle ne cille pas. Elle avait le tournis et sentir qu'on la maintenait la rassura. La journaliste prit une grande inspiration et observa à nouveau Gabriel.


"Ainsi donc tu es un... vampire. J'aurais dû me douter que tu n'étais pas un humain quand tu as dit que tu donnais des cours à Andréa... Pourquoi m'avoir mordu, pourquoi ne m'as tu pas achevé ?!"

Loki fut on ne peut plus surprit et observa Valentine.

"Tu... Tu le connais ?!"

Il tourna alors la tête vers l'avocat et le toisa d'un regard particulièrement noir. Une raison encore plus valable pour le haïr. Bon sang mais qui était il donc ?!


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Jeu 1 Mai - 18:47

Il avait fait une erreur, une terrible erreur. Il aurait dû se montrer plus fort et partir avant de commette l'irréparable. Hélas, cette fois, il avait été trop faible pour lutter contre sa nature profonde. En fait, il avait été trop faible sous tous les aspects étant donné qu'il n'avait pas non plus été capable de tuer la journaliste. Il n'aurait eu aucun problème en le faisant, aucun témoin, aucune personne qui lui poserait des questions. Toutefois, il en avait été incapable, pour une raison encore obscure. Mais les erreurs, il les accumulait, ce soir. Car il n'avait pas remarqué que Valentine n'était pas seule. Cela faisait un problème de plus.

La journaliste était sonnée et ne semblait pas entendre ce que Gabriel lui dit. Peu importe. Peut-être qu'elle croirait à un mauvais rêve lorsqu'elle retrouverait entièrement ses esprits. Oui, bon, autant rêver. Et puis, il entendit une voix appeler la jeune femme avant d'apercevoir un jeune homme se précipiter vers elle, visiblement en colère. La suite fut des plus inattendues. L'homme se changea en grand chien noir et fondit sur Gabriel, refermant ses crocs sur son bras. Toujours affaibli, il eut du mal à le repousser et poussa quelques grognements de douleur. Fort heureusement, le chien finit par le lâcher et se mit à côté de la journaliste pour l'aider à se remettre sur pieds, se changeant à nouveau en humain en cours de route. Quel genre de créature était-il ? Gabriel n'en avait jamais vu et n'en avait même jamais entendu parler. Il connaissait les loups-garous, mais là...c'était quelque chose de totalement différent. Peu importe. A l'heure actuelle, il avait bien d'autres choses en tête.

Il porta sa main à son bras ensanglanté qui mettrait un peu plus de temps à guérir que d'habitude, vu son état. Bon sang, il détestait se sentir aussi faible ! Valentine, contre toute attente, ne prit pas la fuite, mais l'observa, tentant de comprendre le pourquoi du comment. Elle lui demanda pourquoi il l'avait attaquée et pourquoi il ne l'avait pas tuée. Elle était sérieuse ? Quelle idiote, pourquoi ne s'enfuyait-elle pas avec son chien ? Il remarqua évidemment qu'elle était passée au tutoiement. En même temps, ça n'avait pas d'importance.

"J'ai perdu beaucoup de sang. C'était inévitable."

Inévitable, oui. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé dans une telle situation, une situation qui lui avait totalement fait perdre le contrôle l'espace d'un instant, le réduisant à l'état de bête. Lui qui se donnait toujours un air distingué. C'était le comble du comble.

"J'aurais pu vous tuer, c'est vrai. Mais je ne l'ai pas fait. Contentez-vous de cela et oubliez ce qui vient de se passer."

Il jeta un coup d'oeil vers le garde du corps de la journaliste, se demandant toujours ce qu'il était. Peut-être ne le saurait-il jamais et en fin de compte, ça ne changerait pas grand chose à sa vie.

"Écoutez. Je ne voulais pas en arriver là. Je ne l'aurais sans doute jamais fait en d'autres circonstances."

Que pouvait-il dire d'autre ? Mieux valait qu'il s'en aille avant d'empirer les choses...si elles pouvaient seulement empirer vu leur état à tous les deux. Il finit par tourner le dos à Valentine et à son chien, murmurant cependant quelques mots à peine audibles.

"Je vous remercie. Sans vous, je ne serais probablement plus de ce monde. Vous m'avez témoigné bien plus de bonté que ce que je mérite."

A présent, il devait vraiment partir et reprendre des forces. Et se débarrasser de ces vêtements qui ne ressemblaient plus vraiment à grand chose.

"Oubliez-moi."

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1563
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   Mar 13 Mai - 0:38

Valentine ne se sentait vraiment pas bien. La tête lui tournait désagréablement et ses jambes tremblaient. Elle avait l'impression qu'à tout moment, elle pouvait s'écrouler et même perdre connaissance. Mais elle tenait bon, son regard fixé sur la silhouette du vampire. Bon sang, elle avait vraiment le don se retrouver à côtoyer des créatures et ça, sans même s'en rendre compte. Elle aurait dû sentir qu'il n'était pas quelqu'un d'humain. D'ordinaire son intuition la prévenait, mais elle commençait à se demander s'il ne lui faisait pas faux bon. D'abord le bâtiment hanté, maintenant ça... Cela faisait beaucoup à assimiler.
Gabriel lui répondit, son ton étant bas. Elle avait du mal à tout saisir. A la fois désolé et reconnaissant, il voulait qu'elle oublie. Comme si elle le pouvait !!
Ce fut Loki qui lui remit les pieds sur terre en lui attrapant le bras, la dévisageant avec intensité et inquiétude.


"Partons d'ici, tu as besoin d'être soigné !"

" L... Loki... mais... je..."

"Valentine ! Ce n'est vraiment pas le moment de jouer les curieuses ! Ce... Monstre peut à nouveau s'en prendre à toi, viens !"

Elle était déstabilisée, il le voyait. Et lui, il luttait contre l'envie d'attaquer à nouveau cet homme qui avait osé toucher à sa maîtresse. Prenant sur lui et voulant profiter que celui-ci était occupé à se morfondre pour la faire partir le plus vite possible.
Il sentait qu'elle était crispée, la main toujours serrée sur la plaie qu'elle avait à la gorge. Elle n'allait pas être facile à déplacer.
Poussé par l'adrénaline, il l'attrapa par la taille et la souleva, la prenant dans ses bras. faisant face au vampire, il s'assura ses prises et recula, gardant à l'oeil la silhouette, s'assurant qu'il n'allait pas se retourner et les attaquer. Quand il fut suffisamment loin de lui et presque à la sortie de la ruelle, il tourna les talons et fila vers la grande rue, repassant près du cadavre.
N'ayant pas la possibilité de remonter son écharpe sur le nez, il pu sentir toute la puanteur de la mort, le prenant à la gorge. Pourtant il tint bon, retenant son souffle et resserrant sa prise sur le corps tremblotant de Valentine. Elle n'avait plus rien dit depuis qu'il l'avait prit dans ses bras. Un petit coup d'oeil vers son visage lui dévoilant qu'elle était toujours consciente, mais son regard était perdu dans le vague. Elle était entrée en état de choc.
Cela renforça la colère que ressentait Loki. Ce... monstre allait payer pour ce qu'il avait osé faire. Blessé ou pas, il n'aurait jamais dût le faire. Si jamais il le recroisait, il se promettait de faire de sa vie un enfer. Et qu'il n'envisage même pas de s'approcher d'elle...

Il parvint à atteindre la grande rue et pu reprendre son souffle. Il profita d'un banc à proximité pour poser rapidement Valentine. Il détacha son écharpe de son cou et l'attacha autour de celui de la jeune femme, dissimulant le sang et la plaie. Il valait mieux rester discret. Guettant autour de lui, il distingua quelques passants dans une autre rue. Bien.
Le chien transformé en humain, reprit délicatement la blessée et repartit, veillant à accoster des gens, leurs annonçant qu'ils venaient de trouver un corps dans la ruelle non loin. Il prétendit que Valentine avait tourné de l'oeil en voyant le spectacle et leur demanda de prévenir au plus vite la police. Il se moquait éperdument de savoir si le vampire avait pu s'en aller et à vrai dire si ce n'était pas le cas, il s'en réjouissait.
Il attendit sagement que les gens commencent à s'emballer à l'idée qu'un meurtre avait été commit dans le coin pour prendre congé et disparaître de leur vu.

Il put ainsi ramener Valentine chez elle, laissant penser à d'autres passants qu'elle s'était endormit ou tordue la cheville.
Il ne la lâcha que lorsqu'elle fut déposée sur son lit. Il s'occupa maladroitement de la blessure et resta à son chevet. Il ne savait pas si elle allait se réveiller avec sa bonne humeur habituelle ou si elle allait rester traumatisée. Quoi qu'il advienne, Loki eu toute la nuit pour réfléchir aux évènements et avoir des idées noires à l'encontre de la sangsue...


[hrp: comment se faire détester par Loki en Une leçon XD J'espère que cette conclusion te va ^^]

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nuit sanglante...[pv Valentine]   

 

Nuit sanglante...[pv Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit sanglante!
» Nuit Sanglante
» Une nuit lugubre, simplement ♪ [Feat. une poupée sanglante qui fait peur, Jiro]
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rues & boulevards-