Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Découvertes || Frédéric [1889]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 29 Jan - 19:55

Exceptionnellement, aujourd'hui n'était pas jour de travail pour le Roderick. Il semblerait qu'à le voir au café tous les jours, de l'ouverture à la fermeture, on avait peur qu'il finisse par s'épuiser à la tâche. Pire encore, qu'il n'arrive pas à développer la moindre vie sociale. Résultat, Samuel était pris à se tourner les pouces dans son appartement à moins de trouver quelque chose à faire. Ce furent pourtant ces quatre murs qui lui donnèrent une idée. Cet appartement était celui d'Alicia, après tout, avant d'être celui de son cadet. Elle y avait vécu toutes ses jeunes années avant qu'il ne cause sa disparition, par son retour... Il n'avait pourtant jamais tenté de la connaitre davantage. Samuel était bien plus préoccupé par la recherche de ses souvenirs, croyant qu'il pourrait les retrouver de lui-même. Seulement, n'était-ce pas plutôt en cherchant dans le passé qu'il retrouverait le sien ? Étant donné qu'il s'agissait de sa sœur, cela devait bien être un point de départ raisonnable... N'était-elle pas couturière ? C'était ce qu'il avait cru comprendre, parmi son journal et les photographies. Elle lui en avait également un peu parlé, avant de disparaître, même s'il n'avait pas vraiment prêté attention aux détails. Problème, il n'avait aucune idée de l'endroit où elle avait pu travailler, ni même ses amis et autres fréquentations... Il aurait sans doute pu demander un coup de main à Aldrick. Il était certain qu'il aurait accepté. Seulement, Samuel était plutôt indépendant, et têtu aussi... Il était persuadé de pouvoir s'en sortir seul, une fois de plus, habitué à ne mêler personne à ses histoires. Souvent, cela se terminait de façon tragique.

C'était donc ainsi qu'il se retrouvait à marcher dans les rues de Paris malgré le soleil de plomb qui le faisait habituellement fuir. Cela lui brûlait les yeux. Cependant, les humains étaient des inventeurs de talent. Il avait donc de quoi se protéger, par un petit chapeau et des lunettes noires ! Sa quête pouvait commencer. Ce ne serait pas facile, mais il avait certains endroits à visiter, plutôt que questionner la foule, grâce au journal, encore une fois. Comme une carte au trésor, il lui indiquait la rue Rivoli. Samuel devrait donc être prudent afin d'éviter les alentours du commissariat, au cas où le chef s'y trouvait, car il devrait alors trouver une explication à sa présence dans les environs, alors que son lieu de travail ne se trouvait pas ici et qu'il était plutôt du genre à limiter ses promenades...

Il posa des questions aux dirigeants de certaines boutiques, pourtant, personne ne connaissait vraiment la belle Roderick, ou du moins, ils ne désiraient pas l'avouer. Peut-être était-ce à cause de son physique, encore une fois. On ne voulait pas avoir affaire à une personne qui semblait louche, et il était désormais assez difficile de voir la ressemblance qu'il aurait pu y avoir un jour entre Alicia et son frère. La journée était plutôt avancée, ses efforts avaient été vains, que restait-il à faire autrement que rentrer ? Malgré tout, étant donné que toute cette marche au soleil l'avait épuisé, il fit un arrêt au jardin des Tuileries pour prendre une pause. Il semblait y avoir des amuseurs publics près de la fontaine, ou tous se rassemblaient forcément par grandes chaleurs, mais Samuel, lui, préféra s'asseoir plus loin, à l'ombre d'un arbre, mangeant sa glace avant que son estomac ne réclame autre chose de bien plus subsistant. Un comportement bien étrange vu d'un œil extérieur, sans doute. Mais ce n'était pas le moment de perdre pied, au cœur d'une foule. Avait-il perdu son temps, en fin de compte ? Ce serait tellement plus simple s'il pouvait lever le voile de ses pensées, ne serait-ce qu'un peu. Il ne voulait que taire l'une de ses angoisses dévorantes. Avait-il oublié parce qu'il était une mauvaise personne ?

Un soupir s'éleva de ses lèvres, et il ne fit qu'à peine attention au fruit qui venait de lui tomber sur la tête, perdu dans ses pensées. Cependant, juste par curiosité ou parce qu'il était perplexe, il décida de lever la tête, et tant pis si un oiseau devait comprendre le poids qui lui pesait sur les épaules.


Dernière édition par Samuel Roderick le Sam 28 Fév - 17:17, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 29 Jan - 22:01

Aujourd'hui, Frédéric était de sortie.
Ça faisait maintenant deux semaines qu'il était au Cabaret, un mois qu'il vivait à Paris, et il avait décidé d'enfin prendre un peu de temps pour lui.
Pour lui et l'idée qui lui traînait dans la tête depuis un moment. Le jeune mage voulait se documenter. « Sur quoi ? » demanderez-vous. Sur lui-même. Sur les mages, sur la magie en général.
Du coup, il avait profité d'un jour de repos pour soulever l'idée d'une sortie. Morgan n'avait pas été très emballé, (les livres avaient toujours été pour lui un concept un peu ennuyeux. L'idée même du concept lui plaisait bien, mais dans les faits, la lecture restait plutôt fade pour lui), d'autant plus qu'il était à ce moment-là, lui, obnubilé par son entraînement et les différentes pirouettes qu'il partageait avec les autres artistes.Tant mieux : Fred avait pu partir faire ses recherches tout seul sans que ni lui, ni Morgan ne se sente délaissé.

Il n'aimait jamais ça, de laisser Morgan tout seul. Aucun des deux jumeaux ne se sentait vraiment bien quand l'autre était trop loin trop longtemps : Morgan avait peur qu'il arrive quelque chose à Fred sans qu'il puisse l'aider, et Fred avait peur que Morgan se retrouve dans des situations impossibles, sans qu'il puisse l'aider non plus. Quitte à être dans une situation problématique, les frangins préféraient y être ensemble, histoire de faire front en force. C'était un peu bête, mais ils vivaient ensemble depuis si longtemps maintenant qu'ils avaient à présent un peu de mal à vivre l'un sans l'autre...

Du coup, notre mage de cambrousse était allé passer la matinée dans les bibliothèques. Il avait appris deux trois choses, pris quelques notes, mais dans l'ensemble, avait été plutôt déçu. Il lui faudrait probablement des jours et des jours de recherche avant de tomber sur quelque chose d'utilisable...

Un peu déçu, mais pas déprimé pour un sou, Frédéric était partit faire un tour au parc des tuileries, et il avait été surpris. Cet endroit était magnifique.
Pour le campagnard qu'il était, ce havre de verdure était une vraie bouffée d'oxygène. Pile ce dont il avait besoin.

Profitant que personne ne faisait attention à lui, il avait voulu pousser l'illusion, et avait grimpé dans un arbre, jusqu'à mi-hauteur. Juste assez pour qu'on ne le voie plus, juste assez pour qu'avec un peu d'imagination il se croie de retour en forêt, là bas au nord, dans sa forêt d'Ardennes. Dommage que Morgan ne soit pas là pour en profiter aussi.

Il aurait pu rester là des heures, à ne rien faire du tout, quand son ventre décida de se manifester.
Il fouilla alors dans son sac après quelque chose qui le calerait un peu. Il avait tout prévu : il avait de quoi faire un festin et tenir trois jours. Farfouillant entre un bouquin, une gourde, un demi-pain et le saucisson qu'il avait chipés aux cuisines, il finit par sortir une pomme, et la gourde.
Il s'apprêtait les manger quand ils se rappela le pain. Tout frais, tendre à souhait, chipé à peine sortit du four... parfait pour manger avec une pomme juteuse et acidulée.

Il avait les mains pleines mais il essaya quand même, du haut de sa branche, de ne rien faire tomber ni du sac, ni de la pomme tandis qu'il fouillait d'une main une tranche de pain. Il aimait bien se faire des petits défis comme ça, de temps en temps.

Peine perdue... la pomme dégringola. Suivie de près par son merveilleux morceau de pain.
C'était déjà assez triste comme ça, et Frédéric sentit son cœur rater un battement, sauf qu'en suivant la courbe gracieuse annonçant la perte prochaine et irrémédiable de son casse-croûte, Frédéric eut l'horreur de constater impuissant que le tout allait s'écraser dans un instant... sur un jeune homme soupirant, assis au pied de son arbre. Mentalement, il nota avec sympathie la mine vaguement tristounette dudit vacancier, et se dit qu'un goûter sur la tête n'améliorerait probablement pas son humeur.
Il vit la pomme lui tomber sur le crâne, le garçon lever la tête après une seconde ou deux, comme si ça ne le concernait pas, et vit ensuite comme au ralentit la tranche de pain virevolter doucement, rebondir sur une branche et tomber encore pour aller se poser pile sur la glace ainsi exposée du jeune homme...

Alors ça c'était ballot. Ça aurait pu être fameusement cocasse dans d'autres circonstances, mais pour le coup ce jeune homme-là avait l'air assez blasé comme ça pour se prendre une pomme sur la poire et un pain dans la glace.

Abandonnant son sac à une branche et descendant d'un mètre ou deux, Frédéric sortit de sa cachette sylvestre et  s'adressa au jeune homme depuis la branche la plus basse, se grattant l'arrière du crâne en un geste de profond désarroi.

- Pardon m'sieur, chui vraiment désolé... Je crois que j'ai échappé mon dîner.

Observant un instant son vis-à-vis, il finit par ajouter.

- Désolé pour la glace... Ça va votre tête ?
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 12 Fév - 23:01

Peu de temps après que la pomme ne lui soit tombé sur la tête et que Samuel ait levé la tête afin de voir d'où cela pouvait bien venir, ne se souvenant pas s'être assis sous un pommier, autre chose tomba du ciel. Quelque chose n'étant pas un autre de ces fruits. Trop surpris pour réagir à temps, il ne pût empêcher l'impact tout près de sa main. Il sentit sa glace lui glisser entre les doigts, écarquillant le regard sans pour autant pouvoir faire quelque chose afin d'éviter l'inévitable. Un pain. Un pain etait tombé sur sa glace. Ça... Ça le fit davantage tiquer. Son. Goûter. L'irritation montait en son cœur, causée par une terreur cachée, sourde, silencieuse. Il ne fallait pas toucher à sa nourriture. S'il n'arrivait pas à se remplir la panse... Il allait assurément finir par perdre les pédales. En plein jour, dans un lieu public, ce n'était pas recommandé. Tout cela était de la faute de cet homme. Cet petit homme aux cheveux bruns, qui présentait ses excuses. Ou du moins, c'est ce que Samuel crût comprendre parmi les syllabes entre-mâchées.

« Hm. Ça irait mieux l'estomac plein. Votre dîner, par contre, est sain et sauf. »

L'air sincèrement embarrassé de cet homme suffit à lui éviter les foudres et les mots acerbes de celui qui avait dû subir sa maladresse. Il se contentait en effet d'énoncer les faits, sans réel embêtement ou colère... Il était du genre à prendre les choses comme elles venaient, de toute façon. Malgré tout, cela ne l'empêchait pas de se questionner un peu sur la présence de quelqu'un dans un arbre, en pleine ville, ce qui pouvait peut-être se deviner à sa mine un peu dubitative. Soit, il s'agissait d'un jardin, donc d'un espace un peu plus clos et privé, mais n'avait-il pas peur de ce que l'on pourrait dire à son sujet ? À moins qu'il ne soit l'un de ces trop nombreux gamins des rues... Mais cela n'était qu'une hypothèse infondée, qui n'aurait pu être vérifiée qu'avec une question semblant bien inconvenante pour une personne qu'il venait à peine de rencontrer. Il finit simplement par hausser les épaules, autant en guise de conclusion à ses pensées que pour faire suite à la conversation.

« La chance n'était pas de mon côté aujourd'hui. Je n'ai même pas trouvé ce que je cherchais. »

C'était que la déception lui déliait la langue, ma parole ! Il serait surprenant que cet homme à peine plus grand que Samuel puisse l'aider dans sa quête de réponse, puisqu'il n'avait pas une impression de déjà-vu, qu'il s'agisse du passé ou des miroirs... Il avait sans doute entendu son nom au Lost Paradise, étant presque un habitué des lieux, mais sans cette information cruciale, il serait difficile de replacer ce visage. Leurs routes allaient sans doute se séparer bientôt pour continuer leur bout de chemin respectif, de toute façon, n'est-ce pas ? À moins qu'il ne tienne à présenter d'autres excuses ou en savoir un peu plus sur tout ce mystère...
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Dim 16 Fév - 11:59

"sain et sauf" ? Son dîner ?
Parce qu'il était le fautif, Frédéric réprima son haussement de sourcil. Bon d'accord son dîner s'en sortait mieux que la glace du pauvre gars, mais bon... Sa pomme allait être pleine de coups, et sa tartine... était clairement fichue. Il en avait de bonnes le gars. Heureusement qu'il avait encore deux trois trucs dans son sac, là haut.

Il n'avait pas eu le temps de réagir que l'autre, après l'avoir dévisagé un instant, haussa les épaules et rajouta un commentaire.
Pour le coup, Frédéric ne se formalisa pas, il avait l'habitude d'être observé, il avait l'habitude qu'on hausse les épaules après l'avoir dévisagé. Ça avait toujours été comme ça : à l'époque où son père était encore le meilleur rebouteux de la région, à l'époque où il était mort, à l'époque où sa mère aussi, et tout le reste du temps depuis qu'il avait un "jumeau". C'était comme ça, ce serait toujours comme ça. Pas de quoi se formaliser. Il continuerait de grimper aux arbres et de s'habiller comme un guignol, pour ce que ça changerait.

Cependant le commentaire de son vis-à-vis le fit réagir. Alors ils étaient deux à avoir cherché sans trouver...?
Cette histoire de quête infructueuse attisait sa curiosité, et il aurait bien demandé de quoi il s'agissait, mais Frédéric était quelqu'un de méfiant : si quelqu'un l'avait questionné sans le connaître, il l'aurait envoyé sur les roses. Pas question d'interroger un pauvre inconnu.
Sans qu'il sache pourquoi, Frédéric avait l'impression que ce pauvre gars avait eu une dure semaine. Il était trop calme et trop blasé pour être super content.
Par contre, il mangeait une glace, assis sous un arbre (sous SON arbre). Il ne pouvais pas être si blasé que ça.
Ou en tout cas Frédéric l'espérait, parce qu'il avait envie de compagnie soudainement. Morgan lui manquait tout d'un coup.

Pour cette histoire de recherche ratée, il pourrait toujours lui demander plus tard, s'il voulait bien partager son goûter pour se faire pardonner.

Il sauta donc de sa branche pour ramasser sa pomme, à côté de l'autre, puis se tourna vers lui.
Purée, de près il était vachement pâle le garçon. Enfin... garçon, homme, il ne savait pas trop, avec ce chapeau et ces lunettes, difficile de décider. Dans tous les cas, il était presque aussi pâle que ce pauvre Ziggy.
Évitant de le dévisager plus que de raison, il lâcha en réponse à l'estomac vide et au goûter gâché :

-J'comprends bien. Si vous voulez on peut partager le mien, j'ai encore de l'eau, du pain, des pommes et du saucisson là haut dans m'sac. Ce s'ra pour m'faire pardonner.

Puis, triturant sa pomme, il avisa la glace gâchée.
-Ou alors je vous en repaie une, comme vous voulez, mais j'peux pas vous laisser comme ça...

Et ensuite, parce que le gars avait décidément l'air blasé, et que sa glace avait vraiment l'air terrible avec sa tartine toujours perchée dessus, qui glissait doucement vers la droite avec la glace qui fondait, il ne put s'empêcher de rire doucement à travers un demi-sourire.

Pour s'expliquer, il souffla, mi-amusé, mi-désolé :
- Je crois qu'j'aurais voulu faire exprès, j'y s'rais jamais arrivé.

Et il sourit franchement alors, parce que c'était pas méchant, et 'fallait avouer que c'était cocasse.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 9 Avr - 2:41

Un saut par terre, sans broncher. À cette hauteur ? C'est qu'il était résistant, ce garçon... Impressionnant. Était-il seulement humain ? Samuel n'était pas doué pour faire la différence, à moins d'avoir un minimum d'indices, et là, ça ne comptait pas vraiment. Bref. Le petit brun lui proposait de partager ce qu'il restait de son goûter plutôt copieux. Le reflet allait décliner poliment, puisqu'il avait bien assez de pièces pour s'acheter une autre glace, seulement... Ne serait-ce pas un peu idiot ? Cet argent, il l'avait gagné durement, même si l'on semblait penser le contraire. L'art de la pâtisserie n'était certainement pas inée chez lui, si l'on oubliait l'aspect savoureux, et le plus dur était certainement de faire comme s'il était normal devant tous ses collègues. Alors pourquoi le gaspiller ? Car oui, il pensait davantage avec sa tête qu'avec son cœur. Était-ce vraiment si surprenant par contre, lorsqu'on savait qu'il pouvait causer la disparition, indirectement ou non, de ceux qui l'approchaient trop ? Enfin. Il savait au moins qu'il était plus avisé de ne rien dire à ce sujet, pour plutôt répondre aux propos et au rire de ce jeune homme.

« C'est bien vrai... Alors c'est gentil de votre part... »

Il devait avoir l'air bien timide à hésiter ainsi sur ses mots. C'était pourtant tout simplement la vérité... Puisqu'il s'agissait d'un accident, l'homme tombé du ciel n'avait pas à se sentir redevable de quoi que ce soit. Ce n'était d'ailleurs pas lui le coupable du léger blocage de Samuel, mais plutôt la frustration liée à son ventre vide. Trop réfléchir, ça ne lui allait pas. Bien qu'il ne soit pas énormément bavard en temps normal non plus... Il réussit tout de même à se souvenir des marques de politesse qu'il avait omis pour le moment, alors qu'il s'agissait de la base de toute conversation. Au moins, il était encore temps de rattraper le coup !

« Je m'appelle Samuel. Et vous ? »

Sur ces mots, il croqua dans la pomme qu'il avait rattrapée au vol tout à l'heure, une façon de venger son pauvre crâne, en quelque sorte. Il finit même par retirer ses lunettes, puisqu'ils se trouvaient à l'ombre et qu'ils y resteraient encore un moment, apparemment. Peut-être que finalement, il ne serait pas sorti pour rien, même s'il n'était guère avancé dans sa quête. L'irritation de Samuel disparue, cet homme semblait s'avérer plutôt intéressant. Il restait cependant une question à laquelle il n'avait pas encore eu de réponse, et il doutait qu'il en aille autrement s'il ne posait pas la question...

« Qu'est-ce que vous faisiez là-haut, au juste ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un grimper aux arbres... »

Et dans sa bouche, ce n'était pas peu dire. Peut-être était-ce là une autre chose qui éveillait sa curiosité. La possibilité de s'émerveiller encore à propos du monde...
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Ven 25 Avr - 11:12



Frédéric fut rassuré par la réponse de son vis-à-vis. Il avait eu peur un instant que son humour ait été trop décalé, pas à son goût, qu’il se soit trompé sur sa première impression et que l’autre n’ait en fait été qu’un simple citadin basé comme les autres. Depuis son arrivée à Paris, le campagnard avait parfois eu du mal à cerner les Parisiens.

Il lui sourit de toutes ses dents, content qu’il ait accepté de partager son goûter. Il pensait remonter le chercher quand l’autre se présenta.

- Moi c’est Frédéric.

Il ne put s’empêcher de sourire en voyant avec quel appétit l’autre croqua dans sa pomme. Et lorsqu’il enleva ses lunettes, ce fut pour découvrir un visage plus jeune qu’il ne s’y attendait. Bien ! Voilà de quoi le mettre plus à l’aise, même si ces yeux-là avaient quelque chose d’assez peu naturel.

« Qu'est-ce que vous faisiez là-haut, au juste ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un grimper aux arbres... »

Tout d’abord la question le fit rire : sans être méchant, il doutait que quiconque dans un rayon de 10km ait vu quelque grimper aux arbres récemment.

Puis il haussa les épaules et essaya de verbaliser ce qui le poussait à toujours grimper aux arbres, plutôt que de simplement s’asseoir en dessous comme la plupart des gens. Comme pour trouver la réponse, il jeta un coup d’œil à la canopée au-dessus de lui et se sentit d’un coup plus à l’aise. Rien de tel qu’un arbre pour remonter un mage.

Enfonçant ses mains au fond de ses poches, il fixa Samuel et expliqua sans méchanceté aucune :

- Sauf votre respect, j’ai l’impression qu’la plupart des citadins ont oublié qu’leurs pieds pouvaient voir autre chose qu’le sol.

Pour atténuer la dureté de son propos, il sourit doucement.

- Plus sérieusement, j’me sens mieux là-haut qu’en bas. C’est plus… » Il pencha la tête de côté en essayant de trouver le mot adéquat. « …vivant ? Plus magique ?

Il haussa les épaules

- Sinon pour répondre à votre question… Ben moi aussi j’ai cherché plein de trucs c’matin sans rien trouver d’bon. Alors chui venu ici, puis j’ai vu les arbres, et j’me suis dit que j’avais envie d’y monter.

Une fois encore il haussa les épaules et contempla l’air réfléchi de Samuel. Puis il pensa à aller chercher son goûter (toujours rangé dans son sac pendu à une branche) et une idée lui vint.

- Vous devriez essayer. Ça vous dirait d’manger mon goûter là-haut avec moi ? ‘faut que j’aille l’y chercher de toutes façons.

Puis, espérant qu’il le suivrait, il tendit la main vers la première branche (une grosse branche à l’horizontale, à peine à un mètre du sol), s’y hissa et attendit de voir si l’autre l'accompagnerait ou attendrait simplement qu'il redescende le goûter.

De tous temps, Frédéric avait été du genre instinctif, et quelque chose lui disait que ce dont cet homme-là avait besoin, c’était d’un peu de changement : il avait un quelque chose autour de lui qui sentait le vieux sentiment ressassé. Fred avait souvent senti ça chez sa mère, et chez les gens qui venaient voir son père ; chez les gens qui se perdaient en eux-mêmes et/ou ressassaient un truc.

En tout cas, même si son instinct se trompait royalement, passer cinq minutes dans un arbre n’avait jamais fait de mal à personne (tant qu’on n'en tombait pas).


_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Dim 6 Juil - 4:51

Samuel haussa légèrement les sourcils devant l'attitude de cet homme, c'était bien la première fois qu'il rencontrait un jeune homme de ce genre. Peut-être était-ce dû à son jeune âge, son manque d'expérience ? Quoi qu'il en soit, la façon de penser particulière de son vis à vis expliquait le silence de l'homme des miroirs. De toute façon, lorsqu'on posait une question, c'était pour obtenir une réponse, et il fallait donc prêter attention aux mots prononcés. Quoique, peut-être n'aurait-il pas dû faire cela, vu la surprise qui l'attendait, outre cette mention de la magie qu'il ne pût s'empêcher de relever, même s'il pouvait ne s'agir que d'une croyance personnelle.

Le rejoindre ... Au sommet de l'arbre ? Samuel se fit un peu hésitant, observant le tronc un moment, soupesant le pour et le contre. Il avait beau être assez léger, son corps figé dans le temps... Leur poids combiné saurait-il être soutenu ? Et s'il était pris de vertige, il se couvrirait de ridicule, ne pouvant pas même redescendre... Dilemme. Cependant, refuser une offre pareille n'était pas dans ses habitudes, puisqu'il ignorait tout des comportements humains. Il croyait donc que cela pourrait le rendre suspicieux, ce qu'il ne pouvait se permettre. Et puis, il ne fallait pas oublier l'argument le plus important : le goûter qui lui était promis. Il soupira donc, puis agrippa une branche d'un air peu convaincu, se hissant malgré tout tant bien que mal au-dessus du sol pour rejoindre son « ami » tout sourire.

« Une chose est sûre, on a une bien meilleure vue ici. »

C'est le premier commentaire qui lui était venu à l'esprit, toujours aussi sérieux que d'habitude. Il leva tout de même les yeux vers le ciel, pour observer les nuages ainsi que toutes ces personnes qui allaient et venaient rapidement, dans tous les sens. C'était vraiment ... Tranquille. Loin de tout, cela devait forcément être une façon agréable d'avoir les idées plus claires, ou une vue d'ensemble sur une situation embêtante. Même s'ils n'étaient pas encore bien hauts. Cette sensation rendait Samuel plutôt nostalgique, repensant à sa douce Alicia qui motivait sa présence tout près du jardin... Pour autant, il n'arrivait pas à lui en vouloir.

« Je cherchais des informations sur ma sœur, et voilà que je me retrouve à grimper aux arbres ! Je dois avoir le chic pour attirer les situations étranges... »

Il secoua la tête pour ponctuer sa phrase, ne jugeant pas bon de préciser les autres événements tous plus étranges les uns que les autres lui tombant dessus. Cela leur aurait causé des ennuis à tous les deux. Ah, mais du coup, vu la tournure de sa phrase, il y aurait peut-être un malentendu... Enfin, il faut dire qu'il parlait un peu pour lui-même aussi, alors il ne devait pas y avoir réfléchi... Mais il préféra prendre un bout de fromage plutôt que se prendre la tête, croquant dedans à pleines dents, un léger sourire naissant malgré lui sur ses lèvres. C'était plus fort que lui, il adorait manger toutes sortes de bonnes choses.
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Dim 6 Juil - 23:07

Il y avait quelque chose avec cet homme-là, se dit Frédéric en grimpant, qui perturbait un peu. Un petit quelque chose dans ses yeux, dans son allure... dans ses mots aussi, qui confondait les sens et forçait à l'observation.

Regardant plus bas pour voir s'il suivait bien, le mage comprit ce qui le perturbait : c'était son imprévisibilité.
D'habitude le jeune Lenoir était plutôt bon pour prévoir les actions des gens, pour cerner leur personnalité, mais ce gars-là, c'était un taiseux, et les taiseux étaient dur à cerner. Il n'aurait jamais cru que l'autre le suivrait sérieusement, et en était agréablement surpris.

Il sourit comme un gosse quand l'autre complimenta la vue, prenant la remarque pour lui, comme s'il avait lui-même créé le panorama. Et en un sens, c'était vrai, puisqu'il avait trouvé cet arbre, puisqu'il avait choisi l'endroit, et qu'il y avait fait monter un visiteur.

Il décrochait déjà son sac de la branche quand l'autre s'installa plus ou moins sur une branche tordue, en commentant sa journée débridée et sa « tendance à attirer les situations étranges ».

Fred lui tendit un bout de fromage sans rien dire, intrigué malgré lui, et attendit un instant que l'autre élabore un peu plus, mais rien ne vint, et tout ce qu'il récolta fut un grand sourire lorsque celui-ci croqua à pleines dents dans son morceau de fromage. Fred sourit alors à son tour : on aurait dit Morgan.

Décidant que cette escapade dans les arbres ne pourrait pas se dérouler juste comme ça, à manger et à observer les passants en ressassant chacun sa journée perdue, Fred s'installa sur une branche à côté de Samuel, sac accroché à côté de lui, et se mit à jongler avec une pomme, les jambes se balançant dans le vide et faisant doucement s'ébrouer les feuilles. Lançant un regard à son voisin, il lui dit d'un air à la fois taquin et mystérieux :

- Ah, mais y'a aussi du bon dans l'étrange parfois, 'faut juste savoir se laisser faire...

Il avait une idée derrière la tête, bien entendu : cette histoire d'informations sur une sœur ne pouvait pas être quelque chose de bien joyeux ; et s'il doutait que l'autre lui explique de lui-même de quoi il retournait, il pouvait au moins essayer de lui remonter un peu le moral. Après tout, il était responsable d'une partie de son humeur, puisqu'il lui avait lui-même détruit son goûter...

Le petit tour qu'il voulait faire était vieux comme les chemins, mais ça faisait toujours rire Morgan, aussi se dit-il qu'il ne perdrait rien à essayer. Passant une jambe de chaque côté de la branche, il jongla avec la pomme une ou deux fois, puis il la lança un peu plus haut, juste assez pour aller frôler quelques feuilles au dessus de leurs têtes. Quand elle retomba entre ses mains, Fred jonglait déjà avec un saucisson de plus. Jonglant un instant avec la pomme et le saucisson, il fit apparaître une gourde en plus, puis un marron et quand il les lança en l'air, beaucoup plus haut – hop, hop, hop – chacun son tour, seule la pomme retomba du ciel. Il la tendit alors, tout sourire, à son vis-à-vis affamé ; attendant une réaction quelconque, espérant avoir pu arracher un sourire à ce visage sérieux.


Bien entendu, c'était un risque qu'il prenait (jouer avec de la magie, comme ça, face à un étranger), mais Frédéric était un artiste des rues, un homme qui vivait du spectacle. Il savait d'expérience que les gens étaient rarement assez intéressés par un tour pour tenter d'en percer sérieusement le secret. Et de toutes façons, peu de gens en ce monde moderne croyaient encore assez en la véritable magie pour la reconnaître.
Et puis... après tout ce spectateur-là n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, pas vrai ?...

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mar 9 Sep - 18:28

Du bon dans l'étrange... Cela pouvait-il vraiment être possible ? Peut-être bien. Après tout, cela brisait le rythme ennuyeux du quotidien. Cependant, il était difficile de voir le bon côté des choses lorsqu'elles avaient brisé votre vie. Son âme était maudite, prise entre deux mondes. Il y avait eu beaucoup de sang versé, et tisser des liens était devenu horriblement compliqué. Que pouvait donc lui apporter ce genre de situations impossibles ? Désirant questionner davantage Frédéric sur son point de vue et voir si cela pourrait influencer le sien, le reflet leva la tête vers lui à nouveau, mais la vision qui l'attendait, il ne s'en serait jamais douté. Le grimpeur d'arbres était en train de jongler avec une pomme. Peut-être celle qui était tombée tout à l'heure, peut-être pas, quelle importance. Il ajoutait d'autres éléments, les faisant monter de plus en plus, c'était plutôt impressionnant. Oh. Il devait être un artiste de rue ou quelque chose du genre, ces métiers devenant de plus en plus populaire. Cela expliquerait son accent particulier et son commentaire plus tôt, se différenciant ainsi de la plupart des gens. De même, Samuel croyait se souvenir que ce petit homme avait eu beaucoup plus d'aisance à grimper jusqu'ici.

Ce fut lorsque la pomme lui fut tendue avec un sourire entendeur qu'un détail le frappa. Où était passée la nourriture ? Il ne pouvait tout de même pas avoir été suffisamment pris dans ses pensées pour ne pas remarquer les objets tomber, ou rester accrochés aux branches. Il resta là un bon moment, le regard dans le vide, complètement bouche bée, n'arrivant pas à comprendre ce qui venait de se passer, il aurait presque pu en avoir les yeux brillants sous l'émotion. Tout avait disparu en une poignée de secondes ! Une chose était sûre, ses pensées grises avaient disparu pour laisser place à l'émerveillement. Oh, il aurait pu se contenter de sourire et d'applaudir, mais cela aurait été une réaction bien trop banale pour quelqu'un qui ne l'était pas. Il préféra poser une question, se faisant un peu candide.

« C'était ... de la magie ? »

Il avait beau savoir depuis un petit moment déjà qu'il existait d'autres formes de créatures qui n'étaient pas tout à fait humaines, cela ne manquait pas de l'étonner à chaque fois. Comment aurait-il pu en être autrement devant un spectacle rondement mené tel que celui-ci ? Il aurait tout de même préféré que le saucisson reste dans les parages... C'était bien plus consistant qu'un fruit, et l'appétit de Samuel semblait souvent n'avoir aucune limite ! Quoi qu'il en soit, il aurait aimé avoir une réponse honnête. La dernière fois que sa route avait croisé celle d'un sorcier, tout s'était assez mal terminé. Espérons que pour cette fois, ce serait différent. Peut-être qu'avec une petite pièce, cela passerait mieux ? Ou s'il lui expliquait sommairement sa propre situation ? Pour le moment, il se contenterait d'y réfléchir. Si ça se trouve, rien ne lui serait avoué, ou tout n'était qu'un tour de passe passe prenant avantage de son habitude à trop réfléchir...
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Sam 27 Sep - 11:59

« C'était... de la magie ? »

Le Samuel ne rit pas, ne trembla pas d'excitation, ne prit pas l'air soupçonneux de ceux qui cherchaient toujours le truc. Il ouvrit des yeux ronds et une bouche béante et se contenta de quatre mots soufflés comme on lâche une excuse. Le jeune homme devant lui, tout à l'heure distant et taiseux, se faisait candide. Frédéric en fut touché.

Il décida de ne pas lui mentir.
C'était risqué, et bien entendu il ne dirait pas non plus la vérité, mais le jeune rebouteux de la Forêt d'Ardennes se sentait soudain incapable de raconter des fables à ce jeune homme-là. Souriant doucement, il haussa les épaules.

- Oui et non. Il y a toujours une part de trucage.

Voyant que l'autre ne répondait pas, mais le fixait, il élabora.

- Bon, disons que ça...

Il tendit la main vers son vis à vis et fit mine de lui avoir trouvé une tranche de saucisson derrière l'oreille. Voyant son œil envieux, il la lui tendit en souriant en coin.

- … c'est une sorte de magie. Il fit une pause et tendit la main vers une branche fine. Par contre, ça...

D'un coup sec, il cassa du bout de la branche un bourgeon encore fermé, qu'il tint du bout des doigts à mi-hauteur devant lui.
Le truc était complexe, mais pas tellement difficile. L'ardennais l'avait pratiqué des centaines de fois dans les bois. Il avait juste été dur à imaginer. Posant discrètement son autre main sur la branche où il était assis, il se concentra.

D'abord, il ne se passa rien. Le vent passait, fainéant, entre les feuilles, la rumeur des passants était douce sous eux, et dans le ciel une mésange chanta une fois. Rien de particulier.
Puis, doucement, comme s'il avait eu besoin d'un peu de cajoleries, le bourgeon se décida à s'ouvrir. Juste un brin, un tout petit peu. Juste assez pour déceler la couleur à l'intérieur, vert pâle, presque blanc.

Et soudain, d'un seul coup, la peau brunâtre qui faisait le bourgeon tomba, et découvrit une feuille minuscule, encore enroulée sur elle-même. Elle n'aurait pas dû s'ouvrir avant longtemps : elle devait grandir encore.
Mais elle s'ouvrit, comme une grande, une belle feuille de hêtre, ovale, délicate. C'était un bébé encore, mais elle s'étala si bien qu'elle parut grandir (et c'était peut-être vrai).
Alors, Frédéric la lâcha, et elle parut flotter un instant au dessus de sa paume, s'éclairant à peine, comme animée d'une lumière intérieure.

L'instant passa et il ne resta qu'une petite feuille ouverte trop tôt, posée au creux d'une main tendue. Tout ce qu'il y avait de plus banal.
Un esprit fermé n'aurait rien vu, mais Samuel voulait voir et Frédéric, dont les yeux étincelaient encore des restes de sa magie, Frédéric savait qu'il aurait vu. Restait à savoir s'il accepterait ce que ses yeux savaient être la vérité.

Alors le gamin des bois, le « p'tit Lenoir », celui qui avait dû fuir son pays et ses racines profondes pour sauver sa vie et celle de son frère de cœur, ce jeune mage perdu dans la cité murmura :

- … ça, c'est différent.

Et ce disant, la lueur dans ses yeux s'éteignit à son tour, le mage redevint un artiste de rue, et il ne put empêcher une pointe de tristesse d'e s'emparer de ses traits l'espace d'une seconde.

Il se reprit bien vite – question de réflexe – et ce fut d'un sourire timide qu'il tendit la main (et la feuille) vers Samuel.

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Sam 27 Déc - 2:38

Samuel ne savait guère à quoi s'attendre, en postant sa question un peu idiote. Certes pas si idiote considérant sa situation, mais cela, Frédéric ne pouvait le deviner, ni le savoir. Se moquerait-il de sa naïveté ? Peut-être chercherait-il à mentir. Les illusionniste et prestidigitateurs étaient prêts à tout pour quelques pièces d'or. Une petite part de lui ne pouvait qu'espérer que tout cela n'était pas que poudre aux yeux. La réponse qui l'attendait le surprit donc un peu. On y sentait une certaine sincérité. C'est ainsi qu'il observa le petit homme faire réapparaître une part de leur goûter. Rien de bien spectaculaire, pas comme tout à l'heure... En grignotant le saucisson, il attendit donc patiemment la suite des choses. Après tout, ce Lenoir n'avait pas terminé sa phrase.

Le tour de la feuille d'arbre l'étonna un peu plus. Ce mage n'avait ni plus ni moins qu'influencé le cycle de vie de ce petit bourgeon, destiné à s'éteindre sous les températures plus froides. Peut-être se transformerait-il en glaçon unique. C'était d'une grande élégance. Pourtant, dans les yeux de son vis à vis, il ne restait que tristesse et désolation. Samuel ne savait tout simplement pas quoi dire. Il n'en demandait pas tant. Ce n'était pas un don qu'il serait donné de montrer à n'importe qui, fort heureusement, les passants des Tulleries étaient tous très occupés. Entre de mauvaises mains, un savoir pareil pourrait être dévastateur, même si Frédéric semblait être quelqu'un de bien.

« Hm ... Il n'y a jamais que des bons côtés, je suppose ... »

On ne pouvait faire mouche plus facilement pour attirer la curiosité. Il n'avait jamais été que demi-mots, demi-vérités. Il ne savait jamais si une personne saurait gérer ou non la situation, en ce qui le concernait. Cependant, là, tout de suite, il se sentait un peu plus enclin aux confidences que d'habitude. Ne cherchaient-ils pas finalement tous la même chose ? Des réponses qu'ils n'obtiendraient probablement jamais. Il y avait sans doute une nuance à imposer, par contre. Dans le cas contraire, le petit Lenoir s'emballerait peut-être, pour lui demander ces informations qui lui permettraient de retrouver le sourire.

« Ne va pas te faire des idées gamin. Mon domaine se limite aux miroirs, et je ne peux pas faire des choses aussi impressionnantes. »

La question lui brûlait les lèvres : pouvait-il l'aider ? Cependant, le petit reflet ne dit rien de plus. Il n'avait pas besoin d'être davantage convaincu, non. Tout simplement, il s'en voudrait d'abuser de cette magie après ce qu'il avait vu. Une part de lui ne pouvait s'empêcher de rester méfiant, ayant souvent été déçu dans ses recherches d'information, ne faisant que du surplace. Alors il se contenterait d'une amitié, à la limite. Un allié sur qui il pouvait compter serait le bienvenu.
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Jeu 15 Jan - 14:32

- Hm ... Il n'y a jamais que des bons côtés, je suppose ...

La remarque de Samuel laissa Frédéric perplexe : elle pouvait être comprise dans deux sens diamétralement opposés, et il ne sut quoi en faire. S'il n'y avait que des bons côtés ? Bien sûr que non.  S'il y avait forcément des mauvais côtés ? Bien-sûr que oui. Il vit que l'autre était plongé dans ses pensées et choisit de répondre quand même, d'une voix posée au ton neutre.

- Ben, comme on dit : « Chaque chose est comme un sou à deux facettes ».

Il en était sûr à présent : la personne en face de lui n'était pas tout à fait un humain classique. Il ne savait pas ce qu'il était, et peut-être avait-il fait une erreur en s'exposant ainsi. Cela ne lui ressemblait pas : Frédéric était quelqu'un de méfiant, la vie l'avait forgé comme ça. Mais il était aussi excessivement instinctif. Une tête brûlée selon certains, un lunatique selon d'autres. Un grand imprévisible en tout cas. Il avait survécu jusque là uniquement grâce à son instinct, qui avait su le prévenir à temps dans les situations les plus critiques. C'était l'un des avantages d'être né mage.

Qu'il ait raison de penser ainsi ou non ne changeait rien : son instinct lui disait qu'il pouvait avoir confiance. Donc il faisait confiance. Point c'est tout.

Un changement s'effectua alors dans l'attitude de ce dernier. L'émerveillement calme et l'observation tranquille laissèrent place à un certain sérieux et Frédéric sut qu'il avait accepté ce qu'il avait vu, et qu'il en tirait des conclusions concrètes. Il commençait à comprendre qu'avec son vis-à-vis, il ne fallait pas compter sur le nombre de mots.

- Ne vas pas te faire des idées gamin. Mon domaine se limite aux miroirs, et je ne peux pas faire des choses aussi impressionnantes.

Ainsi il avait eu raison ! Le mage aurait presque sourit de fierté ; une fois de plus son instinct avait dit vrai. Il se retint cependant. « Gamin » ? « Miroirs » ? Qu'on le traite de gamin pouvait tout vouloir dire. Son vis-à-vis aurait pu avoir n'importe quel âge. Ça ne le gênait pas.
Les miroirs, c'était une autre affaire, et clairement pas sa spécialité. Ça pouvait devenir intéressant de papoter avec lui, s'ils décidaient de devenir amis.
« se faire des idées » par contre, ça l'interpellait. Que croyait ce Samuel au juste ?

- Vous pensez... qu'j'attends quelque chose de vous ?

Puis il remarqua quelque chose d'autre... l'homme l'avait tutoyé. Pensant que décidément ces jeux de demi-mots ne lui convenaient guère, il choisit de rester naturel et de faire comme il avait toujours fait : y aller à l'instinct. C'était la solution la plus honnête pour tout le monde. Il s'assit pour avoir le dos contre le tronc de l'arbre, et se sentit tout de suite mieux, malgré le tour qu'il venait de faire. Regardant à travers les branches le jardin environnant, il soupira.

- C't'un bien drôle de monde pas vrai, où on devrait s'méfier de tout, tout le temps. T'avais l'air triste tout à l'heure, et moi j'l'étais aussi. J'me suis dit qu'à deux on l's'rait p'têt' moins. Il se tourna vers Samuel puis, sur le ton de la conversation : J'y connais pas grand chose en miroirs. Je sais qu'y'a des reflets dedans dont 'faut s'méfier parfois, et qu'y'a du pouvoir. Beaucoup. Que certains cherchent trop, jusqu'à tomber dedans. Les anciens mages connaissaient ça mieux qu'nous autres, même si j'suis pas trop mauvais dans mon genre.

Il sourit à son vis-à-vis, pour le rassurer autant que pour s'excuser des erreurs qu'il aurait pu dire. Ce faisant il laissa passer un silence, laissant à l'autre le temps d'intégrer. Il semblait être le genre de personne qui parle peu et réfléchit beaucoup. Voire trop. Cette odeur de vieux sentiment ressassé lui tournait toujours autour, et Frédéric aurait voulu l'aider à ruminer moins. Sous eux, un enfant vint jouer contre le tronc de l'arbre, qu'un couple rappela bien vite à l'ordre à cause des crottes de chiens potentielles. Aucun d'entre eux ne remarqua le duo perché plus haut.
Samuel faisait la tête de quelqu'un qui hésite à faire ou dire ou demander quelque chose. Frédéric l'aurait bien devancé, mais préféra se taire. Avec celui-là, il se faisait l'effet d'un moulin à paroles !

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Sam 28 Fév - 17:14

C'est bien ce qu'il pensait. Ceux qui faisaient affaire avec la magie connaissaient certaines choses du monde qui étaient invisibles aux yeux des autres. C'était cette intuition qui l'avait poussé à parler de ce monde qui hantait ses jours et ses nuits sans crainte. Autrement, en général, cela ne faisait que rendre les gens plus curieux, ce qui n'était jamais une bonne chose. Lui-même devait peser chacun de ses mots pour que les instincts ne reprennent pas le dessus, son subconscient lui jouant parfois des mauvais tours. Il écoutait donc attentivement ce que Frédéric avait à lui répondre. Bon. S'il avait peut-être paru ridicule, Samuel était au moins certain d'une chose à présent. Il pouvait laisser de côté la méfiance. Ou alors ce petit homme était franchement un comédien de première, capable de soutirer des informations qu'elle que soit la situation. Quoique, peut-être n'avait-il tout simplement pas envie de conserver sa garde, de tout simplement écouter son instinct, encore une fois. C'était cette part d'humanité qui resurgissait, toujours sans prévenir. Par contre ... Triste ... Pouvait-on vraiment dire qu'il l'était ? Il était contrarié. Déçu. Mais il ne s'attendait pas à un miracle non plus. Sans détails précis, il était difficile de remonter la trace de sa très chère sœur. Voire impossible. Pourtant, il ne jugea pas bon de rectifier le tir. Il n'avait pas vu son propre visage, après tout.

« Faut dire qu'on avait gâché mon encas aussi... » se contenta-t-il pour tout commentaire.

C'était une pointe d'humour. Si si. On aurait pu s'y méprendre, avec son air un peu dépité à ce simple souvenir, mais Samuel n'était pas méchant pour retourner le couteau dans la plaie. Pas vraiment. Il disait négligemment ce qui lui passait par l'esprit, tout simplement, sans prévoir les conséquences. Ce qu'il montra bien en enchaînant sur un tout autre sujet.

« Alors ... À part grimper aux arbres ... À quoi se résume la vie de mage ? »

Samuel n'avait pas vraiment envie de s'attarder sur sa condition tout de suite ou encore demander au mage son opinion quant au futur. S'il pourrait s'en sortir un jour. Au moins récupérer sa mémoire volée. Il avait l'impression qu'il aurait l'air désespéré. Certes, il l'était un peu. Mais il était aussi orgueilleux et n'aimait pas avoir à l'admettre, même à quelqu'un qui semblait être un chic type. Et puis, la conversation finirait peut-être par dériver sur sa personne étrange. Mais peut-être tout cela réussirait-il vraiment à lui changer les idées. Cela ne pourrait que lui faire le plus grand bien. Oh, il pouvait compter sur les gars du café, ou même Aldrick, c'est sûr. Mais il ne savait être entièrement honnête avec eux, à son grand regret. Et c'est ainsi qu'il ne connaissait finalement pas grand-chose du monde dans lequel il évoluait bien malgré lui, celui des Légendaires. Personne ne lui avait laissé de mode d'emploi, que du sang sur les mains et une conscience alourdie par les remords. Tout ce qu'il savait, c'était au fil de son expérience personnelle. Un chemin bien ardu, dont l'on ne revenait pas indemne. Mais au moins, il savait une chose : son secret devait rester bien gardé du plus grand nombre. Il devait en être de même pour les autres. Pourtant il se refusait encore à rejoindre cet endroit, le Lost Paradise. Car un grand nombre de créatures non humaines ne pouvait qu'attirer des ennuis, que ce soit sur le court ou le long terme.
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 11 Mar - 7:59

Le « spécialiste des reflets » qu’était son vis-à-vis prit comme toujours son temps pour réfléchir à ce qui était dit. Finalement, Frédéric trouvait ça apaisant, les taiseux. Les questions fusaient moins qu’avec Morgan, ça lui faisait des vacances.
Par contre, il découvrit une facette de son voisin à laquelle il ne s’attendait pas :

- Faut dire qu'on avait gâché mon encas aussi...

Frédéric ne s’y trompa pas : il éclata de rire sur-le-champ. Ce goûter… une vraie scène de théâtre de rue ce truc ! Riant toujours, il hoqueta :

- J’avoue, j’avoue. N’empêche,ta glace ça lui f'sait un' sacrée allure pour l’coup !

Son sac se vidait, à eux deux ils avaient presque fini de tout manger : le pain était partit ainsi que le saucisson. Le mage se détendait : adossé à son arbre, une demie pomme (la dernière) dans une main, un quignon de pain dans l’autre, et un nouvel ami à ses côtés, la journée qui avançait se faisait bonne. A son côté, Samuel interrogea (et Frédéric fut heureux de constater que son visage s’était détendu, ainsi que sa posture) :

- Alors ... À part grimper aux arbres ... À quoi se résume la vie de mage ? »

Frédéric croqua dans sa pomme et mâchouilla un moment, tout en répondant.

- Ha ! Ben, (il mâcha côté droit) d’abbord ‘faut trouver des gens qu’ont l’air d’ruminer (il mâcha côté gauche), après on déchide ch’ils chont humains ou pas (il avala) C’est après qu’on grimpe aux arbres.

Il sourit, fier de sa blague. Laissant un instant passer, il but un peu d’eau et passa sa gourde à Samuel.

- Nan, plus sérieus’ment, ça dépend des gens. La plupart vivent en campagne. J’vivais comm’ ça aussi avant. On soigne les gens, on veille au grain. Il haussa les épaules. On voit c’que les autr’ peuvent pas voir, donc c’t’à nous d’veiller sur les choses.

Comme il se doutait que ça ne devait pas être bien clair, et comme il ne risquait rien (pensait-il), il mâcha un bout de pain en faisant signe à Samuel d’attendre. Il avala et expliqua :

- Mon père c’était un r’bouteux. Mon oncle c’est plutôt un hermite : il écout’ le monde, et il entend des choses. Il prédit des trucs, et il voit s’il peut y aider ou pas. Moi… il haussa les épaules à nouveau. Moi j’soigne les bêtes, les plantes, tout c’qui vit au bois. Chez moi j’veillais la forêt – j’le fais toujours un peu d’ici – ...en gros c’est ça. Après, on fait des tours, on aide où on peut, on apprend...  Il marqua un temps, yeux perdu au loin. ‘fin j’dis ça mais ‘en connais pas tripette, des autr’ comm’ moi. Disons qu’c’est comm’ ça qu’j’le vois, moi.  

Il sourit, jonglant avec son quignon de pain. Il avait presque envie de rire, conscient qu’il était du paradoxe de ses propos avec sa vie actuelle. N’eût été pour Morgan, il serait toujours là-bas, dans sa forêt d’Ardennes, à haïr les humains qui avaient tué son père, auxquels il ne s’identifiait pas, et à protéger le bois. C’était son rôle, là-bas, et il le savait bien : les êtres peuplant l’Ardenne l’appelaient le Gardien du Bois, ça n’était pas pour rien… Il rit :

- Mais comm’ tu me vois j’suis cracheur d’feu dans un cabaret d’la capitale ! Le « Lost Paradise », s’il-vous-plaît-bien. Si c’est pas la bell’ vie, ça…
Il aurait voulu l’inviter, mais il n’osait pas. Peut-être… peut-être qu’il se faisait timide, soudainement. Ou peut-être qu’il ne voulait pas qu’il voie Morgan, pas encore… Qui sait.
Il aurait voulu en savoir plus sur Samuel, lui aussi, et il lui poserait probablement la question à son tour. Les miroirs… C’était un monde étrange. Qui savait ce qu’il se passait de l’autre côté ? Des gens avaient cherché et s’y étaient perdus, c’est tout ce qu’il savait. Mais chaque chose en son temps…

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Lun 29 Juin - 18:02

Il était sérieux ou c'était une plaisanterie ? Samuel n'arrivait pas à se faire une idée, jusqu'à ce que la réponse lui fut donnée. Remarque, il l'avait sans doute un peu cherché avec son commentaire bien à lui. Avait-il vraiment eu l'air si maussade que ça ... ? Il ne s'en était pas rendu compte. Enfin. Ce n'était pas comme s'il se souciait vraiment de ce que pouvaient penser les autres à son sujet. Non. Il se disait juste que ce n'était pas la meilleure façon de se faire oublier des passants, puisque souvent, cela n'amenait que des ennuis. À lui, mais aux autres surtout.

Quoi qu'il en soit, Samuel écouta attentivement tout ce que le rouquin pouvait avoir à lui dire, refusant la gourde qui lui était tendue d'un simple hochement de tête. Il avait suffisamment abusé de sa générosité pour l'heure. Son histoire l'intéressait bien davantage. Oh ? Soigner les plantes, c'était assez différent de ce à quoi il s'attendait. Était-ce une bonne chose ou une mauvaise, ça ... Certes, c'est bien vrai que ce n'était que le point de vue de Frédéric, comme ce dernier le mentionnait. Peu importe. C'était ce qu'il voulait au fond. Apprendre à connaître un peu plus ce personnage surprenant. Voir si c'était vraiment le genre de type en qui on pouvait avoir confiance. Parce qu'on ne peut finalement pas se fier qu'aux mots, qui ne sont que du vent. Une chose était sûre, c'est qu'avec son parler, il savait remonter le moral aux gens.

Cracheur de feu ? C'était assez impressionnant comme métier dites donc. Ses dons devaient lui être utiles dans le domaine. Aah, le Lost ... Décidément ce nom-là était sur toutes les lèvres de Paris. Surtout pour ce qui était question des Légendaires. Samuel, lui, ne savait toujours pas quoi en penser. Il aimait les choses simples. Ce qui lui permettait de croire qu'il avait un tant soit peu le contrôle sur sa vie, complètement mise à l'envers. Alors le changement, il préférait éviter, quand il pouvait. Cependant aujourd'hui il ne pouvait pas simplement rester silencieux, à écouter le petit mage. Enfin, si, il aurait pu, sans doute. Mais il préférait offrir quelques mots en retour, Tout simplement parcs que c'était tout de même vrai que tout ceci, la solitude brisée, lui avait permis de chasser la tristesse qui l'accompagnait chaque fois qu'il pensait à ce qui était arrivé à Alicia, par sa faute. Même si ce n'était que pour un moment temporaire, le changement était le bienvenu.

« Eh bien ... Au moins je saurai où aller. J'aimerais voir plus de magie comme celle-là. C'est ... Magnifique. »

La sienne, si on pouvait l'appeler ainsi, était bien trop sombre. Ne servant qu'à entraîner le malheur sur son chemin. Samuel savait mieux que quiconque qu'il n'était pas le seul qui en était maître. Mais il avait l'étrange conviction que s'il ne s'était pas échappé, les fantômes du miroir seraient restés plus tranquilles, et puis, il devait bien être le seul que cela affligeait. Il porta la main à son visage, se détournant du petit mage, dégouté de lui-même. S'il se laissait tomber du haut d'un arbre pareil, peut-être serait-ce suffisant pour lui retirer son dernier souffle, et en finir de ses tourments. Mais il tenait trop à la vie pour se décider, hélas ...

Seulement il commençait à douter de seulement savoir comment s'y prendre pour descendre de toute autre façon. Il préférait alors penser à autre chose, du moins, essayer.

« Je fais des pâtisseries dans un petit café, pas très loin d'ici... Il faudra venir les goûter un jour. D'accord ? »

Samuel ne savait tout simplement pas comment le remercier autrement, les mots lui échappaient... Alors tant pis s'il avait l'air d'un véritable centre sur pattes, l'incarnation même du péché de gourmandise ou que savait-il d'autre encore... Et si Frédéric voulait en savoir plus, il n'avait qu'à le dire.
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Mer 16 Déc - 15:52

« Eh bien ... Au moins je saurai où aller. J'aimerais voir plus de magie comme celle-là. C'est ... Magnifique. »

Malgré lui, Frédéric ne put s'empêcher de rougir légèrement en laissant échapper un sourire en coin. Il était content de ne pas s'être trompé (pour l'instant). La magie qu'il avait faite... ç'avait été idiot et dangereux, mais il était content de l'avoir faite. Ça avait fait plaisir à quelqu'un. Il avait cessé depuis longtemps d'essayer d'être raisonnable : on n'avait qu'une vie, tant être impulsif. Il était content d'avoir pu faire plaisir et baragouina un "Merci" sincère.
Après quoi il s'empressa d'ajouter un "Passe quand tu veux, ça m'f'ra plaisir ! Puis d'avoir ton avis aussi."

Ils se turent et il vit l'autre se perdre en lui-même après ça, l'espace d'un court instant. Il décida de lui laisser son moment.
Il s'adossa donc au tronc de l'arbre, une jambe de chaque côté de la branche et observa le jardin autour d'eux : le soleil qui suivait sa course tranquillement, les parisiens, le vent. C'était étrange, mais cette drôle d'après-midi et cette rencontre bienvenue lui donnaient soudainement une impression de normalité peu commune. Quoi que "normal" puisse signifier. Sa vie au Lost après les années de voyage avec Morgan, et ces drôles de rencontres qu'il faisait dans la capitale... Il s'y faisait même des amis et pour la première fois depuis des années, eh bien... il avait l'impression de trouver une sorte d'équilibre dans l'étrangeté qu'était sa vie et il s'en réjouit.

Du coin de l'oeil, il vit Samuel contempler le sol, puis sa branche.
« Je fais des pâtisseries dans un petit café, pas très loin d'ici... Il faudra venir les goûter un jour. D'accord ? »
Frédéric fut touché. Il sourit tout grand et accepta avec enthousiasme, après quoi il partit d'un grand rire :
- Si tu savais c'que j'aime ça, les pâtisseries ! J'viendrai avec joie.

Un autre moment passa, un autre silence tranquille et Frédéric réfléchit aux Miroirs, à Samuel, à ces infos qu'il cherchait sur quelqu'un. De la famille. Il aurait voulu en savoir plus mais ne savais comment s'y prendre. Il décida d'être franc :
- J'pense à ça, tout à l'heure t'as dit qu't'avais cherché des infos sur quelqu'un, que t'avais pas pu trouver. C'était grave ?
Il se rendit compte de l'incongruité de sa question, et se reprit :
- Enfin, j'veux dire, ça m'regarde p't'être pas, mais j'pourrais p't'être t'aider, sait-on jamais.

C'était dit sur un ton confiant, une proposition honnête. La vérité, c'était qu'en bon mage impulsif qu'il était, et comme tout humain qui vient de faire une rencontre sympathique et voudrait en savoir un peu plus, Frédéric cherchait autant un sujet de conversation qu'un moyen de prolonger la rencontre. Sous son air désintéressé, il espérait furieusement n'avoir posé son pied dans aucun siège à loups avec cette question potentiellement personnelle.

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Roderick
☆ Le miroir est brisé ☆
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 26
Localisation : Au coeur des miroirs ♥

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Ven 27 Jan - 20:23

Samuel ne savait pas trop quoi penser de sa journée. D'un côté il accumulait les déceptions, entre son échec à trouver des infos et celui de prendre une pause tranquille. De l'autre, il avait réussi à tenir une discussion à peu près correcte avec quelqu'un, donc il supposait qu'on pouvait dire que c'était une réussite ? Il était plutôt content que son offre soit acceptée avec autant d'enthousiasme. Le café était le seul endroit où il se sentait vraiment à sa place, presque heureux. Parce qu'il restait constamment une ombre au tableau, mais passons. Laissant son ami à ses réflexions, Samuel se mit à farfouiller dans ses poches à la recherche de quoi écrire l'adresse où il vivait presque, et ce geste à lui seul était une sacrée preuve de confiance ! La réalité ne le rattrapa que trop vite, malheureusement, comme une gifle violente, sa mine meilleure en prenant un coup. La question partait de bonnes intentions, mais c'était un sujet très sensible pour le petit homme. Il ne répondit d'ailleurs pas tout de suite, tendu, réfléchissant comme il faut à ce qu'il pouvait dire, ou non. S'il devait dire quoique ce soit, parce que au fond Frédéric n'avait pas tord, cela ne regardait personne d'autre que le principal intéressé, en théorie. M'enfin il aurait aussi été mal venu de ne rien dire devant une offre comme celle-là.

« C'est un peu plus compliqué que ça en a l'air. »

Il ferma les yeux. La douleur dans son cœur était toujours aussi forte. C'était bien l'une des raisons pour lesquelles il n'en parlait pas, d'habitude, il ne voulait pas qu'on lui remette ça sous le nez constamment... Enfin, il n'avait jamais vraiment eu à développer sur le sujet, mais cette fois, cela lui avait échappé, et puis, Frédéric semblait sincère dans son intérêt pour tout ça. Au point où il en était ... Il devait juste prendre son temps. Ne pas paniquer.

« Ma sœur. Alicia. Elle est morte par ma faute. J'ai attiré les autres reflets vers elle. Ou... J'en sais rien. Mais les faits sont là. »

C'est vrai quoi, il n'avait pas le mode d'emploi de tout ce fatras, et ce n'était pas comme s'il pouvait demander conseil aux autres reflets non plus, surtout que sa situation était assez particulière. Et puis il n'aimait pas retourner de l'autre côté pour très longtemps. Il avait peur de s'y perdre à nouveau. Alors il devait se démerder tout seul pour tenter de mettre de l'ordre dans tout ça. Ça expliquait peut-être au moins un peu pourquoi il était autant sur ses gardes. Il ne voulait pas qu'une situation semblable se reproduise.

« Je me suis dit, que le moins que je pouvais faire ... C'était tenter de retrouver un peu de ce frère qu'elle avait perdu, mais comme je n'ai pas trop de souvenirs sur lesquels me baser ... Si j'apprenais à connaître un peu mieux qui elle était, je sais pas, peut-être que j'arriverais à me retrouver un peu. J'ai du mal à trouver des pistes, c'est tout. »

Il se frotta la tête, mal à l'aise. Ce qu'il ressortait de tout cela, surtout, c'était qu'il ne savait pas bien s'exprimer. La conséquence de sa solitude. Il se faisait du mal avec toute cette histoire. Il avait encore beaucoup de mal à accepter son nouvel état, et plus encore, ce que sa nouvelle nature le poussait parfois à faire, à devenir... Un monstre. Un meurtrier.

« C'est idiot, mais avec tout ça ... je ne sais même plus comment j'en suis arrivé là. »

À savoir, pourquoi il avait été maudît. Pourquoi, surtout, l'avait-on condamné à cette torture éternelle, un pied dans cette réalité et l'autre, dans celle des miroirs. Samuel souriait peut-être, mais l'énergie n'y était pas, pas vraiment, il était juste fatigué de se poser des questions auxquelles il ne trouverait sûrement jamais de réponse. Il ne s'attendait pas non plus à ce que Frédéric sache l'éclairer. Certains secrets étaient trop bien gardés. Qui plus est, ils venaient à peine de se rencontrer. Mais il lui avait posé la question, il voulait savoir, eh bien, maintenant, c'était le cas.
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Lenoir
(Fried) Fish Master
avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 08/10/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   Dim 5 Mar - 23:51

Plop:
 

Malheureusement pour le cracheur de feu, la question qu'il pensait innocente sembla au contraire crisper son vis-à-vis. Il allait se rétracter, dire qu'il n'état pas obligé de répondre, changer de sujet quand l'autre prit une inspiration.

« C'est un peu plus compliqué que ça en a l'air. »

Et en effet, ça l'était. Fred écouta avec attention et empathie. Quand Samuel parla de la mort de sa soeur, il s'excusa dans un souffle.
- Oh... chui désolé.
Désolé d'avoir soulevé un sujet sensible autant que désolé de la situation. Toute son attitude montrait sa sincérité et il espéra que le mangeur de glace ne lui tiendrait pas rigueur.

Lui qui avait encore des doutes sur la nature de son compagnon grimpeur d'un jour eut une semi-confirmation lorsqu'il parla des "autres reflets", par opposition à lui-même, semblait-il. alors il était un "reflet" ? Comment pouvait-il exister hors des miroirs alors ? Il lui semblait pourtant que son corps était tout à fait normal, malgré les couleurs (ou plutôt l'absence de celles-ci). Poser la question dans un moment pareil aurait sûrement été un peu brutal, même pour lui ; comme de se mettre à chanter une chanson paillarde en plein enterrement ; ou comme débattre de la couleur fuschia à une réunion d'hommage aux morts pour la patrie. Aussi s'abstint-il.
Samuel n'avait plus beaucoup de souvenirs. Ça c'était une piste.

Frédéric soupira. Décidément la vie des légendaires était toujours compliquée. Ce pauvre Samuel avait l'air perdu, complètement confus quant à sa propre famille. L'autre, perché sur sa branche, parvint à sourire tout en concluant. Fred le trouva bien brave.
« C'est idiot, mais avec tout ça ... je ne sais même plus comment j'en suis arrivé là. »

Frédéric laissa un ange passer, battre des ailes, faire des galipettes dans le ciel azuré le temps de trouver quoi répondre et comment répondre. A sa grande surprise, ses lèvres formèrent une phrase tandis que son cerveau travaillait et que ses yeux vagabondaient dans le ciel.
- C'est vraiment un joli prénom. Alicia.
Mentalement il se secoua. Super, bravo Freddy, on applaudit bien fort cette intervention édifiante et très éclairante sur le sujet. Merci bien.
Balançant une jambe de chaque côté de sa branche - laquelle battit des feuilles en réponse - il s'appuya des deux mains sur le bois et attaqua :
- J'trouve... il pencha la tête de côté ; j'trouve que c'est une bonne idée, c'que tu fais. C't'un bon côté d'où prend' les choses. Il lui lança un regard à la dérobée, sourire désolé ; enfin pour c'que mon avis vaut. T'as pas d'la famille qui pourrait t'aider ? Mince pardon t'y a sûr'ment déjà pensé...

Il se tut un instant, observant ses mains. Il avait mis le pied sur un sujet sensible. Décidément c'était sa spécialité... Aider ce légendaire-là n'était peut-être pas dans ses cordes finallem...
Sous sa branche, au sol, une corneille picorait un reste de sa tranche de pain sacrifiée. Il se redressa d'un coup, faisant osciller sa branche et l'arbre avec elle et fixa Samuel avec une certaine excitation dans le regard.
- Les corbeaux !
Il ne s'attendait pas à ce que cette exclamation suffise à ce qu'on le comprenne, aussi s'assit-il face à Samuel, son sac pendouillant à une branche se balançant gentiment, et poursuivit-il en vérifiant qu'auxune oreille indiscrète n'était proche d'eux d'une voix basse mais excitée :
- La Curia, on dit qu'ils voient tout avec leurs corbeaux d'malheur, c'est c'que m'ont dit les autres ! Tu pourrais leur d'mander ! Mon pa-- heurgm... J'connais quelqu'un qui bosse à la Curia. J'pourrais p'têt' lui d'mander : ils t'laiss'raient p'têtre entrer pour leur poser des questions. Si ça s'trouve y'a un corbac qu'aura vu quelque chose pour toi... ça t'dis qu'j'essaye de voir avec lui ?

Tout à son idée, il se rendit compte qu'il n'avait pas pensé que..
- Enfin j'veux dire, si t'as pas d'jà essayé ça...Sinon j'connais des gens un peu plus de la rue, p'têtre que j'pourrais leur demander à eux aussi, si tu veux. Dans ton quartier ils sauront p't'être des choses... Enfin j'en sais rien mais bon...

Mais comme le Destin a le sens de l'humour et qu'à une glace foutue et une histoire triste, il fallait bien ajouter une troisième déconvenue, c'est le moment très opportun que l'un des jardiniers choisit pour les repérer dans leur tour de verdure.

- Holà messieurs ! Qui vous a autorisé à monter dans cet arbre ?! Vous rendez-vous seulement compte de l'âge de ce hêtre ?! Descendez tout de suite ou j'appelle la maréchaussée !

Jetant un regard au jardinier furibard brandissant sa fourche tout en bas, puis à Samuel, Frédéric récupéra son sac et ne réfléchit pas trois secondes :
- Woups, quand j'vous disait qu'les parisiens aiment pas qu'leurs pieds voient aut'chose qu'le sol ! Vite avant qu'il nous troue les frippes !

Et il s'engagea dans la descente rapide et efficace de l'accueillant végétal tandis que le jardinier continuait ses remontrances.
- Enfin, on a pas idée. Vous voulez le faire tomber ? Un arbre centenaire messieurs ! OH !! Un peu de respect dans la descente jeune homme ! Qui donc vous a éduqué ?!

_________________

Freddy parle en #cc6633.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Découvertes || Frédéric [1889]   

 

Découvertes || Frédéric [1889]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]
» [bureau d'Ambre] Découvertes fâcheuses (pv Ange et Carna)
» Des cubes et des hommes...
» Quatrième chapitre ; Course poursuite, découvertes et drames.
» Lianes et découvertes [Zéphyr]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rivoli, Chatelet & environs :: Jardin des Tuileries-