Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mer 29 Oct - 20:38


    « C'est quoi ces vêtements au juste ? » Interrogea Andréa.

    Edward haussa un sourcil, un air mi vexé, mi enchanté étirant suffisamment lentement ses lèvres pour que son neveu regrette aussitôt ses paroles. Le loup-garou, dans un accoutrement royalement démoniaque, fit un tour sur lui même, faisant virevolter sa cape noire qu'il récupéra d'une main agile pour venir la positionner devant son visage, demandant d'une voix d'outre-tombe qui fit grimacer son interlocuteur :

    « Allons ! Je ne t'effraie pas comme ça ?
    Pas… vraiment. Et les bouts de bois sur la tête, c'est pourquoi ?
    Ce sont mes cornes de démon ! Tu n'as pas compris en quoi j'étais grimé ? Tremble devant Méphistophélès pauvre mortel ~
    Mais les démons n'ont pas de cornes…
    Pas sous leur forme humaine. Mets y un peu du tien s'il te plait.
    Mais c'est quoi Méfie toi des laisses…
    Andréa… »

    Le louveteau eut un air perdu qui arracha un ultime soupir à son oncle. Se défaisant se sont déguisement d'un geste ample, il jeta le tout sur le divan de son bureau abandonnant d'un ton grognon :

    « De toute manière, un costume de loup-garou réussi aurait été bien plus effrayant. Les démons ne sont plus bons qu'à faire peur aux chats aujourd'hui. »

    La remarque fit sourire Andréa qui sentait bien qu'il l'avait un tantinet vexé, mais le jeune homme s'abstint de surenchérir, préférant de loin laisser Edward poursuivre seul la conversation, pendant qu'il récupérait les nappes et autres linges de maison pour lesquels il était venu. Le roi des loups ne manqua pas d'expliquer son comportement en insistant sur l'existence d'une fête américaine tout à fait délicieuse pour les légendaires : Halloween. La veille de la Toussaint, la fête des morts, les monstres étaient de sortie dans les rues des États-Unis et les humains allaient jusqu'à essayer de leur ressembler, se déguisant en vampire, sorcières et autres créatures qu'ils pensaient fantastiques, se mêlant à leur monde sans le savoir.

    « On ne peut pas faire plus paradoxal — à part Adams peut-être — quand on sait quel sort nous serait réservé s'ils venaient à découvrir qu'on existe ! »

    Un instant de flottement et il laissa ses pensées vagabonder. Fixant la fenêtre d'où il préservait les rayons d'un soleil timide du mois d'octobre. Par le subtile jeu de son esprit imprévisible, il en vint à repenser à une discussion qu'il avait récemment eut avec l'excentrique Léonard. Marquant un temps d'arrêt, Edward finit par se retourner dans un mouvement si brusque qu'il fit sursauter Andréa. Une exclamation quitta les lèvres du plus âgé qui frappa dans ses deux mains, signe certain qu'une idée farfelue venait d'éclairer intellect déjà dérangé.

    « Et si nous fêtions Halloween nous aussi, ici.
    Si tu me parles de déguisements, je rentre chez nous !
    Inutile, j'ai une bien meilleure idée ~
    Et moi un mauvais pressentiment… C'est quand tu souris comme ça que tu es effrayant ! »

    ------------------

    Trente et un octobre. La nuit est tombé depuis plusieurs heures déjà et exceptionnellement le Lost Paradise a fermé ses portes un peu plus tôt que d'habitude car en coulisse se prépare une seconde partie de soirée toute particulière. L'église de Saint-Germain des Prés a sonné onze heure trente il y a peu, la grande majorité des rues sont désertes, mais quelques irréductibles ont bravé l'obscurité et le froid automnal pour participer à une étrange invitation, lancée quelques jours auparavant par le patron du cabaret.

    L'évènement a lieu dans la salle de spectacle réorganisée pour l'occasion. On a coupé l'électricité pour lui préférer l'éclairage tamisée des bougies, leur pâle lumière éclairant à peine les curieux installés en cercle autour de la seule table laissées au centre de la pièce. Assez grande pour accueillir la douzaine de participants, elle semble tout de même perdue dans cet espace débarrassé de ses autres meubles. La scène est vide, le rideau est tombé, le silence règne en seigneur pour n'être troublé que par quelques murmures discrets. On se questionne sans oser briser cette atmosphère étonnante.

    Un jeu se prépare. Un jeu très prisé par la haute société parisienne, mais que l'on pratique pourtant en secret, car il dérange.

    Le maître de cérémonie arrive.

    Edward a laissé de côté son excentrique costume — si peu effrayant de toute façon — pour lui préférer la tenue sobre et élégante qui lui sied si bien. Il est calme, mais l'excitation se lie dans ses yeux tandis qu'il présente à ses convive une étrange pièce de bois :

    « Mesdames et Messieurs, je suis honoré que vous ayez accepté de vous joindre à moi pour cette séance qui, je l'espère, sera riche en surprises et en émotions. Voici donc le petit trésor déniché aux puces, il sera notre outils de ce soir. Une planche Ouija des plus authentiques. »

    L'objet est déposé au centre de la table, vieux, usé, mais gravé suffisamment profondément pour distinguer son alphabet, ses chiffres et ses mots anodins qui pourraient prendre une ampleur exceptionnelle d'ici quelques minutes : « Oui », « Non », « Au revoir ». Il est accompagné d'une petite planchette en bois en forme de goutte et percée en son sommet, la Oui-ja, qu'Edward dépose en son centre. Il s'installe ensuite, et dissimule au mieux ce sourire que l'adrénaline fait poindre sur ses lèvres, lui préférant un air sérieux qui convient davantage aux déclarations qu'il s'apprête à faire :

    « Quelles que soient les raisons de votre présence ici, je tiens à vous rappeler les règles de la séance. Dès lors que nous aurons débuté, vous ne pourrez et vous ne devrez en aucun cas retirer votre main de la Oui-ja jusqu'à ce que l'esprit nous quitte. Ne posez pas de questions dont vous pourrez regretter les réponses. Enfin… Nous ne sommes pas à l'abri d'une mauvaise rencontre. Si cela arrive nous écourterons immédiatement la séance. Est-ce clair pour tout le monde ? »

    Son regard dépareillé parcoure l'assemblée, il se pose soigneusement sur chacun des présents, les observant avec instance avant de remonter sa manche et de venir poser l'index de sa main droite sur plus petite planche.

    « Je vous invite à me rejoindre, nous allons commencer. »

    Les doigts se posèrent un à un sur la Oui-ja. Il y eut quelques hésitations parmi les participants, mais lorsque, enfin, tous eurent rejoint le cercle, le silence imprégna totalement la salle. Edward patienta quelques minutes avant de le briser, prononçant d'une voix assurée :

    « Esprit es-tu là ? »

    Une minute s'écoula, puis, deux… La troisième arrive à son terme lorsque la petite pièce de bois se met en mouvement. Brusquement, elle entraîne toutes les mains qui la surmontent. Elle se dirige lentement vers le coin de la planche. Le trou qui décore son sommet glisse doucement jusqu'à laisser apparaître le mot « oui ».

    La communication est établie.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Il est minuit. Vous vous trouvez au Lost Paradise avec d'autres invités. En cercle autour d'une table, vous attendiez un évènement inédit, une curiosité, un frisson. Un nouveau venu vous a rejoint, se manifestant d'une étonnante manière. Sous vos doigts, le premier mot de la Oui-ja apparaît.

Esprit es-tu là ? : Oui







Halloween | Séance de spiritisme


C'est la veille de la fête des morts et Edward a décidé de le fêter en grande pompe avec l'organisation d'une soirée particulière, réunissant les plus téméraires d'entre vous autour d'une séance de spiritisme.

L'esprit s'est manifesté. Bon ou mauvais, ce sera à vous de déterminer son identité…


Cet évent se déroulera sur environ 2 semaines et commence dès aujourd'hui. Vous pouvez, tout du long, poster autant de fois que vous le voulez, sans ordre précis.
  • Ces postes ne seront pas du Hors RP, ils rejoignent une aventure parisienne que votre personnage aurait pu vivre. Ils compteront donc comme n’importe quel RP durant lequel vous pouvez retrouver des connaissances ou vous en faire de nouvelles. Nous sommes toujours en 1889.

  • Vous l'avez remarqué, un esprit semble s'être manifesté. Mais est-ce réel ? Et si ça l'est, est-il bon ou mauvais ? Êtes-vous seulement en sécurité entre ses murs ? Et si vous osiez le lui demander ?

  • Allons ! Questionnez si vous en avez le courage ! À chacun de vos posts, vous pourrez poser une question et une seule, à laquelle l'invité surprise sera libre de répondre à sa manière. Ces réponses se feront par l'édition de votre poste à mesure de l'avancement, tout comme c'était le cas pour le poste d'introduction avec le petit carton "La voix de l'esprit".

  • L'identité du défunt ne sera pas inventée, ce sera une personnalité réelle et bien sûr, décédée pour l'époque. À vous de poser les bonnes interrogations pour trouver de qui il s'agit, mais s'il est taquin, il se pourrait qu'il vous corse l'affaire ~

  • Pour ceux désireux de fêter pleinement Halloween, vous êtes, bien sûr, autorisés à déguiser votre personnage ! Et si cela vous fait plaisir, vous pouvez modifier votre avatar pour l'occasion, mais cela n'a rien d'obligatoire.


Vous posterez à la suite ce message, sans ordre particulier et vous avez jusqu'au mercredi 12 novembre (au soir) pour découvrir qui se cache derrière ce mystérieux convive.

Et comme toujours, n'hésitez pas à contacter le staff s'il reste une zone d'ombre, on vous répondra au plus vite !

Saurez vous poser les bonnes questions ?
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mer 29 Oct - 22:15

La soirée de Halloween, une fête venue de cousins très éloignés. C'était en tout cas ce qu'on lui avait raconté mais elle se moquait bien de sa provenance. La journaliste aimait beaucoup ce moment car c'était l'occasion pour les esprits de se mêler aux vivants sans être démasqués. Qui sait ? Alors qu'elle marchait dans la rue faiblement éclairée, qui pouvait confirmer que les individus qui croisaient sa route était toujours de ce monde ?
Mais elle s'égarait.
Elle avait été ravie de recevoir une invitation. Un peu surprise également. Elle ne se considérait pas réellement comme une habituée du cabaret malgré ses venues fréquentes. Où était-ce sa réputation de courir derrière les histoires de fantômes qui avait décidé le patron ? Valentine se posait toujours la question à l'heure actuelle tout en se rendant au rendez vous. Elle était curieuse de savoir qui étaient les autres élus de cette soirée fantomatique. Et cette fois-ci, elle partait à l'aventure sans son fidèle compagnon. A quoi bon, il n'avait pas sa place dans cette soirée et à voir son expression quand elle lui en avait parlé, il n'appréciait pas du tout l'idée de jouer avec les esprits.
Bah ce n'était pas plus mal, rien de tel qu'un peu de solitude de temps à autres pour se donner des frissons.

Les portes du Cabaret affichaient fermé mais pourtant, elle s'autorisa à pénétrer à l'intérieur, trouvant l'atmosphère des plus étranges. En y réfléchissant elle n'était jamais venue une fois la fermeture passée. La rouquine esquissa un sourire et retira la longue veste sombre qui l'étreignait et la protégeait de la fraicheur nocturne, dévoilant une tenue des plus exotiques. Japonais, plus exactement.
Se prêtant au jeu, elle avait voulu faire sa coquette et s'habillant de façon extravagante. Voilà bien longtemps qu'elle ne s'était pas permis ce genre de fantaisie et la fête de Halloween était l'excuse idéale... en plus d'un éventuel carnaval ou bal masqué. Elle avait même, pour l'occasion, attachée de fausses mèches colorées, lui donnant une coiffure bien plus longue qu'à l'accoutumée. La sensation d'avoir des cheveux longs la grisait et la convainquait qu'il fallait qu'elle se laisse un peu pousser ses franges rougeoyantes.
Valentine finit par voir Edward et lui fit un grand sourire en venant vers lui.


"Merci pour l'invitation, Monsieur White, c'est très aimable de votre part d'avoir pensé à moi. Je suis touchée... vraiment."

Puis elle se dirigea vers une place libre, prenant ses aises, son regard se focalisant immédiatement vers l'objet convoité. Était-ce une véritable tablette ? Pouvait elle réellement communiquer avec les morts ? Il existait tellement de rumeurs, de légendes urbaines pour effrayer la galerie, si bien que des petits plaisantins en faisait des contrefaçons ridicules. Mais celle qu'elle avait devant elle semblait ancienne et malgré le fait qu'elle n'était qu'humaine, elle ressentait comme une certaine excitation... la même qu'elle éprouvait à chaque fois qu'elle était sûr de mettre la main sur une information ou un détail croustillant et monstrueusement paranormal. Et il allait sans dire qu'elle faisait confiance à Edward pour dénicher des objets authentiques.

Son intérêt était tel qu'elle en oublia de voir qui était présent avec elle et n'y pensa que lorsqu'ils eurent tous mit le doigt sur la Ouija. Mais là encore, impossible de s'intéresser aux autres quand soudain, elle sentit bouger et voir une réponse se former à la suite de la question du patron du Lost.
Fascinant. Certain avait hésité, d'autre non, comme elle. Elle avait hâte de voir si cela marchait et on pouvait dire que ça commençait bien.
Elle n'avait pas peur et une soudaine question brûlait ses lèvres. Mais elle n'osait pas, se disant qu'elle entrerait peut-être beaucoup trop vite dans le vif du sujet. Il y avait des demandent plus courtoises à énoncer, mais elle n'avait pas envie de perdre du temps et il était dans sa nature, en temps que journaliste de terrain d'aller directement sur le vif du sujet. Tant pis si elle paraissait culottait aux yeux de tous, il fallait qu'elle le demande. Finalement, après avoir hésité un instant, elle s'éclaircit la voix et posa sa question.


"Êtes vous mort de cause naturel ?"

Si Loki avait été là, il aurait surement grogné sur elle pour son manque de respect et son franc parlé, mais le mal était fait si on pouvait le dire. A présent elle était curieuse de connaître la réponse et surtout la réaction de l'esprit. Allait-il mal le prendre ? Mais elle aimait prendre des risques, elle n'avait pas vraiment peur des conséquences... Après tout, elle avait passé son enfance hanté par un croque mitaine, ce n'était pas un esprit qui allait lui faire peur, n'est-ce pas ?
.... n'est-ce pas ?


[prems 8D /Poutre/]

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Un nouveau mouvement de la planchette. Elle recule un peu, sans hésiter, s'arrête brièvement pour revenir à son point de départ dans un glissement rapide. Une bise s'invite dans la pièce.

Êtes-vous mort de cause naturelle ? : Oui


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Sam 1 Nov - 23:47

Ryden avait été très étonné de recevoir une invitation du grand patron du Lost Paradise. Jusqu’à présent, il était convaincu qu’Edward White ignorait son existence. Évidemment, depuis le temps qu’il habitait à Paris, il y avait été à quelques reprises et il avait presque toujours failli avoir des problèmes avec le maître des lieux, mais rien pour qu’il le remarque vraiment. C’était tout de même incroyable, à chaque fois, mais vraiment à chaque fois que Ryden s’apprêtait à faire une connerie, Edward apparaissait dans son champ de vison. Juste seulement c’était suffisant pour qu’il arrête son geste. Ce n’est pas qu’il avait peur de lui, mais il préférait ne pas avoir d’ennuis avec.

Mais c’était bien la première fois qu’il l’invitait à une de ses soirées. Il allait certainement en profiter. Tout en espérant que ça ne serait pas la première et dernière fois.

Durant toute la journée du trente et un octobre, il s’était creusé la tête pour trouver un déguisement. Il ne voulait pas quelque chose de commun, il voulait plutôt se démarquer des autres invités. Bien sûr, il avait pensé y aller complètement nu et dire qu’il était déguisé en Adam. Cependant, les gens de cette époque étaient beaucoup trop étroits d’esprit pour pleinement apprécier son costume. Il avait donc rejeté l’idée. Ensuite, il avait pensé au commissaire Voelsungen. Il aurait pu lui emprunter son apparence pour une soirée, mais Ryden s’était vite résigné à cette idée. Avec sa chance légendaire, il craignait de le croiser par hasard et l’explication aurait été trop compliquée à trouver. Finalement,  c’était juste avant de quitter la morgue qu’une idée s’était imposée à lui et justement, il était à la bonne place pour trouver ce qu’il avait besoin.  Il se dirigea dans la salle des sacs et tout en s’assurant que personne ne le voyait faire, il prit une robe non réclamée.  Une fois la chose en sa possession, il partit chez lui se préparer.  

Il était enfin le temps d’aller à la soirée, son costume le satisfaisait même s’il ne plairait pas à tout le monde, mais le démon s’en foutait. Une fois arrivé sur place, il alla porter son manteau au vestiaire et se dirigea ensuite vers salle de spectacles.  Pour ceux qui tournèrent la tête à son arrivée, ils purent voir l’étrange toxicologue habillé d’une robe trouée et couverte de sang à certains endroits spécifiques.  En fait, son idée était d’être le spectre de Mme Julie Dewis, la banquière poignardée près du commissariat.  Le résultat était plutôt ressemblant.

Finalement après quelques minutes d’attente, Edward arriva et présenta une vieille planche de Oui-ja. Quand Ryden la vit, il fut sceptique. Pour lui, ce n’était qu’un vulgaire jeu inventé par l’humain. En fait, il était convaincu que c’était toujours un participant qui bougeait la planchette et non un esprit. Il se laissa tout de même tenter par l’expérience.

*Tant qu’à être là, mieux vaut jouer le jeu.*

Juste avant de s’installer entre les convives, il passa à côté du maître des lieux.

- Bien le bonsoir, M. White. Vous nous avez concocté une bien étonnante soirée, lui dit-il tout en faisant une petite révérence avec son sourire le plus moqueur.

Une fois rendu à la table, son regard tomba sur la journaliste Lefevre. Ils s’étaient déjà brièvement  croisés auparavant, mais il n’avait jamais eu de conversation avec. Cependant, d’où il était, il pouvait très bien la voir et il ne se priva pas de la détailler du regard. En fait, il la mangeait presque du regard. Bien évidemment, ses yeux aux couleurs ambrés étudièrent plus précisément un certain endroit de son anatomie. Toutefois, son attention revint vers la séance de spiritisme quand elle posa sa question.  Il la trouva des plus banales et ce n’était certainement pas ce qu’il aurait posé en premier.

- Puisque personne ne le demande, je vais le faire. Qui êtes-vous ? Et svp, ne répondez pas que vous êtes un esprit, on le sait déjà. On veut savoir votre nom.

En même temps qu’il posait sa question, il observait attentivement tout le monde. Il restait convaincu que c’était un canular. Si un participant provoquait effectivement le déplacement de la planchette, il se trahirait forcément tôt ou tard.

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Des aller-retours frénétiques entraînent vos doigts de droite à gauche de la planche. Six lettres se succèdent en réponse à la question.

On veut savoir votre nom. : Sanson

Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Lun 3 Nov - 22:34

Finalement, elle avait finit par obtenir une réponse, mais pas forcément celle qu'elle attendait. L'esprit n'était pas mort de façon tragique. C'était idiot, mais cela la décevait. Peut-être que son travail de journaliste de terrain avait finit par l'influencer un peu trop. Elle aimait le sensationnel et le dramatique. Mais là, si cet interlocuteur de l'au delà avait simplement vécu tranquillement jusqu'à sa mort, cela n'avait rien de très trépidant. Elle soupira légèrement, cachant du mieux qu'elle put sa déception.

Puis ce fut au tour d'une autre personne de poser une question, la sortant de ses pensées. Une voix d'homme qu'elle ne connaissait pas.
Elle leva la tête et observa l'individu, essayant de fouiller dans ses souvenirs. Elle avait déjà vu se visage, mais elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Surement dans le cadre de son boulot... Mais pas au journal. Au commissariat ? Ah voilà, elle s'en rappelait à présent.
Il travaillait avec Axel dans la morgue. En réalité, elle ne s'était jamais trop posé la question sur ce qu'il faisait exactement. Elle n'avait d'ailleurs jamais eu l'occasion de lui parler, ou peut-être qu'une fois en demandant si le médecin légiste était là.
En réalité, elle parvenait à atteindre la chambre froide que trop rarement. Entre Billy qui la stoppait en route pour papoter avec elle, ou Jean qui la prenait la main dans le sac et l'emmenait à son bureau par la peau du cou, histoire de houspiller un petit peu la jeune curieuse... Non vraiment, les occasions de voir des autopsies étaient quasiment impossible.

Il semblait porter une tenue des plus étranges. Une robe ? Était il du genre à aimer se travestir ? Elle semblait couverte de sang et des trous parsemaient le tissu. La journaliste fronça légèrement les sourcils. On aurait presque dit du vrai... Cet homme ne s'était tout de même pas amusé à fouiller dans les pièces à convictions de "patients" tout de même ? Elle ne savait pas en réalité, elle ne le connaissait pas assez pour se faire une idée.

Elle se demanda malgré tout ce qu'il pouvait bien faire ici, elle n'avait pas l'habitude de voir un agent de police dans le cabaret hormis Aldrick. Tient d'ailleurs, était-il là ce chenapan ?! La rouquine aurait surement tenter de dévisager les autres participants, mais l'esprit décida qu'il fallait mieux s'intéresser à lui en répondant. Il donna son nom. Sanson. Son prénom ou son nom de famille ? Elle ne put s'empêcher cogiter sur le sexe probable du mort. Un homme normalement, non ? Elle pouvait toujours demander par principe, mais cela aurait été une perte de temps et rater l'occasion de demander quelque chose de plus intelligent.

Valentine fut pensive quelques temps, puis, constatant que le silence était toujours présent, elle chercha une nouvelle question. Autant agir vite puisqu'un esprit leur faisait l'honneur de venir. Ses pensées se dirigèrent immédiatement sur des choses comme "est-ce qu'il avait tué quelqu'un ?" "Était il connu des forces de l'ordre" mais cela lui rappelait constamment qu'il s'agissait encore une fois d'une déformation professionnelle.
Finalement, après avoir fait le tri dans ses questions, elle en choisit une et osa la poser.


"Quelle était votre profession ?"

Elle lança un coup d’œil vers Edward afin d'essayer de distinguer son expression. Était il lui aussi curieux ou connaissait-il déjà toutes les ficelles et leur faisait une mauvaise blague ? Après cette réflexion, elle focalisa son attention sur la plaque, attendant une réponse.

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Un frémissement et la Oui-ja se remet en branle. Elle s'avance et recule, plus calmement cette fois. Les lettres s'enchaînent, un mot se forme…

Quelle était votre profession ? : Maître


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mer 5 Nov - 17:21

Un murmure parcourut les présents, signe que certains trouvaient la réponse prétentieuse. Aldrick leva les yeux au ciel, blasé. S'il ne doutait plus depuis longtemps de la présence effective de bons nombres de trépassés en manque de communication avec les autres races, il ne parvenait à comprendre pourquoi certains préféraient passer par ce genre "moyen de communication", pour exprimer leur ressenti. Sa mère avait beau lui répéter que c'était une façon de faire comme une autre, il trouvait cela d'un goût plutôt douteux. Malgré tout, et maudissant sa curiosité maladive dès qu'il s'agissait d'un mystère à élucider, il se retrouvait assit parmi les quelques présents du Lost. S'il avait salué sommairement Edward -non sans grommeler au passage- il n'avait pas encore eu l'occasion d'échanger un seul mot avec ceux qu'il côtoyait. Comme il était de coutume d'être plutôt silencieux en prime dans ce genre d'activité, il peinait à garder l'esprit réellement concentré sur la Oui-ja, fixant Edward White sans parvenir à chasser de son esprit leur dernière fracassante conversation dans le bâtiment.

Ses iris d'or coulèrent sur les présents, analysant comme dans un interrogatoire, les réactions de chacun sans en toucher mot pourtant, son esprit voguant d'hypothèse en hypothèse.

Etiez-vous avocat, notaire ou d’une tout autre filière ?

Anticipant l'interrogation de certains convives il déclara avec calme :

Cette personne pourrait avoir été maître d'école aussi, ou simplement propriétaire fortuné avec des serviteurs, si je ne m'abuse.

Malgré lui, il reporta son attention sur le maître des lieux, cette invitation était-elle anodine ou tentait-il encore, comme lors du Bal des folles, de l'inciter à retrouver un légendaire en particulier ?

Dans la salle, quelques-uns l'imitèrent, fixant Edward avant de chuchoter davantage, y allant de leurs petits commentaires. Une jeune femme gloussa plus fort qu'elle ne l'aurait voulu, glissant ensuite plus bas pour son voisin, les joues nouvellement rougies d'avoir attiré malgré elle l'attention de tous :

Comme c'est excitant, vous ne trouvez pas ?!

Ce dernier acquiesça, gêné d'être le centre d'attention. Puis plus un mot. Le cliquetis régulier de la montre à gousset du commissaire, parvient aussi nettement à ses oreilles que s'il lui avait été greffé directement dans le cerveau. Tout autant que les respirations irrégulières des participants. Celles-ci semblaient d'ailleurs être à présent, l'unique façon de vérifier que chacun était bel et bien en vie, tant le fond de l'air semblait depuis peu plus oppressant. La température n'avait pourtant pas changé, mais l’indiscrète frissonna subitement avant de se retourner à demi, les sourcils froncés. La belle fixa hagarde le mur, qu'elle examina durant plusieurs longues secondes avant de reporter son attention sur la table. Avec un peu de concentration, un détail flagrant s'imposait aux observateurs : ses doigts et son poignet tremblaient. Probablement pour la troubler plus encore, son voisin murmura de sorte à ce que chacun puisse l'entendre :

Vous croyez qu'il veut prendre possession de votre corps, mademoiselle Victoria ?

Un sourire entendu étira ses traits, dévoilant des dents jaunâtres, tandis que ses yeux moqueurs coulaient vers le cou nacré de la jeune femme, avant de s'agrandir pour se reporter vivement sur la Oui-ja, qui sembla se manifester de nouveau.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Le silence perdure quelques secondes de plus, uniquement troublé par le souffle des participants. Un frottement, la Oui-ja se déplace. De nouveau, un mot se dessine sous vos doigts :

Étiez-vous avocat, notaire ou d’une tout autre filière ? : Autre


_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Jeu 6 Nov - 4:15

Pendant tout le temps que l’esprit prenait pour répondre à sa question, Ryden avait observé tout le monde, mais rien n’avait paru suspect. Tous les convives semblaient concentrés sur le mouvement de la planchette. Ils avaient tous l’air de croire qu’ils avaient une petite discussion avec un mort. En tout cas, s’ils ne le pensaient pas, ils le cachaient plutôt bien ou Ryden était vraiment nul pour analyser les personnes. Il y a une chose qui était toutefois évidente, c’était l’animosité du Commissaire Voelsungen envers le propriétaire du cabaret.

*Alors, l’invité mystère s’appelle Sanson. J'aurais bien aimé avoir son nom au complet. S’il ne l’a pas fait, est-ce parce qu’il est pointilleux sur les questions ou parce qu’il ne veut pas qu’on découvre son identité trop facilement ? *
Ce questionnement avait évidemment traversé l’esprit du toxicologue. Cependant, une pensée restait toujours en arrière-fond, il avait vaguement l’impression que tout cela n’était qu’une mise en scène. Après tout, ils étaient dans un cabaret, c'était leur spécialité faire un spectacle. Mais dans un cas comme dans l’autre, il avait beau cherché dans les confins obscures de sa mémoire, avec seulement ces faibles informations, il ne savait toujours pas qui était le fantôme.

Après quelques secondes de silence, une voix féminine se fit entendre à nouveau. C’était la journaliste qui posait une nouvelle question. Au moment même où elle commença à parler, le regard du démon s’était braqué sur elle. Il la regardait avec un sourire presque prédateur. Malheureusement, il avait une mauvaise manie de regarder le monde avec cette face. C’est probablement pour cette raison que certaines personnes préféraient se tenir loin de lui, même très loin. Mais la question de la femme avait plu au démon.

Puis, soudainement, Ryden sentit son doigt bougé d’un déplacement plus doux que la dernière fois. On décidait enfin de répondre à la question de Valentine. Le démon savait maintenant que le petit cachotier avait été un maître dans son ancienne vie, mais la réponse restait tout de même vague comme l’avait mentionné le Commissaire. Il avait été maître de quoi ? Un maître de maison, d'un cabaret, de cérémonie, un maître charpentier... De plus, il était presque sûr que l’esprit ne l’appréciait guère sinon pourquoi aurait-il répondu à sa question de manière frénétique et pour les autres, c’était des mouvements plus calmes. Malgré tout cela, il n’était pas tellement plus avancé sur l’identité de l’invité surprise.

Ensuite, ce fut le silence complet et l’atmosphère devint lourd. La femme qui avait gloussé auparavant se mit à trembler. Le toxicologue la regarda comme pratiquement tous les invités. En l'observant, il se demandait si elle jouait la comédie. Avait-elle vu ou senti une présence, il se saurait le dire.

Vous croyez qu'il veut prendre possession de votre corps, mademoiselle Victoria ?

- Je dirais que oui, voyez comme cette jolie femme serait une proie idéale pour la possession. Bientôt, elle va nous injurier dans une langue inconnue et nous dévoiler tous ses secrets... Serions-nous en présence d’un démon ?, dit-il en blaguant et pour effrayer juste un peu plus la demoiselle. J'ai entendu dire qu'une de ces viles créatures s'était déjà incrustée dans une séance de spriritisme comme celle-ci.  Est-ce le cas présentement ?

Voyant que personne ne prenait la parole, le démon habillé en femme décida que c’était à son tour de poser une question à l'esprit.

- Alors, notre cher ami invisible, pourquoi êtes-vous là exactement ? On ne vous visait pas personnellement lors de la convocation, donc vous devez avoir une raison pour avoir répondu à l’appel.

Il aurait pu approfondir la question à propos du maître ou même en quelle année il était décédé, mais il sentait que c’était une voie inutile pour l’instant. Il avait préféré prendre une direction quelque peu différente. À dire vrai, il espérait avoir un peu plus d’informations sur le mystérieux inconnu. Peut-être connaissait-il quelqu’un parmi les convives et qu'il avait quelque chose à lui dire. Si c’était le cas, ce serait plus facile de découvrir son identité. Bien sûr, c’était peut-être juste un esprit qui passait par là et qui voulait parler à des vivants. Toutes les raisons étaient possibles.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Plus un bruit. La pièce semble comme figée dans le temps pendant plusieurs secondes. Puis un bruit sourd, à peine perceptible, s'élève de l'étage supérieur. Manifestation ou simple incident ? La Oui-ja ne bouge pas.

Pourquoi êtes-vous là exactement ? :

Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Wenhams
~♠~ Remedy of Destiny ~♠~
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 16/07/2011
Age : 27
Localisation : Là où personne ne vous entendra crier.

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Jeu 6 Nov - 10:42

Mais qu'est-ce qu'il foutait ici déjà ?!
Il avait reçu une invitation du Cabaret et avait accepté sans réfléchir. bon sang, et dire qu'il avait cru qu'ils allaient simplement picoler tranquille en racontant des histoires idiotes de fantômes. Il en avait même préparé une, exprès pour l'occasion... Enfin en réalité c'était Joseph qui la lui avait faite, essayant de ne pas laisser son père patauger dans la semoule que serais venu son tour pour parler.
Mais là... Non ce n'était pas juste !!!

Trop effrayant pour lui, il n'avait pas le coeur assez accrocher pour supporter pareille aventure paranormale. Il devait avoir la guigne au final... pour changer.
Heureusement qu'on lui avait servit un alcool fort avant de débuter, sinon il aurait déjà lâché la tablette au moment même où elle avait bougé. Il ne connaissait pas tous ces objets maudits qu'on utilisait pour se faire des petites frayeurs. Pourquoi ? Parce qu'il détestait justement avoir peur !
Et puis il était sûr que ce n'était qu'une farce du grand patron pour leur faire faire dans leur pantalon !

Charlie écouta d'un air distrait les questions et raisonnement des autres invités, les regardant sans vraiment les voir. On ne pouvait pas dire qu'il connaissait vraiment les participants... Y avait bien la jolie rouquine, mais il ne savait pas grand chose sur elle. En réalité c'était plutôt sa cousine avec qui il avait déjà eu l'occasion de papoter. Mais dommage pour lui, elle n'était plus sur Paris pour le moment.

Il tiqua cependant sur la question de la profession. Il existait bien des métiers où l'on pouvait se faire appeler maître. Mais curieusement, le seul qui lui vint quand les autres numéraires les professions, ne fut aucunes d'entre elles.

Après réflexion, et une fois la question de l'homme en robe ensanglantée posée. Il se tenta enfin au jeu, soupirant un peu d'un air blasé. Il ne parvenait pas à croire qu'il était vraiment dans une situation aussi... étrange ? Le genre d'étrangeté qu'il n'aurait jamais fait en temps normal ?


"Dites... Vous ne seriez pas Peintre ?"

Il avait posé cette question d'une petite voix, un peu gêné de parler, d'interrompre les bavardages des autres invités qui apparemment, cherchaient à faire peur une femme. Pas que cela l'ennuyait mais il voulait au moins faire acte de présence pour ne pas qu'on le regarde de travers à la fin de la séance.

Pour lui, Maître pouvait aussi être synonyme de Peintre car ne disait-on pas: Une toile de Maître ? Il avait emmené ses fils récemment dans un musée... enfin c'était surtout pour Joseph, les deux autres avaient simplement couru partout pour regarder des momies. Et son plus jeune fils -bah oui ils avaient beau être des triplets, ils étaient pas sortit en même temps !- lui avait ainsi fait un petit cours sur la peinture. Vraiment très mature pour son âge... Même un peu trop, donnant l'impression à Charlie qu'il n'était en rien l'adulte des deux.

Secouant la tête pour s'effacer cette idée du père indigne, il posa son regard sur la tablette pour voir la réponse. Il avait cruellement envie d'un verre en plus de ça.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Sous vos mains, le frottement entre les deux plaques émet un léger grincement, alors que la Oui-ja se déplace vivement jusqu'au coin de la planche de bois. La réponse est claire.

Vous ne seriez pas Peintre ? : Non


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Dominik Steadworthy
Walking in the Dark
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 16/07/2013

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Ven 7 Nov - 22:20

Le vieux plancher grinçait sous ses pas répétitifs. Malgré qu'il aurait été sensé être dépourvu de toute masse quelconque, le poids de la semi-angoisse et du dilemme qui pesait dans son esprit semblaient lui rendre sa lourdeur d'autrefois, tandis qu'il faisait les cents pas dans sa loge. Fidèle à ses habitudes, Dominik réfléchissait (trop) quant à l'invitation reçue quelques jours plus tôt par le grand boss. Le grand soir était enfin arrivé, et il n'avait toujours pas décidé s'il devait s'y rendre ou non. C'était une question aussi compliquée à répondre pour lui que « Être ou ne pas être? » pour Shakespear. En premier lieu, cela impliquait de voir et dialoguer avec des gens. Pas qu'il n'en avait pas envie, mais sa capacité à exécuter la chose laissait parfois à désirer, d'autant plus qu'il ignorait qui serait de la partie. Et puis, il n'était même pas certain du pourquoi cet événement était donné. Son cerveau sélectionnant les informations aléatoirement, le seul souvenir qu'il lui venait de cette fête spéciale provenait d'un de ses cousins éloigné irlandais. L'Anglais se souvenait que ce dernier avait déjà mentionné le mot Halloween, mais en ce qui avait trait aux autres mots qui l'accompagnaient dans la phrase, il n'en avait pas la moindre idée.  

Néanmoins, il savait l'essentiel. Frayeur et costume. En ce qui était d'avoir peur, il n'avait pas besoin de travailler beaucoup là-dessus pour que ce soit un succès. En revanche, l'idée du costume était moins aisée. S'il avait su se décider bien avant, il aurait pu penser à quelque chose. Cependant, à peine quelques minutes avant le commencement de la soirée, les choix étaient restraints. Et puis, autant porter un costume qui ait de la classe, sinon à quoi bon?

S'arrêtant de marcher de long en large, Domink se laissa tomber pour s'assoir sur son lit, l'air pensif. Après tout, il n'avait pas réellement besoin de déguisement en tant que tel. N'était-il pas assez fabuleux en lui-même? Il n'aurait qu'à revêtir un vieil habit rappellant son vivant qui prenait la poussière dans son placard et le tour était jouer. Il pouvait bien jouer son rôle de noble une soirée. Il se releva pour se préparer. Semblait-il qu'il avait finalement prit la décision de participer à la mystérieuse soirée d'Halloween que donnait Edward sans vraiment s'en rendre compte. Le pianiste entendait déjà du bruit au rez-de-chaussé. Il devait faire vite s'il ne voulait rien manquer.

Il avait enfin tout enfilé quand un sentiment étrange s'installa en lui. Peut-être était-ce le fait de porter ces vêtements à nouveau, le haut-de-forme lui donnant l'impression d'avoir une tête énorme... Cela avait certainement une part de responsabilité, mais il y avait autre chose. Quelque chose par rapport à la soirée qui se préparait en bas. Sans trop savoir pourquoi, le doute revint. Qu'est-ce qu'il tramait, encore, ce Edward? Peut-être ferait-il mieux de rester planqué dans sa chambre?

Néanmoins, après tant de mal pour se déguiser, le pianiste ne pouvait pas simplement abandonner ainsi. Et puis, sa dérangeante curiosité aurait tôt fait de le ramener au rez-de-chaussé pour voir ce qui se passait de toute façon. Il inspira profondément pour chasser ce sentiment désagréable de son esprit et descendit. En bas, l'ambiance était sombre et personne n'osait vraiment parler. Certains se retournèrent sur son passage jusqu'à la table installée. Il était vrai que de le voir débarquer accoutré de telle façon devait les perturber légèrement. Ou peut-être ne le reconnaissaient-ils pas à cause de l'ambiance tamisée? Tant mieux dans ce cas, ce n'en serait que plus amusant. Dominik prit place à la table au moment où Edward dévoilait son plan machiavélique. Une planche de Ouija. Tandis que le maître de soirée en expliquait les règles, l'Anglais compris enfin le présentiment qui l'avait habité plus tôt. Il aurait mieux fait de l'écouter. Était-ce même légal qu'il soit assis à cette table pour jouer avec l'au-delà alors qu'il était lui-même un revenant? Non. La réponse était simplement non. Mais maintenant, il était trop tard pour reculer...

Edward avait posé la première question. Le temps s'écoula. Encore. Et encore. Au bout d'une minute, Dominik se troubla. Et si c'était lui qu'ils avaient appelé? En tant que revenant, s'il n'y avait aucun esprit pour répondre à cette question, il en devenait la cible la plus plausible. Que devait-il faire? Répondre. Ou non. Peut-être que si. Ou bien... Ses pensées se bousculaient sans qu'il n'arrive à les clarifier. Il s'apprêtait finalement à pousser la plaquette quand celle-ci bougea d'elle-même. Oui. Le pianiste soupira de soulagement. Mais quel jeu de fou! Pire que n'importe quel autre jeu de stratégie, même avec de l'argent en jeu. Oh, un instant. La plaquette avait bouger. Cela voulait dire qu'il y avait un copain décédé quelque part! Le noble reporta son attention sur le jeu.

Les questions se succédèrent. On en apprenait pourtant très peu sur le camarade fantôme. Dominik aurait cru pouvoir avoir une connection particulière, étant issu du même « monde », mais non. Il ne pouvait en dire plus que les autres convives et on ne cachera pas que ça le mettait involontairement de mauvaie humeur. Le pianiste regarda partout aux alentours, pour voir si l'esprit ne se cachait pas dans un coin. Ils auraient pu monter un coup à l'aide de contact visuel, qui sait.

Tandis qu'il examinait les coins sombres, une femme gloussa, le sortant de sa rêverie. Puis elle se mit à trembler et tout le monde s'excita, croyant à une histoire de possession. Le travesti posa ensuite une autre question et aucune réponse ne suivit. Cependant, Dominik cru entendre du bruit à l'étage juste au-dessus de leurs têtes, comme si quelque chose était tombé. Il leva les yeux par réflexe. Évidemment, il pouvait s'agir de n'importe qui, pas nécessairement du défunt. Bien des employés avaient profité de la fermeture du Cabaret pour se reposer un peu dans leur loge. Néanmoins, cela fit naître un léger sourir sur les lèvres du revenant. Et en supposant qu'il s'agissait bel et bien d'une plaisanterie de leur invité spécial, il voulait définitivement leur foutre la trouille. Pour une fois que Dominik n'était pas susceptible d'avoir peur, il pouvait même se mettre de la partie, pourquoi pas?

En attendant qu'il trouve quelque chose d'assez bien et pour évité que ce ne soit trop précipité, mieux vallait poser une question d'abord.

« Portiez-vous des chapeaux de façon régulière? »

Voilà. Maintenant que la confusion était semée, il pouvait rire intérieurement en tapotant son chapeau haut-de-forme.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Un temps interminable s'écoula. Probablement que la question avait autant surpris l'invité mystère que la petite assemblée réunie pour lui. Mais finalement, la planchette se décala lentement sur la droite, donnant la réponse du défunt.

Portiez-vous des chapeaux de façon régulière ? : Oui


_________________
~ D ominik S. ~




La voix de Dieu est en #666699
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Sam 8 Nov - 12:49

Quand le regard d'Aldrick tomba sur Ryden, un soupir lourd de sens s'échappa de ses lèvres. Le brun avait encore fait des siennes ! Pourquoi diable prenait-il tellement un malin plaisir à faire ce qui ne convenait pas dans les bonnes mœurs actuelles ?! Il l'entendrait à la sortie cet hurluberlu de première ! Ça avait beau être une fête pour se déguiser, il avait tout le choix du monde pour porter un costume épouvantable et effrayant, mais non ! Monsieur préférait porter atteinte au deuil des victimes ! Ça, il était bien placé pour le savoir, vu qu'avec Andréa, c'était eux qui avaient découvert le corps de Julie Dewis. Si le toxicologue n'avait pas eu la présence d'esprit de faire mouche avec sa première question, probablement qu'il lui aurait passé un savon devant l'ensemble des présents ! Nul doute, qu'entre les présences respectives d'Edward et de Ryden, il n'y avait pas besoin de beaucoup le forcer pour le rendre irritable.
Même si, étonnement, il semblait moins enclin à chercher querelle au maître des lieux.

On dirait que la question était trop compliquée. Souligna-t-il avant même d'avoir réalisé qu'il avait pris la parole, en jetant un bref coup d’œil à son collègue. Il ne doit pas pouvoir formuler de phrase complexe.

Ils n'eurent guère le temps de s'y attarder que déjà deux autres participants se laissaient prendre au jeu. La présence du second le surpris ; d'autant plus lorsqu'il reconnut Dominik, le pianiste fantôme des lieux. Cela le laissa si bête qu'il ne compris pas le lien logique avec sa question. A moins qu'il n'y en ait simplement pas eu ? Ou que ce soit une plaisanterie entre revenant ? Peut-être savait-il qui était invoqué et était-il là pour les guider ? Si c'était le cas, ça semblait plutôt mal parti malgré la réponse positive de l'esprit.

Observant d'un air absent le plafond, d'où quelque chose semblait s'être manifesté plus tôt, il se demanda vaguement pourquoi le musicien n'avait pas pris la peine de passer par là pour faire une frayeur aux présents. C'eut était plus efficace. Son interrogation se perdit bien vite dans une grimace. La oui-ja venait de bouger et l'homme qui avait évoqué la peinture n'avait manifestement pas aimé que ça soit le cas. Pourquoi posait-il des questions s'il ne voulait pas savoir ?

Nous ne sommes pas plus avancé. Fit remarquer le compagnon de Victoria.

Cette dernière avait pris une teinte blafarde et semblait proche du malaise, malgré tout, elle tenait bon, sursautant néanmoins à chaque craquement du parquet, ou à tout autre bruit suspicieux, en jetant des regards inquiets autour d'eux comme si ne faisait aucun doute qu'un mort en décomposition allait surgir de nulle part pour la prendre en otage.

Vous tremblez très chère.
Je... Ne vois pas du tout, ce qui... Vous fait dire ça.
Oh trois fois rien. Peut-être juste...
Aldrick s’éclaircit la voix et coupa le gentleman sans une once de remords :
De votre vivant, aviez-vous déjà ôté la vie à un Homme ?

Le commissaire regarda droit devant lui pour tenter de se défaire de l'image ensanglantée de Julie Dewis et pire encore : de celle troublée d'Andréa. Il n'eut pourtant pas une seule pensée pour la paix de son âme, comme l'aurait probablement fait son meilleur ami vis à vis de la banquière. Se contentant d'afficher un air impassible aux remarques courroucées du gentilhomme, il nota vaguement que Ryden n'avait pas omis de ne porter qu'une seule boucle d'oreille.

*Son mauvais goût n'a-t-il donc aucune limite ?*

Au-dessus d'eux, un grincement sinistre et puissant se fit entendre. Il assimila ce bruit à celui d'un tableau rayé ainsi qu'à celui d'une nouvelle chute. Ce fut si désagréable qu'il rentra instinctivement la tête dans les épaules en fermant les yeux. Incapable alors de remarquer que le fanfaron se signait pour tenter de chasser la crainte que Victoria rendait manifestement contagieuse. Le policier ne rouvrit les yeux que lorsque le cliquetis régulier et obsédant de sa montre à gousset lui sembla de nouveau emplir la pièce, entrecoupé seulement de respirations irrégulières et de petits gémissements étouffés et plaintifs : le lustre au dessus d'eux tanguait dangereusement.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Une réponse rapide. La Oui-ja recule brièvement, entraînant toutes les mains dans sont sillage, pour venir se reposer au même endroit. Aucune hésitation.

De votre vivant, aviez-vous déjà ôté la vie à un Homme ? : Oui


_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Dim 9 Nov - 6:17

Tout ce qu’il avait eu droit comme réponse, c’était un vulgaire bruit sourd à l’étage. Ce pouvait être n’importe quoi qui avait causé le son en question; un employé, la tuyauterie ou juste l’immeuble – tout le monde sait que les maisons font du bruit sans raison.- C’est pour cela que Ryden n’en revenait pas, l’esprit avait décidé de complètement ignorer sa question. Était-ce une autre manière de montrer qu’il ne l’aimait pas ou bien il avait effectivement demandé quelque chose de trop compliquée ? Pour le démon, la première explication convenait le mieux. Même s’il ne croyait pas à cette méthode de communication, il avait déjà entendu dire que lors de séance comme celle-ci, les participants avaient vu leur invité écrire des phrases.

- Il est peut-être juste trop paresseux pour formuler une phrase, commissaire, répondit-il à son collègue avec un sourire, mais où pointait un soupçon de colère dans la voix. Au cas où vous ne le sauriez pas, Monsieur, il y a certaines personnes qui sont ainsi. Mort ou vivant, on peut être fainéant.

Pendant qu’il se calmait un peu, les autres convives continuèrent à interroger l’être invisible. Encore là, il n’apprit pas grand-chose si ce n’est qu’il n’était pas un peintre et qu’il aimait porter ces abominations créées par l’Homme, les chapeaux. Il trouva tout de même que c’était des questions étranges surtout celle du pianiste. Peut-être que le joueur de piano avait une fascination sur ces choses et il se cherchait un ami pour en parler ? Mais pour tout dire, le pourquoi il avait demandé cela, il n'en avait aucune idée. La raison de cette question lui restait incompréhensible. Ryden ne le connaissait pas vraiment, il ne savait même pas son nom. Il l’avait vu à de rares occasions et presque à chaque fois, il était seul à déprimer dans son coin devant une bière. C’était probablement pour cette raison qu’il ne lui avait jamais adressé la parole. Il ne voulait pas finir mélancolique comme cet homme.

Puis, vint la question de son supérieur, en elle-même n’avait vraiment rien d’intrigant, c’est ce qui se passa après qui le titilla; le grincement et le lustre qui tangua. Il regarda tout cela d’un air septique, mais il y eut un détail qui le fit rire.


-Est-ce que notre brave et courageux agent des forces de l’ordre aurait peur d’un petit esprit ? Puis, il regarda l’objet qui bougeait dangereusement au-dessus d’eux. Il semblerait que quelqu’un tente de nous laisser un message quelque peu obscur. Je me demande qui aurait pu le contrarier ?

Avec tout ce qui venait de se passer, l'expert en poison commençait à croire qu’il avait peut-être affaire à un vrai spectre. Cependant, il n’avait pas peur pour autant, contrairement à d’autres individus. Ce n’était certes pas la première fois qu’il en côtoyait. Au cours de son existence, il avait tué quelques personnes et étrangement certaines étaient revenues le tourmenter. Il savait donc par expérience qu’il était très rare qu’ils blessent les vivants. Mais il se tenait tout de même sur ses gardes. Si un danger quelconque se produisait comme le lustre qui tombe, il serait prêt à réagir.

Pendant que le monde se calmait, Ryden en profita pour poser une question :


- Lorsque vous étiez vivant, avez-vous participé à une guerre ?

Cette fois-ci, la oui-ja, allait-elle répondre ou resterait-elle à nouveau silencieuse ? Évidemment, si le toxicologue pouvait être un peu plus poli avec l'esprit, peut-être qu’on daignerait lui répondre, mais c’était en dehors de ses capacités.



-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Un volet claque violement, quelques bougies s'éteingent. Il faut encore attendre quelques secondes avant que la planchette ne se remette en marche. Lentement, elle parcourt l'alphabet gravé. Les lettres s'enchapinent et un mot se dessine.

Lorsque vous étiez vivant, avez-vous participé à une guerre ? : Terreur


_________________
Je vous insulte en #330000

Comment décrire Ryden bièvement ?
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Dim 9 Nov - 14:46

Vraiment, l'ambiance commençait à devenir de plus en plus intéressante pour la jeune journaliste. En plus de constater qu'il existait quelqu'un d'autre, que le grand patron du cabaret, capable d'agacer Aldrick -ce qui en soit était assez drôle à observer-, le fantôme montrait des signes avant coureur d'une grosse manifestation digne d'histoires d'horreur.
Des bruits suspect, des courants d'air glacés, des participants effrayaient. Non vraiment, tout cela amusait réellement Valentine. Elle n'avait pas peur de tout cela. Bien sûr qu'elle y croyait, même beaucoup plus que certain d'entre eux qui devaient probablement ne pas être humains.
Elle devait même avouer qu'elle s'amusait beaucoup.

Les questions et les réponses s'affichaient au fur et à mesure que le temps passait, l'esprit mettant par moment un long instant de suspense. N'aimait-il pas qu'on lui demande des choses trop personnelles ? Enfin on ne pouvait pas dire que savoir s'il portait des chapeaux aidaient beaucoup en revanche...
Cependant, les deux dernières questions titilla la curiosité de la belle quand des informations un peu sordides furent misent en avant.
Avec un sourire quelque peu sordide elle cogita et prit la parole, n'énonçant que ses pensées.


"La Terreur... N'était-ce pas le petit nom de la Révolution Française ? Cependant le fait que notre cher Sanson ait répondu qu'il était un Maître, pourrait peut-être indiquer qu'il n'était pas forcément du côté des Sans-culottes... Hum... "

En pleine réflexion, elle fouilla dans sa mémoire et ses cours d'histoire. Elle n'avait jamais été quelqu'un de très attentive sur le passé, préférant se consacrer au temps présent. Finalement aurait-elle dû accepter que son père lui donne des cours d'histoires de temps à autres ?
Elle se mordit la lèvre machinalement, son regard se perdant dans le vague. Il était facile de s'imaginer les pires de scénario dans cette salle avec ses bougies en moins et ce lustre chancelant, mais rien de tout cela ne l'inquiétait.
Finalement, elle réalisa quelque chose de sordide mais qui lui décrocha un nouveau sourire inquiétant.
Ses yeux vident d'expression, redevinrent animé d'une flamme avide et curieuse et un petit rire sortit de sa gorge. Non, cela ne pouvait pas être cela... Et si...
Si ses pensées lui soufflaient la vérité, alors ils étaient en présence d'un invité de marque. Mais elle pouvait se tromper, l'erreur était humaine et plus que quiconque dans cette pièce, elle avait le droit de se le permettre.
Tentant sa chance, elle ignora les bavardages intempestifs d'autres clients inconnus qui commençaient à lui taper sur les nerfs et posa une nouvelle question.

"Avez vous déjà manipulé une Guillotine ?"

Son regard pétillait, curieuse de voir la réponse. Si elle visait juste, alors elle était sur la bonne voie. S'il réfutait, il faudrait reprendre ses réflexions. Pourtant elle sentait qu'ils se rapprochaient de la vérité. Ils étaient en compagnie d'un être ayant eu un passé des plus animés, elle en était certaine.

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Un courant d'air glacial balaye la pièce, supprimant la lueur de quelques bougies supplémentaires. Toutes les fenêtres sont pourtant fermées, mais impossible de ne pas ressentir cet bise frigorifique qui caresse la nuque des présents. La Oui-ja gagne le coin droit souplement, mais lentement, narguant un peu plus les présents.

Avez vous déjà manipulé une Guillotine ? : Oui


_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Lun 10 Nov - 17:09

S'il n'avait eu pour son collègue démoniaque qu'un haussement de sourcils à sa première réplique, il grogna à la seconde et regretta de ne pouvoir -sans manquer de se faire réprimander par son ennemi de toujours- lui coller purement et simplement son poing dans la figure. A la place, et comme de coutume, il grogna férocement :

- Ben voyons. C'est beau de rêver !

Ce fut son unique commentaire avant que l'ultime question du toxicologue n'obtienne une réponse. Cette dernière lui fit détourner brusquement le regard, cette idée même l'insupportait et il lui fallut faire preuve de toute sa volonté pour ne pas quitter la pièce sans autre forme de procès.

*Une guerre, hein ? Encore une. A croire que nous ne pouvons en réchapper.*

Pour l'une des rares fois de son existence, il n'osait regarder Edward, et malgré lui, sa main de libre gagna le milieu de son buste. Sous les épaisseurs de tissu, la cicatrice qui lui ornait la poitrine lui parut vouloir apparaitre aux yeux de tous. Il n'en fut bien sûr rien, mais sa pensée suivante alla vers Andréa, et définitivement il regretta d'avoir accepté cette invitation. N'écoutant que d'une oreille la suite, il ne se rendit même pas compte que la Oui-ja avait de nouveau bougé. Il n'était en réalité plus présent que de corps.

Autour de lui, les yeux clos, il pouvait sentir encore l'odeur du sang, les cris de ses congénères entrecoupés de râles de douleur et d'agonie. Il voyait encore les corps ensanglantés des siens s'étaler à perte de vue, de façon si précise qu'il aurait pu croire qu'il contemplait une photographie immuable. Il se souvint du goût métallique qui lui emplissait la bouche à l'en débecter, de son corps tremblant sous l'effort pour se maintenir seulement debout. Pour survivre. Une survie que seule la rage avait rendue possible. Il revit son père, face à lui, droit et fier, fort et arrogant, comme il l'avait toujours était. Puis tout se figea. Le cœur aux bords des lèvres, Aldrick rouvrit les yeux brusquement, certain d'avoir contemplé à la place de leurs mains jointes, le trophée qu'avait exhibé le Vyresh face à lui, des années auparavant à l'instant même où le mot guillotine avait tranché dans le vif du sujet.

Ses doigts couvrirent le bas de son visage, retenant l'amalgame de sentiments ignominieux qu'il aurait voulu vomir. Il fallut plusieurs secondes à l'agent pour réussir à se souvenir où il était et plus encore avant qu'il ne parvienne à articuler d'une voix sans timbre, en recouvrant à peine ses repères :

- Avez-vous un prénom composé ?

Vaguement, il lui sembla que Victoria avait sursauté de nouveau, en déclarant d'une voix suraiguë il ne savait trop quoi qui se voulait vexant pour la reporter. Peut-être avait-elle jugé qu'une dame n'aurait pas dû prononcer des mots si sordides ? Cependant, le lycanthrope ne chercha pas plus à défendre sa meilleure amie qu'il ne souhaitait croiser son regard. En dépit de la tenue enchanteresse de cette dernière, il ne parvenait à effacer totalement de son imaginaire, le souvenir douloureux de la mort de son père. Cela fut encore pire lorsqu'il croisa de nouveau ses deux yeux dépareillés qui le hantaient depuis si longtemps.

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


La planche se déplace légèrement, pour reprendre place au même endroit place dans un mouvement lent. La bise semble s'être calmée, et les flammes des bougies vacillent à peine désormais.

Avez-vous un prénom composé ? : Oui


_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Dominik Steadworthy
Walking in the Dark
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 16/07/2013

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mar 11 Nov - 3:08

Le pianiste suivait la partie distraitement. Son index droit toujours posé sur la plaquette, son esprit vaguabondait toutefois vers le verre de son voisin, ampli d'ambroisie. Ce qu'il avait soif, tout d'un coup! Mais les règles étaient claires, il ne pouvait pas quitter le jeu maintenant que la partie était commencée. Il devait donc attendre d'aller se chercher à boire plus tard. Dominik reporta néanmoins rapidement son attention sur le jeu lorsque le thème de la guerre vint s'y mêler. Alors, ce compagnon avait fait la guerre. L'Anglais n'en connaissait pas énormément sur l'histoire guerrière de la France, cependant, il était certain d'une chose.

« Ha. Les chapeaux sont toujours portés massivement en guerre. »

Il savait bien que ça servirait à quelque chose. Bien que les autres questions étaient légèrement plus pertinentes, cela donnait un indice de plus. Rien n'était perdu. Mais le fait de savoir que son copain fantôme avait commis des actes assassins le rendait soudainement moins amical. Tant pis, il ne partagera pas son futur verre d'alcool avec ledit invité. D'ailleurs, il était temps d'acquérir ce dernier. Il n'en pouvait plus. La tentation était trop forte. De plus, l'envie de jouer un mauvais tour se faisait également de plus en plus sentir en lui. Il avait cru remarquer depuis le début que son voisin n'avait pas l'air d'apprécier la soirée comme les autres. Il tremblait probablement rien qu'à entendre le mot fantôme. Il avait cru l'apperçevoir quelques fois dans ce même édifice, mais ne savait rien de plus de lui, si ce n'était qu'il était le seul autre, mis à part Edward, à n'avoir posé qu'une seule question. Ce pourrait être amusant...

L'air de rien, faisant mine d'être concentré sur le jeu, il glissa subtilement la main sous la table. Il porta celle-ci jusqu'à l'endroit où l'alcool était posée et, traversant la table du bout des doigts tout en dissimulant ces derniers du mieux qu'il pouvait, il empoigna son contenant et le fit glisser tranquilement jusqu'à lui. Son voisin suivit le trajet de l'objet d'un air ébahis, la bouche entre-ouverte et les yeux dignes d'un poisson. Le pianiste avait choisit un court instant de silence pour s'exécuter. Le timing parfait, et la réaction attendue parfaite.

« Oh! Tiens, un verre! », acta-t-il quand il arrêta le verre d'alcool devant lui.

Il en prit une gorgée et soupira de contentement avant de redéposer le verre et de faire chemin inverse, sous la table à nouveau. Maintenant qu'il était rassasié, il pouvait se concentrer pleinement sur la partie de Ouija. Il devait toutefois avouer que le lustre qui chancelait au-dessus de leurs tête le mettait un tantinet inconfortable. Il lui sembla également que l'ambiance avait changé depuis quelques instants. Il faisait plus sombre et tout le monde était un peu plus aux aguet quant à ce qui allait se produire. Il ignorait qui était exactement leur interlocuteur, mais il était évidemment mort bien avant lui, ce qui impliquait qu'il devait être bien plus puissant et habile avec ses dons de fantôme. Le lustre pouvait donc  tomber à tout moment et qui sait de ce qu'il était capable en plus.

Toutefois, rien n'était sûr quant à son intention à leur égard. Était-il seulement là en bien? S'il avait tué des gens dans son passé, son esprit restait forcément aussi tordu même dans la mort. Mais s'il posait la question à savoir s'il leur voulait du mal, rien ne l'obligeait à leur dire la vérité. Il pourrait tout aussi bien dire « oui » pour leur faire peur que « non » pour continuer à duper le groupe. De plus, s'il posait la question, cela pouvait également mettre en rogne leur cher invité, et il ne voulait pas cela.

Malgré lui, Dominik continuait d'observer les coins sombres de la salle de spectacles. Il doit bien se cacher quelque part, pourquoi ne puis-je pas le voir...? La partie devait avancer. En dépit des voix qui brisaient le silence, ce dernier semblait constamment présent quand même, comme s'il était plus fort n'importe quelle voix. Cet atmosphère gênait vraiment le pianiste. S'il y avait bien une chose qu'il détestait entendre, c'était le silence. Il avait été la trame sonore de sa vie beaucoup trop longtemps. Mais quelle question pouvait-il bien poser, maintenant? Une question qui les aiderait à déceler son identiter, une question qui le forcerait peut-être à pointer le bout de son nez...

Le pianiste inspira et expira profondément avant de se lancer. Le temps avait l'air de filer au ralenti. Même son soupire sembla durer plus longtemps que la norme. Puis, l'inspiration vint grâce à la question de la journaliste. Il devait admettre que c'était plutôt...brutal, voire déplacé. Néanmoins, si cela ne l'aiderait peut-être pas personnellement, puisqu'il ne connaissait que vaguement l'histoire de ce pays, peut-être cela aiderait-il ses compagnons à résoudre le mystère.

« Si vous en avez le courage, donnez-nous donc le nom d'une personne que vous avez guillotinée. »

Étrangement, le silence lui sembla encore plus pesant maintenant. Étant le roi des maladresses, il se demanda s'il n'avait pas fait une autre erreur. Et soudainement, il cru voir un léger mouvement dans l'ombre...
-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix de l'esprit


Le grincement du lustre se fait un peu plus marqué et un souffle bref achève les dernières bougies, laissant les présents plongés dans une pénombre seulement percée par les rayons de la lune montante. On parvient tout de même à lire la succession de lettres données par la Oui-ja.

Donnez-nous donc le nom d'une personne que vous avez guillotinée. : Louis XVI


_________________
~ D ominik S. ~




La voix de Dieu est en #666699
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mar 11 Nov - 20:30

Bingo.
Voilà tout ce qui lui était passé par la tête quand elle avait vu sa question obtenir le Oui si convoité. Elle avait vu juste et savait à présent à qui elle avait à faire. Et les interrogations suivantes ne firent que confirmer ses pensées. A présent, il ne faisait plus aucun doute sur son identité.
Bien sûr, Valentine n'était pas une experte en histoire, mais bizarrement, ce genre de propos n'étaient jamais délaissés dans es recherches.
Bien évidemment qu'elle avait déjà été amenée à fouiner du côté de la mort, des bourreaux et autres exécuteurs. Peut-être pas ceux des rois, mais ce n'était pas un thème inconnu.

Il lui sembla néanmoins entendre quelques remarques déplaisante de la part d'une donzelle. Apparemment ses questions la dérangeaient. Voyez vous ça...
Posant un regard intense vers l'autre, la jeune rouquine afficha soudain un sourire mesquin et provocateur. Elle n'avait que faire des dires des autres. Si cela posait réellement problème, alors qu'elle vienne lui dire en face à la fin de cette séance, la journaliste se ferait une joie de calmer ses ardeurs.
Elle aurait d'ailleurs bien commencé quelques hostilités quand la dernière lumière disparut, les plongeant dans une pénombre angoissante... Pour certain.
Il lui sembla entendre un de ses voisins se lamenter en marmonnant qu'il aurait mieux fait de rester avec ses gosses, mais elle n'en tint pas rigueur. Elle le connaissait de vu, c'était dans sa nature de ronchonnait pour un rien.

Valentine jeta un coup d’œil vers le lustre, un peu sceptique. Elle n'avait guère peur de ces mouvements, cependant elle ne souhaitait aucunement se le prendre sur le coin du museau. Elle pouvait l'esquiver, certes, mais cela la forcerait indubitablement à lâcher la plaque ouija, ce qui était interdit.

"J'espère, Monsieur White, que vos lustres sont bien accrochés. Il serait dommage d'esquinter quelques invités. Je n'aimerais pas devoir participer à une autre séance en conversant avec d'éventuelles victimes agaçantes..."

Tout en disant cela, elle reposa son regard vers la femme, son sourire sardonique toujours sur les lèvres. Puis elle finit par se calmer et émit un petit rire.

"Nous sommes donc en compagnie du bourreau de notre ancien roi. Enchantée, réellement, Monsieur. Je pense connaître votre prénom, cependant vous le demander ne changera rien. Aussi je voudrais juste savoir quelque chose: A présent que vous n'êtes plus un inconnu pour nous... Avez vous une idée derrière la tête en répondant à notre invitation ? Par là je veux simplement savoir si vous êtes ici comme simple esprit paisible ou cherchez vous à nous faire un vilain tour ?"

Elle avait prit un ton étrange, comme cherchant à imposer une ambiance angoissante. Elle se doutait bien que certain n'allaient pas réagir ou juste trouver cela bête. Mais sa cible, était les autres clients crédules qui avaient eu l'erreur de papoter au lieu de poser des questions. Maintenant qu'elle savait qui était ce fantôme, sa curiosité s'était calmé, elle avait juste envie de faire des farces de Halloween aux autres personnes présentes. La vilaine fille...

Spoiler:
 

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mer 12 Nov - 5:07

L’esprit avait décidément le don de déstabiliser le toxicologue. Cette fois-ci, il s’attendait à une réponse aussi simple qu’un oui ou un non, au lieu de cela, il avait eu le mot « Terreur ». Il ne comprenait absolument pas où il voulait en venir. Était-ce le nom de la guerre qu’il avait participé ou il le niaisait avec une réponse qui n’avait pas de sens ?
Une chance que la journaliste était là et qu’elle avait pensé tout haut, car sinon il serait resté perdu. Il savait maintenant que l’invité surprise avait été présent lors de la Révolution française. Malheureusement à cette époque, Ryden perturbait la vie paisible des Anglais dans leur pays. C’est seulement quelques années plus tard qu’il avait décidé de s’installer en France pour corrompre les sages Parisiens. Évidemment, il aurait bien voulu être présent pour la finale de cette révolte, mais il en avait seulement entendu parler.


- Vous êtes chanceux si vous êtes celui qui a décapité Louis XVI. J’aurais aimé être là lors de l’exécution. Après tout, ce n’est pas à tous les jours qu’un roi perd la tête.  

Bien évidemment, il n’avoua pas qu’il l’enviait un peu d’avoir fait ce métier. Pouvoir tuer du monde en toute légalité et être payé pour le faire, que demander de plus.

Puis, son regard alla à l’officier de police. L’homme avait l’air perdu dans ses pensées et à voir son expression, ce ne devait pas être agréable. C’est pour cette raison qu’il le laissa à ses réflexions. Pourquoi devrait-il mettre fin prématurément aux douloureux souvenirs de son collègue ?
Même une fois revenu de ses rêveries, on pouvait voir que quelque chose l’avait perturbé. Cependant, le démon n’aurait pu dire quoi. Il le connaissait depuis quelque temps, mais pas assez pour connaître la raison de son changement de comportement.

S’ensuivit  ensuite un autre silence, mais qui fut perturbé par un évènement plutôt étrange et à la fois comique. Il vit dans à la périphérie de son champ de vision, le verre d’ambroisie d’un des invités se promener comme par magie jusqu’au pianiste. Ryden regarda la scène avec une pointe de jalousie, mais aussi avec un sourire moqueur. Il aurait bien aimé que le verre fasse un arrêt devant lui, juste le temps nécessaire pour prendre une gorgée de ce délicieux liquide.


- Il semblerait que notre invité spécial tente d’avoir monsieur le pianiste dans ses faveurs. Son regard alla ensuite vers Dominik. Si tous les esprits sont ainsi avec vous, je veux bien être votre ami.

Après que les dernières chandelles se soient éteintes en ne laissant que le rayon de la lune comme éclairage, Ryden s’enferma dans ses pensées. Avec toutes les informations qu’ils avaient maintenant sur le mystérieux inconnu, il voyait dans le regard des autres qu’ils savaient de qui il s’agissait. Malheureusement pour lui, l’énigme était toujours présente. S’il avait porté plus attention à l’histoire de la France, il se serait souvenu du nom de l’exécuteur du roi Louis XVI et de son épouse, mais ce n’était pas le cas. Cette information restait cachée dans sa mémoire. Il sentait qu'il lui faudrait juste un petit coup de pouce pour qu'elle fasse surface.
C’est alors qu’un gros nuage passa devant la lune mettant tout le monde dans une obscurité la plus totale. Ryden profita de cette absence de lumière pour donner une petite frayeur à sa voisine. Il laissa sa main libre se balader sur le corps de la femme. Dès qu’il la toucha, il la sentit se raidir. Il aurait même pu parier qu’elle était tétanisée par la peur. Malheureusement, ce fut bref puisque le nuage passa, mais tout de même efficace.
Et puis, sans aucune raison, un éclair de lucidité le frappa. Il pensait avoir enfin trouvé le nom de l’esprit. Au même moment, ses yeux accrochèrent quelque chose derrière Edward.


- Je présume que vous devez être Charles-Henri Sanson ?

Grâce aux rayons de la lune ou parce que le fantôme le voulait, on pouvait apercevoir ce qui ressemblait vaguement à une silhouette non loin d’eux. Ou était-ce simplement une vulgaire ombre ?

_________________
Je vous insulte en #330000

Comment décrire Ryden bièvement ?
Voir le profil de l'utilisateur
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mer 12 Nov - 18:15


    « Oh… Ne le narguez pas je vous en prie ! » Murmura faiblement Victoria à l'adresse de Valentine, fortement impressionnée par l'identité de leur invité.

    Frissonnante, la demoiselle tourna un regard inquiet vers les autres participants, cherchant sans nul doute un brin de réconfort dans leur yeux. Sa pâleur était encore accentuée par l'éclairage tamisé que leur offrait la lune malgré son jeu de cache-cache, et il était désormais impossible de ne pas remarquer son index tremblant appuyé avec force sur la Oui-ja. Edward releva la tête vers elle, et renonçant à rassurer Valentine sur la nature des attaches de son lustre, il préféra s'adresser à la plus fragile de ses hôtes, tâchant de la réconforter d'une voix qu'il voulut posée :

    « Miss Randall, restez calme, il n'y a certainement rien à craindre de cet esprit. J'ai entendu dire que M. Sanson était un homme des plus droits, respirez et tentez de vous remettre, il faut que l'on termine. »

    De nouveau le silence. Aucune réponse ne semblait prête à être faite à la journaliste. La tension était palpable dans la pièce, les plus courageux ne se formalisant pas des divers craquements brisant irrégulièrement le mutisme dans lequel ils étaient plongés, quand les autres levaient et baissaient frénétiquement la tête à la recherche de leur origine.

    C'est alors que, durant un bref instant, leur petit groupe se fit happer par une obscurité compacte qui n'eut comme seul effet que de mettre plus mal à l'aide encore la jeune femme déjà au bord de l'évanouissement. Dès que les rayons de l'astre nocturne purent de nouveau gagner la pièce, tous assistèrent à la piètre démonstration qu'offrait la demoiselle, son visage crispé en ayant fait disparaître toute trace de beauté. Et l'intervention de l'un des invités ne fut pas pour l'apaiser…

    « Je présume que vous devez être Charles-Henri Sanson ? »

    Si une bonne partie de l'attention du petit groupe se vocalisa d'abord sur l'excentrique homme/femme, elle s'en détourna aussitôt pour suivre son regard.La dénommée Victoria ne résista pas à sa curiosité maladive et imita les présents, ses iris bleutés croisant par malheur, la silhouette floue qui se dessinait dans la pièce, lui arrachant aussitôt un gémissement de détresse avant qu'elle ne porte une main fébrile à ses lèvres, balbutiant, terrorisée :

    « Il est là… Ils est là ! Il veut notre tête ! »

    Exceptionnellement, Edward ne chercha nullement à satisfaire son besoin d'adrénaline et renonça à s'attarder sur cette apparition déjà presque effacée. Trop inquiet de voir l'état de Victoria se dégrader, il préféra annoncer que la séance arrivait à son terme et qu'il était temps de remercier et de congédier leur invité.

    Mais au moment même où ces mots sortaient de ses lèvres, un nouveau nuage, plus épais que le précédent, voila la lune, les plongeant dans une obscurité totale. Cela précéda un formidable claquement de l'un des volets et lourd frottement du rideau de la scène qu'un courant d'air était venu caresser. Le gémissement affolé de la jeune femme se fit clairement entendre et son compagnon, mal à l'aise à son tour, s'emporta :

    « Mais enfin, faites cesser ce jeu M. White ! »

    Manqué.

    Sans attendre d'autres directives, la petite planchette de bois se remit en marche, entraînant les mains dans son sillage. L'un des participant tira rapidement un briquet de sa poche, illuminant le panneau de bois tandis que tous les regards suivaient la goutte qui se déplaçait sous leurs doigts. D'abord lentement, elle ne s'arrêta sur aucune lettre, traçant un long et interminable huit sur la planche de bois.

    « Qu… Qu'est ce que c'est ?! Interrogea le compagnon de Victoria.
    - Un mauvais signe, marmonna Edward, soucieux de voir leurs mains suivre la forme d'un second huit.
    - Oh mon dieu ! Mon dieu ! » Bredouilla Victoria, désormais proche de la syncope.

    Le tracé de la plus petite planche se répéta invariablement, s'accélérant à chaque tour quand Edward tentait de congédier leur nouvel invité, car il en était certain, ce n'était pas M. Sanson qui s'amusait de la sorte. À plusieurs reprises, il ordonna à l'esprit de quitter les lieux, sans succès. La panique gagna quelques participants supplémentaires et ses recommandations ne les aidèrent en rien à retrouver leur calme.
    Un grincement sinistre et le lustre se rappela à eux, menaçant. Il fut suivit par une brise frigorifique qui chatouilla les nuques au point d'arracher un frisson désagréable à Edward.

    Puis un cri, celui de Victoria, et la chaîne fut rompue.

    « Non ! »

    Ce fut dans un mouvement de recul violent, et dévorée par la peur que la jeune femme se jeta en arrière, s'arrachant à la Oui-Ja dans une exclamation proche de l'agonie. Tombant en arrière dans un lourd fracas, elle se mit aussitôt à produire des sons étranges, trop aiguës ou trop graves pour son être. Son corps fut pris de contorsions barbares, la forçant à se cambrer dans des positions incongrues, quand son visage prenait des expressions terribles, marquées par un regard fixé dans le vide. Son ami voulut lui porter secours, mais au premier mouvement qu'Edward perçut, ce dernier s'exclama d'une voix forte :

    « Ne bougez pas ! Nous devons déterminer qui est cet esprit maléfique afin de le forcer à quitter les lieux et à laisser Mademoiselle Randall ! Posez lui votre question, dépêchez vous ! »

    L'homme balbutia, pâle comme un linge. Son regard allait et venait entre la petite planche en bois dont le mouvement n'avait pas cessé et la pauvre fille. Recroquevillée sur le sol du cabaret, ses ongles presque enfoncés dans le parquet, elle s'était mise à battre des jambes dans le vide avec une rage folle et un désordre diabolique. La gorge sèche, son compagnon peina à articuler les mots suivants :

    « Êtes-vous… Êtes vous un démon ? »

    La goutte de bois s'arrêta brutalement et la supplique de Victoria s'éleva seule dans la pièce, avant que la Oui-ja ne reprenne sa route. Elle se montra des plus prompte à répondre.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix du mal


Une poigne glacée semble enserrer toutes les mains présentes, les guidant avec un emportement sec, jusqu'à la réponse qui se dessine à la lueur d'un briquet.

Êtes vous un démon ? : Oui






Halloween | Possession maléfique




Retournement de situation !

Vous avez brillamment trouvé l'identité du premier esprit, Charles-Henri Sanson, maître des Hautes-Œuvres, ou plutôt bourreau de la Révolution Française. Un personnage atypique, mais sage, dont la place durant cette soirée a été rageusement arrachée par un être bien plus mesquin.

Il s'est attaqué directement à Victoria Randall, réussissant à l'extirper du cercle et à prendre, en partie seulement, possession de son corps. Mais pour la libérer il faudra faire vite et poser les bonnes questions, car ce sera seulement en découvrant l'identité de cet invité malfaisant qu'il sera possible de s'en débarrasser !

Le ton est donné, c'est un démon ! Il n'aura rien d'inventé et fera partie des noms recensés par les démonologues et que vous pourrez trouver sur internet ou dans les livres.

Vous avez jusqu'au dimanche 16 novembre (au soir), pour poser toutes les questions que vous souhaitez, au maximum une par posts et toujours sans ordre précis !

Les retardataires souhaitant se joindre à l'event sont, bien sûr, toujours les bienvenus !
Et si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter le Staff, on vous répondra dans les plus brefs délais.

Bonne chance ~
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Ven 14 Nov - 6:25

Ryden avait vu juste, c’était bien Charles-Henri Sanson leur invité surprise, ou plutôt c’était lui au début. Maintenant, ils avaient affaire avec un être tout à fait différent. Le danger était beaucoup plus palpable et le toxicologue était bien placé pour le savoir. À la différence d’un spectre, un démon ne se contente pas seulement de faire peur, il peut causer de plus grave traumatisme et pas seulement psychologique.

Quand leur doigt traça un huit sur la planche de Oui-ja, ce fut le premier indice qui lui révéla la présence d’un être démoniaque dans la pièce, autre que lui bien sûr. C’était un vieux tour de démon de tracer ce nombre pour montrer leur présence. Après tout, le huit signifie bien des choses dont le pouvoir, la manipulation et la domination. On dit même qu’au-delà du septième jour vient le huitième, qui marque la vie des justes et la condamnation des impurs.
Mais ce qui confirma ses doutes, comme probablement tout le monde, c’est quand il prit possession en partie du corps de sa voisine, la terrifiée Victoria Randall. Il vit cette dernière se faire retirer férocement du cercle et les postures qu’elle prit, ensuite devaient être très désagréables. Bien sûr, le démon déguisé en femme en savait beaucoup sur le sujet, bien qu’il ne l'ait rarement pratiqué. En fait, posséder un humain n’était pas son truc. Non seulement, ça demande une certaine expérience pour garder un contrôle complet, mais en plus, tu entendes constamment la consciente de l’hôte. À la longue, ça devient très pénible surtout si la personne est très geignarde. Une des rares fois qu’il avait tenté l’expérience, il en avait presque perdu la raison tellement elle était pleurnicheuse. C’est pour cette raison, quand il a quitté les enfers, il a décidé de changer son aspect démoniaque pour une forme humaine au lieu de la possession. Bien évidemment si sa vraie apparence aurait passé inaperçue, il l'aurait gardée.

Mais pour revenir à la séance de spiritisme, Ryden fut découragé quand il entendit la question de l’homme. Il n’attendit pas de voir la réponse de la Oui-ja pour donner son avis. Il savait déjà ce qu’elle répondrait.


- Pauvre idiot, qu’est-ce qu’il te faudrait de plus ? Un écriteau qui est écrit: « Attention ! Attention! Je suis un suppôt de Satan » ? Puis, sur une note où la fierté était très présente. N’empêche que je vous l’avais dit qu’elle serait une proie idéale et j’avais raison ! Je m’y connais plutôt bien en démon.

Maintenant qu’il savait qu’un frère du pandémonium était avec eux, l’expert en substances toxiques était curieux de savoir de qui il s’agissait, car pour être honnête, il n’en avait rien à foutre du sort de la pauvre femme. Seule la curiosité le poussait à chercher l’identité de l’autre démon. Malgré tout, il se tenait sur ses gardes encore plus que précédemment. Tant et aussi longtemps qu’il ne saurait pas si l’être démoniaque était un ami ou un ennemi, il préférait être sur le qui-vive. Si jamais ça devenait trop dangereux pour son bien-être personnel, il fuirait le plus vite possible sans demander son reste, en laissant les autres se démerder avec ce problème. Heureusement, il n'en était pas encore rendu là. C'est pourquoi, il posa sa question tout excité.


- Quelle est votre position dans le livre de démonologie le Praestigiis daemonum ?

Il était tombé sur un exemplaire, il y a quelques années et il avait trouvé cela plutôt comique. Certains détails étaient étrangement bien détaillés et véridiques tandis que d’autres ne l’étaient pas. Ryden s’était même demandé si ce n’était un démon qui avait écrit le livre, mais il avait vite changé d’idée. Un être démoniaque avait probablement contribué contre son gré ou pas à l'écriture, mais il devait s'être amusé à déformer certaines vérités. Sachant l'ignorance de l'auteur sur le sujet, il en avait profité pour incorporer quelques mensonges.

Ryden savait qu’en posant cette question, si le démon en question était dans la classification, il serait facilement identifiable. Et s’il ne l’était, il avait plein d’autres questions en réserve.


-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix du mal


Une rire strident s'éleva de la gorge de Victoria, dont les bras se resserrent sur son propre corps, agrippant ses épaules maigres. Sous la lueur vacillante du briquet, la Oui-ja s'emporta.

Quelle est votre position dans le livre de démonologie le Praestigiis daemonum ? : 35 à 68

Un bref instant, la planchette s'arrêta, mais avant même qu'une autre question ne soit posée, elle repartit de plus belle, interrogeant à son tour :
Et toi ?

_________________
Je vous insulte en #330000

Comment décrire Ryden bièvement ?
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1791
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Sam 15 Nov - 16:59

Tout s'enchaîna si vite qu'Aldrick failli rompre le cercle à son tour pour aider Victoria. Si la voix d'Edward n'avait pas sonné si distinctement à ses oreilles comme un ordre, probablement qu'il aurait lâché son briquet et cesser d'éclairer la salle. Figé sur sa chaise, seule sa main semblait obéir directement à son cerveau dans un premier temps, suivant la Oui-ja telle un feu-follet en mal de sensations fortes. Rageant d'impuissance à lui porter secours, il la regarda se tordre encore, jusqu'à ce que les mots dépassent sa pensée :

Assez ! Le ton était sans appel. Votre amabilité vous perdra M. Haesmar. Nota-t-il ironique sans tenter de masquer le mépris qui en découlait.

Trop tendu pour se rendre compte même qu'il reportait là sa frustration sur un autre, Aldrick sentit son pouls s'accélérer violemment. Néanmoins, la suite lui arracha un air si surpris, qu'il tourna pour la première fois un regard réellement curieux vers le toxicologue avant d'observer sa meilleure amie. Interrogeant la belle du regard sur la véracité des faits. Car s'il n'ignorait pas la nature profonde de Légendaire du jeune homme, il se demandait s'il savait réellement de quoi il parlait, ou si c'était juste pour frimer qu'il venait de prononcer ce titre en latin. Là-dessus, nul doute que la journaliste était probablement plus renseignée que lui.

Sans s'attarder l’entité prit un malin plaisir à semer le trouble dans leurs esprits. Victoria se contracta davantage, contorsionnant son corps au point de parvenir à faire passer sa jambe derrière sa tête, ce, en dépit de tous les accessoires imposés par la mode. Cela eut d'ailleurs pour conséquence de faire craquer plusieurs de ses membres dans un cri sinistre. L'agent se renfrogna, outre le bruit désagréable, il était évident que son comparse s'était fait grillé à la première seconde !

*La discrétion ne lui dit donc vraiment rien ?!* Enragea-t-il intérieurement tant il lui aurait volontiers fait rentrer dans le crâne à grands coups de poing combien elle était ESSENTIELLE pour leur survie à tous.

Ce qui l'irritait le plus, était sans conteste, que Ryden ait été perspicace. Perspicace, au point d'obtenir une réponse potentiellement censée. Comme si intrinsèquement, le commissaire se refusait à reconnaître sa valeur dans un autre domaine que celui pour lequel le brun avait été engagé. Grimaçant de toutes ces contrariétés, l'agent eut un mal fou à se concentrer sur une potentielle question. Mais le temps semblait compté pour Victoria et plus vite ils en auraient fini avec ce nouveau démon, mieux se serait. Ne connaissant pas par cœur les références obtenues par Ryden, il ne se sentit guère plus avancé. Le policier supposa que le tout devait se référer en liste mais compte tenu de la préposition employée, il eut un doute en imaginant l'équivalent d'un verset. Aussi, il tenta quelque chose d'un peu moins large, espérant damner le pion à son collègue, afin qu'il ne réponde rien de compromettant :

Êtes-vous le représentant d'un des sept péchés capitaux ?

La flamme de son briquet vacilla, l'obligeant à serrer les dents pour la maintenir. Pas particulièrement qu'il eut craint l'obscurité. Au contraire, il ne s'y sentait que plus à l'aise, mais ne sachant si l'être maléfique pouvait posséder plusieurs personnes en même temps, il supposa qu'il aurait moins de facilité tant qu'un semblant de lumière perdurait. Mais c'était avant tout pour qu'aucun autre participant ne soit tenté de s'éloigner inopinément.

-----------xxx-----------xxx-----------xxx-----------

La voix du mal


Cette fois-ci la pauvre possédée poussa un grognement guttural bien peu séduisant avant qu'elle ne se roule en boule comme frigorifiée. La planchette de bois ne tarda pas à son tour à donner sa réponse, se jetant littéralement dans le coin droit de la tablette.

Êtes-vous le représentant d'un des sept péchés capitaux ? : Non

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1752
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   Mar 18 Nov - 19:48


    À la gauche d'Edward, une autre de ses invités pâlissait visiblement à mesure que les secondes s'écoulaient. Terrorisée par les cris perçant de Victoria, dont elle n'apercevait pas le corps, son esprit de jeune dame avide de lectures aventureuses lui faisaient imaginer les plus terribles phénomènes. La bouche entrouverte, elle observa tremblante la scène qui se poursuivait, intense, folle, terrifiante, au point que sa respiration, de plus en plus forte, résonna désagréablement aux oreilles d'Edward.
    Concentré, le regard du maître des lieux ne quitta la Oui-ja que pour observer ses convives et s'assurer qu'aucun d'entre eux ne cédait pas à la panique. Le temps s'écoulait rapidement et une heure allait bientôt sonner. Il fallait faire vite, et craignant que la tension qui régnait ne ralentisse le rythme des déductions, il invita sa voisine à interroger le démon à son tour :

    « Madame Thomas, demandez quelque chose, de grâce, le temps ne joue pas en notre faveur ! »

    La concernée ne se sentit que plus mal encore lorsque tous les regards se tournèrent vers elle. Elle bégaya, cherchant à se détournait de la tâche subite qu'on lui imposait, secouant la tête avec force tandis qu'elle implorait :

    « Je... Je ne veux pas, c'est trop effrayant ! Ne me demandez pas cela, je vous en prie M. White.
    Mais c'est à votre tour, supplia le compagnon de Victoria.
    N... Non... Je ne sais pas... »

    Le râle terrible de la pauvre possédée arracha un frisson commun à l'assistance, avant que M. Randall, suivît des autres invités, ne presse ardemment la pauvre fille de répondre. Cette dernière essuya son front d'une main fébrile, son regard fiévreux parcourant la planche définitivement immobile à la recherche d'une idée salvatrice. Perdue, désespérées, il lui fallut puiser dans ses dernières forces et les brides de sang-froid qui lui restaient pour parvenir à formuler sa question :

    « Êtes-vous... Êtes-vous Satan ? »

    Un grincement incroyable s'éleva des lèvres de Victoria, dont les talons se mirent à battre le sol avec rapidité lorsque la goutte de bois pointa brutalement sur « Non ». Les minutes s'égrainèrent d'avantages, laissant les présents dans une atmosphère de panique palpable, jusqu'à ce que l'heure limite ne soit atteinte. Le grondement de l'unique pendule présente dans la salle résonna comme le gong du trépas pour la pauvre Victoria. La voix de son compagnon couvrit la fin du timbre métallique dans un cri puissant, appelant à la miséricorde.

    « Victoria ! »

    Edward baissa la tête, pinçant ses lèvres avec force, puis le silence qu'aucune respiration ne réussirent à troubler.

    Et un rire.

    Un rire humain. Le rire de Victoria. Elle s'était redressée et se tenait désormais assise sur le parquet, observant les convives d'un regard brûlant de malice, quand tout son être semblait respirer la santé. Elle fut rapidement rejointe par une exclamation amusée de son compagnon, et par le sourire triomphant d'Edward.

    Le patron du Lost Paradise ôta sa main de la Oui-ja sans s'inquiéter des conséquences, arquant un sourcil lorsque son regard croisa les yeux exorbités de certains de ses invités. Quittant sa chaise, il alla allumer deux petites lampes électriques installées là en prévision de cet évènement, et s'inclina afin d'aider Victoria à se redresser. La demoiselle saisit sa main avant de s'excuser :

    « Toutes mes excuses M. White, j'ai écourté la séance, mais Jonathan m'a faite rire tant il était sérieux ! »

    Elle réajusta une mèche de ses cheveux sous la protestation de son ami qui refusait d'être mis en cause, provoquant une dispute frivole bien loin de la tension extrême qui animait la pièce quelques secondes plus tôt. Tout cela eut lieu sous le regard désemparé de la plupart des convives, quelques-uns n'osant pas encore retirer leur index de la goutte d'eau.

    Edward se fit alors un plaisir d'éclairer leur lanterne, annonçant un sourire dans la voix :

    « Mesdames messieurs, laissez-moi vous présenter Mathilde Bonnefoy et Jonathan Barrault, deux comédiens de la troupe actuellement en représentation au petit théâtre de l'Ambigu. Ils ont gentiment accepté de me servir de complices pour cette soirée qui je l'espère, n'aura pas été sans déclencher quelques frissons.
    M... Mais la planche ? Interrogea Mme Thomas, encore pâle. Elle bougeait !
    M. White et moi-même nous étions installés à table de sorte qu'à nous deux nous puissions atteindre la totalité du plateau. Je crains qu'il n'y ait rien d'extraordinaire à tout cela Madame ! Lança joyeusement Jonathan sans la moindre moquerie.
    Et ce n'est pas pour m'être désagréable, n'aurait-il pas été inquiétant de découvrir qu'un esprit tourmenté vivait dans mon cabaret ?

    En disant ces mots, le sourire d'Edward s'était un peu plus élargit encore et son regard glissa sur les présents pour s'arrêter sur celui d'Aldrick avant de se poser définitivement sur Dominick. Madame Thomas reconnut que l'organisateur de la soirée avait raison, mais elle ne se priva pas de les disputer d'une voix timide. Aucun des présents ne souligna que ses joues blanches avaient pris une belle teinte rouge alors qu'elle retirait précautionneusement son doit de la goutte de bois, ne la quittant toutefois pas des yeux. Puis relevant son minois pour observer son entourage, elle tenta de nouveau :

    « Et concernant les deux... Invités ?
    Nous nous étions mis d'accord avant la séance, expliqua Mathilde.
    C'est M. White qui a eu l'idée de Charles-Henri Sanson, et nous avions porté notre dévolu sur le démon Balam, qui serait apparu lors des possessions de Loudun.
    Et qui fréquenterait assidûment les cabarets, ajouta Edward. J'espère que vous n'êtes pas trop déçus de ne pas avoir eu le temps de le deviner !
    Mais nous avons vu le verre se déplacer vers M. Steadworthy…
    Allons très chère, n'avez pas assisté à un formidable tour de magie quelques heures avant notre réunion ? Vous seriez surprise de découvrir ce que l'on peut faire avec quelques aimants et autres fils.
    Cependant, vous auriez pu nous prévenir M. White ! Sur le moment, j'ai réellement cru qu'il se passait quelque chose d'anormal ! »

    Seul un sourire répondit à la remarque de la comédienne.

    La soirée en vint à se terminer après un petit remontant qu'Edward servit à ses hôtes. Il les raccompagna à la sortie, assurant à Madame Thomas qu'il ne s'amuserait plus à ses dépens, tandis que Mathilde et Jonathan invitaient les présents à passer au théâtre si l'occasion se présentait.

    La porte se referma lentement sur le dernier des participants. Un soupir de satisfaction quitta les lèvres du maître des liens qui se retrouva seul dans le hall. Son regard parcourut la pièce avant qu'il ne retourne dans la salle de réception. Il récupéra la Oui-ja en retenant un bâillement, éteignant les lumières, il monta tranquillement les deux étages qui le séparaient de sa chambre, rangea la table d'occultisme dans son placard et se coucha.

    Dans le petit meuble en bois, la planchette de bois s'anima une dernière fois. Elle glissa silencieusement, pointant dans un ultime mouvement. « Au revoir. »




“ Au revoir ”


Voilà comment se termine cette étrange soirée, riche en rebondissements et en sensations fortes. Au programme un petit tour joué par votre loup-garou préféré qui a fomenté toute cette histoire !

J'espère que vous n'êtes pas trop fâchés, et que vous vous êtes tout de même bien amusés ! Encore une fois, félicitations à tous ceux qui ont réussi à deviner l'identité de Charles-Henri Sanson !

Merci à tous pour votre participation !

Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event : Halloween] Soirée de l'étrange…   

 

[Event : Halloween] Soirée de l'étrange…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EVENT: Halloween Wedding [public]
» Event Halloween • Trick or Treat
» [Event 1] Soirée d'intégration
» Event Halloween : 1ère Etape
» Event Halloween : 3ème Etape

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Cabaret du Lost Paradise :: Rez de chaussée :: Salle de spectacles-