Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Eglantine, la Rose Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eglantine Jocor
Jeune pousse
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/11/2014
Localisation : Oh, très certainement quelque part entre la loge et la scène ...

MessageSujet: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 13:27

Hebergeur d'imageImages diverses (ici artiste: Per-chance)

Eglantine Jocor

"All that jazz !"

    Nom d'artiste : La Rose Blanche
    Âge (en apparence) : 19 ans
    Sexe : Féminin
    Nationalité : Française
    Orientation sexuelle : Hétérosexuelle, du moins, a priori.
    Race : Dryade
    Métier : Danseuse-chanteuse
    Taille : 1m59
    Poids : 50 kg


You look like…

“La beauté est la fleur du bonheur"

Eglantine est une jeune fille de taille moyenne, voire peut-être un peu petite. Fine, cela peut lui donner une apparence un peu fragile, sorte de roseau très souple que l’on pourrait tordre, ou briser. Sa poitrine ronde est, elle, de taille moyenne et n’attire pas les regards plus qu’une autre, ce qui l’arrange. Sa taille fine met en évidence ses hanches, qui vont elles même faire ressortir ses jambes, longues et minces, toutes en courbes pourtant.

Celles-ci sont son trésor. Elle les entretient énormément, les hydrate beaucoup, fait très attention à ne pas se cogner, jamais, afin qu’elles ne soient jamais ni égratignées, ni marquées de bleus. Elles sont son outil de travail, et son moyen de survie. Eglantine le sait parfaitement.

Son autre instrument de travail est toujours couvert hors scène : c’est sa gorge. La Dryade y fait toujours très attention, portant très fréquemment un foulard, qui peut parfois lui servir lors de ses représentations sur scène. Son cou long et fin est donc bien souvent dissimulé au quotidien.

Son petit visage assez rond au menton pointu a un teint toujours frais comme la rosée du matin; celui-ci est dû à son héritage génétique, comme tout le reste de sa beauté, pour laquelle elle n’a aucun mérite. Sa peau, pâle, dénuée d’imperfections est rehaussée de ses joues naturellement rosées, tout comme ses lèvres pleines. Son nez est tout petit, un peu pointu, et, associé à ses grands yeux bleu-vert bordés de très longs cils blonds, il la rajeunit, lui donnant souvent l’air de quelqu’un de quelques années de moins.  Ses sourcils, un peu épais soulignent agréablement son regard. Ses cheveux, quant à eux, sont mi-longs : détachés, ils lui arrivent au niveau du bas des omoplates, environ. D’un joli blond cendré brillant, naturellement assez souples, ils sont faciles à coiffer. Elle les remonte très fréquemment en chignon complexe, ou bien les tresse.

Cette jeune fille se vêt simplement, d’habits ordinaires au quotidien lorsqu’elle n’a pas à être sur scène. Les robes longues aux jupes assez évasées sont ce qu’elle préfère. Elle porte souvent sur elle une sacoche de tissu marron, fermée par un vieux bouton, contenant ses plantes médicinales. Lorsqu’elle doit sortir, il est fréquent qu’elle porte un chapeau.
Sur scène, par contre, elle porte les tenues qui vont s’adapter à ses numéros, aimant beaucoup le blanc et le rouge, les belles robes et les plumes. Elle a toujours une ou plusieurs fleurs sur elle, quoi qu’il arrive.

A cause de sa composition qui s’est fragilisée avec sa maladie, Eglantine fait attention à  bien se couvrir en sortant quand il fait froid. Pour elle, les plantes sont toujours le meilleur des remèdes. Peut-être est-ce pour cette raison qu’il y en a plein sa loge ?  



You are…

“Chaque jour il faut danser, fût-ce seulement par la pensée. ”  

Enfant joueuse, adolescente enjouée, jeune fille joyeuse, c’est sûrement ainsi que l’on pourrait décrire la belle Eglantine. Heureuse de vivre, très gentille, souriant beaucoup, sa vision des choses est très optimiste , sans naïveté pourtant. Elle aime réconforter les gens, leur apporter un peu de bonheur, juste un peu.

C’est là ce qu’elle cherche à faire au quotidien, mais aussi et surtout dans ses diverses prestations scéniques. Ses chansons ne sont pas toujours joyeuses, oh, loin de là, mais toujours elles montrent un instant de beauté, une illumination, un éclat de joie, un fragment de bonheur, un bout de paradis, parfois, souvent, perdu, mais auquel on rêve encore. Elle redonne le sourire, elle redonne l’espoir.
La Rose Blanche, personnage un peu rêveur et mélancolique, distant et secret, est assez éloignée d'Eglantine. Certes, elle est un peu timide, mais pas beaucoup plus que la moyenne, certes elle est rêveuse, mais sans mélancolie, sauf peut-être celle de l’océan breton et de son phare, certes elle paraît secrète, mais peut-être est-ce car elle n’a rien vécu qui vaille la peine d’être raconté. Peut-être un peu effacée parfois, la dryade se révèle être une amie cultivée et heureuse de vivre, avec souvent une ou deux anecdotes à raconter, un sourire à distribuer, qui aime recevoir de l'affection autant qu'elle en donne.

Calme, elle aime lire, des romans de toute sorte de ceux à l’eau de rose à d’autres, plus sombres, plus réalistes.  Lorsqu’elle a besoin de réfléchir, elle n’hésite pas à s’isoler. Parlant rarement avant d’avoir réfléchi à ce qu’elle allait dire, elle est de ce fait d’assez bon conseil. Pour elle-même, cependant, elle n'hésite pas à faire confiance au hasard et au destin. Débrouillarde, elle se dt qu'elle réussira toujours à s'en sortir par ses efforts.  
Elle a de plus une culture plutôt solide, ce qui peut étonner pour une provinciale comme elle. Enfin, ses compétences en médecine par les plantes peuvent très vite se révéler utiles.

En amour, cependant, c’est tout autre chose. Elle est une dryade, et c’est sûrement cette nature profonde qui a créé ce caractère spécial.  Lorsqu’elle aime, elle aime jusqu’au bout, d’une passion forte et dévorante, qui peut souvent mener à des larmes, à du drame. Lorsque l’autre doit partir, elle pleure longtemps. N'ayant jamais été confrontée à un cas de tromperie elle ne peut le certifier, mais on peut très facilement imaginer, vu sa jalousie en amour, que cela peut-être très dangereux tant pour l’amant que pour sa maîtresse. Dangereux, voire peut-être même mortel.
Durant son séjour à Paris, elle a aimé, un peu, brièvement, des passions qui se sont vite éteintes. Elles n’avaient, évidemment, rien de comparable à son premier amour, celui de Bretagne, qui l'a pour ainsi dire, passablement refroidie.

Passionnée de chant et de danse, elle s’entraîne tous les jours dans sa loge remplie de plantes de toutes sortes, avec des vocalises, et des étirements, des échauffements. Elle répète aussi beaucoup ses numéros, souvent plusieurs heures par jour.


Once upon a time…

“On croit que tout est fini, mais alors il y a toujours un rouge-gorge qui se met à chanter. ”

Eglantine est née il y a dix-neuf ans, dans une forêt de Bretagne, au bord de la mer, lui dit-on. Elevée dans le phare de Port Navalo, elle allait très souvent dans la forêt proche. La mer était son élément, mais la forêt bien plus encore. Elle vivait avec une Dryade, qui lui avait appris sa propre nature. Celle-ci formait avec le gardien du phare, son mari, un couple passionnel, fusionnel, mais stérile. C’est d’ailleurs pour cela que lorsqu'il avait trouvé cette enfant nue dans la forêt, lors d’une chasse entre amis, qu’il l’avait immédiatement ramenée, adoptée, choyée. Eglantine fut ainsi élevée dans un climat d’amour et de joie. On dansait beaucoup dans le phare, toujours, et, souvent, elle chantait, comme aurait chanté un rouge-gorge disait sa mère.
 
Dès ses six ans, elle commença à regarder les bateaux, à aider son père. Très vite, elle a aimé regarder les vagues à partir de la lanterne, sûrement son lieu favori. Elle est allée à l’école, longtemps, aidant en parallèle son père au phare, et sa mère dans son métier de soigneuse. Celle-ci faisait des tournées dans toute la Bretagne, conseillant des décoctions de plantes, des cataplasmes, ou encore des bouillies aux malades afin de soulager leurs douleurs. Eglantine, après avoir appris avec elle, l’a secondée, connaissant les plantes sur le bout de ses longs doigts fins.  
Peu à peu, lors des naufrages, ils ont récupéré les vivants, et c’était elle qui faisait les soins continus, après s’être occupée avec sa mère des soins les plus importants, chantant toujours auprès d’eux. Nombre d’entre eux l’ont ensuite remerciée, et ils lui ont souvent dit qu’alors qu’ils croyaient que tout était terminé, ils entendaient chanter un rouge-gorge dans la pénombre qui les entourait, et qu’alors celle-ci se dissipait peu à peu.
Elle n’y a jamais cru et ces élucubrations de marins séducteurs l’ont toujours fait rire.
Un jour, pourtant, elle tomba très amoureuse de l’un de ceux qu'elle avait contribué à sauver. Il avait moins de trente ans, le soleil, le vent, les embruns avaient tanné sa peau un peu rugueuse. Ses cheveux bruns, souples étaient noués en un catogan lorsqu'ils l'avaient récupéré sur la plage, vêtements en lambeaux. Il avait passé, disait-il, sa vie à naviguer. Ses yeux étaient du bleu de l'océan les jours de tempêtes, et il avait des histoires incroyables à raconter. Ce fut la toute première blessure que laissa la passion dans son jeune cœur. Elle crut s'enflammer toute entière. Lui ne l’aima pas, pourtant, et lutta contre son attirance pour elle, afin de rester fidèle à sa femme. Son départ fut difficile. Toutes les fleurs de la maison fanèrent, et on dit même que les feuilles des arbres tombèrent sur un sillage allant du phare à la vieille souche. Elle crut mourir et mit longtemps à aimer de nouveau, tentant d'oublier jusqu'au prénom, jusqu'à la voix de cet homme.
Ses parents l’en préservèrent d’ailleurs, en ne lui faisant pas rencontrer de garçons du village. Sa mère savait trop bien à quel point sa beauté surnaturelle attirerait autour d’elle les hommes, tels des guêpes attirées par un pot de confitures, et que cela ferait souffrir sa fille. Elle ne voulait pas la voir partir.

Lors d’une sorte de réunion de famille, alors qu’elle avait tout juste seize ans, on a soufflé l'idée qu’Eglantine monte (ou plutôt descende) à Paris, afin d’y apprendre la médecine. Un cousin connaissait quelqu’un qui aurait pu l’héberger. On en rit, d'abord: comment, une fille, une bretonne, à Paris, pour faire médecine, sans se marier ? Quelle idée !
Et pourtant, l’idée fit son chemin dans la tête de la jeune fille, et elle finit par en parler à ses parents, qui commencèrent par secouer la tête, trouvant l'idée ridicule, avant de reprendre leurs activités du soir. Cependant, face à son insistance, ils finirent par y réfléchir, se disant que, finalement, peut-être, pourquoi pas, si on pouvait réellement l’héberger, et ainsi s’épargner les exorbitants prix des pensions de famille.
C'est ainsi, un jour, ils lui sourirent, un peu tremblants, et lui donnèrent la lettre que le fameux ami du cousin, Emile, leur avait envoyée, acceptant de la recevoir, de l’héberger dans son appartement de Montmartre. Certes, elle serait un peu loin de la faculté, mais au moins, elle serait sur Paris. Et puis, qui était gêné par un peu de marche ? Elle partit donc en train vers la capitale courant 1887. Elle y arriva à la fin d'un automne froid.

D'emblée, Emile ne lui fut pas très sympathique. Petit homme nerveux, toujours absent, avec des tonnes de feuillets traînant toujours dans son minuscule appartement un peu insalubre, il lui semblait mener une vie double, ou au moins triple. Personne ne venait jamais. Si cette solitude lui pesa, au moins, elle était tranquille, libre de ses mouvements. Elle alla souvent se ressourcer au milieu des parcs et des squares de la butte, se promenant beaucoup. Mais ça, ce fut après qu’elle ait été refusée en médecine : si les filles étaient acceptées, elles étaient bien rares, il s’avéra très vite que la jeune fille n’avait pas le niveau requis, malgré une incroyable connaissance des plantes, dépassant même celle des docteurs d'alors.
Alors, Eglantine, munie de ses jambes, de sa voix et de sa sacoche décida qu’elle travaillerait, pour gagner de l’argent et aider Emile à payer son loyer. C’est ainsi qu’elle soigna de nombreux habitants grâce à des plantes, qu’elle chanta dans les rues, qu’elle servit dans des troquets.
Lors de ses moments libres, elle remettait de l'ordre dans l’appartement, toujours bouleversé après les passages en coup de vent d’Emile. Elle rangea ses feuillets et découvrit peu à peu la littérature. Il y avait nombre de choses dans ce qu'il laissait : des lettres d’amour, des poèmes, des recherches très poussées sur divers sujets, des revues, où figurait le nom de Dreyfus, des extraits d’écrits d’amis. Elle lut tout cela, s’en repaissant. Plusieurs fois, même, elle écrivit de petits poèmes à la suite de certains autres, ou finit des phrases incomplètes de son écriture penchée, pressée.
Un jour, Emile l’attrapa et lui demanda si c’était bien elle qui avait écrit ça. Honteuse, elle hocha la tête. Il la mena alors chez un de ses amis, et la fit écrire une chanson, qu’elle chanta ensuite, plusieurs fois. Alors que sa beauté fascinait, elle se mit à danser, sans y réfléchir, afin de meubler. Le cercle autour d’elle échangea un regard entendu.

Quelques jours plus tard, la dryade était employée dans une sorte de bar musical, pas encore un cabaret, où elle chantait et dansait, tous les soirs. Payée de façon correcte, elle y faisait des miracles. La clientèle augmenta.  Eglantine s’amusait. Elle y faisait tout ce qu’elle aimait. Mais le chemin pour rentrer était long, très long, surtout dans la nuit et le froid. Et un jour, inévitablement, elle tomba malade, quelque chose aux poumons, qui la cloua au lit, fiévreuse, des semaines durant. Elle crut ne pas s’en sortir, jusqu’à ce qu’un rouge-gorge vienne chanter à sa fenêtre. Son état sembla peu à peu s’améliorer, alors qu’on l’entourait de fleurs. C’était Emile, inquiet, qui venait souvent. Elle lui avait aussi indiqué comment la soigner à partir des plantes de sa sacoche.
Au bout d’un long mois, elle se remit à marcher, et deux mois après, elle put de nouveau chanter. Sa voix était restée claire, mais quelque chose s’était voilé. Elle parvenait à faire plus de variations, et semblait fasciner un peu plus, mais monter très hauts dans les aigus comme avant lui était devenu impossible.  

Pourtant, elle se remit vite au travail, et un soir, quelqu’un lui parla du Lost Paradise. Intriguée, la jeune fille s'y rendit à la sortie du travail, accompagnée de ce jeune homme.
Elle tomba ce soir-là sur le numéro de The Silence, le mime. Puis elle revint, et apprit à connaître Auster, Follet, Luce, Nyx, Wally, Emerald, l’Angle du Lost, Seele, Nox, le Pendu, Silvery, qu’elle regarda, encore, encore, encore, ne pouvant détacher son regard d’eux. Une étrange fascination s’exerçait sur elle. Elle voulut faire partie de ce groupe, être avec eux. Peu à peu, la fatigue s’empara d’elle, de plus en plus alors qu'elle passait toutes ses nuits au Lost.

Une nuit, fatalement,on la renvoya : elle venait en retard, partait en avance, était toujours fatiguée, moins énergique. Perdue, elle se réfugia dans un bois. Elle s’y reposa, un long moment. Puis, elle prit sa décision.
Ce soir, elle irait frapper à la porte du Lost Paradise, y ferait son plus beau numéro. Et, soit elle y serait employée, soit elle rentrerait en Bretagne, prendre le relais de sa mère.
Eglantine y partit avec toutes ses affaires, tenant dans un gros sac, sans compter les très nombreuses plantes. Elle laissa un  mot à Emile.

On l’engagea en tant que La Rose Blanche, chanteuse et danseuse au Lost Paradise.



Sous le masque

Comment trouver la voie lorsqu'on ne part de rien et qu'on ne va nulle part ?

    Surnom(s) : Alix, Thilde
    Âge : 19 ans
    Expérience en RP : Environ 7 ans, avec divers univers
    Avis/Suggestions/Questions concernant le forum : …
    Comment avez vous connu le forum ? Via le partenariat, lui-même connu via l’annuaire de forumactif. Je suis Eden, d’Elysion ! Wink
    Avez vous lu le règlement ? Mangé par un loup qui passait par ici


Dernière édition par Eglantine Jocor le Lun 24 Nov - 14:29, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://elysionearth.forumgratuit.org/
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 28
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 17:10

Bienvenue ^^

_________________



♥♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eglantine Jocor
Jeune pousse
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/11/2014
Localisation : Oh, très certainement quelque part entre la loge et la scène ...

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 17:14

Merci Smile

_________________
La Rose Blanche vous chantera ses chansons en #d7274B.
Voir le profil de l'utilisateur http://elysionearth.forumgratuit.org/
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 19:19

Bienvenue, miss ! ^.^

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eglantine Jocor
Jeune pousse
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/11/2014
Localisation : Oh, très certainement quelque part entre la loge et la scène ...

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 19:37

Merci beaucoup Smile

_________________
La Rose Blanche vous chantera ses chansons en #d7274B.
Voir le profil de l'utilisateur http://elysionearth.forumgratuit.org/
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1947
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 30
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Dim 23 Nov - 22:48

Bienvenue au Lost !

Ravi de savoir que le forum t'intéresse au point que tu fasses une fiche complète dès ton premier message Wink Belle motivation bravo !

Alors concernant ta fiche ! Elle se lit assez bien, et ta relecture a permis de la rendre plus aérée et de corriger certaines fautes. D'autres plus viles sont passées entre les mailles de ta correction. Aussi je pense qu'il vaut mieux que tu attendes d'ici demain avant de traquer les derniers oublis ou les fautes fourbes. Histoire de ne pas passer à côté. Car malheureusement c'est ce qui annihile le plus l'efficacité de ta plume.

Pour t'aider à corriger:
 

Le physique est plutôt précis, surprenant le lecteur par tant de détails sur sa physionomie, avec un lexique et un vocabulaire fournis, on sent que ça fait un moment que tu touches au rp.

Tu as aussi bien intégré les éléments assimilés aux dryades, car on retrouve les principaux traits de caractère cités dans les races. Il aurait été intéressant toutefois que tu t'appropries des caractéristiques un peu décalées peut-être afin de donner à Églantine une autre dimension ; plus personnelle que tu aurais modelé pour elle. Par exemple, elle aurait pu être très irritable, voire invivable, dès l'arrivée du printemps, parce qu'elle finirait constamment enrhumée, à cause du pollen, en dépit de sa race proche de la nature.
Ceci étant cela n'enlève rien au charme de la demoiselle et tu pourras toujours le développer en rp sans avoir besoin de modifier ta fiche sur ce point.

Pour l'histoire : Ma foi, c'est un tableau assez attendrissant, simple mais efficacement dépeint, qui nous livre le passé d'une belle sans trop d'histoires qui découvre calmement la vie. Peut-être un peu trop calmement parfois, en dépit de ses aventures amoureuses dont on sait bien peu de choses en comparaison avec la passion que tu décris plus tôt.
Saura-t-on un jour qui est ce mystérieux marin ? Aura-t-on vent de la façon dont il l'a repoussé en lui brisant le cœur ? Ou de sa rencontre avec ce jeune homme qui lui a indiqué le chemin du Lost ? Ne serait-ce qu'un prénom ? Le mystère reste entier pour l'instant. Si ta plume est assurée, je regrette qu'elle n'ait pas accentué la tempête de sentiments dans laquelle l'amour plonge même les cœurs les plus raisonnables !
Pourtant, Églantine semble -du reste- plutôt débrouillarde malgré son enfance dorée. On voit que tu as fait des recherches, autant au niveau historique que sur le Lost, qui ont été glissées lors de ton récit, c'est une bonne chose. Surtout que ça ne tombe pas dans l'historique de manière trop prononcée. Bémol personnel malgré tout, sur la faculté de médecine. Il me semble décalé qu'une demoiselle aussi jeune qu’Églantine pense à s'y inscrire, de surcroit compte tenu des nombreux torts qu'on attribue aux femmes à ce moment-là. Cependant, comme c'est une voie qui n'aboutit pas pour elle, inutile de modifier.

Le principe du "ça passe ou ça casse" à la fin m'a fait sourire, c'est quelque chose d'assez osé au final, de se poser pour réfléchir et de jouer ainsi sa vie à pile ou face. Je serais curieux de savoir si par la suite elle sera confrontée à d'autres cas de figure du même type. Si oui, comment elle réagira, si on saura ce qu'elle pense à cet instant ou si le destin lui jouera un tour.

Quoiqu'il en soit, je te souhaite encore la bienvenue au Lost, et j'espère qu'on pourra bientôt découvrir d'autres facettes de la personnalité d’Églantine, un peu moins timorées, parce que tu as -il me semble- assez d'expérience pour rendre ce personnage on ne peut plus intéressant !

_________________
Loup y es-tu ? :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eglantine Jocor
Jeune pousse
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/11/2014
Localisation : Oh, très certainement quelque part entre la loge et la scène ...

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Lun 24 Nov - 14:31

Merci ! :3
Tout d'abord, les fautes pointées sont a priori corrigées ^^
Quant à ses histoires, en effet, le mystère reste entier ... pour l'instant Wink je pense développer cela au goutte à goutte, via des souvenirs. Le calme, lui, est voulu par contre. S'il est dérangeant, je peux le dynamiter, mais j'admets que ça faisait partie de mon personnage, cette découverte tranquille, cette façade très calme et paisible, quitte à panser ses plaies sur le long terme.

_________________
La Rose Blanche vous chantera ses chansons en #d7274B.
Voir le profil de l'utilisateur http://elysionearth.forumgratuit.org/
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1939
Date d'inscription : 21/12/2010

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Mar 25 Nov - 20:01

Et me voilà /o/

Un poil en retard, mais je suis là et je me lance sur ta fiche ~

Aly a déjà dit beaucoup, et tu as fait énormément de corrections améliorant considérablement la lecture, ce dont je te remercie. Ça fait plaisir de te voir autant impliquée !
Je vais essayer de faire court du coup, tout en te donnant mon avis sur ta petite fiche.

Déjà, je suis fan de ton prénom !
Il va merveilleusement bien au personnage tout en restant original, c'est top ~

Au niveau des descriptions, aussi bien morales que physique, elles se lisent très bien.
On a la présentation d'une demoiselle simple, mais sympathique, j'aime bien le petit côté fragile que tu lui as dessiné. Ça change des légendaires plus "solides" qu'on peut avoir au cabaret comme les loups-garous (c'est moi /o/), démons, succube, etc.
Le parallèle avec sa personnalité de scène était également une bonne idée, tout comme ses talents pour la médecine utilisant les plantes. Tu risques d'avoir notre doctoresse sur le dos pour grappiller des infos d'ailleurs ! x)
À ce niveau, rien à redire de particulier, tes corrections ont fait beaucoup !

Pour l'histoire, simple et efficace. Tu vas à l'essentiel et c'est agréable.
J'ai beaucoup apprécié d'avoir un lieu plutôt précis comme fond de ton récit, surtout la Bretagne qui, pour moi, garde toujours cette ambiance de légende qui colle bien à ton personnage. Je trouve juste dommage que tu n'en aies pas profité pour utiliser la superbe forêt de Brocéliande ! Bon, je conçois qu'elle n'était au plus près de la mer, mais pour une Dryade bretonne, je pense qu'il y avait vraiment matière a nous sortir une scène délicieuse. Surtout avec un personnage aussi calme et doux qu'Églantine.
Pour le reste, tu as très bien repris les principales caractéristiques de ces esprits de la nature, glissant un petit chagrin d'amour qui, sur ce point je suis d'accord avec Aldrick, aurait peut-être mérité un petit prénom ;P
J'aime bien la personnalité d'Émile aussi et j'espère que tu le garderas sous le coude pour tes futurs RP, je suis certain que sa relation avec Églantine mérite d'être développée.

Il reste quelques petits problèmes de temps, mais rien de bien méchant. Tu as corrigé le plus gros, de même pour les fautes !

Enfin jeune fille, j'ai le plaisir de t'annoncer que tu es VALIDÉE !

Je vais t'ajouter au groupe des artistes et je te laisse suivre les informations suivantes pour terminer ton inscription.
En cas de questions, n'hésite pas à nous contacter Aly ou moi ~


Bienvenue au
Lost Paradise

Il faut maintenant...
Faire ta demande de rang ici.
Pour les relations, c'est par .
Pour une demande de RP c'est ici.

Et bon RP parmi nous !
Voir le profil de l'utilisateur http://lostparadise.forumgratuit.org
Eglantine Jocor
Jeune pousse
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 23/11/2014
Localisation : Oh, très certainement quelque part entre la loge et la scène ...

MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   Ven 28 Nov - 10:53

Merci beaucoup ! \o/
Je me charge de la suite le plus vite possible Wink
Voir le profil de l'utilisateur http://elysionearth.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eglantine, la Rose Blanche   

 

Eglantine, la Rose Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Avant d'entrer au Lost Paradise :: Papiers d'inscription :: Artistes-