Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June Ravenclose
Awoken Dreams
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 26
Localisation : À la frontière de la vie et de la mort

MessageSujet: Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]   Sam 20 Déc - 3:21

June tira les rideaux de sa chambre avant de plaquer ses mains contre ses oreilles. Il en manquait peu pour qu'elle se roule en boule sous sa couette. Elle n'aimait jamais les jours d'orage, alors le soir, sous le ciel sombre ... c'était bien pire. Le bruit du tonnerre faisait remonter de mauvais souvenirs à la surface de sa mémoire. Son thé quotidien reposait sur la petite table, sûrement froid puisqu'elle n'y avait pas touché. Elle avait trop peur de lancer la tasse contre le mur, dans son état. Elle se serait coupée. Il fallait qu'elle bouge, qu'elle s'occupe l'esprit. Impossible de dormir avec tant de bruit. Elle mit donc une tenue un peu plus convenable que son pyjama et sortit sur la pointe des pieds, se dirigeant vers la cuisine. Pas question de réveiller qui que ce soit par simple maladresse ! Quoique, elle doutait être la seule qui ait du mal à dormir... C'était simplement pour avoir conscience tranquille.

C'est tartelette aux fraises en main qu'elle se mit à réfléchir à la suite des événements, croquant distraitement dans son encas. Un peu de lecture l'aiderait sans doute à se changer les idées, mais elle ne saurait s'y concentrer avec tout ce bruit qui la faisait réagir au quart de tour. Elle se contenta donc d'emprunter un livre à la grande bibliothèque du cabaret, pour ensuite chercher un endroit plus calme. Peut-être que Dolores aurait un cachet pour l'aider à dormir, dans le cas où elle ne trouvait pas son bonheur. La doctoresse saurait au moins égayer les traits de son amie, par sa simple présence, comme toujours.

June prit donc la direction du sous-sol. Cependant, elle ne se rendit pas jusqu'au cabinet. Le ronronnement des moteurs couvrait le tonnerre. Elle passait peu de temps près de la salle des machines ou même la buanderie. Elle n'aurait pas su quoi y faire, après tout. Un nouveau soupir lui échappa. On lui avait souvent répété qu'elle ne trouverait jamais un mari, si elle ne savait rien faire de ses dix doigts. Décidément, elle était un peu trop mélancolique ce soir. Un bruit furtif attira son attention, la sortant de ses pensées. Elle se rapprocha jusqu'à la cave, et elle y découvrit ... Ziggy ? Que faisait-il ici ? Peut-être était-ce bien pour la même raison qu'elle. À moins qu'on ait cherché à lui faire du tort ?! Cela, elle ne saurait le pardonner, pas envers un être si attachant.

— Excuse moi si je t'ai effrayé, petit mime. Je ne comptais pas voler ta cachette.

Elle tremblait encore un peu, d'ailleurs. Même si l'orage semblait plus loin à présent, elle savait que ce n'était pas le cas. Une pincée de réconfort et de légèreté, cela leur ferait du bien à tous les deux. Dommage qu'il ne lui restait pas un bout de sucre, cela aidait parfois à effacer tous les chagrins. Elle irait lui en chercher s'il le fallait, mais elle ne comptait pas le laisser seul tout de suite, oh.
Voir le profil de l'utilisateur
Ziggy Aseïr
The sound of silence~♫
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 27/06/2013

MessageSujet: Re: Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]   Sam 28 Fév - 16:30


Poussière d'étoile...




Terrible bruit n’est-ce pas ?
Borborygmes barbares, redondants, grognant dans le ciel grognon.
La nuit était sombre, la lune pourtant montante se retrouvait bien souvent voilée par l’épais rideaux des nuages. Mais Ziggy était de bonne humeur ce soir, il savait la lune belle, juste timidement cachée derrière son paravent cotonneux. Ah, il ne lui en tenait pas rigueur : la nuit était fraiche, elle aussi devait avoir froid. Pour cela elle se drapait dans la douceur de ces épais nuages.
Ziggy venait de se réveiller, les lueurs du soleil ayant déjà décliné depuis bien longtemps il s’était retrouvé réveillé de son sommeil par les grognements de l’orage. Il n’avait jamais vraiment su comment se placer par rapport aux orages, ils étaient certes bruyant, déchirant parfois pour les oreilles et avaient le don de mettre une mauvaise électricité dans l’air. C’est vrai que Ziggy n’aimait pas le bruit, mais une fois les oreilles bouchées, le bruit évanoui, les orages n’étaient-ils pas une belle chose ? Quand dans ce silence crée, ils zébraient le ciel, déchirant la noirceur des nuages.
De toute évidence, si.
Mais ce soir-là, il fallait avouer que Ziggy n’avait pas envie d’entendre l’orage gronder au dehors. Ce soir il ne faisait pas de représentation. Mais plus que tout : ce soir il s’ennuyait. Après tout, le mime du haut de ses 19 ans était tout de même un grand enfant, quelqu’un dont le corps un peu dégondé garderai toute sa courte vie une âme enfantine et rêveuse. Et ce soir il avait envie de rêver, de préparer son nouveau numéro très secret.
Ravivé par cette idée, il sauta hors de son lit,  débarbouilla promptement sa face enfarinée, enfila son éternelle marinière et chaussa ses vieux godillots de cuir tanné.
Il avait toujours aimé avoir trouvé sa place au Lost. Ce bâtiment vivait au même rythme que lui : Il se réveillait, se préparait en début de soirée, et c’était la nuit qu’il se dévoilait au monde, s’animait, vivait. La capitale aussi offrait bon nombres de plaisirs nocturnes et d’aventures qui faisaient rêver même les petits mimes les plus timides.
Sortant de sa chambre, il emporta avec lui un sac, presque aussi large que lui. Marchant à pas de loups dans les couloirs encore déserts, écoutant au loin les voix et le tumulte de la vie de la bâtisse. Il ne faisait rien d’illégal, mais n’avait pas vraiment envie d‘être vu, une chance pour lui alors, que d’être cet être invisible et opalescent qui dans les couloirs ombrageux semblait faire partie du décors.
Il descendit d’un pas assuré les escaliers, les corridors, s’enfonça dans les tripes du cabaret, sachant pertinemment ou il devait aller : La cave.

C’était certes un endroit étrange, reculé et sombre. Ce n’était certainement pas la place d’un petit mime, oh non. Mais c’était devenu une nouvelle cachette, un endroit où personne ne se rendait et où il pouvait s’exercer en paix.
Arrivé à destination Il sorti les étranges objets qui gonflaient son sac :  une couverture, un carnet, un paquet de biscuit  et une lampe huile.
Craquant une allumette, la lumière fut dans la lampe, diffusant ses forts rayons sur tous les murs alentours, les faisant passer du noir a une couleur plus chatoyante.
Assis sur la couverture, devant la lampe, Ziggy se concentrait, s’exerçait à ce nouvel art qu’il comptait bien exploiter : Celui des ombres chinoises.
Il s’amusait à inventer, à perfectionner ces histoires, à modeler ses doigts agilement pour les faire ressembler à divers objets, personnes, animaux et notait toutes les formules, tous les nœuds de doigts et de membres dans son carnet pour mieux les mémoriser.
C’est quand il voulut répéter cette opération qu’il se rendit compte d’une chose bien singulière : Il avait perdu son crayon !
Il avait simplement dû le faire tomber sur le chemin. A cette pensée il se leva et retourna serpenter dans les petits couloirs de la cave, bercées par la chaleur et le ronron des machines.

Quelle ne fut pas sa surprise, quand soudainement sur son chemin, une chevelure d’or vint étinceler devant ses yeux ! Ne s’attendant pas à trouver du monde dans sa cachette il sursauta vivement, sous le coup de cette surprise. Il eut même peur à ce moment qu’on ne vienne lui reprocher sa présence ici. Mais il se rasséréna bien vite quand c’est le doux visage de June qu’il reconnut.

« — Excuse moi si je t'ai effrayé, petit mime. Je ne comptais pas voler ta cachette. »

Le mime hocha la tête. Puis la secoua négativement sentant les rougeurs lui monter aux joues. Non, elle ne l’avait pas vraiment effrayé, il avait été plutôt surpris diront nous. Voilà, la surprise.
Ziggy aimait bien June , elle était jolie, elle était douce comme du miel, mais semblait toujours avoir ce quelque chose de fragile comme une petite statue de verre, un petit quelque chose de facilement ébranlable que Ziggy connaissait bien.
Et il la voyait, là devant lui, toute tremblante, pantelante, il lui sembla alors qu’un sentiment étrange naissait dans sa poitrine. Un sentiment de similitude, d’une compassion intense pour ce que cette jeune femme ressentait. Il connaissait bien son malaise, ce mal être qui était le sien était commun à tous les êtres sensibles. Tout doucement alors, il la prit par la main, pour l’entrainer avec lui vers sa cachette, pendant qu’ils marchaient, il se retourna et mit un doigt devant sa bouche, pour lui demander silencieusement de garder son petit secret. Il ne faisait aucun doute que la belle ne trahirait pas son secret.
Arrivé à destination, il se réinstalla près de la lampe et murmura doucement.

«  On ne mérite pas d’être seul quand on a peur de l’orage. »



© The Leprechauns’ Queen

_________________
outre le silence je parle en  : #E0FFFF
↪ Marcel Marceau. a écrit:
" Avant de dire quelque chose, il faut s'assurer que le silence ne soit pas plus important. "



Ziggy's song ~the sound of silence, by Simon and Garfunkel.
Voir le profil de l'utilisateur
June Ravenclose
Awoken Dreams
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 26
Localisation : À la frontière de la vie et de la mort

MessageSujet: Re: Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]   Mar 5 Jan - 4:08

Cet endroit était astucieux. On y entendait beaucoup moins le bruit du tonnerre. Voilà ce qu'elle recherchait. Un petit coin paisible où elle pourrait retrouver le calme. Comment réussir à trouver le sommeil, sinon ? Impossible. Cependant, Ziggy accepterait-il de la laisser approcher ? Lorsqu'elle l'apercevait, dans le cabaret, il était souvent seul. Parfois un peu renfrogné, parfois non. Alors elle n'aurait pas voulu le déranger ... Mais il la guida tout doucement, tout gentiment, jusqu'à ce coin douillet qu'ils pourraient désormais partager.

Des mots ... Voilà sans doute le cadeau le plus précieux que pouvait vous offrir un mime. Cela lui réchauffa un peu le cœur, la portant à lui sourire même si le cœur n'y était pas encore trop là. Mais Ziggy lui faisait l'effet d'un enfant attendrissant, et il fallait toujours se montrer fort devant plus jeune que soit. Elle avait retenu les leçons de sa jeunesse. Pour montrer l'exemple, si elle se souvenait bien. De toute façon, c'était un peu son travail, remonter le moral d'autrui par ses chants, compliment que lui faisait si souvent son oratoire ... Et plus important, parce qu'ils ne se connaissaient en vérité pas plus que cela. Comment réagirait-il, si elle éclatait soudainement en sanglots, hein ? Malgré tout, il avait bien saisi tout l'émoi qui étreignait son être, ce soir bien davantage que d'habitude.

— Je pensais être la seule ...

Après tout, chacun des visages ici cachait une créature non humaine. June s'imaginait à tout le moins qu'ils n'étaient pas habités par les mêmes peurs, pas exactement. Une chose était certaine, ils les cachaient souvent bien mieux. Nul doute que son secret aurait été découvert depuis bien longtemps si elle n'avait pas eu un coup de pouce. Peut-être était-ce la raison pour laquelle elle n'était pas allée chercher un breuvage un peu plus fort que son thé et un peu de compagnie auprès d'Alexander qui restait toujours bien tard au bar, et qui avait toujours une oreille et un sourire à lui offrir. Elle avait besoin d'être un peu seule, pour souffler, pour se poser, pour réfléchir. Comme un oiseau blessé, elle hésitait à reprendre son envol. Sans avoir l'impression de n'être qu'un poids que l'on trimballe par obligation, ne sachant trop quoi faire d'elle. Ce serait trop dur pour son cœur meurtri.

Et Ziggy, lui ? Pourquoi traînait-il dans la salle des machines ? Au cœur de la pénombre, son regard fut attiré par la lumière faible qui se trouvait près de Ziggy. Curieuse, elle se rapprocha pour examiner la lampe et tenter de comprendre ce qui se passait de bien extraordinaire ici, loin de toute âme qui vive. À cette heure tardive du moins. Elle en oublia de se soucier de son apparence irréprochable, une mèche blonde glissant de son oreille alors qu'elle examinait le dispositif sous tous ses angles. C'est ce qui arrivait lorsqu'on vivait aux côtés d'une scientifique cherchant toujours à tout savoir, tout comprendre !

— Tu veux bien me montrer, dis ... ?

Ça lui ferait du bien, de penser à autre chose qu'à tout ce qui la tracassait. Au moins pour le moment. Mais elle ne lui forcerait pas la main. Un secret était précieux, elle était bien placée pour le savoir.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]   

 

Poussière d'étoiles [Pv Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avoir des Pokemon plus forts, la Poussière Étoile et les Bonbons
» Le papillon des étoiles
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Poussière d'Étoile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Cabaret du Lost Paradise :: Sous-sol :: Cave-