Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June Ravenclose
Awoken Dreams
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 26
Localisation : À la frontière de la vie et de la mort

MessageSujet: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Ven 13 Mar - 16:44

Peu de personnes se formalisaient vraiment des mélodies qui pouvaient hanter jour et nuit le Lost Paradise, en dehors des spectacles. La plupart étaient couvertes par les discussions, ou cachées derrière des portes closes. Il ne fallait pas gâcher la surprise des nouveaux numéros ! Mais aujourd'hui, alors que le soleil était haut dans le ciel, il pleuvait. Cela n'empêchait pas certains de sortir, sous la protection d'un parapluie de toile, mais tout de même, l'ambiance semblait être maintenue au ralenti, le temps suspendu. La plupart des artistes en profitaient pour se reposer, jouer aux cartes, ce genre de choses toutes simples qui font passer le temps d'une existence tranquille. Pas June. Elle avait été prise de court par son couturier préféré au détour d'un couloir, afin de discuter de sa prochaine création. Il avait apparemment une envie soudaine de s'éloigner quelque peu des plumes du Cygne blanc. Kaito avait au moins la bonté de toujours vérifier le moindre détail auprès de la petite cantatrice... Mais argumenter avec le triton prenait parfois des heures entières, tous deux étant têtus à leur façon.

Une fois sortie de l'atelier, elle jeta un regard furtif à l'heure marquée dans le couloir et étouffa un juron entre ses lèvres. Seigneur ! Elle était en retard ! Tout cela lui était sorti de la tête. Encore heureux qu'elle n'ait pas à se changer, ni à parcourir une trop grande distance pour rejoindre celui qui lui partageait la scène. Elle courut malgré tout jusqu'à en avoir le souffle court. Les notes flottant dans l'air lui confirmaient que le pianiste, lui, était déjà bien installé. Une mélodie douce amère. Elle ne voulait pas le faire attendre davantage.

Dominik ... June n'était pas idiote. Si on le surnommait le pendu, c'est bien qu'il devait avoir forcé la main de la mort à venir le cueillir. Les suicidés étaient des cas difficiles, tourmentés à la fois dans leur vie et dans leur trépas. Alors si elle ne pouvait le renvoyer dans les limbes, surtout si ce n'était pas sa volonté, elle aurait aimé l'aider à trouver au moins une certaine paix d'esprit. Même si cela devait la faire passer pour une enquiquineuse de première. Au moins, cela ne l'avait pas convaincu de jouer avec quelqu'un d'autre, et cela lui suffisait pour être heureuse. C'était en quelque sorte une façon de confirmer qu'elle ne s'en sortait pas trop mal avec ses dons. Chaque petite victoire l'empêchait de les maudire, eux qui lui avaient causé bien des malheurs, et encore aujourd'hui, avec ses crises d'angoisse.

— Très cher ... Compterais-tu donc faire carrière solo dans un avenir rapproché ?

De sa voix douce et délicate, la question se voulait une taquinerie gentille. Elle espérait ne pas l'avoir trop surpris, avec son arrivée subite. Peut-être lui ferait-il une petite place à ses côtés ?

— Pardonne moi. Je suis une vraie étourdie.
Voir le profil de l'utilisateur
Dominik Steadworthy
Walking in the Dark
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 16/07/2013

MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Jeu 4 Juin - 18:04

Les aiguilles avançaient à une vitesse lamentablement lente. Le temps. Une chose précieuse que Dominik détestait perdre, bien que 94,7% de son existence était dédiée à cela. Perdre son temps. Vivre au ralentit. Attendre. Toujours attendre, mais sans savoir quoi. Il referma sa montre à gousset et la glissa dans sa poche en effectuant un long bâillement. Il se demanda alors si June n'avait pas oublié leur répétition. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais qui sait.

Déjà installé derrière son piano, le pendu se redressa et effleura quelques touches. Bien vite, il se laissa emporter et improvisa une mélodie, rajoutant de plus en plus de notes à mesure qu'il laissait l'énergie de la musique s'insinuer en lui. Au bout d'un moment, le pianiste en oublia l'absence de June et son retard. Comme chaque fois qu'il jouait, il se retrouvait absorbé dans un autre monde, un monde bien au-delà de celui-ci, un monde bien au-delà de celui de l'au-delà (badumtsss). Chaque fois, il se rapprochait de ce que l'on pouvait appeler le bien être. Peu importait l'émotion que transportait le morceau qu'il interprétait, chaque fois, quand il s'arrêtait, l'espace d'un moment il était serein. Comme s'il avait atteint quelque chose, qu'il s'était rendu là où personne n'était allé auparavant. Puis, il revenait à la réalité.

Cette fois, ce fut toutefois la douce voix de June qui l'extirpa de l'autre monde. Il s'arrêta de jouer brusquement, comme s'il venait de se réveiller en sursaut d'un sommeil profond. Un coin de sa bouche se souleva en un petit sourire à l'entente de la taquinerie de sa collègue. L'occasion de répliquer était trop belle pour qu'il ne la rate, même si elle venait tout juste de s'excuser.

« Qui sait...  Au moins, je saurais que je serais toujours à l'heure pour répéter.»

Un sourire taquin flottait sur les lèvres de Dominik. Chose peu commune. June devait se compter chanceuse. Elle était l'une des rares qui avait parfois l'occasion d'apercevoir ces petits moments où l'Anglais quittait la planète Dépression pour montrer ses anciennes facettes rieuses. Comme ils passaient relativement beaucoup de temps ensemble, en tant que compagnons de scène, disons qu'elle avait plus d'opportunités que d'autres.

« Ça ne fait rien, j'ai tout mon temps. C'est tout ce que j'ai.»

Le pianiste observa sa collègue un instant, se demandant pourquoi elle n'était pas à l'heure. Cependant, il hésitait à le lui demander directement. Si c'était d'ordre privé, il n'avait pas très envie de connaître des détails gênants (quoi que), et encore moins de mettre la pauvre June mal-à-l'aise. De toute façon, c'était chose du passé. Leur répétition n'allait pas attendre toute la journée.

Néanmoins, sa curiosité ne le lâchant jamais, l'intrigue était toujours là. Soit il s'était produit quelque chose d'intéressant et il se devait d'être au courant, soit elle était seulement dans la lune. Deux possibilités aux probabilités égales. Il sentait que cela allait le titiller pendant longtemps. Comme le pianiste venait toutefois de se faire serment qu'il ne la questionnerait pas (il prend les choses très au sérieux), il n'insisterait pas. Mais, si June parlait d'elle-même, par contre, il ne la retiendrait pas non plus. Dominik se poussa donc un peu vers la gauche sur son banc et tapota l'espace vide à côté de lui pour qu'elle y prenne place. Question de rendre l'atmosphère propice aux confidences. Qui sait si la  révélation de June, si telle il y avait, ne lui permettrait pas de chasser l'ennui pendant le reste de la journée?

« Belle journée, n'est-ce pas? »

_________________
~ D ominik S. ~




La voix de Dieu est en #666699
Voir le profil de l'utilisateur
June Ravenclose
Awoken Dreams
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 26
Localisation : À la frontière de la vie et de la mort

MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Jeu 1 Sep - 17:15

June ne sut trouver les mots pour répondre à la répartie de son collègue, tant elle fut surprise, ne s'approchant d'ailleurs pas tout de suite. Dominik était d'habitude si réservé, presque secret, mais cette fois, il s'était laissé entraîné par cette plaisanterie. D'un côté, elle était heureuse de voir qu'il s'ouvre un peu plus au fil du temps. C'était le signe qu'il l'appréciait, non ? Elle se demandait souvent ce qu'il se passait au plus profond des pensées du pianiste, par exemple si elle ne le dérangeait pas trop, avec ses questions parfois délicates, en sa qualité de médium qui prenait son rôle très à cœur, et que par conséquent, il ne l'accompagnait sur scène que parce qu'il y était bien obligé... D'un autre côté, ces paroles avaient un fond de vérité qui lui causaient un certain pincement au cœur, même s'il lui assurait que ce n'était pas très grave. Que voulez-vous, avec ses nerfs tirés à quatre épingles, il ne lui en fallait pas beaucoup pour chambouler son pauvre petit cœur. Oui, elle était en retard. Ce n'était pas seulement sa faute, mais elle aurait dû se souvenir de la répétition et agir en conséquence. Le succès du cabaret dépend de la qualité de ses spectacles, et donc de ses artistes. C'est bien cela qui la poussait à travailler jusqu'à approcher la perfection, chose encore plus importante qu'elle n'était qu'une pauvre humaine que l'on pourrait décider de renvoyer à la rue à tout moment. Heureusement, le sujet de la conversation fut bien rapidement détourné de cette faute par son charmant compagnon anglais, l'empêchant de se morfondre davantage sur ses inquiétudes silencieuses.

— Oh, ne m'en parle pas ! Kaito m'a gardée enfermée dans son atelier toute la journée.

Elle poussa un soupir bien long et se laissa tomber à côté de Dominik sur le banc en cuir posté devant l'instrument. Ses pieds avaient bien besoin d'un peu de repos. Elle décida même de retirer ses chaussures. Un comportement qui n'était pas très conventionnel, surtout pour les figures adorées du public, mais elle doute que Dominik en fasse vraiment tout un plat. Pas maintenant qu'elle lui offrait enfin une explication tangible à ce retard malheureux. Au moins, ici, il faisait un peu moins chaud que dans l'atelier de tissus, ce qui était le bienvenu après avoir tant couru parmi les couloirs.

— Tout cela parce qu'il hésitait entre des teintes de tissu, en bleu ou en vert. Il a aussi pris des mesures, mais il n'a pas accepté de me montrer ce que devrait donner le produit final, cette fois. Tu te rends compte ? Il n'en fait vraiment qu'à sa tête !

À croire que c'était un trait commun chez les garçons ! Du moins, elle pouvait l'affirmer pour tous ceux qu'elle connaissait jusqu'à présent ... Ce qui lui causait parfois bien du souci, par ailleurs. Mais tout cela ne concernait pas vraiment Dominik, alors elle se contenta de lui adresser un sourire timide avant de lui présenter des excuses en bonne et due forme. De toute façon, elle devait déjà l'avoir suffisamment ennuyé en parlant chiffons comme cela, en plus de se plaindre un peu pour ce qui pouvait n'être conçu que comme un simple caprice, de part et d'autre des « coupables ».

— Enfin ... Nous sommes là pour le travail, et non pour discuter, n'est-ce pas ?

Quoique, peut-être était-il possible de faire un peu des deux. Percer le secret de la mélodie entamée par le pianiste avant qu'elle ne vienne le rejoindre, et par le fait même le fond de ses pensées, par exemple, serait intéressant. Était-ce tout ce qu'il faisait de son temps libre ? Mais ils avaient déjà pris suffisamment de retard, elle ne voulait pas en causer davantage ou alors il allait vraiment commencer à lui en vouloir, surtout s'il avait autre chose de prévu aujourd'hui !!
Voir le profil de l'utilisateur
Dominik Steadworthy
Walking in the Dark
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 16/07/2013

MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Lun 10 Oct - 18:44

La chanteuse se laissa tomber lourdement près du pianiste, faisant quelque peu rebondir son corps léger, malgré la silhouette frêle de celle-ci. Il l'écouta s'expliquer, le menton nonchalamment posé dans sa paume, par habitude. Avec ses chaussures retirées et le débit avec lequel elle déblatérait, la pauvre June semblait exténuée de sa journée avec le couturier. Elle semblait travailler comme une folle pour plaire à tous, du patron jusqu'aux clients. C'était là aussi un peu le prix à payer pour être favorite du public, mais elle méritait tout de même quelques journées de congé. Ou au moins de prendre le temps de relaxer un moment.

« Il n'en fait vraiment qu'à sa tête!»

« C'est pour cela que j'essaie de me tenir loin de lui. Son humeur est parfois massacrante. »

Il lui épargna les détails de sa mésaventure où il s'était retrouvé par hasard dans l'atelier de Kaito par soucis d'être sociable – grave erreur – devant une conversation emplie de tension entre le patron et le commissaire de police de la ville, et un couturier visiblement non désireux d'avoir tant de visite dans son havre.

« Mais oui, comme tu dis, poursuivit-il en se redressant. Le travail. Toujours du travail, n'est-ce pas? »

Il se réchauffa en jouant quelques notes, puis reporta son attention sur sa collègue. L'éclairage placé derrière elle rendait ses traits légèrement différents. Ses cheveux blonds auréolés de lumière semblaient la rendre plus légère, lui donnant l'apparence d'être de son monde. L'espace d'un instant il se sentit encore plus près d'elle.

« Alors, avec quelle pièce souhaites-tu commencer? La première en liste pour le spectacle? Ou bien la dernière? Question de donner l'impression d'avoir tout pratiquer pour pouvoir se sauver plus tôt et aller prendre un café. »

Dominik lui lança un léger sourire invitant. Et pourquoi pas? Ils ne se voyaient que très rarement en dehors d'un contexte de travail, et puis il savait que peu importait la quantité de travail qu'elle mettait, June allait être fantastique, comme toujours.
Spoiler:
 

_________________
~ D ominik S. ~




La voix de Dieu est en #666699
Voir le profil de l'utilisateur
June Ravenclose
Awoken Dreams
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 26
Localisation : À la frontière de la vie et de la mort

MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Sam 1 Avr - 19:43

Comme toujours, Dominik allait droit au but, dès lors que le travail fut mentionné, cherchant à savoir s'il y avait un but précis derrière cette répétition. Après tout June connaissait son spectacle sur le bout des doigts, non seulement elle était un rien perfectionniste, mais elle n'aurait pas pu mettre tout son cœur et son âme dans une musique pour laquelle elle n'aurait finalement pas son mot à dire. Elle tourna les partitions frénétiquement avant de trouver ce qu'elle cherchait. Parfois, elle enviait la simplicité dont Dominik était capable de faire preuve. De son côté, le moindre détail pouvait entraîner un millier de questions. Là, elle se disait surtout qu'elle ne laisserait pas Dominik prendre autant à la légère leur répétition, c'était tout de même important ! Il comprendrait bien vite où reposait le cœur du problème. Sans plus attendre, elle fit donc tourner frénétiquement les partitions entre ses mains délicates jusqu'à ce qu'elle trouve ce qu'elle cherchait.

— Je voulais surtout revoir celle -là. La nouvelle pièce. Il faudra sûrement la reprendre encore quelques fois. Elle est bien plus rapide que mon répertoire habituel ...

Cela lui pesait de devoir admettre tout cela et de forcer son musicien à répéter encore et encore la même série de notes, raison pour laquelle elle s'excusait, mais il n'y avait pas d'autre solution. Du moins June n'en voyait aucune. Il n'était pas question de laisser échapper une seule fausse note le soir du spectacle. Sa voix était la seule chose qui lui permettait de rester au cabaret, même si la crainte refusait de la quitter. Celle qu'un jour, le subterfuge soit découvert, et qu'on la renvoie vers l'Enfer où sa place était promise. Mais les notes de musique s'échappant du piano lui réchauffèrent le cœur. Dominik avait-il remarqué son trouble ? Ou peut-être était-elle simplement trop étourdie, et n'avait pas entendu le début de la mélodie, du coup il avait recommencé pour attirer son attention à nouveau...

Peu importe. Les larmes attendraient. Elle les enferma à double tour au fond de son cœur, ferma les yeux et se laissa emporter par la musique, oubliant ses hésitations et ses doutes. Elle recommençerait, encore et encore, tout simplement. C'était le lot des artistes et ils devaient se plier à cette loi s'ils voulaient réussit dans le monde du spectacle. Lorsque les notes lui parurent enfin lui appartenir, suffisamment pour qu'elle soit satisfaite, elle ne put s'empêcher de se relever, effectuant quelques pas de danse gracieux autour du piano. La musique l'animait, et soudain ce monde lui semblait moins lourd. Moins froid et effrayant. Le silence retombant doucement par la suite, le morceau terminé, elle adressa finalement un sourire timide à Dominik, attendant le verdict de son partenaire, se demandant si elle n'en avait pas trop fait ... Après, peut-être pourraient-ils reparler de ce café, si le jeune homme n'avait pas changé d'avis, bien sûr.

Son âme était celle des étoiles, qui brillaient le plus avant de s'éteindre dans une terrible explosion.
Voir le profil de l'utilisateur
Dominik Steadworthy
Walking in the Dark
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 16/07/2013

MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   Jeu 10 Aoû - 4:27

Sa collègue musicienne semblait tendue et il sembla lui prendre un bon moment pour que ses muscles se décrispent. Dominik ignorait pourquoi June s'en faisait autant. Elle avait sans doute de bonnes raisons, après tout se produire devant publique n'était pas toujours aisé et donnait de l'anxiété à bien des gens. Toutefois, à son avis, la blonde était un diamant brut, elle avait un talent naturel. Elle aurait pu chanter une berceuse ou improviser des paroles qui ne faisaient aucun sens, l'audience l'acclamerait et en redemanderait certainement. Il était vrai qu'elle ne maîtrisait pas entièrement la nouvelle partition, mais ceux ne l'ayant jamais lu n'auraient sans doute jamais remarqué. Cette chanson n'était pas non plus la préféré de l'Anglais et ses pensées se frappant à la réalité lui firent faire quelques fausses notes ici et là, n'aidant pas au cas de June. Il s'excusa également et reprit.

Au bout de quelques reprises, quand la concentration de Dominik était à son maximum et que les doutes de June semblaient s'être envolés, quand les notes déferlant de ses doigts et la mélodie soufflée par la voix de la blonde semblèrent former une symbiose, il était plutôt évident qu'ils étaient passés à un autre niveau, se rapprochant de l'harmonie parfaite. L'attention du pianiste était si canalisée sur les dernières notes qu'il fût surprit de voir June s'agiter près de lui, balançant l'ourlet de sa robe avec grace. Elle s'arrêta à côté de lui, l'air gêné. On aurait pu la prendre pour une petite fille. Dominik sourit à son tour devant l'innocence qu'elle dégageait, puis reprit son sérieux.

« Eh bien... Comment dire... Je crois qu'il faudra faire très, très attention le soir du spectacle... Nous risquons de devoir évacuer tout l'établissement tellement la salle sera brûlante après ça!, rigola-t-il. Ce n'étais pas si mal pour quelqu'un qui pensait devoir pratiquer des heures. Il y a peut-être encore quelques ajustements mineurs à faire, mais rien d'urgent. »

Il recula son banc et se leva en s'étirant, pianotant des doigts dans les airs pour dégourdir ceux-ci. Il attrapa ensuite d'un geste léger le livre de partitions, les feuilletant une à une tout en questionnant sa collègue quant à son désir de pratiquer celles-ci. Peut-être pourraient-ils prendre quelques minutes de plus pour être bien prêts. Cependant, Dominik n'avait pas envie que cette rencontre ce termine là, comme à l'habitude. Bien qu'il aimait passer le plus clair de son temps seul, ayant parfois du mal à échanger avec les gens, il aimait bien la compagnie de la chanteuse. Ils se côtoyaient souvent, presque tous les soirs, en raison de leur collaboration sur scène, toutefois, il avait le sentiment de la connaître à peine. Pourtant, quelques instants plus tôt, leur musique avait semblé les unir comme s'ils se connaissaient par cœur. Le pianiste reposa ses notes sur le pupitre et, les mains formellement placées dans le dos comme il en avait gardé la manie, fit face à June.

« Nous avons donc deux choix. Nous pouvons poursuivre notre répétition ici jusqu'à ne plus y voir clair. Cependant, j'ai entendu dire que l'esprit créatif est plus ouvert accompagné d'un café chaud et de bonne compagnie. Si la pluie ne vous effraie pas, nous pourrions discuter de la nouvelle chanson dans un endroit que m'a recommandé un peintre un peu loufoque qui traîne souvent ici. Qu'en dites-vous, m chère? »

Dominik se détendit quelque peu et glissa les mains dans les poches de son pantalon, se demandant s'il n'avait pas été trop formel dans sa requête. Attendant la réponse de son amie artiste, il espérait seulement qu'il ne la froisserait pas en mettant de côté la répétition des autres chansons. Après tout, ils avaient interprétés celles-là plusieurs fois sans soucis déjà. Mais peut-être que June n'avait pas la même façon de penser, auquel cas il serait sans doute plus sage de s'y remettre. Le jour était néanmoins peu avancé, ils auraient sans doute le temps de revenir répéter plus tard s'ils en sentaient le besoin. Pour l'instant, Dominik souhaitait seulement quitter les murs se gorgeant peu à peu d'humidité du Lost Paradise pour une heure ou deux. Le temps qu'il fallait pour se vider la tête de quelques tracas en bonne compagnie.

_________________
~ D ominik S. ~




La voix de Dieu est en #666699
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]   

 

La musique est un langage silencieux [Pv Dominik]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne
» Musique médiévale
» Quiz #12 La Musique du Quebec (no1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Cabaret du Lost Paradise :: Sous la Mansarde :: Ateliers-