Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1821
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Sam 15 Aoû - 0:27

Lundi matin. Mauvaise semaine. Aldrick n'avait pas eu le temps de boire un chocolat au commissariat que déjà, il recevait un coup de fil d'un collègue. En déplacement en périphérie. Ce dernier ne pouvait assurer la protection d'une pièce introduite au Louvre. Ancienne et rare, la pierre allait être dévoilée au grand public à 9H, et d'un ton qui dénotait l'urgence, son camarade le pria de bien vouloir s'en charger. Le commissaire grommela en avisant la pendule. Il lui fallait partir de suite. Bon gré, mal gré, avec son équipe, il se rendit sur place.

- Égypte antique... C'est par là.
- C'est étrange n'empêche tout ce qu'ils avaient déjà inventé à l'époque et comment au final, on a peu évolué depuis. Souligna Allan en s'approchant plus près, presque au point de coller mains et visage à une vitre, pour contempler la reproduction d'une pyramide.
- Ne prends pas ton cas pour une généralité, veux-tu. Répliqua Jean avec un sourire.
- Hey !
- Ça c'est de la répartie... Reprit Axel, amusé, en levant les yeux au ciel.
- Eh t'es dans quel camp toi ? Wooh vise un peu les momies !
- Un vrai gamin.
- Mais c'est trop...
- Les gars, soyez professionnels. D'ici peu il y a aura la presse en plus des visiteurs. Restez concentrés.
- Il est de mauvais poil ou quoi ? Chuchota Allan.
- Pas de chocolat. Répliqua sur le même ton Billy.
- Ah oui, j'avais omis ce détail.

Dans la grande salle, plusieurs momies, des bijoux anciens, des gravures sur les murs. Dans les vitrines, des objets partiellement reconstitués et d'autres si brillants que c'était à se demander s'ils avaient jamais étaient utilisés jadis.
Dans un coin, une nappe blanche posée sur une planche maintenue par deux tréteaux, faisait office de table. Sur cette dernière quelques notes, pour les journalistes étaient maintenues par la main fine d'une jeune femme en tailleur, qui les salua dès qu'elle les vit. Avec sa jupe fuseau et sa veste, elle paraissait avoir la trentaine, mais il y avait fort à parier que les lunettes claires qu'elle arborait et le chignon qui retenait ses cheveux n'étaient pas étrangers à cet âge fictif.


- Ah bonjour ! Vous tombez bien ! Bérénice Houni, enchantée messieurs. Ne perdons pas de temps voulez-vous ? Il faudrait un homme à l'entrée, un autre là-bas, et deux là, de chaque côté du présentoir...

Aldrick arqua un sourcil, si étonné de trouver là une jeune femme qui paraissait avoir envisagé toutes les options, qu'il s'interrogea véritablement sur le rôle de la demoiselle tout au long de la présentation. Il avait du mal à croire qu'elle était une simple employée du musée.

- ... À ce moment-là, la pierre apparaitra. Je compte sur vous pour ne pas la perdre des yeux une seule seconde malgré les flashs des journalistes !

Les regards finirent ensuite par converger vers lui.

- Vous avez entendu la dame. Exécution !

Le commissaire frappa dans ses mains et les policiers après un instant d'hésitation, s'organisèrent plutôt naturellement.

- Axel... Souffla l'agent en lui faisant signe de le rejoindre.

Il attendit que le légiste soit près de lui pour glisser plus bas.


- Je voudrais que tu restes parmi les visiteurs, mêle-toi aux touristes, organiser une conférence de presse dans une salle au trésor... Je ne suis pas certain qu'on n'ait pas droit à un vol autre que celui du diamant.
- D'accord.
- Surveille surtout...

L'agent n'acheva pas, un flash venait de l'éblouir et il papillonna des yeux en cherchant l'auteur de cette agression visuelle, en vain. La pièce s'était déjà grandement remplie et le brun pesta intérieurement en songeant que plus d'une personne les avait probablement entendus. Cette demoiselle Houni avait diablement bien fait sa publicité.

- Ça va commissaire ?
- Oui oui. Grommela-t-il, avant de reporter son attention sur son collègue, puis sur les présents, car pas moins de trois personnes prenaient des photos à intervalles irréguliers.

- Surveille surtout ceux avec des sacs... Reprit-il un peu plus bas avant de se rapprocher d'une vitrine pour avoir une meilleure vision d'ensemble.

La conférence débuta, et la majorité sembla écouter avec attention le discours de l'Égyptienne. Les curieux se rapprochant parfois ci et là d'une vitrine, tandis que les journalistes assaillaient de questions la spécialiste, les flashs entrecoupant son discours de sourires ambitieux, jusqu'à ce qu'un bruit sourd ne retentisse, rapidement suivi par une voix suraiguë :


- Goujat ! Ôtez vos sales pattes de là !

Ça ne présageait rien de bon.


Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 


Dernière édition par Aldrick Voelsungen le Jeu 20 Aoû - 21:05, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Ester Jones
Apprentie photographe
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/12/2014
Age : 24
Localisation : cherchez au fond, là où il fait tout noir...

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Mer 19 Aoû - 16:51

C’était une riche matinée qui s’annonçait ce jour-là. Ester s’en réjouissait à l’avance et s’activait dans l’arrière-boutique. En cette heure matinale, la pièce baignait d’une douce lueur jaunâtre, et semblait atténuer l’écho de ses pas pressés. Le patron dormait encore mais avait laissé des instructions claires : elle devait se rendre à l’ouverture de la dernière exposition égyptienne du Louvre. Des œuvres exceptionnelles devaient y être exposées, et le Dandy en voulait les meilleurs clichés. La tâche n’était pas spectaculaire mais ça n’entachait en rien l’enthousiasme de la jeune femme. Elle n’était encore jamais allée dans le grand musée, et aujourd’hui elle avait une bonne excuse pour le faire. Elle n’allait pas cacher sa joie. Elle troqua son habituelle tresse pour un chignon plus formel et enfila son éternel par-dessus bleu. Elle sortit de la boutique et regarda son reflet dans la vitre. Une moue mitigée apparut sur son visage. Il était temps qu’elle change ce fichu manteau, il commençait vraiment à faire grise mine.
Enfin… quand elle aurait sa prochaine paye... Il n’était pas l’heure de s’appesantir là-dessus. Elle commença donc son périple dans les rues de la capitale, son matériel sous un bras et une vieille carte dans les mains. Des tâches de café parsemaient les coins du papier, et les nombreuses pliures et repliures avaient fait de petits trous ici et là. Heureusement, les noms des rues semblaient toujours exacts. C’était tout ce qui lui fallait au final, non ?

Lorsqu’elle arriva devant le bâtiment, les portes étaient closes. Elle sortit alors sa montre, vérifia l’heure et sourit satisfaite. Elle avait de la marge, bien sûr, car suivant l’adage familial, « Si tu ne veux pas être en retard sois en avance ! ». Aussi profita-t-elle de ses quelques minutes de liberté pour observer les alentours.  Elle aperçut ainsi plusieurs hommes en uniformes entrer dans la bâtisse. Les pièces présentées devaient valoir une petite fortune pour mériter une telle garde. Cela ne la rendait que plus impatiente de les voir !
Quand l’entrée finit par s’ouvrir, elle se précipita à l’intérieur. Croisant la réceptionniste, elle récupéra les prospectus, et documents diverses avant de partir contempler les vitrines. Ce n’est qu’après plusieurs minutes qu’elle se mit enfin au travail. Elle prit des séries de clichés des objets, en ajoutant ici et là, l’air sérieux voir renfrogné des agents assurant la sécurité. Elle se souvint alors qu’un journaliste du journal devait la rejoindre. Ce devait être Matt, mais elle ne l’avait pas encore croisé. Elle se posa un instant à l’écart pour chercher sa tignasse auburn (comme il le soulignait). Mais à travers les amas d’appareil et de chapeau en tout genre il était difficile de reconnaitre qui que ce soit. Voyant les gens se regrouper pour une prochaine déclaration, elle les imita. Ils finiraient bien par se retrouver à un moment où un autre.

Une femme typée commença alors la conférence, en présentant la nouvelle collection. Ester l’écoutait distraire, en capturant son portrait dans son objectif. Elle n’attendait qu’une chose, la pièce maitresse de la collection, celle qui rendait les visiteurs si nerveux. Mais la surprise arriva plus tôt que prévu, quand une voix perça ses tympans derrière elle.


- Goujat ! Ôtez vos sales pattes de là !

La photographe tressaillit sur place, et se retourna. La main serrée fermement sur son sac, elle était prête à le balancer sur la tête du malotru responsable de sa frayeur.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Jeu 20 Aoû - 16:39

Un reportage photo sur une exposition au Louvres. C’était en temps normal, le genre de travail qu’il appréciait. Mettre en valeur des photos par quelques légendes explicatives et commenter l’ambiance générale de l’exposition pour faire en sorte que le lecteur ait l’impression d’y avoir lui-même été, était un exercice dans lequel il se sentait généralement à l’aise. Et chose non négligeable, il aimait lui aussi regarder toutes ces œuvres, avec l’œil de son époque qui disposait maintenant de toutes les techniques modernes.
Que ce soit la peinture italienne de la Renaissance, les Chinoiseries orientales ou la sculpture grecque ancienne, il s’intéressait volontiers à tout. Tant évidemment que cela restait dans une salle d’exposition en France, voire même à Paris. On n’était après tout, jamais si bien que chez soi.

Mais pas l’Egypte antique. Tout sauf cela. Et pourtant il se trouvait là, sur les marches menant au Louvres et à la grande exposition sur l’Egypte antique. Depuis quelques semaines, tout le monde ne parlait plus que de cet événement. Alors que Matt se demandait lui, dans quelle mesure ses parents avaient œuvrés pour celle-ci car il n’y avait pas à douter que ces derniers devaient y être rattachés de près ou de loin.
Mais puisqu’il était là, autant faire en sorte à ce que son nom serve à quelque chose. Il se présenta donc à la réceptionniste tout en demandant s’il lui serait possible de s’entretenir avec Madame Houri, l’organisatrice de tout cela. Sur un sourire, la jeune femme lui demanda d’aller patienter dans la salle d’exposition le temps qu’elle transmette sa requête à la personne voulue.

Ce qu’il fit, sans empressement. Il ne s’était par contre pas attendu à cela. Ou plutôt si, mais pas de façon si exacerbée. La salle entière transpirait l’attente fébrile et la nervosité. C’était assez étrange de voir autant de monde s’agiter en tous sens et tant flashs crépiter un peu partout. Les journalistes étaient venus en nombre et il ne doutait pas que sa coéquipière devait être quelque part au milieu de la mêlée.

Il ne tenta absolument pas de la rejoindre. A la place, il se trouva une vitrine en verre où était exposé un papyrus plein de hiéroglyphes, sur laquelle il s’adossa tout en portant son regard sur l’ensemble de la salle. Il ne se sentait pas, mais alors vraiment pas, de retourner voir les sarcophages et les momies qui l'avaient tant terrifiés lorsqu'il était gamin. Et comme sa vieille tante disait, avec ce bon sens si populaire de la campagne, tout cela n'était que du pillage de tombes. Et il fallait laisser les morts tranquilles au risque qu'ils se retournent un jour contre les vivants.

Préférant se focaliser sur autre chose, il repéra assez rapidement ce qui était sans nul doute des policiers en train de se positionner à des endroits stratégiques. Son regard finit par tomber sur une tête déjà vue puisqu’il s’agissait du commissaire Voelsungen, un grand ami de Valentine. En vérité, il ne le connaissait guère, ne l’ayant aperçu que deux ou trois fois lorsqu’il se trouvait être avec la jeune femme. Il lui fit donc un signe de tête pour le saluer, tout en ayant une pensée pour  celle qui risquait fort de profiter de cette journée -et du fait qu’il ne soit pas avec elle- pour se mettre encore en danger.

Mais ce qui attira surtout son attention, ce fut la femme qui s’éloigna du groupe de policiers pour venir à sa rencontre.

« Ah, Monsieur Carey ! Vous n’avez pas idée à quel point l’aide de vos parents nous a été capitale dans l’organisation de cette exposition. Je voudrais d’ailleurs vous… »

Si seulement elle pouvait se faire un peu plus discrète…  Matt grimaçait un peu mais n’osait ne rien dire jusqu’à ce qu’un employé vienne glisser quelques mots à l’oreille de Madame Houni. Celle-ci s’excusa aussitôt.

« Je dois y aller mais je tiens absolument à échanger quelques mots avec vous après mon allocution, Monsieur Carey. »

« Oui bien sûr, il n’y a pas de problème… »

Un vague signe de tête confirma son accord, alors qu’il se promettait de tout faire pour s’échapper d’ici au plus vite. Il prit donc son carnet et son crayon pour commencer à annoter ses premières impressions. Jusqu’à ce qu’il fut interrompu par un cri strident de femme… outragée ?!

Etonné, Matt observa de loin la scène tout en se redressant un peu. Quelques policiers avaient quittés leur poste pour venir s’enquérir de ce qui se passait, Madame Houni avait interrompu son discours et s’était tournée comme à peu près chaque personne présente dans la salle vers le lieu de… l’altercation ? Il y avait de toute façon bien trop de monde pour tenter d’y voir quelque chose. Sans doute qu’Ester, de là où elle devait être placée, serait bien plus à même que lui d’expliquer ce qui se jouait exactement. Mais une chose était sûre, quelque chose de totalement imprévu venait de voler la vedette à des bijoux vieux de plusieurs siècles…

Par pur automatisme, il chercha du regard le commissaire pour tenter d’y comprendre quelque chose.



Spoiler:
 
Jade Perez
Plus brillante que les diamants
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 14/04/2015
Localisation : Tu aimerais bien le savoir, hm ?

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Lun 31 Aoû - 18:43

« Combien de fois devrai-je le répéter, Lou ? Cette exposition ne m'intéresse pas. »

Alors pourquoi se retrouvait-elle sur place, tendant son billet d'entrée au préposé avec un sourire de miel ? Pourquoi se mêler aux passants pour s'extasier devant mille trésors ? Peut-être qu'en fin de compte, la petite chimère avait bien fait d'insister autant. Tous les mots de Jade à ce sujet n'étaient que mensonges, que du vent. Comment une cambrioleuse digne de ce nom aurait-elle pu ignorer l'occasion d'observer de près la perfection d'un diamant égyptien acclamé par tous les grands titres des journaux de la Capitale ? Oh, ce n'est pas qu'il s'agissait d'une pièce manquante à sa collection. Elle avait eu toutes sortes de diamants, autrefois, de toutes formes et toutes tailles. Seulement, le Louvres était une toute autre histoire, palais plus gardé qu'une prison... Mais n'avait-elle pas fait la promesse de ne plus commettre aucun larcin ? Ce serait aussi manquer de respect à Edward qui lui avait offert un toit et un emploi respectable. Alors elle devait résister à la tentation. Aujourd' hui, ce serait en simple civile qu'elle ferait la visite. Elle observerait incognito le magnifique diamant sans même s'en approcher suffisamment pour que l'on puisse la soupçonner de quoi que ce soit ! C'est vrai quoi, il fallait apprécier la beauté de ce monde, sans quoi tout serait bien plus triste et fade...

Et puis, pour être honnête, il y avait d'autres choses intéressantes à observer ! Les coiffes de pharaons colorées, les hiéroglyphes élégants, les trésors nombreux de l'Égypte... D'ailleurs, selon ses lectures personnelles, c'était sans doute à cette époque que le maquillage avait fait ses premiers débuts. La professionnelle reprit bien vite le dessus, son intérêt enfin avivé par autre chose qu'un joyau ou une plante interessante. Sans doute se serait-elle lancée dans une analyse poussée des procédés, pendant quelques heures, si elle l'avait pu, se souciant peu de ceux qui tentaient de lire eux aussi les textes remplis d'explication sur tel ou tel objet. Seulement, au cœur de la foule, elle entendit la nouvelle. La présentation tant attendue allait commencer. Tant pis ! Pour le moment, elle devrait se contenter de cette histoire qu'elle avait raconté à une gamine. Elle n'aurait qu'à revenir, accompagnée cette fois, pour avoir quelqu'un à qui expliquer pourquoi ce genre d'exposition était si fascinante.

Du fond de la salle, il était moins facile de voir ce qui se passait au juste, mais quelques faveurs suffiraient peut-être pour la laisser passer un peu plus près des journalistes et autres célébrités. Mais pour cela il fallait d'abord attirer leur attention ! À sa grande surprise, Jade n'eut rien à faire, car un cri d'hystérique venait de se faire entendre. Elle se retourna pour observer la scène, du moins, elle essaya. C'est à ce moment là que le commissaire apparut dans son champ de vision, et son cœur ne fit qu'un bond. Elle eut un mouvement de recul bien malgré elle, bousculant une ou deux personnes, sourire figé aux lèvres par la nervosité. C'est à peine si un désolé quitta ses lèvres, tant elle était choquée.

On ne tentait tout de même pas de lui voler la vedette tout en l'envoyant valser derrière les barreaux ... ? Non, tout cela devait être un malentendu...
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1821
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Jeu 31 Mar - 23:58

La gifle avait claqué comme un coup de fouet dans l'air. Un garçon un peu replet, chancelant, manqua de tomber. Il bouscula malgré lui un autre homme qui pesta à son tour. La main portée à sa joue rougie et gonflée, le jeune homme malmené avisa la belle d'un air hébété, sans comprendre, mettant plusieurs secondes à déclarer finalement :

- M'enfin qu'est-ce qui vous prends ? Je ne vous ai pas touché !
- Menteur ! Vous croyez que je n'ai pas senti votre main froide sur...

La demoiselle se tut, vira carmin, se prostrant dans un mutisme soudain tant il lui semblait impossible de livrer plus de détails en public.

- Comment ? Qui ment ? Je n'ai jamais posé la main sur vous ! Je le jure devant Dieu !
- Vous osez nier ? Alors que vous... Vous... !

L'indignation tonna dans la voix de la belle, et elle leva la main, prête à réitérer violemment son mécontentement sur son vis à vis. Heureusement, Billy fut plus rapide, et s'interposant entre les deux protagonistes, déclina son identité et pria les présents de garder leur calme.

- Il y a certainement une explication logique à tout ceci.
- Oh mais c'est très simple : ce garçon a enfreint toutes les règles de bienséance les plus élémentaires !

Le regard d'or du commissaire coula sur ses hommes. Jean, proche de Bérénice acquiesça pour signifier que tout allait bien, Allan et Axel semblaient procéder à une analyse rapide des visiteurs proches d'eux.  

Aldrick reconnut ensuite dans la pièce Matt Carey et Ester Jones. Il s’apprêtait à se diriger vers eux lorsqu'une chevelure singulière attira son attention. Le policier avisa surpris Jade Perez, une ancienne voleuse bien trop connue de leurs services pour que sa présence soit due au hasard. D'un pas décidé, il se dirigea finalement vers elle, fronçant les sourcils tandis qu'un sifflement désagréable lui parvenait. Le lycanthrope pesta à demi-mots, tâchant de déceler l'origine du son, mais il vit la voleuse reculer si vivement qu'il préféra accélérer le pas avant qu'elle ne disparaisse pour de bon.

L’agent n’eut cependant pas l’opportunité de lui poser quelque question que ce soit. Ce fut tout juste s’il eut le temps de plonger son regard dans le sien avant qu’une fine silhouette ne s’interpose. Le brun fronça le nez, parfaitement sûr que la légendaire qui se dressait entre eux, ne manquait pas de courage, en revanche, il était bien moins certain de sa race. Tout ce qui émanait d’elle semblait si… Diffus.  
Cette odeur semblable autant à celle des djinns que des dragons lui arracha une moue septique. Un nouveau grognement lui échappa, sans que Louna ne recule pour autant, pas plus qu’elle ne cilla.


*Elle a du cran*

Le face à face dura de longues secondes. Aucun d’eux ne souhaitant laisser l’autre vainqueur de ce nouveau défi. Tous deux tressaillirent pourtant, simultanément -tout comme l'assemblée entière- lorsqu'une jeune fille hurla d’un ton alarmé :

- HIIIIIII ! UN SERPENT ! LÀ ! SUR LE BOTTE DE LA DAME !

L’horreur et la stupeur mêlées gagnèrent la salle, où murmures et cris affolés se répandirent encore plus vite qu’une trainée de poudre. Allan, proche de la porte réagit le premier :

- Gardez votre calme !

Hélas un autre s'écria aussitôt :

- UN SERPENT ! UN SERPENT !

Aussi, face à la panique grandissante, cela n’eut guère d’effet.

- Il est passé par ici !
- Au secours !
- Sortons d’ici !
- Du calme ! Reprit Jean plus fort à l’aide du porte-voix de Houni.

Tel un seul être, la foule se figea sous la surprise de cet ordre jusqu’alors impensable. Ça aurait pu s’arrêter là si le reptile n’avait pas trouver judicieux de se faufiler sur les pieds des badauds, avant de se glisser entre Ester et Jade, tirant la langue pour comprendre le monde. Un violent coup de sac, asséné par une mamie inconsciente, projeta l’animal au-dessus des présents, dans un :


- ‘ Ben Dieu ! Sale bête ! Interrompre une telle exposition ! ‘Vais t’calmer moi !

Bluffé, le souffle court, chacun observa le vol plané, puis le reptile retomber gauchement sur l’avant-bras d’un homme d’âge mûr qui tentait de s’en protéger.  L’homme en costume poussa un cri d’effroi et se mit à gigoter et à courir en tous sens à travers la salle, sans tenir compte ni des dires d’Allan pour l’immobiliser, ni réaliser que l’un de ses mouvements de moulinet avait contraint l'ophidien à lâcher prise.

- Où est-il ? Murmura une voix inquiète.

Ça c’était la question que tout le monde se posait…



Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Ester Jones
Apprentie photographe
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 26/12/2014
Age : 24
Localisation : cherchez au fond, là où il fait tout noir...

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Mar 14 Juin - 12:32

Alors qu’Ester cherchait des yeux le fameux goujat et sa victime, un bruit claquant la mit sur la piste. Là, à trois mètres d’elle se tenait une demoiselle à peine plus jeune qu’elle, de jolies boucles blondes sur la tête, et un air furieux sur le visage. En face de cette dernière, un homme moustachu et bien en chair la fixait hébété. Boucle d’or - comme Ester la surnommerait plus tard - venait de le souffleter en bonne et due forme et l’incriminait d’attouchements en publique. La photographe fronça néanmoins les sourcils face à ses accusations. Une main froide et baladeuse ? Comment pourrait-il avoir les mains froides avec la chaleur qu’il faisait ici ? Cet homme était, qui plus est, bien trop surpris pour jouer les menteurs.

Un policier intervint bientôt pour éviter que la situation ne dégénère et tenta de les calmer. Sa remarque arracha un sourire ironique à notre jeune apprentie.

* J’en ai bien une, explication logique... Mais je doute que vous me croyez... *
Se dit-elle pour elle-même.

Elle s’approcha pour autant du groupe, posa doucement sa main sur l’épaule de Boucle d’or, et lui adressa quelques mots :


« Ne laissez pas ce rustre gâcher cette belle exposition. Oubliez-le ! Regardez, la police est là et va s’occuper de lui alors... »

Pas le temps de finir sa phrase, un autre cri strident retentit tout près d’elle, et la fit de nouveau sursauter. Elle s’agrippa à la blondinette en détresse, par réflexe. Diantre ! On voulait lui provoquer une crise cardiaque ? Que se passait-il cette fois ? Un serpent ? Brr ! Un frisson d’effroi lui parcouru le dos, tandis que la « dame au serpent » se mettait à gigoter et danser « comme une indienne », pour se débarrasser de l’animal.

Des murmures effrayés s’élevèrent dans la foule qui s’agita en tous sens. Ester recula comme tous le monde de quelques pas. Prendre une photo du reptile eu été grandiose, mais éviter sa morsure semblait une meilleure option ! Les policiers durent redoubler d’efforts pour canaliser les visiteurs.

Le reptile continuant sa course désordonnée, il passa derrière la photographe qui fit volte-face pour ne pas le perdre de vue. Boucle d’or l’ayant aussi aperçu, elle gémit et s’accrocha au bras de notre petite rousse, jusqu’à lui planter ses ongles dans la peau.

« Aïe ! »

La photographe eut un rictus de douleur, jusqu’à ce qu’un sac mauve s’élève dans les airs accompagné de l’effrayante bête. Un murmure admiratif parcourut l’assemblée pour l’acte inattendu d’une grand-mère qui avait osé le frapper. Mais le serpent retomba et s’entremêla encore au milieu des escarpins, bottes et autres souliers piétinant.


- Allons ne restez pas plantés là ! Bougez-vous !

Qui avait dit ça ? Ce n’était pas un policier, mais qui était assez lucide pour le faire... Bah ! Peut importait ! Cette personne avait raison. Rien ne servait de rester les bras croisés en attendant que la bestiole disparaisse comme par enchantement.

Reprenant ses esprits, Ester rechercha le vertébré les yeux plissés. Dès qu’elle le vit dresser la tête pour inspecter l’air, elle se dégagea brusquement de l’étreinte de la blonde et se faufila entre les visiteurs.
Là ! Il venait de passer sous le meuble d’une vitrine ! Rapidement, elle passa de l’autre côté, et guetta sa proie...  Si jamais il cherchait à ressortir... Ah ! Ici dans le coin gauche ! Quelque chose à bouger !
La photographe abattue soudain son panier sur le sol dans un « POUM » singulier. Puis, lentement, elle recula de deux pas, et fixa le sol.


« Je l'ai eu ? Sur la tête... Ou la queue peut-être ? Je l'ai touché au moins ? »
pensa-t-elle tout haut.

Le souffle court, elle ne quittait pas son sac du regard - quelques fois qu’il s’remettrait à bouger… Mais c’est alors qu’elle réalisa l'horreur, et mit une main devant sa bouche, pour ne pas crier de panique.
Son magnifique cadeau d'apprentie, son sublime outil de travail ! C’était ça qui avait de faire « POUM ». Son unique et précieux appareil photo venait de s’écraser sur le stupide reptile !
Les larmes prêtes à lui monter aux yeux, elle regarda incrédule les gens alentours, implorant pour elle-même « Pitié, dites-moi que ce n’est pas cassé… ».

Elle parcourait les visiteurs des yeux, lorsqu'une silhouette s'écroula au sol. Tous se retournèrent vers elle.


- Est-ce que ça va ? s'enquit quelqu'un.
- Quelqu'un a été mordu ? interrogea un autre dont la crainte était palpable.

Était-elle seulement évanouie ? Ou pire ?


HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Perez
Plus brillante que les diamants
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 14/04/2015
Localisation : Tu aimerais bien le savoir, hm ?

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Mer 9 Aoû - 22:44

Son regard paniqué arpenta la salle à la recherche d'un échappatoire. Bon dieux. Partout, il semblait y avoir un agent au poste. Elle aurait dû s'en douter ! Un tel bijou appâtait l'attention de toutes sortes de gens, bien intentionnés ou non. On devait croire qu'elle était toujours une affreuse criminelle. La nausée lui prit le ventre, lui donnant une sensation semblable à celle que devait ressentir une personne claustrophobe. Aldrick se rapprochait dangereusement. Et aucune issue ne se présentait à elle. La tête haute, Jade se prépara au pire. On allait sans doute lui passer les menottes sans même écouter ses arguments, mais on ne lui retirerait certainement pas toute sa dignité.

Mais avant même qu'Aldrick ait pu jouer les rustres, une silhouette frêle s'interposa, comme sortie de nulle part, ou de la simple brume. Qu'est-ce que Louna faisait ici ? Elle l'avait suivie ? Jade hésitait entre être touchée et outrée. Comme si elle ne pouvait aller nulle part sans s'attirer des ennuis ! Enfin, c'est sûr que s'il y avait un diamant à la clé, c'était une autre histoire ...

Autre surprise, sans avoir pu se remettre de la précédente : après l'accusation de la main baladeuse, voilà un serpent qui se retrouvait en liberté ! Jade garda son sourire pour elle ; m'est avis qu'ils venaient de trouver le véritable coupable, mais inutile de rajouter une couche à la panique générale. En effet, toutes les personnes présentes venaient de se mettre à crier et à se bousculer pour éviter la petite créature qui pouvait aussi bien être inoffensive. D'accord, une morsure n'était jamais une partie de plaisir, mais s'il n'y avait pas de venin, ce n'était pas la mer à boire ! Bien moins pire qu'une piqûre d'abeille, brrr. Ses fleurs étaient bien courageuses de les laisser approcher. Jade se reprit. Il fallait agir, sans quoi tout tournerait à la catastrophe. S'il y avait véritablement un voleur ici, il en profiterait certainement pour s'éclipser avec son butin et tout lui retomberait sur le dos. Après tout, jusqu'à maintenant, personne n'avait pu quitter la pièce. Un point pour l'équipe de la police parisienne !

Mais on fut plus rapide qu'elle. Le misérable serpent finit assommé par un sac. Il glissa ensuite entre les jambes de la coupable sans demander son reste, quittant la pièce, cherchant sûrement un endroit plus tranquille pour faire la sieste. Bon, au moins, ça avait le mérite d'avoir le résultat escompté. Jade posa une main délicate sur l'épaule de la demoiselle courageuse qui avait mis fin au règne de terreur du reptile. Elle semblait sur le point de fondre en larmes, pauvre petite chose, enfin c'est vrai que le sac avait fait du bruit en tombant, il devait y avoir quelque chose d'important à l'intérieur... Mais avant d'avoir regardé, impossible de savoir dans quel état se trouvait le tout, non ? Aaaah, elle aurait probablement dû se pencher sur le cas de l'évanouie, plutôt, mais elle n'était pas médecin

« Eh bien, eh bien ... Tout cela a créé une sacrée diversion, n'est-ce pas ? » Elle aurait dû en profiter pour s'enfuir, au lieu de rappeler sa présence. Mais à quoi bon ? Elle était ici, on finirait tôt ou tard par s'intéresser à nouveau à son cas, disparaître aurait paru bien plus suspect. Elle préféra donc continuer. « Après tout ... Comment un reptile aurait-il pu se retrouver ici, en toute liberté ... À moins que quelqu'un n'ouvre la porte de sa cage ? Ce n'est pas exactement ce que j'appellerais une sécurité serrée ... »

Il n'y avait pas mille options. La plus simple ? Quelqu'un ayant les clés du musée. Un employé ... Ou même la responsable de l'exposition elle-même. Ou un voleur expérimenté. Une idée saugrenue lui traversa alors l'esprit, enfin, pas si saugrenue si on considérait toutes les créatures surnaturelles qui existaient dans la nature ; le serpent pouvait très bien être une transformation quelconque. Tout cela revenait au même, vraiment. Des ennuis. Et puisqu'il n'y avait toujours aucune trace du fameux diamant tant mis de l'avant dans les journaux, Jade le sentait, toute cette histoire n'était pas nette. Cela ferait peut-être peur aux autres personnes présentes, mais tant pis. Devant tant de manque de réactions des forces de l'ordre, eux qui n'avaient même pas pu arrêter ce maudit serpent, il fallait bien que quelqu'un tente de tirer les choses au clair. Et ainsi, peut-être finirait-on par la croire, lorsqu'elle jurerait ne pas être mêlée à cette histoire.
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1821
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 29
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   Lun 2 Oct - 22:57

Spoiler:
 



Malgré les efforts de la police, les curieux semblaient bien peu enclins à rester sereins. Difficile néanmoins de leur en vouloir, compte tenu de la situation. Cela n'empêcha pas outre mesure Aldrick de pester furieusement dans sa langue natale avant qu'en chœur avec Billy, ils ne se répartissent les tâches. Un unique regard avait suffit pour qu'ils se comprennent aussi la voix du plus jeune déclare pour Allan et Axel près de lui :

- On va s'occuper des gens dans la pièce. Essayez de retrouver le serpent, il ne faut pas qu'il sorte d'ici ou ce sera la panique à grande échelle.

"Le chevalier roux" attendit un signe de ses comparses, avant de les laisser filer, la porte à présent close derrière eux. Billy jeta un coup d’œil à Jean, qui s'était très vite rapprocher du présentoir, et certain qu'il maîtrisait parfaitement la situation vis-à-vis de la pierre précieuse, se rendit près de la belle évanouie.

- Laissez passer ! Laissez la respirer ! Il nous faut un médecin ! Y a-t-il un médecin dans l'assistance ?

Un peu tard, il songea qu'Axel se serait probablement acquitté de cette tâche avec brio, quand bien même se fut sur un être on ne peut plus vivant. Mais le légiste avait une autre mission. Heureusement un homme rondelet et court sur pattes s'écria bientôt :

- Ici ! Je suis ici ! Pardon madame, monsieur. Oui me voilà. Docteur Songezy. Je suis un ami de feu le docteur Pinel. Laissez moi passer pour l'amour du ciel !

Obtenant finalement gain de cause, le doctorant se faufila bon gré, mal gré à travers les badauds. Le petit homme s'empressa d'examiner la belle au bois dormant, tandis qu'à quelques pas de là, Aldrick, d'un geste plutôt vif et rageur avait saisit le bras de Jade :

- Voyez-vous ça, Miss Perez ! Vous y ici ? Quelle surprise ! Ironisa t-il. Je constate que vous n'avez pas perdu certaines habitudes. Comme de parler avant de réfléchir.

Un sourire tout sauf rassurant s'immisça sur les lèvres du lycanthrope avant qu'il ne se penche vers la demoiselle, en poursuivant pour elle seule :

- Cependant, vous avez raison : voilà en effet une opportunité en or, qui ne se reproduira probablement plus jamais, et, pardonnez-moi, mais j'ai peine à croire que vous y soyez totalement étrangère.

Le ton était sec et sévère. Bien qu'empli d'une grande réflexion. Ses doigts tels des étaux se resserrent sur le poignet fin de la belle. L'agent réfléchissait à toute allure, grappillant des secondes à la nouvelle énigme qui s'imposait à lui. Il y avait quelque chose d'étrange dans tout ça, plus qu'un mauvais pressentiment, quelque chose ici sentait le coup fourré. Pourtant, buté, il poursuivit, toujours en la prenant en aparté :

- Passez aux aveux maintenant cela nous fera gagner du temps, voulez-vous ?

* La pierre est toujours là, étrange, où est donc son complice ? Serait-ce la fille de tout à l'heure ? Impossible, elle n'a pas bougé. C'est bizarre. Ce n'est pourtant pas son genre de...*

Sa réflexion s'arrêta là, il venait de croiser les iris verts de la photographe et sa mine décomposée lui fit froncer les sourcils de perplexité. Sans savoir pourquoi, il eut l'impression qu'elle allait défaillir, elle aussi. Elle lui paraissait si blême, qu'il ne put s'empêcher de se redresser et de tendre sa main de libre vers elle, avant d'interroger :

- Tout va bien miss... ? On croirait que vous avez vu un fantôme !

* Humaine ? Pas que... C'est quoi cette odeur avec elle ? De l'argent ? Il y a autre chose. Hum.*

- Vous voulez vous asseoir ?

Comme pour lui donner raison un nouveau hurlement ébranla la pièce.

- IIIIIIhhhh ! Seigneur, mais c'est horrible !

Non loin, l'endormie, était à nouveau sur pieds, le regard presque vide, son corps paraissant presque trop lourd pour elle, sa tête bascula violemment en avant tandis qu'elle oscillait d'avant en arrière. Billy se précipita pour la soutenir, non s'en s'enquérir d'un ton plus alarmé auprès du docteur :

- Sacrebleu ! Mais que lui arrive t-il ?
- Je... N'en sais fichtrement rien !
- Mais regardez la ! Elle vient de se redresser d'un bloc comme un pantin !
- Elle semble n'avoir pas conscience de ce qu'elle fait, en effet. Ses paupières sont à demi-ouvertes, c'est stupéfiant, on dirait...
- On dirait une possédée !! S'écria horrifiée une jeunette.
- Un démon s'est emparé d'elle ! S'exclama une autre.
- Cessez vos fadaises mesdames ! Rétorqua aussi violemment et sèchement le médecin, sûr de lui, au point de créer un bref silence dans l'assemblée. Cette jeune fille est somme toute atteinte d'une incapacité ponctuelle à maîtriser son corps, soit...
- Serait-ce de... L'épilepsie ?! S'étrangla Billy.

Mais était-ce réellement le cas ?


Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]   

 

Histoire du crime [PV Ester Jones | Jade Perez | Matt Carey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Né en 17 à Leidenstadt de Fredericks, Goldman, Jones...
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rivoli, Chatelet & environs :: Musée du Louvre-