Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 C'est qui qui pose les questions ici?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heinrich Kramer
Jamais sans sa Mouman !
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: C'est qui qui pose les questions ici?   Mer 16 Nov - 4:58

La soirée s’annonçait pluvieuse. Les nuages pansus s’étaient amoncelés au-dessus de Paris, promettant un déluge à ses occupants. Ceux-ci se hâtaient par ailleurs à regagner leur logis, tentant d’éviter de finir trempés jusqu’aux os. Ce ne fut que bien plus tard, à l’heure à laquelle les gens bien ne traînent plus dans les rues, que l’orage éclata. L’obscurité qui enveloppait déjà partiellement la ville ne fit que s’épaissir davantage. Bientôt, ne se distinguaient dans la pluie battante que les points lumineux des fenêtres éveillées. Leurs halos frissonnaient au rythme de l'averse, si bien que le tout était très embrouillé. L'eau s'écoulait le long des rues pour s'échouer dans les canaux.

C’était ce spectacle que contemplait, du châssis étroit de sa cellule, un vieil homme au physique ingrat. Il fallait admettre que ses lèvres tuméfiées et son œil au beurre noir ne l’embellissaient pas du tout. Silencieux, immobile, il rendait son codétenu mal à l’aise. Ce dernier s’était bien gardé de l’approcher, tant son odeur lui donnait la nausée. D’autant plus que l'individu dégageait quelque chose d’étrange, qui n’avait rien à voir avec son parfum de chaussette moisie ayant été trop portée. Non, c’était l’impression dérangeante que par moment, il semblait parler seul. Sa bouche édentée tressaillait un peu, et on pouvait distinguer certains mots, bien que le sens des phrases manquait. D'ailleurs, tout son être, malgré son état statique, semblait tiquer périodiquement, tirant parfois des grimaces impressionnantes sans que le bonhomme ne s'en formalisât. Ce que le partenaire de cellule ignorait, c’est que dans l’esprit de cet hurluberlu, c’était très… agité.

*Ah ben bravo, mon fils! Tu n’en rates pas une!*

*Que le diable t’emporte! N’as-tu pas mieux à faire que d’importuner un serviteur de Dieu, vile pécheresse!*

*N’empêche que tu t’es fait arrêter pour une broutille! Tu as l’air fin, Hmm? *

*Je me devais d’éduquer cette jeune fille pour qu’elle revienne sur le droit chemin…*

*Tu as harcelé une putain jusqu’à ce qu’un voyou s’énerve et essaie de te faire la peau*

Et le jugement de Dieu a été rendu! Les angelots aux cieux doivent être fiers de moi, Mouman!

*Heinrich, je crois que tu t’es exclamé à voix haute… Encore*

En effet, il remarqua enfin que l’individu qui partageait temporairement sa cellule s’était prostré dans le coin le plus reculé de la pièce, évitant le plus possible de le regarder, affichant une expression effrayée. Heureusement pour eux, le malaise fut bientôt interrompu par les bruits de pas dans le couloir. Le tintement métallique des clés, les cliquetis de la serrure qui se déverrouille, le grincement de la porte, le tout se passait dans une immobilité complète dans la pièce. L’officier de garde dans l’embrasure scruta dans la pénombre un moment avant de désigner, au grand soulagement du second occupant, le vieux cinglé.

Z'êtes M’sieur Kramer? On veut vous voir.

Ce fut tout ce qu’il fallait pour qu’Heinrich se mette en branle. Il bondit vivement de son siège et, de sa démarche chancelante, suivit docilement le policier dans le commissariat.
Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: C'est qui qui pose les questions ici?   Jeu 17 Nov - 2:19

Se réveillant en sursaut après avoir entendu un énorme grondement, Ryden se débattit quelques secondes avec plusieurs objets non identifiés qui l’agressaient soudainement. Encore perdu dans la brume du sommeil, il tentait tant bien que mal de comprendre la situation. Cependant, son esprit s’obstinait à ne pas lui donner les réponses désirées. Il ignorait où il se trouvait et encore moins pourquoi il était là. Lorsque finalement il gagna son combat avec les vils objets, il examina son environnement. Ce qui fut bref. À première vue, il était dans une petite pièce sombre et encombrée. Se relevant, il chercha la poignée de la porte et l’ouvrit. Aussitôt, plusieurs manches à balai et de vadrouilles tombèrent sur le plancher en faisant un boucan et ses souvenirs émergèrent.

Après avoir donné son rapport toxicologique à Jean, la fatigue l’avait envahie. Il avait pensé au début emprunter une cellule pour faire sa sieste, mais avait craint d’être dérangé par un certain chef colérique. C’est pourquoi il avait plutôt opté pour le placard à balais.

Essuyant le coulis de bave séché sur le bord de sa bouche, il sortit de la pièce et constata qu’il avait dormi plus longtemps que prévu. Bien qu’il ne sache pas l’heure qu’il était exactement, il se doutait qu’il devait être tard. Le corridor où il se trouvait était désert et le bourdonnement habituel des agents qui travaillaient n’était plus présent.

Et soudain un autre grondement se fit entendre. Le démon comprit aussitôt la cause de son réveil brutal, un orage faisait rage.

Ayant d’autres occupations plus intéressantes que de rester au commissariat, Ryden s’apprêtait à s’en aller quand une odeur à la fois particulière, désagréable et familière lui titilla les narines. Il renifla une fois, puis une autre et une autre. Elle était à peine perceptible, mais juste assez pour lui rappeler quelque chose. Tandis que tout son être lui dictait de ne pas aller vers la source de cette horrible senteur, sa curiosité, plus forte que tout, le poussa dans la voie contraire.

Au moment où il croisa un embranchement, un déclic se fit dans son esprit. Il se souvenait maintenant à qui appartenait ce fumet infect. Cependant, il était déjà trop tard pour se sauver à toutes jambes. L’homme en question se trouvait devant lui, et tout deux se regardaient. Devant cette soudainement apparition, Ryden lâcha bien malgré lui un : « Aaah !» de crainte qu’il réussit à la toute fin à transformer par un : « aaah ! » de fausse joie.


- … si ce ne serait pas mon vieil ami, M. le curé !

Il fit une pause, examinant de haut en bas le vieil homme, tout en dissimulant son dégoût de le revoir par un air enjoué.

- Je constate que vous n’avez pas changé… à l’exception de légers détails, dit-il en désignant l’œil au beurre noir et ses lèvres tuméfiées. Vous avez encore des problèmes avec la justice. Quelle est la raison cette fois-ci ? Vous avez essayé de brûler un bébé naissant parce que ses pleurs avaient des sonorités sataniques ?

Puis, constatant l’agent qui se tenait à ses côtés, Ryden le scruta un instant. Le policier semblait ressentir un malaise face à son détenu et donnait l’impression de vouloir rapidement s’en débarrasser. Profitant de cela et désirant s’amuser aux dépens des deux autres, il lança un regard au vieux fou et lui dit :

- Je vois que votre détecteur n’est plus aussi efficace qu’auparavant. Vous commencez peut-être à vous faire trop vieux pour cela.

Il désigna à plusieurs reprises du regard l’agent à ses côtés, espérant que le chasseur comprendrait son sous-entendu.

_________________
Je vous insulte en #330000

Comment décrire Ryden bièvement ?
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich Kramer
Jamais sans sa Mouman !
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Re: C'est qui qui pose les questions ici?   Dim 20 Nov - 1:52

Heinrich suivait le policier, mais quelque chose clochait… Une vive démangeaison, celle qui ne venait que quand les engeances de Satan approchaient, l'accabla soudain, pendant qu'il passait devant un placard, sur les talons de son gardien. Un doute effroyable le prit. Celui qui lui avait semblé auparavant un brave homme lors de son interrogatoire devint un suspect. Non, il ne pouvait pas être de mèche avec le Démon, il devait y avoir une explication logique. Le vieux timbré de curé en était encore à soupeser ses options quand un signe du ciel lui apparut. Il ne reconnut pas Ryden de prime abord. Puis, son regard fou s'éclaira soudain. Une ancienne connaissance se tenait devant lui. Ouvrant les bras, théâtral, il lança à son vieil ami, qui n'avait pas changé d'un poil depuis les vingt dernières années :

Ryden! Mon cher compagnon, que Dieu et ses angelots tout nus vous gardent! Vous n'avez pas changé d'un chouia, vous non plus! C'est à se demander comment vous faites!

*Il n'a tellement pas changé que c'est bizarre, tu ne trouves pas? *

Ridicule, mouman! C'est un homme de grand bien, sache-le!

*Tu as encore crié, Heinrich*

*Tu ne m'auras pas, je vois clair dans ton jeu… mais effectivement, mouman, je devrais veiller à dompter mes transports.*


Il s'interrompit pour se gratter furieusement les parties intimes devant son public éberlué. Puis, il s'immobilisa un moment, en réalisant ce que son vieil ami insinuait. Le regard suspicieux, toujours en train de se frotter vigoureusement, il analysait la situation. Et tout s'éclaira. Pendant un instant, le silence inquiétant s'installa. Sans crier gare, Kramer bondit sur l'officier de police en hurlant :

-N'ayez crainte, mon brave! Vous serez sauvé du Démon!


Malgré sa frêle stature, le vieillard plaqua violemment le gardien au sol. Avec les chicots pourris qui lui restaient, il arracha le bouchon d'une fiole qu'il venait de sortir des replis de son habit liturgique usé. Il procéda à un exorcisme en règle, ce qui équivalait en réalité à envoyer son eau bénite partout autour de lui sauf sur la cible en gueulant lui-même comme un possédé des psaumes de son cru. Sa victime reçut d'ailleurs davantage de sa pluie de postillons que du précieux liquide bénit. Il flanqua deux trois taloches à l'officier pour être certain que l'engeance de Satan sorte de son enveloppe corporelle. Ce n'est que lorsque le pauvre homme s'évanouit à cause de la puanteur du curé que ce dernier s'arrêta. Il se leva d'un bond et courut pour enlacer fraternellement Ryden, mais pour une raison qui le dépassa, il percuta plutôt le mur à quelques mètres de celui-ci.
Voir le profil de l'utilisateur
Ryden Haesmar
Who will save you now ?
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 24/10/2014
Localisation : Près des femmes ou des cadavres

MessageSujet: Re: C'est qui qui pose les questions ici?   Sam 26 Nov - 3:37

Dès que le vieux curé ouvrit la bouche, un sourire en coin apparut sur le visage du démon. Cet homme avait une manière bien à lui de s’exprimer qui lui faisait rire, et il était à première vue toujours aussi théâtral. S’il n’avait pas été un chasseur qui vouait une haine sans merci aux créatures du Malin, ils auraient peut-être eu une vraie amitié entre eux. Mais étant ce qu’il était, Ryden n’avait pas d’autre option qu’être sur ses gardes en sa présence. Ce vieux fou avait toujours été une donnée aléatoire dans ses plans, ce qui ne l’empêchait cependant pas de s’amuser à ses dépens.

- Vous vous trompez, mon cher. Je dois avoir une ou deux rides de plus depuis notre dernière rencontre.  Mais je vois que votre mère vous suit encore comme votre ombre, et qu’elle ne semble toujours pas m’apprécier…

Puis ses yeux ambrés furent bien malgré lui attirés vers le mouvement du vieil homme. Il regretta presque aussitôt d’avoir suivi du regard sa main jusqu’à ses parties intimes. Des images affreuses et indésirables s’imposèrent dans son esprit qui le fit frissonner de dégout. Il n’osait imaginer la raison de ce grattage intensif. Était-ce vraiment à cause de son étrange allergie ?

N’en pouvant plus de cette vision, il détourna son regard vers le policier. Celui-ci essayait clairement de comprendre la situation. Ils les observaient avec un air de questionnement. Malheureusement pour lui, au moment où il ouvrait la bouche, son détenu lui sauta dessus. Dès que Kramer entreprit son exorciste, Ryden comprit son erreur de l’avoir incité dans cette voie. Il tenta d’éviter discrètement les gouttes d’eau bénite qui volèrent dans sa direction, mais quelques vinrent imbibées sa chemise, lui causant une atroce douleur lorsque le tissu lui touchait la peau. Malheureusement pour lui, ce ne fut pas cela qui le dérangea le plus, ce fut les psaumes du curé. Bien qu’elles n’aient jamais été assez puissantes pour le renvoyer en enfer, elles lui causèrent tout de même un inconfort plus que désagréable. Cependant, malgré la douleur qui l’envahissait, il ne broncha pas. Il fallait que sa couverture reste intacte. Tout ce qui pouvait le trahir était ses poings serrés à s'en blanchir les jointures et sa mâchoire crispée.

Lorsque finalement l’Allemand eut terminé avec l’agent, le démon tenta de dissimuler la colère qui le ravageait par un sourire presque amical. Et c’est sans avoir bougé d’un pouce qu’il vit l’ex-homme d’église enlacer avec beaucoup de force le mur.


* Je ne comprendrai jamais comment ce vieil incompétent a fait pour vivre aussi longtemps. *

- Vos yeux ne sont plus ce qu’ils étaient. Vous devriez faire attention à votre âge une blessure est si vite arrivée, dit-il en terminant sa phrase avec un sourire carnassier et la mâchoire toujours crispée.

Le démon avait vraiment une envie de lui prouver ses dires d’une manière démonstrative, mais finit par s’abstenir. Au lieu de cela, il retira... ou plutôt déchira sa maudite chemise qui ne voulait pas sécher et la jeta au loin.


- J’espère que cela ne vous dérange pas trop, j’ai dû échapper un produit chimique dessus. Elle dégage une odeur qui est en train de me rendre malade.

Il scruta quelques instants le vieil homme, cherchant chez lui un signe de suspicion, puis décida de changer de sujet par précaution.

- Au fait, merci de nous avoir débarrassé de cette vile création démoniaque. Vous êtes notre sauveur, une bénédiction envoyée par le petit Jésus et ses apôtres !, dit-il caricaturant presque l'Allemand. Mais si je puis me le permettre que faites-vous à Paris ? Êtes-vous ici en mission pour l’église ?

HRP:
 

_________________
Je vous insulte en #330000

Comment décrire Ryden bièvement ?
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est qui qui pose les questions ici?   

 

C'est qui qui pose les questions ici?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fidèl Castro pose des questions à Obama
» POUR UNE FOIS LE ZOE BLOOD POSE DES QUESTIONS SERIEUSES.....
» Et si je te pose des questions? ✭ Freya Bischoff [U.C]
» On se fait pas ch***, et on pose les questions ennuyeuses !
» Questions des écrivains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rivoli, Chatelet & environs :: Commissariat de Police-