Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Dandy n° 6 | Naufrage de la Séquana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1767
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Dandy n° 6 | Naufrage de la Séquana    Lun 21 Nov - 21:51

Journal réalisé avec la participation de Ryden, Ashton, Dolores, Elizer et Nathanaël. Merci à eux !

N° 06  Paru en 1890 | Paris
« Les 5 premiers jours après le week-end sont les plus difficiles. Après ça va bien mieux.»
Image mystère !
Ce morceau d'illustration correspond à un conte célèbre. Saurez vous deviner lequel ?
Réponse:
 

Naufrage en plein Paris : Les déboires d'un vernissage tombé à l'eau


Tout a bien commencé pour le vernissage organisé samedi dernier autour du thème de la Seine. Les artistes de talent sont au rendez-vous, de même que les convives dont la curiosité a certainement été piquée par l'organisation originale de cet événement qui se déroule sur l'eau. Une péniche, la Séquana, a été louée et aménagée spécialement pour accueillir la petite centaine d'invités triés sur le volet, les exposants, les musiciens ainsi que l'équipage. Elle prend le large à 20 h 30. Quelques heures plus tard, le navire gît au fond du fleuve parisien.

Mais que s'est-il passé ?

arme_crime
– Caricature de M. Paul sur une version plus tragique du naufrage –


L'accident ne fait, miraculeusement, aucune victime. Pourtant les causes de l'avarie restent un mystère. Même après une auscultation approfondie de l'épave rapportée aux entrepôts de Bercy, les experts n'ont pas su se prononcer. La rédaction du Dandy revient pour vous sur le déroulement de cette soirée au fil de témoignages des rescapés.

L'embarquement a lieu le soir, entre vingt heures et vingt heures trente. Pour l'occasion, la péniche a été soigneusement décorée et vidée de ses banquettes où s'installent habituellement les voyageurs quotidiens de ces navires. La salle couverte sert de lieu d'exposition, l'étage de piste de danse et de buffet. La révision du bateau a été effectuée trois jours plus tôt et aucun problème n'était alors remonté. On croise beaucoup de gens différents sur ce navire. Notamment le Père Cartier qui nous a expliqué pourquoi il était monté à bord de la Séquana :
« Ce qui m'a incité à monter à bord fut d'abord la curiosité. Je voulais découvrir les œuvres exposées de mes propres yeux et voir à quoi ressemblerait ce vernissage d'un tout nouveau genre ! Mais, je dois vous l'avouer, j'espérais aussi trouver quelques généreux donateurs pour notre paroisse...Nul doute qu'il y en ait quelques-uns parmi les amateurs d'art de la ville ! »
À vingt-et-une heure l'organisatrice et mécène, Lady Opale d'Arbanville passe dans la foule pour leur donner rendez-vous une heure plus tard dans la galerie improvisée et dévoiler le clou de la soirée : une toile immense œuvre des quatre artistes.

L'horaire est respecté et l'œuvre (hélas disparue dans le naufrage) est révélée à un public enthousiaste avant que le bateau ne soit entièrement plongé dans le noir. Une lanterne et quelques allumettes sont les seules sources de lumière des passagers. C'est le premier problème technique. D'autres, plus critiques vont suivre. Nous avons pu interroger M. Lyn quant à sa réaction suite à la coupure de courant :
« Garder mon calme et chercher une solution. En tant que marin j'ai conscience que la panique est le pire ennemi d'un navire, et je voulais éviter un mouvement de foule. »

D'après les témoignages, une dizaine de minutes seulement s'écoule avant qu'un bruit fantastique, de par son timbre et sa puissance, ne résonne dans toute l'armature de la péniche. Il est décrit comme assourdissant et terrifiant par bon nombre de passagers chez qui la panique monte considérablement. Comparée par beaucoup à la sirène d'un navire nous avons pourtant l'assurance qu'aucun autre bateau ne navigue alors à proximité de la Sequana.
S'ajoute la brève mais intense tempête qui frappe Paris ce soir là (celle là même qui détruisit une partie du toit de la manufacture de Tabacs du Quai d'Orsay). Ce vent fort crée une houle non négligeable sur le fleuve, qui commence à maltraiter l'embarcation. Ce que beaucoup ignorent à ce moment là, c'est que la Séquana vient également de perdre ses moteurs et son gouvernail. Le navire dérive et il se dirige dangereusement sur le pont d'Iena. L’un des passagers, M. Eliezer Vaitea Arapari nous raconte :
« J'étais à côté du Dr. Dupré et nous regardions la peinture qui venait d'être présentée. Il y avait beaucoup de monde. Je ne l'ai vue qu'un instant, ensuite, les lumières se sont éteintes. Des gens s'agrippaient à moi pour éviter de tomber. À peu près à ce moment-là, il y a eu comme un à-coup et j'ai senti que le bateau n'avançait plus qu'à cause de sa propre vitesse, Je crois que c'est aussi à cet instant que la tempête a commencé. Je n'ai pas compris pourquoi la foule paniquait alors que nous n'étions qu'à quelques mètres des côtes, mais il paraît qu'ici la plupart des gens ne savent pas nager. »
Il est presque vingt-trois heures lorsqu’un bruit sourd et sinistre résonne aux abords du Trocadéro et de la Tour Eiffel. Le choc a éventré un bon mètre de la partie droite de la proue de la péniche dont la coque commence à se remplir d'eau. Le bateau va sombrer lentement. À son bord plus de cent personnes dont la grande majorité ne sait, effectivement, pas nager. Ils disposent en tout et pour tout de trois bouées. Aucun gilet de sauvetage ni canaux n'est présent.

Les choses se présentent très mal, mais grâce aux signes lumineux de deux demoiselles, un bateau est alerté de la détresse dans laquelle se trouve le bateau. Il organisera un premier voyage des passagers jusqu'à la terre ferme où la police se chargera de trouver d'autres embarcations pour évacuer tout le monde.

À vingt-trois heure vingt-sept les derniers voyageurs quittent la Séquana, trente minutes plus tard, la péniche est immergée de plus de la moitié et continuera de s'enfoncer jusqu'au matin. Nous avons réussi à recueillir deux témoignages de rescapées qui nous racontent leur état d’esprit suite à cet éprouvant sauvetage :
« D'abord j'ai cru être morte, puis après je me suis dit que j'avais les cheveux tout mouillés et que c'était vraiment désagréable… Mais comme je sentais que mes cheveux étaient mouillés, j'ai compris que je n'étais pas morte ! Du coup j'étais contente ! Mais après j'ai attrapé un rhume. Mais à chaque fois que j'éternue j'essaie de faire un bruit mignon ! Donc ça va ! » - Mimi du Lac, danseuse au Cabaret du Lost Paradise

« J'ai regardé le bateau couler sans trop comprendre ce qu'il m'arrivait ! Heureusement que quelqu'un m'a aidée à en sortir, autrement je serai au fond de la Seine à l'heure qu'il est… Heureusement qu'il n'y a pas eu de victime en tout cas ! Vous voulez un petit four au gruyère ? Ils sont un peu mouillés mais bon… » - Célestine Tome, commerçante fraîchement installée
C'est à un coup de chance et à une organisation exemplaire des forces de l'ordre que cette catastrophe s'est soldée par des dégâts uniquement d'ordre matériel et une grosse frayeur pour tous les passagers.

Que s'est-il passé ? Nous avons posé la question à plusieurs ingénieurs ou experts en charge de l'enquête. Si tous semblent s'accorder sur le fait que la coupure de courant a pu être provoquée par un simple court-circuit sur l'une des décorations de la péniche, les raisons de l'arrêt du moteur et de la perte de la direction n'obtiennent pas l'unanimité. Surchauffe des machines ? Encrassement de la tuyauterie ? Un objet venu entraver le gouvernail ? Pour que ces théories soient viables il faudrait qu'elle aient toutes lieux en même temps. Une sacrée coïncidence. L’un des convives a accepté de nous répondre à ce sujet :
« La police prétend qu'il s'agit d'une défaillance technique, que pensez-vous de cette théorie ? »
« C’est possible, mais elle je crois qu’elle a oublié un élément essentiel dans son enquête. Elle aurait dû davantage s’intéresser à l’œuvre disparue et dont on a retrouvé aucune trace dans l’épave. Comment un tableau de cette taille a t-il pu se volatiliser ? » – Jules Chevalier, antiquaire

Le Dandy aussi s'interroge. Sabotage ou malchance ? Sans autres informations l'affaire sera classée et ces questions laissées en suspens.

Ceci est un résumé de la scène I de l'intrigue : Peinture à l'eau

Égalité
Dans quelles circonstances dix est-il égal à 509 ?

Le berger
Un berger a cent moutons ; il dit qu'il va en donner quatre-vingt-dix à son voisin, combien lui en reste-t-il ?

L’addition
5 + 5 + 5 = 550
Comment parvenir à ce résultat en ajoutant une barre et sans toucher au signe égal.

Les 5 sens
Si je suis muet, aveugle et sourd, combien de sens me reste-t-il ?

Faut toujours boire rapidement
Heinrich et Ryden vont dans un bar. On leur sert un cocktail exactement pareil avec des glaçons, paille. Ryden le boit très vite, mais Heinrich prend son temps pour boire. A la sortie le vieil homme qui a pris son temps pour boire s'effondre par terre.
Pourquoi l'un s'effondre et pas l'autre ?

Réponses:
 
Le commissaire Voelsungen serait dotté de formidables capacités d'invocation. Une reconversion serait-elle envisagée ? En tous cas le mystère est levé sur sa capacité à toujours avoir du chocolat sur lui !

Une fessée déculottée en plein Paris aurait mal tourné ! On ignore les raisons exactes qui ont poussé à cette punition exemplaire.

L'information est passée sous silence, mais ce serait un pigeon qui aurait sauvé les voyageurs de la Séquana de son terrible naufrage.
La librairie Kikokotte est fermée depuis trois jours. Son gérant serait absent suite à un terrible chagrin d'amour.

Une nouvelle boutique a ouvert dans le 6e arrondissement ! Une vendeuse de petits fours au gruyère qui fait un tabac. Chaque client ressort absolument rassasié.

Les envoyés de l'église ne sont plus ce qu'ils étaient ! L'un d'eux aurait été arrêté après avoir agressé une jeune fille dans une ruelle peu recommandable. L'homme d'un âge très avancé pourrait souffrir d'une myopie avancée.
Recherche barbe, petite ou longue, de préférence brune et en double exemplaire pour spectacle.

Mains vertes offrent leur service pour toute plante en perdition. Ne pas hésiter à contacter et envoyez un plan du lieu de l'intervention.

Achète grande cargaison de rhum. Faire offre. Cap. Haddock
Cherche toile de la Seine perdue durant naufrage de la Séquana. Contacter M. Chevalier si repêchée.

Vends maison simbre, réparations à faire, lustre branlant. Demander Casper F.

Cherche correspondante pour échange verbale et apprentissage de langues étrangères : baleine de préférence. Allée des Coquillages. Melle Dory.
La vague de revenants se poursuit. Les émotions fortes sont au rendez-vous !
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
 

Dandy n° 6 | Naufrage de la Séquana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « N'accuse point la mer à ton second naufrage. » [ B - Aoji ]
» N'accuse point la mer à ton second naufrage. (terminé)
» Le Souffle de Poséidon : le naufrage
» Héritage ? Chantage ? Naufrage ? A toi de voir !
» Le naufragé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rues & boulevards :: Journal du Dandy :: Journaux publiés-