Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 D'un monde à l'autre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1779
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: D'un monde à l'autre...   Ven 3 Mar - 17:43

Mon RP, mode d'emploi



Privé (oui/non) : Non
Nombre de participants maximum : Comme il vous plaira
Nombre de mots par posts (max ou min) : Juste assez pour délirer
Type (fantastique, science fiction…) : Science fiction

Autre chose ? Amusez-vous !




- Lyna dépêche-toi ! On va encore être en retard !
- Oui, oui ça va, j'arrive !

Descendant les escaliers quatre à quatre la brunette prit le virage en épingle avant de sauter par-dessus la rambarde et de se réceptionner sur ses deux pieds dans une figure pour le moins douteuse.

- J'ai tout vu ~ S'amusa l'autre d'un air entendu, ce qui lui valut un grand coup de poing à l'arrière du crâne.

Le garçon plia sous la violence du choc, se massant l'arrière du crâne en grommelant :

- Aïe ! Non mais ça va pas ? Espère ce brute !
- Dépêche-toi Tim !
- Qu'est-ce que j'y peux si tu as mis une jupe hein ?
- Tim !

L'autre ronchonna, mais la belle sur le pas de la porte trottinait déjà. Il râla de plus belle, que s'ils étaient en retard ce serait purement et simplement de sa faute de toute façon.

- C'est pas gentil d'accuser les filles. Souligna une version plus âgée de de Lyna, en les poussant vers l'extérieur. Ne faites pas trop de bêtises !
- Je ne vois pas du tout ce qui vous fait dire ça madame Lenverse.
- Vraiment ? Il me semble que la dernière fois les flics sont venus sonner suite à des photos de vous en train de mettre du savon dans la fontaine de la place Saint-Georges, non ?

Le jeune homme leva l'index, ouvrit la bouche, et son air angélique ne suffit pas à le sauver, malgré son immense sourire.

- Tim !
- J'arrive ! Au revoir madame !

Ainsi, les plus jeunes partirent sans demander leurs restes, la demoiselle levant les yeux au ciel en glissant :

- Ça t'apprendra à lui faire ton numéro de charme, va. ~
- Sois pas jalouse.
- Que... Je ne suis pas jalouse !

Lyna détourna ses iris anisés de ceux noisette de son ami blond en semblant trouver un intérêt sans commune mesure au panneau des horaires.

- Ah voilà le bus ! Faut qu'on s'arrête à la boutique, Ludo veut qu'on achète à boire pour la soirée.
- Quoi ? C'est quoi cette histoire ? On va encore être cinquante ou quoi ?

Le bip du badge et la fermeture de la porte empêchèrent Tim d'entendre la suite des railleries de la brunette.

- Ça va, ce sera pas long, je sais que tu n'aimes pas y aller, mais c'est pour la bonne cause.

Lyna fit la moue. Ne pas aimer y aller, quel bel euphémisme. Elle détestait ça. Chaque fois qu'elle mettait les pieds dans un endroit trop bondé, il lui arrivait une bricole, et là-bas, tout était particulièrement propice à ça. La belle eut beau tenter un interminable monologue, râler tout son saoul, prétendre qu'elle serait invivable toute la soirée, rien n'y fit et ils descendirent face à la boutique tandis que Tim se moquait :

- Par invivable, tu entends plus que d'habitude ?

Pour toute réponse, la langue rose de Lyna le nargua avec effronterie.
Les mains dans les poches, la belle prit grand soin d'éviter de toucher à quoi que se soit ; se décalant sur le passage des charriots avec application, tant et si bien qu'elle n'entendît même pas Tim lui dire qu'il allait voir au rayon boisson, tandis qu'il lui confiait la cruciale mission des chips.

- Pardon mademoiselle, vous pourriez me passer un verre bleu s'il vous plait ? S'enquit une vieille dame en réajustant ses lunettes, avouant plus bas : Je ne sais pas trop lequel des deux choisir.

La jeune femme observa autour d'elle, puis haussa un sourcil, il n'y qu'un seul verre bleu sur l'étagère. Lyna hésita un peu, retint son souffle et tendit finalement la main. Récupérant finalement l'objet, elle le posa dans la main de l'octogénaire qui tremblait un peu.

- Merci beaucoup.
- De rien m'dame.

Un soupir de soulagement échappa à la demoiselle qui s'était précipitée dans le rayon le plus proche. Une main sur le cœur, elle fut heureuse que tout se soit bien passé. Son regard coula ensuite vers une petite tête blonde qui tirait sur sa jupe.

- Madame, madame ! Je peux avoir le jouet là-haut stp ?

Lyna fit la moue, mais l'enfant tira si fermement sur son vêtement pour obtenir gain de cause qu'elle finit par céder :

- D'accord, d'accord ! Lequel tu veux ?
- Celui avec le bateau pirate làààà !

Le timbre insupportable du petit garçon acheva la patience de Lyna, qui se mit sur la pointe des pieds pour saisir le trésor tant convoité.

- Tiens voilà pour t... Eh mer...Credi ! Pas encore !

Lyna eut un soupir à fendre l'âme, autour d'elle, il ne régnait plus la foule compacte de la boutique, mais en remplacement, elle avait droit aux embruns marins et à la houle forte qui ramenait les coquillages épars sur la plage de sable fin.

- Manque plus que les pirates et je serais servie...
- Oiseau de malheur ! Oiseau de malheur !

Au-dessus d'elle, Lyna découvrit un perroquet au plumage criard qui jasa de plus belle :

- Oiseau de malheur ! Oiseau de malheur !

*C'est bien ma veine* Songea la belle en affichant une grimace mi-boudeuse, mi-vexée. *Me voilà coincée sur une île avec un perroquet au disque rayé ! Foutu pouvoir incontrôlable !*



image de mon univers

Lyna Lenverse

La brunette tente tant bien que mal de concilier son monde "on ne peut plus normal" et son don de voyageuse d'univers. Mais malgré sa majorité, la jeune femme peine souvent à rester dans sa dimension, ce qui a tendance à lui attirer quelques ennuis. Surtout quand il s'agit de le cacher à d'autres personnes que sa famille...
Souvent fourrée avec un jeune homme blond surnommé Tim, Lyna n'a de cesse de se chamailler avec lui, sans parvenir à comprendre pourquoi le garçon la fréquente toujours ; ce, malgré l'avalanche d'ennuis qu'elle lui rapporte régulièrement. Peut-être qu'il est simplement maso ?

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Layth Aeterna
♦ Prince du désert | Sa Majesté l'Idiot ♦
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 18/03/2015
Localisation : Là où traînent d'enivrantes vapeurs d'alchimie ~

MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre...   Mar 7 Mar - 21:08

-S’tu le perds, même la planche s’ra trop douce pour toi.
-Je le perdrai pas.
-T’vas le perdre.

Silence buté.

-Bwah, r’gardez-moi ce gamin, il y croit, si c’pas b- Argh !

Les orteils écrasés du pirate firent voler sa main au visage de l’inconscient, si fort que l’équipage s’esclaffa de voir le garçon mordre la poussière sur le pont crasseux du navire.

-T’manques pas d’caractère, juste d’jugeote. L’a bu trop d’eau douce, ah !

Pilant sur son orgueil, le brun se redressa sans toucher sa lèvre fendue, déterminé à mener sa mission à bien. Le pirate soutint son regard, l’air d’en jauger la valeur, et fit signe au barbu sur sa droite. L’homme lui apporta un perroquet retenu d’une corde en cuir à la patte et le déposa sur l’épaule d’Al dont toute la concentration se décupla afin de maintenir son équilibre. Qui aurait cru qu’un oiseau pouvait peser autant ? On lui fourra une carte dans les mains et le chassa dans une barque avec un seul nom : Bartholomé. Ramant de toutes ses forces, Al s’éloigna du navire au son des éclats de rires moqueurs, imités par le perroquet.

-Tais-toi, toi !

Mais l’oiseau continua de caqueter, usant la patience du jeune homme qui lui envoyant une tasse d’eau de mer pour le calmer. Malheureusement pour lui l’oiseau se mit à battre frénétiquement des ailes, le faisant trébucher en tirant sur la corde accrochée à son poignet par mesure de sécurité.

-Oiseau de malheur...

Ce ne fut là que la première épreuve de patience du long voyage à venir. Bien vite le perroquet lui mordit l’oreille, puis le doigt quand vint le moment de le nourrir. En deux jours sa main droite fut couverte de bandages et en huit il trouva le lagon indiqué sur sa carte. Pendant ce temps sur le navire pirate, le barbu recevait une marrée de postillons au visage avant de voir sa tête plongée dans le premier baril à portée.

-Rat d’cale ! Chair à canon, t’y a refourgué la mauvaise carte !

Accostant sur l’île à des kilomètres de là, peu habitué à marcher avec d’aussi grosses bottes, Al trébucha sur une racine à peine entré dans la jungle. Il se dépêtra d’un coup de pied ponctué du rire caquetant du perroquet et se remit en marche. Sans personne pour le voir il se permit de soupirer en réajustant son tricorne dont la plume pendait mollement sous la chaleur et l’absence de vent.

-C’est un peu désert, pour un repaire pirate.
-Kraaa, kraaahahaha !
-Tu vas la boucler, à la fin ?

Il faisait chaud, et Al regrettait d’avoir chipé l’ancien pardessus d’officier de son père. Le vêtement était étouffant et il y avait tellement de branches sur son chemin qu’il n’y voyait rien. Soudain une odeur assaillit ses narines, accompagnée d’un bruit de…  Non, pas sur son épaule… Se retenant d’étrangler le perroquet il l’injuria d’un énième « Fichu oiseau de malheur ! » en bifurquant vers une crique. Il ne pouvait pas laisser la fiente sécher sur ses vêtements, ce serait la honte si on le voyait ainsi. Trouvant le point d’eau il attacha le perroquet à un arbre et alla nettoyer le morceau de vêtement en grommelant.

Avait-il mal noué la corde ? Le perroquet l’avait-il défait ? Préférant miser sur la deuxième option en se retournant pour trouver l’arbre vide de la moindre trace d’oiseau le brun enfila à toute vitesse son pardessus trempé et fila à travers le sous-bois qui longeait la plage, les yeux rivés vers le ciel. Ce maudit oiseau ne pouvait pas être bien loin. Ce fut son cri cependant qui lui permit de le localiser. Le suivant avec toute son attention, il déboucha sur une plage encore plus grande, jonchée de coquillages dû aux mouvements des marrées et de... une fille ? Il n’en était pas sûr, avec un tel accoutrement, mais peu importait sa tenue. Pour l’heure, il y avait plus urgent.

-Le perroquet, arrête-le !
-Oiseau de malheur !

Au moins ils étaient enfin d'accord sur ce point.

Alonzo Vasquez





Fils de cocher, ambitieux et avide de liberté. Il est le troisième fils de quatre, ayant également hérité de deux sœurs aînées.

D’aussi loin qu’il se souvienne Al n’a jamais su tenir en place, ni aimé marcher. L’homme ne pouvant voler il s’est tourné vers la mer à un très jeune âge, caressant des rêves d’aventures par-delà l’horizon.

Récemment il a pris l’initiative de se glisser clandestinement à l’intérieur d'un bateau pirate de passage au port de la ville dans l’espoir de se faire valoir aux yeux du capitaine, il faut bien commencer quelque part… même s’il a surtout l’impression de s’être transformé en commis voyageur pour le moment.

_________________
♦️ You know time crawls on when you're waiting for the song to start ♦️
Voir le profil de l'utilisateur
Aldrick Voelsungen
Man & Wolf : I'm armed
avatar

Messages : 1779
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 28
Localisation : Pas si loin de vous...

MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre...   Lun 17 Juil - 22:48

Une voix fit sursauter la brunette, et si le sens des mots lui parvint sa seule pensée se résuma à :

- Facile à dire...

Hélas, elle ne se rendit pas compte que cela lui avait échappé. Fixant l'oiseau sans grand intérêt d'abord, elle se contenta de se décaler quand il apparut que le jeune homme ne semblait pas tout à fait enclin à ralentir. Avec sa chance en prime pour peu qu'elle arrive à attraper le volatile, elle serait projetée dans un monde empli d'oiseaux et de nuages. Pour elle qui ne savait pas voler, l'expérience était très mortellement intéressante. L'oiseau ne lui laissa pourtant pas le choix et vint se poser sur son épaule, clamant avec joie :

- L’a bu trop d’eau douce ! L’a bu trop d’eau douce !

Dans un soupir à fendre l'âme, Lyna observa le jeune homme qui avait manqué de choir en se prenant les pieds dans une branche d'arbre, avant que la volaille ne reprenne en passant sur son autre épaule, n'ayant cure de lui enfoncer ses griffes dans la peau :

- Bwah, r’gardez-moi ce gamin !
- Aïe ! Dis donc toi ! Tu n'es pas très bien élevé ! Fit remarquer la brunette en observant l'animal d'un air mécontent, sans le chasser pour autant.
- Dis donc toi ! Dis donc toi ! ... Très bien élevé !

Un rire claire échappa à Lyna, surprenant le perroquet qui battit des ailes avant de pencher la tête, curieux.

- Quel drôle d'oiseau !
- Oiseau de malheur !

Le rire de la belle reprit, jusqu'à ce que le regard du jeune homme ne croise le sien, alors, comme prise en faute, elle baissa un peu les yeux avant de les remonter aussitôt vers lui, posant une main sur les pattes de l'emplumé, en arguant :

- Bah quoi ? Je l'ai attrapé, non ?
- Oiseau de malheur ! ... Attrapé, non ?

Le silence succinct qui suivit, fit douter la demoiselle, aussi, elle finit par bomber la poitrine avant d'interroger insolemment :

- Puis t'es qui d'abord ?


Spoiler:
 

_________________
« C'est incroyable : le nombre de mensonges qui sonnent comme une vérité
et le nombre de vérités qui sonnent comme un mensonge... »



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre...   

 

D'un monde à l'autre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AutreMonde Rpg ;D
» Arrivée d'un autre monde.
» Autre-Monde
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» A la frontière de l'autre monde [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Cabinet des curiosités :: Agités du clavier :: Contes bleus :: Personnages indépendants-