Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Ainsi tourne le monde [PV Edward]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Perez
Plus brillante que les diamants
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 14/04/2015
Localisation : Tu aimerais bien le savoir, hm ?

MessageSujet: Ainsi tourne le monde [PV Edward]   Mer 5 Avr - 14:21

« Edward ! Edward ? ... Loup y es-tu ... ? Louloup ... Youhouuuu ... Échoooo-oooo ... »

Après avoir tambouriné comme cela pendant quelques minutes sur la porte menant au bureau du big boss pour lui faire part d'une affaire absolument ur-gente, avant de s'amuser toute seule de la résonance particulière qu'offrait ce couloir, Jade dut se rendre à l'évidence. Il n'y avait personne. Pourtant, il était tard, enfin pas aux petites heures du matin non plus, la dryade savait se tenir un minimum après tout, mais tout de même, en théorie, aucune affaire ne devrait requérir la présence de monsieur White en dehors du cabaret maintenant que le spectacle s'achevait. Elle le savait parce qu'elle avait jeté un coup d'œil discret et parfaitement innocent à son emploi du temps à très exactement 17h30. Il n'aurait tout de même pas eu l'audace de le changer depuis ! Non ! Il n'oserait pas ! Un pareil gentleman ? Oh le rustre ... Il cachait bien son jeu !

Incertaine de ce qu'elle devrait bien faire à présent, entre attendre et abandonner l'affaire, Jade posa son front contre la porte, déprimée comme jamais de voir son plan mis en échec par un détail aussi insignifiant ... Prise soudain d'un doute, ou guidée par le regard bienveillant d'Hermès, ses doigts fins firent tourner la poignée. Dans un clic qui l'a laissa bouche bée, la voilà dans l'antre de la bête. Le regard brillant, sans plus attendre, elle referma doucement la porte derrière elle et s'installa dans l'une des chaises qui reposait dans la pièce, observant ce qui l'entourait. Elle n'avait jamais trop fait attention au décor de cette pièce, pour s'y être retrouvée peu de fois. Elle se demandait si Edward avait choisi chaque détail méticuleusement, ou s'il avait plutôt demandé conseil à un décorateur farfelu. N'empêche, quiconque était le responsable, il avait bon goût, bien qu'il soit un peu triste de voir que les arbres ne servaient bien souvent plus qu'à autre chose qu'être transformés en objets insolites, s'ils ne se retrouvaient pas dans une zone désignée à leur protection.

Sauf que voilà, l'immobilité, ce n'était pas trop son truc, surtout lorsqu'elle avait une idée derrière la tête. La mélancolie non plus. Bien vite morte d'ennui, elle s'assit sur le meuble imposant, laissant ses jambes flottant dans le vide, soufflant sur les quelques papiers qui y traînaient jusqu'à ce qu'ils tombent par terre afin de pouvoir prendre place. Quelle importance, puisqu'il n'avait pas pris la peine de les ranger ! Combien de temps comptait-il encore la faire attendre ? ... D'accord, tout cela aurait été plus productif si elle avait prévenu de sa visite, mais ce serait mal connaître Jade ! Elle était guidée par ses émotions et ses impulsions. Et puis, les surprises, c'était toujours plutôt chouette, non ? Dans un soupir, elle s'étala de tout son long sur le bureau. Aussi bien dormir ici, si Edward ne revenait pas. Il la chasserait au petit matin, et elle tenterait de lui expliquer ce qu'elle faisait là, mais elle doutait qu'il lui prêterait vraiment attention. Pire, une pareille occasion ne risquait pas de se représenter de sitôt ... Dommage qu'il soit son patron, on ne mélange pas affaires et plaisir ! Elle avait retenu la leçon, pour s'être prise au jeu une fois, et y perdre gros.

La porte grinça alors, la sortant de son humeur morose. Oh joie, oh bonheur ! Quelqu'un pour lui tenir compagnie ! Sans regarder s'il s'agissait bel et bien du patron, qui d'autre aurait l'audace de se pointer ici d'une telle manière après tout, ou même s'il était seul, elle lança dans un éclat de rire, index levé vers le plafond, fière de sa découverte, avant qu'il n'ait pu dire quoique ce soit :

« Ce qui manque, en fait, c'est une secrétaire sexy ! »

Non pas qu'elle se proposait pour le poste. Elle avait déjà amplement de quoi s'occuper les mains ... Se relevant gracieusement, elle offrit un sourire guilleret à celui qui lui faisait face, comme si tout cela était parfaitement naturel.

« Franchement, quel étourdi tu fais parfois ... Laisser la porte de ton bureau déverrouillée, c'est inviter le premier voleur à s'emparer de toutes ces informations que tu laisses traîner. »

Son sourire s'étira davantage sur ses lèvres roses, toute l'ironie de sa remarque ne lui échappant pas, bien au contraire, puisque le parallèle était entièrement voulu. Et ses remontrances pour son retard inexpliqué ? Disparues, pour le moment, accaparée par toute autre chose. Elle était assez curieuse de savoir ce qui lui avait fait oublier de fermer à clé. Peut-être Andréa, ou un autre employé qui causait des problèmes !? Ou bien les jolis yeux d'une demoiselle ... Huhuhu ...
Voir le profil de l'utilisateur
Edward White
l Dans l'ombre du loup l BIG BOSS l
avatar

Messages : 1753
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Glande derrière son bureau au lieu de faire sa paperasse.

MessageSujet: Re: Ainsi tourne le monde [PV Edward]   Dim 9 Avr - 21:35

Le pas agacé d'Edward martela une à une les marches qui le rapprochaient de ses appartements. Sa main gauche courrait le long de la rambarde, la droite s'acharnait à effacer une belle marque rouge qui décorait sa joue. Le dessin de deux lèvres sanguines s'étalait un peu plus à chaque passage de ses doigts et même sa manche, pourtant fermement appliquée, ne parvint qu'à répandre davantage le rouge à lèvres. Il pesta et serra les dents. Le pallier du troisième étage franchi, deux foulées furieuses suffirent à le conduire jusqu'à son bureau. La poignée hurla sous ses doigts crispés.

----------«◊»-----------«◊»-----------«◊»-----------

Edward est assis à son bureau. Il s'occupe de la paperasse qu'il a accumulé ces dernières semaines. Entre un serveur, essoufflé.

SERVEUR – Monsieur White ! Monsieur White !
EDWARD – J'ai demandé à ne pas être dérangé.
SERVEUR – Pardon monsieur.
EDWARD – Et bien quoi ? Ne restez pas là la bouche ouverte. Que se passe-t-il ?
SERVEUR – On vous demande.
EDWARD – Qui ?
SERVEUR – Une femme… Elle menace de retourner tout le cabaret si vous ne descendez pas…

Tous deux quittent la scène, Edward en premier. La porte du bureau est fermée, mais pas verrouillée.

----------«◊»-----------«◊»-----------«◊»-----------

Le loup blanc s'était figé. Sa respiration vive s'écrasa sur le battant de bois près duquel il venait de percevoir une odeur anormale. Elle était fraîche et boisée avec en note de fond, un arôme de baies tout juste cueillies. Ce parfum il le connaissait. À sa nervosité palpable s'ajouta une soudaine méfiance et ce fut du du bout du pied qu'il fit pivoter sa porte. Jade était étendue sur son bureau. Elle l'accueillit d'un éclat de rire qu'elle ponctua d'une de ces remarques dont elle avait le secret. Edward leva les yeux au ciel et referma la porte derrière lui. La mâchoire serrée, il parvint à articuler :

J'ai dévoré de fatigue toutes celles qui ont occupé le poste. Que faites vo-

Elle se redressa et reprit la parole. Il croisa son regard et par réflexe, il chercha à nouveau à débarrasser sa joue de la trace écarlate. Comme il n'y parvint pas, il sentit son visage chauffer soudainement et finit par détourner les yeux. Edward entreprit alors de ramasser les papiers éparpillés au sol et gagna son fauteuil. D'un geste nerveux il essaya d'aligner les feuilles entre ses doigts en les tapotant contre le bois de la table tout en abandonnant, faussement concentré :

Il y a eu un… imprévu.

L'une des pages refusa de rentrer dans le rang. Bien mal lui en prit. Agacé par cette rébellion le loup frappa d'un coup sec les documents sur le plan de travail et tous, sans exception, prirent un mauvais pli. Ses lèvres se pincèrent pour contenir à grand peine un magnifique juron. Alors d'un geste brusque Edward plaqua les feuilles sur son bureau de sa paume large et puissante avant d'interroger sèchement :

Que faites-vous ici Jade ?

Il releva la tête. Cette fois-ci son regard ne se déroba pas et il reprit rapidement, en croisant les bras sur son buste solide :

Après être entrée sans autorisation, j'imagine que cela doit être de la plus haute importance. Je l'espère même.

L'un des papiers rebiqua. Edward lui jeta un regard noir avant d'appuyer à nouveau sa main à sa surface. La seconde vint en renfort pour essayer de le défroisser. Plusieurs essais infructueux eurent raison de sa patience et après l'avoir en parti déchiré, le loup blanc tenta malhabilement de cacher sa maladresse en le recouvrant de son presse-papier. Il soupira, à moitié satisfait, puis glissa dans un coup d'œil pour la Dryade :

Et descendez de mon bureau.

H.R.P:
 
Voir le profil de l'utilisateur https://68.media.tumblr.com/db977b65799651a608e5ac19d12de37a/tum
 

Ainsi tourne le monde [PV Edward]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB] Et ainsi tourne le monde...
» Okumura Rin ─ stop ! observe attentivement comment tourne le monde ! ignore le reste, et c'est parti !
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Cabaret du Lost Paradise :: Second étage :: Bureau du patron-