Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Mar 20 Mai - 0:47

La journée commençait déjà a s’atténuer, laissant le ciel prendre des couleurs orangés quand Valentine et Loki pénétrèrent dans le cimetière. La jeune femme avançait d'un pas sûr et pressé, tandis que son compagnon sous sa forme humaine, la suivait tranquillement, mais dans les poches de pantalon. Il ne semblait pas réellement à l'aise avec l'endroit et c'était assez compréhensible. Quelle idée avait-il eu de vouloir passer par là pour raccourcir leur trajet ? Lui, faire un détour ne l'aurait pas du tout dérangé. Mais voilà, Valentine semblait vouloir rentrer avant la tombée de la nuit, ne demandant pas son avis avant de s'introduire là dedans.

Il soupira tandis que la rouquine freinait de temps en temps à des intersections, cherchant une direction à prendre, ou en plein chemin, tendant l'oreille. Loki la trouvait plutôt parano depuis qu'elle avait été mordu par un vampire. Il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Elle prenait moins de risques insensés le soir, mais du coup n'était plus réellement naturel. Il devinait que ce n'était qu'une étape à passer. Elle finirait bien par redevenir elle-même, il fallait juste lui laisser un peu de temps.
Lorsqu'elle stoppa sa course une énième fois, le brun décida de calmer le jeu en lui attrapant le bras et l'obligeant à se retourner en face de lui.


"Vas-tu cesser de te comporter comme un petit animal ? J'ai l'impression d'avoir en face de moi une souris qui ne cesse de guetter le chat. Je vais finir par te secouer pour te remettre les idées en place."

"J'y peux rien si j'ai constamment l'impression d'être épié ! Tu n'as pas cette impression toi ?"

"Non !"

".... ah."

Elle cligna des yeux, semblant surprise, puis prit un air sérieux, en pleine réflexion, comme si il était capital qu'elle comprenne la raison de tout cela. Loki l'observait avec un air légèrement blasé, secouant lentement la tête. Mais apparemment, elle sembla faire une liaison entre différents éléments et son regard s'illumina, affichant un sourire qui perturba le chien.

"Ah ! Je crois que j'ai comprit..."

"Tu pourrais être plus précise ?"

Valentine secoua légèrement la tête et lui tira la langue. Elle avait l'air taquin ce qui réconfortait un peu Loki... Un peu.

"Nop ! Je préfère... garder cela secret pour le moment. Cela demande enquête avant d'être dit. huhu... Bref ! Cesses donc de faire cette tête et avançons !"

Loki soupira et lâcha sa prise, la laissant reprendre la route, haussant un sourcil. Elle affichait constamment un air provocateur, cherchant la petite bête et faisant mine que tout allait bien, mais il voyait bien qu'elle se forçait. Elle pensait vraiment que cela allait le rassurer ?
Continuant sa route, il ne put s'empêcher, alors qu'ils arrivaient à l'autre bout du cimetière, une étrange odeur. Et celle-ci lui déplaisait fortement. Elle lui rappelait quelque chose mais impossible de mettre le doigt dessus. Observant la journaliste, il tenta le tout pour le tout.


"Tu sens ça ?"

"Hum ? De quoi tu parles ?"

"Cette odeur étrange..."

Valentine se s'arrêta un instant et huma l'air d'un air grave, resta hésitante un moment puis l'observa en haussant les épaules.

"Non. La seule chose que je sens c'est que je commence à avoir faim. On est dans un cimetière, y a toujours des odeurs étranges. Mets ton écharpe et ça passera."

Loki fronça les sourcils. Alors il était le seul à le sentir ? Il ne devait donc pas s'agir d'une odeur normale et cela ne lui plaisait pas du tout. Il accéléra le pas, la rejoignant et marchant à ses côtés, contemplant le paysage morbide qui défilait devant leurs yeux. Il ne savait pas comment elle faisait, mais Valentine avait une carte dans la tête. Il lui suffisait d'analyser un plan ou une carte pour aussitôt joueur les guides. C'est ainsi d'ailleurs qu'elle était parvenu à les faire arriver devant ce qui semblait être, une autre sortie. Le grillage était fermé mais elle ne perdit pas son rythme de marche pour autant et s'avança vers elle, tous deux soulagé de sortir de là. Elle posa sa main dessus pour la pousser mais se figea soudain avant de se retourner vers Loki, lui faisant un grand sourire particulièrement adorable.

"Dis Loki, je ne sais pas si je te l'ai déjà dit, mais tu n'as pas idée à quel point je suis heureuse que tu sois là. Sans toi, je suis certaine que je serais perdue. Non vraiment tu es quelqu'un d'irremplaçable et... "

"Le grillage est fermé à clé c'est ça ?"

".... Oui, désolée..."

Sa bouille changea et sembla à la fois navrée et résignée. Elle venait de les enfermer dans le cimetière, sur estimant leur capacité à traverser tout l'endroit avant la fermeture des entrées. Elle recula de quelques pas, observa la grille et fit la moue. Puis son regard commença à détailler les murets, cherchant déjà un endroit pour escalader. Loki voyait bien son petit manège et la laissa gérer. Elle les avait mit dans la merde, à elle de les faire sortir.
Mais un léger bruit, détectable qu'à des ouïes particulièrement fines, attira l'attention de l'homme chien. Il y avait quelque chose ou quelqu'un qui bougeait. Il se remémora l'odeur qu'il avait sentit et sentit un frisson lui parcourir le dos. Il ne savait pas ce que c'était mais ça empestait la mort. Pourvu qu'il ne s'agissait pas d'un zombie... Il ne pouvait pas y avoir pire que ça... non ?


_________________




Dernière édition par Valentine Lefevre le Dim 29 Nov - 21:53, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Mar 12 Aoû - 18:16

Gabriel n'avait cessé de songer à ce qui s'était passé quelques nuits plus tôt. Pourtant, il lui arrivait souvent de mordre un humain, sans pour autant y repenser par la suite. Mais cette fois-là avait été différente et pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il y avait eu un témoin et un témoin bien étrange. Gabriel avait déjà vu beaucoup de choses au cours de son existence, mais ça, jamais. Un homme capable de se transformer en chien ? Ou était-ce l'inverse ? Peu importe, au fond, le résultat était le même, après tout. Et ce chien l'avait mordu, sans doute pour défendre sa maîtresse. Quelque chose lui disait qu'il avait intérêt à ne plus croiser sa route, histoire d'éviter une altercation inutile. Il poussa un soupir tandis qu'il marchait en direction du cimetière. Et si cette journaliste racontait à tout le monde qui il était vraiment ? C'était son métier, après tout - écrire des articles au sujet des personnes connues et autres trucs du genre.

A vrai dire, il s'était presque attendu à un scoop en première page dès le lendemain, mais il n'y avait rien eu. Toutefois, cela ne voulait pas dire qu'elle ne finirait pas par le publier, cet article. Du coup, Gabriel devait s'assurer qu'une telle chose ne se produise jamais. Sinon, il serait définitivement bon pour changer de ville, voire de pays. Déjà, le fait qu'un chasseur s'en soit pris à lui ne laissait présager rien de bon. Et si on découvrait qu'en plus, le vampire l'avait tué avant de mordre une humaine...les choses ne se termineraient pas bien pour lui. Bon sang, comment était-il possible d'avoir autant la poisse ? Lui qui contrôlait toujours tout se retrouvait à présent un peu perdu face à la situation. Alors, rien de tel qu'un petit tour au cimetière pour réfléchir au calme. Cela pouvait sembler ironique...après tout, il était techniquement mort...et il rendait visite aux morts.

Dès qu'il fut entré, il la sentit. L'odeur de la journaliste, mais également celle de son fidèle toutou. Que diable faisaient-ils là à cette heure et après la fermeture du cimetière ? Quelle plaie...ou pas. Au final, c'était peut-être une excellente opportunité de parler à la jeune femme et de s'assurer que son secret ne serait jamais dévoilé. En même temps, il lui avait fait peur, il l'avait sans doute même traumatisée alors qu'elle avait juste cherché à l'aider. Pourquoi l'écouterait-elle ? Et puis, il y avait autre chose... L'avocat n'était pas du genre à s'excuser ni même à s'inquiéter pour autrui et pourtant, tout au fond de lui, il se demandait comment elle allait depuis l'incident. C'était idiot, parfaitement idiot !
Il finit par repérer le duo de choc un peu plus loin, près de la grille. Il resta un moment caché derrière une tombe plutôt imposante et les observa. La journaliste cherchait un moyen d'escalader la grille. Elle était complètement folle ou quoi ? Bah. Ce n'était pas son problème.

Le chien semblait avoir senti la présence de Gabriel. Peu importe. Du moment qu'il ne lui sautait pas à la gorge, tout irait bien. Le vampire finit par sortir de sa cachette et s'avança vers le duo d'un pas exagérément lent. Il ne ressemblait plus du tout à la créature pathétique, couverte de sang que la journaliste avait aidée la dernière fois. Il était, comme toujours, tiré à quatre épingles et avait l'air sûr de lui, peut-être un peu trop même.

"Bonsoir, Mademoiselle Lefevre. Ne devriez-vous pas être chez vous, à cette heure ?"

Il s'était arrêté à quelques mètres des deux autres, voulant ainsi leur montrer qu'il n'avait pas l'intention de les attaquer ou un truc du genre. Toutefois, il pouvait ressentir toute la méfiance, voire la peur, émaner d'eux. C'était irritant. Très irritant. Mais c'était sans doute parfaitement légitime.

"J'espère que vous vous portez bien."

Il observa un instant la rouquine, détaillant ses traits sous les lueurs de la lune. Elle était plutôt jolie, il fallait l'admettre. Non pas que ce genre de choses l'intéresse. Ou du moins, était-ce ce dont il essayait de se convaincre.

"Je tenais simplement à vous remercier de n'avoir rien divulgué à mon sujet."

S'il pouvait juste tout effacer de leurs mémoires, cela lui faciliterait la tâche. Mais il savait que ce ne serait pas aussi facile.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Mar 14 Oct - 21:57

Eh merde...
Malgré toutes les choses qui auraient pu traverser l'esprit de Valentine, ce fut la seule remarque qu'elle parvint à se dire.
Obnubilée par le muret du cimetière, elle n'avait pas fait attention à ses arrières. Et après tout, quand on y pense, pourquoi l'aurait-elle fait ? A part Loki, les morts qui dormaient tranquille pépère dans leur tombe et un éventuel fossoyeur gâteux qui gratte le gravier des allées, qui se serait bêtement perdu dans un endroit pareil ? ... à part elle, bien sûr.
Autant dire qu'entendre une voix venue de nul part s'adresser à elle, comme ça, la fit sursauter. Pas qu'elle était du genre froussarde, non, ayant passé son enfance à se faire taquiner par un croque-mitaine, elle pouvait pas être plus imperméable à la surprise que maintenant. en réalité ce qui lui fit manquer un battement de cœur, ce fut parce qu'elle reconnu immédiatement la voix.
Elle en eu même le souffle coupé l'espace d'un instant, avant de se retourner enfin vers la silhouette qui venait de quitter un buisson. Depuis quand était-il là d'ailleurs ?

Valentine ne prononça aucun mot, écoutant Gabriel, tout en l'observant sans afficher la moindre émotion. Elle était pensive, essayant de comprendre la raison de sa présence ici. De toute évidence ce n'était pas pour les attaquer.
Mais si la Journaliste avait déduit cela en le laissant parler, loki, lui, ne chercha pas à pousser la réflexion aussi loin.
Sans attendre d'avantage, il se plaça devant la rouquine dans un geste protecteur. Il n'était pas difficile de constater par le grognement qui s'échappait de sa gorge, qu'il éprouvait une colère furieuse à l'encontre du vampire.


"Restes éloignée de ce... monstre, Valentine !"

Sa voix rauque oscillait légèrement, prise par une forte émotion. De la rage, de l'agacement ? Non, la jeune femme réalisa qu'il y avait aussi de la peur. mais pas pour lui... non il avait peur que l'avocat s'en prenne à nouveau à sa maîtresse et compagne de toujours. Elle ne le devinait pas, elle le savait. Il lui avait déjà fait part de ses inquiétudes quand elle avait reprit connaissance le soir de son agression.
Elle faisait bien attention à cacher son pansement qu'elle avait à présent à la gorge, mais à chaque fois qu'elle voyait Loki lancer un coup d’œil vers sa blessure, elle se rendait bien compte qu'il était assaillit pas ses émotions.
Il toisa l'autre homme de son regard de braise, serrant les poings avec force.


"Toi... Tu as un sacré culot de te ramener après ce que tu lui as fait ! T'aurais mieux fait de crever, espèce de..."

"Loki, ça suffit !"

"Mais Valentine, il t'a..."

"Je sais, j'étais aux premières loges."

Elle l'avait vu venir, voilà pourquoi la seule chose qu'elle avait pensé à ce moment là était un "eh merde". Loki criait vengeance, avait mit Gabriel en tête de sa liste noire de personnes à détester et comptait bien lui cracher son venin en pleine face. Il n'avait pas peur de déclarer la guerre à plus fort que lui, ce qui inquiétait fortement Valentine.
Elle s'avança en se plaçant à ses côtés, posant une main réconfortante sur son bras. Elle souriait paisiblement, lui intimant de se calmer. Il la dévisagea, tentant de lire dans ses pensées. En vain. Il abdiqua, mais ne cessa pas pour autant son expression rageuse envers le vampire. La jeune femme s'assura une dernière fois qu'il n'allait pas réitérer ses menaces de mort et observa à son tour l'autre individu. Elle conservait son sourire, mais son regard était à présent strict et déterminé. D'un ton plutôt doux, elle s'adressa enfin à lui.


"Maître Delcroix, on peut dire que votre présence ici est plus que surprenante. J'espère que vous n'avez pas d'arrières pensées me concernant car niveau don du sang, je crois que j'ai déjà que trop donné. Et ce qui me vexe sur ce point est que cela fut contre mon gré..."

Sa remarque, pourtant prononcée d'une manière courtoise, sonna dans l'air comme une remontrance. mais c'était un peu le cas, non ? Elle fronça les sourcils et reprit.

"Je peux comprendre que vous étiez en détresse, mais la bienséance veut qu'un gentleman ait la délicatesse de demander l'accord de la dame avant de prendre des décisions aussi indécentes... Comprenez vous ?"

Elle soupira et ferma les yeux. Elle revoyait la scène sans se forcer et cela n'était pas le genre de souvenir qu'on aimait se remémorer au coin du feu. Rouvrant un œil, elle fit soudain la moue comme une enfant qui aurait été puni à la place d'un autre.

"Vous pourriez au moins vous excuser au lieu de faire mine de vouloir savoir comment je vais ! Il est évident que ma gorge me fait mal ! Et je parle pas du bandage, j'ai l'impression qu'on m'étrangle. C'est extrêmement dur de le cacher en plus ! Je peux même pas sortir une bêtise du genre que c'est un suçon, Loki s'y oppose formellement... Alors dites moi: Que dois-je dire à tous ceux qui me demandent ce que j'ai au cou ?!"

Elle cligna des yeux et croisa les bras d'un air mécontent. A aucun moment on pouvait penser qu'elle s'adressait à son agresseur. Pire, elle lui remontait les bretelles sans la moindre gène. Loki sembla dépité par son comportement. Pourquoi agissait-elle ainsi ? Elle aurait dû le haïr elle aussi, non ?!
Il se renfrogna, tremblant de colère. POURQUOI ?! Il méritait la mort, mais en plus de l'avoir secouru en échange d'une morsure, elle exigeait des excuses et basta ?!
Non, il était hors de question qu'il laisse couler l'affaire aussi vite !


"En ce qui concerne la divulgation..."

"Vous êtes crétin ou quoi ?! A qui peut-elle le dire ?! La Curia, ça vous dit rien par chez vous ? Tout ce qu'elle risque de gagner en racontant cela, c'est de finir enfermée chez les fous ! Votre poste d'avocat renommé vous hisse peut-être loin du peuple, mais par chez nous, les femmes ne sont pas valorisées, surtout quand elles font des métiers d'hommes. Si elle vous accuse, aucun humain ne la croira, elle sera considérée comme une vile menteuse ou une simple d'esprit. Quand aux autres..."

Loki retenait avec peine son envie de reprendre son apparence canine pour lui sauter à la gorge. Si seulement ses crocs ne s'étaient pas refermé que sur son bras.... Si son regard pouvait tuer, combien de fois le vampire aurait rendu l'âme depuis son apparition ?

"Je refuse qu'on me l'enlève, que se soit les humains, les autres créatures, la Curia ou vous, saloperie de ..."

"Loki arrêtes, on en a déjà parlé, personne ne va m'enfermer ou m'enlever. Et quand bien même qu'on essaye, il faudra encore parvenir à m'attraper et ne pas se faire casser la gueule par mes petites mimines, hoho !"

"Tu te surestimes... Tu es une humaine fragile..."

"Aussi fragile qu'un petit coquelicot ♥. Et toi, tu es né chien, cela ne t'a pas empêché de réussir l'exploit de devenir un homme. Il ne faut jamais sous estimer la force de conviction et la volonté d'une personne, quel qu'elle soit."

Prenant une expression idiote de la personne fière de ce qu'elle raconte, elle sembla atténuer la colère du brun. Il n'arrivait décidément pas à comprendre comment elle pouvait rester positive à chaque fois. Beaucoup la trouvait irrationnels, mais au final et contre toutes attentes, ses discours avaient le don de calmer Loki. Il soupira et regarda le sol d'un air désolé. Elle se remit à sourire, amusée par l'air boudeur de son compagnon.

"Tu aurais pu éviter de parler de mes origines devant ce type..."

"Tes origines n'ont rien de péjoratives, parfois être né humain n'est pas forcément plus reluisant, tu sais. Détends toi un peu, d'accord ? On ne risque rien à parler entre adultes responsables, hein ?"

Elle tourna la tête vers Gabriel et d'un air taquin, s'adressa à lui.

"Il s'agit d'une simple conversation après tout, n'est-ce pas ? Vous n'allez pas nous attaquer je devine... enfin j'espère."

Elle le dévisagea, voulant tout de même s'en assurer. Loki redressa la tête. Même s'il avait accepté de ne plus se montrer hostile, son regard dévoilait toujours une colère sourde. Non vraiment, il était très rancunier...

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Mar 13 Jan - 14:40


Bien sûr, Gabriel ne s’était pas attendu à un accueil très chaleureux venant des deux personnes qui lui faisaient face. Il aurait même parfaitement compris si la journaliste tournait les talons et partait au plus vite. En fait, il fut surpris. Surpris qu’elle reste, qu’elle n’ait pas du tout l’air de vouloir s’enfuir. Elle était même très calme – si on ne considérait pas le fait qu’elle avait sursauté lorsqu’il était apparu. Mais ça, c’était un phénomène tout à fait normal chez les humains. Il était tellement facile de s’approcher d’eux sans qu’ils s’en aperçoivent... Mais peu importe. Elle avait beau être calme, son compagnon, lui, ne l’était pas du tout. Si elle n’avait pas un excellent contrôle sur lui, nul doute qu’il se serait déjà jeté sur le vampire qui n’aurait alors eu d’autre choix que de mettre fin à sa misérable existence. Heureusement que Valentine ne savait pas lire dans les pensées, hein.

Il les observa et les écouta en silence. Il avait toute la nuit devant lui, alors il pouvait bien perdre quelques minutes à écouter le petit couple se disputer. Car oui, ils avaient tout d’un couple, même si, au fond, Gabriel savait qu’il n’en était rien. Loki était un chien qui avait adopté une apparence humaine, il le lui avait montré la dernière fois. Peu importe. Même si l’avocat n’avait jamais rien vu de tel aupravant, cela ne le surprenait pas tellement. Après tout, le monde regorgeait de mystères et même s’il disposait de grandes connaissances, accumulées au fil des ans, même s’il était un peu – voire très – imbu de sa personne, il devait admettre qu’il n’était pas omniscient non plus et que bon nombre de choses lui échappaient encore.

Finalement, Valentine parvint à faire taire le chien et s’adressa à Gabriel. Elle avait beau arborer un sourire, ces mots sonnaient comme des remontrances et, au fond, qui pouvait lui en vouloir ? Il l’avait mordue sans vergogne alors qu’elle avait juste voulu lui venir en aide. Il poussa un petit soupir. Il était conscient du fait qu’il ne lui avait nullement demandé la permission, mais depuis quand la demandait-il, au juste ? Il prenait ce dont il avait besoin quand il en avait besoin, voilà tout. La seule différence avec ses « proies » habituelles était que Valentine n’avait rien d’une criminelle recherchée et qu’elle avait une telle force d’esprit qu’effacer ce malencontreux épisode de sa mémoire s’avèrerait sans doute mission impossible. Et ne parlons pas de Loki dont le regard haineux aurait déjà tué plusieurs fois le vampire si un regard pouvait tuer.

Il ne prononça toujours pas un seul mot. Valentine poursuivit en lui parlant de bienséance, de gentleman et tout ce qu’on voulait. C’était un comble pour Gabriel qui, en temps normal, était très à cheval sur les bonnes manières et ne tolérait en général aucun écart de la part des autres.

« Je comprends parfaitement, croyez-moi. Je n’avais nullement l’intention de vous attaquer de la sorte, vous savez... »

Il réprima un soupir. Allait-il vraiment devoir lui expliquer ce que cela voulait dire être un vampire blessé et assoiffé ? Sans doute pourrait-elle comprendre au moins ses mots – à défaut de peut-être pouvoir totalement saisir ce que cela impliquait vraiment, comprendre à quel genre de torture il avait été confronté à ce moment-là...

« J’étais dans l’incapacité totale de réfléchir. Si cela peut vous rassurer, cela ne m’arrive que très rarement et je déplore que ce soit tombé sur vous. »

Oui, il le déplorait vraiment. Valentine était quelqu’un de bien qui ne méritait certainement pas d’être traitée comme une vulgaire réserve de sang.

« Donc non, je n’ai pas l’intention de vous attaquer. Ni vous, ni votre compagnon. Même si je sais qu’il meurt d’envie de me sauter à la gorge. »

Une petite pique à l’intention du chien. C’était obligé. Si, si. Le chien ne l’amait pas, on pouvait même dire qu’il le haïssait de façon viscérale. Mais le contraire était également vrai, bien que Gabriel n’éprouve pas vraiment de haine à son égard, mais plutôt du dédain et de l’agacement. Il était tellement bruyant et ce qu’il disait n’était vraiment pas intéressant. C’était même pathétique.
Lorsque Valentine lui parla de la blessure qu’elle devait cacher et qu’elle lui demanda ce qu’elle pouvait bien dire à ceux qui la questionnaient, Gabriel haussa légèrement les épaules. Ce n’était plus son problème et puis, la rouquine avait plein de ressources, elle trouverait bien une excuse plausible.

Il la remercia de n’avoir rien dit à son sujet, ce à quoi Loki répondit avec véhémence, coupant la parole à Valentine. Il ne connaissait manifestement pas la politesse, surtout envers une dame. Mais étant donné qu’il était un chien en réalité, ce n’était pas vraiment étonnant. Toutefois, cela n’excusait en rien son comportement. Oui, c’était un peu l’hôpital qui se foutait de la charité, là.

Alors qu’il observait l’échange entre Valentine et Loki, Gabriel ne put s’empêcher de penser que cette femme avait un certain charme, une certaine prestance et il se surprit à développer un certain intérêt pour elle. Il était curieux. Curieux de voir ce qu’elle ferait par la suite, ce qu’elle dirait, il était curieux de la voir évoluer parmi tous ces humains ignorants et idiots...c’était ridicule. Il devait se débarrasser de ces pensées au plus vite car elles ne faisaient que polluer son esprit.
Leur échange confirma donc ce qu’il savait déjà : les origines de Loki.

« Vos origines m’importent peu. Et je vous le répète, je ne vais pas vous attaquer. Détendez-vous. »

La dernière réplique était destinée à Loki, même si c’était un peu paradoxal au fond. Après tout, Gabriel ne donnait-il pas constamment l’impression d’être tout sauf détendu ? Peu importe.
Il reporta son attention sur Valentine qui avait exigé des excuses. Ne l’avait-il pas déjà fait ? A vrai dire, il ne s’en rappelait pas et ça n’avait pas vraiment d’importance, au final.

« Très bien. Je vous présente mes plus sincères excuses, Mademoiselle Lefevre. Je m’assurerai que cela ne se reproduise plus. »

Il le fallait. Et il savait que ce ne serait pas chose aisée étant donné qu’il se souvenait encore du goût exquis du sang de la journaliste…mais il était quelqu’un de civilisé, contrairement à ce qu’il avait malheureusement montré la dernière fois. Il devait réfréner ses pulsions et ses envies comme il le faisait depuis de nombreuses années.

« Je peux vous aider à sortir du cimetière, si vous le souhaitez. »

Sans doute aurait-il laissé moisir n’importe qui entre ces murs…mais la journaliste n’était pas n’importe qui et il avait, pour ainsi dire, une dette envers elle. Lui ouvrir cette fichue grille serait la moindre des choses.
En fait, il n'attendit pas la permission de la jeune femme pour s'approcher de la grille et l'examiner d'un peu plus près. Oui, bon, elle était fermée à l'aide d'un cadenas et s'en débarrasser aurait été un jeu d'enfants. Toutefois, Gabriel ne commettait pas ce genre d'effractions. Si, si.
Il se tourna donc à nouveau vers Valentine.

"Je vais vous faire passer au-dessus du mur. A moins que vous ne souhaitiez passer la nuit ici."

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Mar 24 Mar - 1:01

Comme elle se doutait, Loki ne parvenait pas à se calmer, montrant des signes d'agressivité à chaque seconde que passait Gabriel près d'eux. Mais que pouvait bien faire la journaliste pour le calmer ? Elle avait déjà tout essayer et il s'obstinait. Faisant tout son possible pour ne pas soupirer de résignation, elle tourna son attention sur le vampire qui venait de leur proposer quelque chose d'inattendue... Voir même d'un peu... gênant ?
Oh certes cela venait d'une bonne intention, à n'en pas douter, mais à peine avait-il finit de s'exprimer qu'aussitôt, le toutou grincheux refusa net, commençant à partir dans des menaces comme quoi il était hors de question qu'il les touche, qu'ils n'avaient pas besoin de son aide, qu'il pouvait aller se faire pendre ailleurs... Diantre, où avait-il entendu pareilles menaces ? Personne dans la famille n'avait pourtant ce genre de répliques au détour d'une conversation lambda. il ne manquerait plus que de temps à autre, ils se lancent des menaces entre des "comment s'est passé le travail ?" ou des "tu peux me passer le sel ?"

Valentine finit par se racler bruyamment la gorge pour l'interrompre, se retenant de lui pincer discrètement les fesses pour qu'il obéisse rapidement au lieu de la laisser s'esquinter la gorge. Quand enfin Loki tourna la tête vers elle, elle réalisa qu'en réalité ce n'était pas pour l'écouter mais parce qu'il attendait qu'elle confirme ses dires. Oula oula...
Cette fois-ci, elle ne se retint pas de soupirer, laissant sa tête choir légèrement sur le côté, d'un air blasé. Pourquoi toujours en venir à la violence physique ou verbale ? Ces mâles, tous les mêmes...


"Loki, mon très cher Loki... Arrêtes donc de cracher du venin comme ça, tu vas vieillir avant l'âge à force de stresser ainsi. Et puis où as tu apprit de pareilles mots ? j'ai beau avoir un vocabulaire particulier, j'ai pas souvenir d'avoir déjà prononcé cela...quoi que... mais en tout cas pas en ta présence !"

Elle le dévisagea un instant, se posant véritablement la question, puis elle réalisa qu'il apprenait à lire en compagnie de son père et que sa librairie débordait de livres en tous genres. A tous les coups il était tombé sur un ouvrage plus contemporain et avait pu agrandir sa palette de répliques cinglantes.
La rouquine fit la moue, puis fit un pas vers Gabriel, faisant comprendre à Loki de se taire une bonne fois pour toute. Non mais oh, c'était elle la chef de groupe... et de meute.. Non ?


"Excusez le pour ses paroles, il est en colère et apprend des expressions fort peu plaisantes j'ai bien l'impression. Bref ! Pour en revenir à votre proposition de nous faire passer par dessus le muret, je dirais que c'est une fort bonne idée, mais qui s'avère tout de même très risqué et peu commode. Imaginez qu'on vous surprenne faire cela ? J'ai cru savoir qu'il vaut mieux que vos capacités de légendaires se doivent de rester secrètes. Oh je suppose que vous allez me dire que vous pouvez savoir s'il y a des gens dans la rue, mais moi je vous parle de ceux qui pourraient vous apercevoir par leur fenêtre. Il y a beaucoup d'immeuble et comme la nuit est tombée, il est sûr que beaucoup d'individus sont déjà rentré dans leur petit foyer. Trop risqué. Et sans oublier que... euh comment dire... je suis quelqu'un qui a le don de se mettre dans les ennuis... Et qui donc préfère s'en dépatouiller soi-même. Mais vraiment, c'était très aimable de proposer, vraiment."

Elle cessa enfin de parler, se trouvant bien bavarde, et surtout envers quelqu'un qui, peu de temps avant, avait quand même volé de son sang tout en montrant une apparence plutôt effrayante.
Bah, après tout, elle avait passé son enfance à se faire taquiner par un croque mitaine, venant presque chaque soir sous une apparence différente, cherchant à tout prix à lui faire peur pour finir par abdiquer quand elle avait éclaté de rire à son apparition. Finalement c'était elle qui le cauchemars des croque mitaines...
Elle avala sa salive et tourna la tête vers le mur, en pleine réflexion, puis focalisa de nouveau son attention sur Gabriel.


"En revanche, j'ai cru comprendre que vous êtes capable d'aller très vite. Pouvez vous faire le tour de la propriété pour voir s'il n'y a pas une tombe ou un mausolée proche du mur qui pourrait nous servir de marche pied ? Qu'importe la taille, on escaladera... On a l'habitude à force."

Elle fit un petit rire amusé et commença à longer le mur en partant vers la gauche. Même si sa rapidité était moindre que celle du vampire, elle ne voulait pas attendre bêtement. C'était une débrouillarde après tout !
Elle entendit Loki grogner de nouveau et se mettre en mouvement marchant derrière elle en trainant des pieds, frappant de temps à autre dans un gros caillou. Il boudait apparemment. mais ça, elle n'avait pas envie repartir dans un long débat avec lui sur le comportement à adopter. Elle savait déjà très bien qu'il allait lui faire une scène, arrivés à la maison... S'ils parvenaient à sortir de là bien sûr.

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Lun 16 Nov - 17:27

Gabriel en avait assez de traîner dans ce cimetière et surtout, avec ce chien qui ne faisait que l'agacer. Néanmoins, il demeura parfaitement calme, ne se laissant pas provoquer. Il n'était pas là pour chercher querelle et il aurait très bien pu s'en aller en laissant les deux autres se débrouiller. Néanmoins, il n'aurait pas été un véritable gentleman s'il avait juste abandonné Valentine à son sort. D'autres créatures bien plus dangereuses que lui pouvaient, elles aussi, faire un petit tour au cimetière, en pleine nuit. Ce serait quand même très embêtant que quelque chose arrive à la journaliste. Bref, Gabriel avait donc proposé aux deux autres de les faire sortir du cimetière en passant par le mur. Il ne s'était pas attendu à la réponse de la jeune femme qui, même si ça l'embêtait de l'admettre, tombait sous le sens.

C'était assez amusant, à vrai dire. Cette jeune humaine se soucierait-elle de lui ? Peu importe, ça ne changeait absolument rien. Il réprima un soupir. Valentine était-elle en train de dire qu'elle préférerait se débrouiller seule ? C'était certes louable, mais en l'occurrence, elle ne semblait pas avoir beaucoup d'alternatives pour se sortir de là d'elle-même.

"Comme vous voulez. Mais je ne serai pas responsable de ce qui pourrait vous arriver..."

Il s'apprêtait déjà à tourner les talons puisque l'humaine semblait insister pour sortir du cimetière toute seule. Toutefois, il se ravisa lorsqu'elle se tourna à nouveau vers lui, lui demandant de partir en repérage. Escalader un mausolée ? Cette femme était complètement folle...et inconsciente. Mais il l'avait déjà remarqué auparavant. Elle n'était décidément pas une humaine comme les autres et n'avait certainement pas peur de se casser un ongle ou quoique ce soit. Contrairement à toutes ces bourgeoises que Gabriel fréquentait un peu malgré lui lorsqu'il était obligé de faire acte de présence à certaines soirées mondaines ou lorsqu'un client richissime l'engageait. Valentine apportait une véritable fraîcheur et c'était...agréable. Le vampire chassa aussitôt ces pensées de son esprit. Ce n'était pas le moment de se laisser distraire.

"Très bien."

Il n'ajouta rien et disparut en un éclair, ne laissant qu'un petit courant d'air derrière lui, partant à la recherche d'un mausolée ou autre qui était susceptible d'aider Valentine et son chien à sortir de là. Il fit rapidement le tour du cimetière et finit par repérer un édifice se trouvant contre le mur. Gabriel l'examina, histoire d'être sûr que ça convenait, puis, il revint vers Valentine, apparaissant assez soudainement devant elle.

"J'ai trouvé quelque chose, un peu plus loin. Venez."

Sans attendre une éventuelle réponse, il prit la direction du mausolée en question, se déplaçant cette fois tranquillement entre les tombes. Il garda le silence, il n'avait rien à dire de plus. Quelques instants plus tard, ils arrivèrent à destination. Il ne restait donc plus qu'à escalader l'édifice. Il se tourna ensuite vers Valentine.

"Je suppose que vous pourrez vous débrouiller à partir d'ici."

Il ne proposait pas à Valentine de l'aider à escalader car il savait déjà qu'elle refuserait, préférant tout faire elle-même. Du coup, sa part du contrat était remplie. Façon de parler.

"Soyez prudente. Bonne nuit, Mademoiselle."

Bonnes manières obligent, il approcha de Valentine et lui prit délicatement la main pour y déposer un baise-main avant de disparaître dans la nuit.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Valentine Lefevre
† Reporter of Paranormal †
avatar

Messages : 1570
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 27
Localisation : Partout, même là où vous ne l'imaginez pas 8D

MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   Dim 29 Nov - 21:52

Gabriel avait accepté de les aider à trouver une sortie de fortune et s'était absenté soudainement, utilisant surement sa rapidité extraordinaire. Valentine ignorait combien de temps cela allait lui prendre de faire le tour du cimetière mais elle n'allait pas attendre sagement de le savoir, observant les tombes proches du mur d'enceinte, analysant leur grandeur.
Loki la suivait d'un air distrait, regardant constamment autour d'eux, nerveux. Si aux premiers abords cela semblait normal, la jeune femme secoua la tête et finit par se retourner pour lui faire face, le dévisageant avec gravité.


"Détends toi. Il va juste nous aider à trouver une sortie et il nous laissera tranquille. Arrête de stresser !"

"Facile à dire... Tu peux dire ce que tu veux, je ne lui ferais jamais confiance. Et s'il nous traquait ensuite jusqu'à la maison ? Il saurait où tu vis, pourrais t'attaquer de nouveau et..."

"Loki... mon cher chien de garde adoré... Tu dramatises toujours tout. C'est un avocat renommé, pas une créature sans cervelle assoiffée de sang. Et puis s'il voulait vraiment s'inviter à la maison, il lui suffit de trouver la librairie, y a pas plus simple. Il a dit qu'il ne fera rien, moi je le crois. Dis moi, tu crois que cette tombe serait assez haute ?"

"Dis ce que tu veux, tu ne m'enlèveras pas l'idée qu'il vaut mieux se trouver le plus loin possible de lui... Et non, c'est pas la peine, elle va s'écrouler si on l'escalade."

Valentine observa une dernière fois la stèle avant de l'abandonner, prenant l'avis de Loki comme raisonnable. Reprenant son chemin, elle continua à chercher, laissant Loki plongé dans une bouderie enfantine qui amusait la jeune femme. Il pouvait se montrer vraiment très entêté quand il le voulait.
Finalement, alors qu'ils s'étaient avancés de plusieurs mètres, Gabriel réapparut brutalement, faisant sursauter le brun qui grogna par réflexe défensif. Il leur apprit qu'il avait trouvé quelque chose pour eux et sans tarder les guida jusqu'au mausolée. Celui-ci collait impeccablement au mur et les branches d'un arbre de l'autre côté faisait office d'appui pour leur permettre de se retenir en cas de glissade imprévue.

Valentine remercia le vampire, assez satisfaite de cet accès vers la sortie, ayant déjà hâte de grimper sur les pierres vieillies par le temps sans le moindre respect pour les aïeux reposants juste en dessous. Comme si elle était du genre à se tracassait pour ça. Elle-même aurait trouvé cela très amusant que des jeunes paumés trouvent la délivrance grâce à sa dernière demeure mortuaire.

L'homme fit un baisemain à la jeune journaliste avant de prendre congé, toujours avec une rapidité effrayante. Il avait déjà quitté l'endroit avant même que Loki ne réagisse à ce geste. Elle trouva cela d'ailleurs très amusant de le voir ronchonner tandis qu'il partait en premier sur le monument, voulant s'assurer de sa solidité et de la réception de l'autre côté. Durant tout son parcours, elle l'entendait marmonner des menaces quelconques, juste par plaisir de râler.

Lorsqu'elle fut assurée qu'il avait bien atteint le haut du muret, elle grimpa à son tour sans plus attendre, se hissant avec agilité et rapidité au même niveau que son compagnon, et plus plus rapidement que lui, toujours prête à escalader n'importe quoi, n'importe où. Ils passèrent de l'autre côté sans soucis grâces aux branches et retrouvèrent les rues parisiennes en descendant par le tronc, Loki passant encore une fois en premier et se hâtant de l'attraper pour qu'elle ne se fasse pas mal à la réception. Peut-être avait-il envie de jouer les chevaliers sans peur prêt à lui montrer qu'elle pouvait compter sur lui. Elle trouva en tout cas cela très amusant et le remercia d'un baiser sur la joue qui redonna enfin un sourire au brun. A nouveau libre, ils purent rentrer à la maison sans histoire, au grand soulagement de Loki.


[RP TERMINE]

_________________


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]   

 

Côtoyer des voisins discrets [pv Gabriel] [1889]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Le Paris silencieux :: Cimetière du Père-Lachaise-