Aller en haut
Aller en bas
Neige

Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG

Forum RPG fantastique - Au cœur de Paris, durant la fin du XIXe siècle, un cabaret est au centre de toutes les discussions. Lycanthropes, vampires, démons, gorgones… Des employés peu communs pour un public scandaleusement humain.

Partagez | 
 

 Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Lindel
Un cœur en chocolat
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 28
Localisation : À la recherche d'aventures !

MessageSujet: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Jeu 29 Mai - 4:09

Pouvais-je vraiment encore tomber plus bas ?

Cela ressemblait à une dispute parmi tant d’autres. Elles avaient toujours été présentes, dans ma relation avec mon père, qui n’arrivait pas à me comprendre. Souvent, je me demandais si les choses seraient les mêmes si ma mère n'était pas morte. J'avais toujours vécu loin de tout, mais grâce à ma douce maman, j'espérais avoir le droit à ma liberté lorsque je serais plus vieille, plus sage... Au lieu de cela, les réprimandes pleuvaient chaque jour. Pourtant, j’avais accepté de reprendre l’entreprise pour lui, lorsque le temps serait venu... Je n’étais tout simplement jamais assez jolie, assez droite, assez intelligente, assez polie. Je n’étais pas la fille qu’il lui fallait. Et je le haïssais pour me le rappeler chaque jour qui passait.

Alors voilà comment je me retrouvais dans les rues de la ville, avec rien de plus que mon lapin en peluche. Je n’avais même pas pris quelques pièces, car je ne voulais plus rien à voir avec mon père, il n’en resterait alors que le nom qui me collerait à la peau, mais que je n'avais pas à donner. Cette fois, je ne comptais pas rentrer, jamais. Et habitué à mes fugues, père ne me ferait pas chercher... Pas avant un certain temps, et il serait alors probablement déjà trop tard.

Moi qui avais toujours vécu de bonne famille, ne manquant de rien, saurais-je vivre de mes propres moyens ? Sans doute... Après tout, j'étais plutôt débrouillarde... Et j'avais un caractère bien à moi, on me l'avait toujours dit. Je ne devrais alors pas avoir à me dépraver. Il me suffirait de trouver un emploi respectable où l'on aurait besoin d'un peu d'assistance. J'étais encore jeune et pleine de vie, cela ne devrait pas être un problème. Il faudrait voir en temps et lieu. Et qui sait, peut-être qu'avec cette liberté, je pourrais toucher mes rêves du bout des doigts...

Mais avec tout cela, j'avais posé un lapin à ce pauvre Gabriel, oubliant le rendez-vous pourtant prévu depuis un certain temps. Et je me retrouvais toute seule dans les rues de Paris alors que la nuit tombait. Génial. Si au moins les jardins étaient accessibles, j'aurais pu être rassurée par leur ambiance à la lumière tamisée... Mais après tout, je savais me défendre, alors il n'y avait rien a craindre...


Dernière édition par Alice Lindel le Lun 2 Mar - 16:00, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Mar 12 Aoû - 18:55

Gabriel soupira en regardant l'heure sur sa montre à gousset en argent. Alice était en retard pour sa leçon d'escrime. Or, Alice n'était jamais en retard d'habitude car connaissant son père, ce dernier ne l'aurait pas toléré. Alors où diable était-elle ? Le soleil n'étant pas encore couché, il ne pouvait, de toute façon, rien faire pour le moment. Il attendit donc tout en jouant quelques morceaux au piano, histoire de s'occuper et de se vider un peu l'esprit. Si, si, ça lui arrivait de temps en temps. Bref, une fois le soleil couché, il décida d'aller voir le père d'Alice en personne, histoire de lui demander des explications. On ne faisait pas attendre Gabriel Delcroix, surtout sans prévenir ! Certes, il aimait bien Alice au fond - même s'il ne le montrait pas vraiment - mais sa patience avait des limites quand même !

Ainsi, il demanda à son cocher de l'emmener chez Monsieur Lindel. Toutefois, il n'eut pas le temps d'arriver là-bas car en chemin, il aperçut une silhouette familière. Il demanda au cocher de s'arrêter et descendit pour s'approcher de la jeune fille. Il s'agissait bel et bien d'Alice. Que diable faisait-elle toute seule dans la rue avec pour seule compagnie sa peluche ? Elle avait même l'air un peu perdue. Pourtant, elle devait connaître l'adresse de l'avocat à force.

"Alice ? Que faites-vous là ? Je vous attendais pour la leçon ! Une jeune fille de bonne famille ne devrait pas être en retard."

Oui, il ne pouvait s'empêcher de lui faire la leçon, mais au fond, c'était pour son bien, non ? Il poussa un petit soupir et finit par secouer la tête. De toute évidence, quelque chose n'allait pas. Autrement, jamais la jeune fille se serait retrouvée dans une telle situation. Et puis, il ressentait un certain désarroi émaner d'elle. L'air de rien, il lui ébouriffa légèrement les cheveux avant de l'inciter à le suivre vers sa calèche, garée un peu plus loin.

"Il s'est passé quelque chose ? Cela ne vous ressemble pas de ne pas venir aux leçons."

Alice était l'une des rares personnes à qui Gabriel avait quelque peu ouvert son coeur. Elle était très jeune, certes, mais quelque chose en elle lui donnait envie de sourire parfois. Et ce n'était pas donné à tout le monde, attention ! Chère Alice, à chaque fois que tu parviens à faire sourire Gabriel, tu réussis un véritable exploit ! Mais passons.
Il invita la jeune fille à monter, puis fit de même avant de demander au cocher de partir. Mais ils ne prirent pas la direction de sa demeure, comme on aurait pu s'y attendre. Au lieu de cela, ils s'arrêtèrent devant un petit restaurant. Bien entendu, ce n'était pas le genre d'endroit fréquenté par de simples badauds, il ne fallait pas exagérer !

"Je parie que vous n'avez pas mangé et que vous mourez de faim. Venez."

Non, elle n'avait pas le choix. Certes, lui-même ne dînerait pas, pour des raisons évidentes, mais il pourrait toujours prétexter avoir eu droit à un véritable festin juste avant de partir. Ils s'installèrent à une table un peu à l'écart et tandis qu'il laissa à Alice le soin de choisir ce qu'elle souhaitait manger, il commanda une bouteille de son vin préféré. Elle aurait tout le temps de lui raconter ce qui s'était passé. Si elle souhaitait en parler.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Lindel
Un cœur en chocolat
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 28
Localisation : À la recherche d'aventures !

MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Ven 19 Sep - 23:11

Pauvre sotte. Pauvre folle.

Avant d'avoir pu entamer un pas dans ce qui s'annonçait une nouvelle vie, ici ou ailleurs – pourquoi pas retourner à Cuba, même si ce n'était que pour vivre de belles illusions ? – qu'une silhouette familière se rapprochait de moi. À cette heure tardive, c'était assez surprenant, mais mon attitude défensive disparut lorsque ses traits se firent plus précis. Gabriel. Il semblerait que je n'étais pas suffisamment cachée dans la pénombre. Était-il ici pour s'enquérir de mon retard à la leçon, ou pour mieux m'amadouer à la demande de mon père ? Je ne pouvais que me fier à sa parole et mon instinct pour connaître la vérité. En ce moment, tout cela était encore plus incertain. Pourtant, lorsque Gabriel m'invita à monter à sa suite, j'accédai à sa demande en silence. Ce n'était pas très poli, mais la force me manquait pour tenter de lui expliquer, de répondre à ses questions silencieuses. C'était ma façon de lui montrer que je lui faisais confiance. Même si cela signifiait de tirer un trait sur mes plans. Après tout, mon professeur était plus souvent tourné sur la logique que les émotions, alors il tenterait probablement de me ramener à la raison. Adieu ces doux rêves...

Première surprise, nous ne prenions pas le chemin qui m'aurait ramené à la maison. Nous nous dirigeons plutôt un peu plus loin au cœur de la ville, ne nous arrêtant qu'une fois arrivés à un restaurant coquet. Ainsi donc il était inquiet. J'allais répondre que ce n'était pas nécessaire, mais mon estomac protesta, me faisant prendre une moue déconfite. Tant pis. Je demandai un plat de macarons et un soda, tout simplement. À l'heure qu'il était désormais, il valait mieux éviter les plats trop lourds. De toute façon, je n'avais pas beaucoup d'appétit. En attendant que la commande n'arrive, je ne pouvais plus vraiment éviter la situation, n'est-ce pas ?

« Suis-je une mauvaise personne ? »

C'était assez soudain, comme question. Seulement, si je n'avais pas été ... moi, tout simplement ... Tous ces problèmes n'existeraient probablement pas. Maman ne serait pas devenue malade et le futur de l'entreprise serait entre de bonnes mains. Cela avait toujours été clair. J'étais un fardeau. Trop têtue, trop gâtée, méprisante. Alors c'était ce que j'étais devenue. Triste et esseulée.

« Je n'avais plus envie de me battre... Alors j'ai décidé de partir, sans un mot, sans un bruit... Trouver un endroit où je me sentirais mieux. Un endroit à moi. Je n'ai pas réussi. »

Je baissai les yeux. Je ne sais pas s'il saurait lire entre les lignes. Je l'espérais vraiment du fond du cœur. Comprendre qu'il n'était pas seulement question de la leçon. En parler ouvertement, dans un endroit public pareil, même s'il y avait peu de monde, ce n'était pas sûr. Mais Gabriel était avocat. Il saurait peut-être m'aider. Oui. Il saurait me dire quoi faire. Je ne quittai pas son visage des yeux.

Sauve-moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Jeu 30 Oct - 0:01

Alice était probablement l'une des rares personnes que Gabriel appréciait un tant soit peu. D'où le fait qu'il ne l'avait pas simplement laissée dans la rue lorsqu'il l'avait vue et qu'il l'avait emmenée dans un restaurant. Elle était encore si jeune, si innocente, si naïve...et lâchée en pleine ville, tout seule, ne ferait que lui attirer des ennuis. Peut-être aurait-il simplement dû la ramener chez elle, mais même lui voyait bien que quelque chose n'allait pas. Pourtant, il n'était pas du tout expert en relations de quelque nature que ce soit. Et il tentait toujours de ne pas se mêler de la vie d'autrui, de ne pas trop s'y impliquer. Mais parfois, le sort en décidait autrement. Qu'éprouvait-il au juste pour cette fille ? De l'affection ? C'était ridicule ! Et pourtant, tout au fond de lui, il savait qu'il s'était déjà attaché à cette petite sans le vouloir.

Il poussa un soupir imperceptible. Des macarons ? Elle était sérieuse ? Bah, de toute façon, il était un peu mal placé pour lui dire quoi manger. Elle avait posé son regard sur lui, ne le quittait plus des yeux. Comme si elle attendait quelque chose de lui. Elle lui demanda alors si elle était une mauvaise personne. Cette question le surprit, même s'il n'en montra rien. D'où ça venait, ça ? Que s'était-il donc passé pour qu'elle s'octroie un tel jugement ? Si la jeune fille était une mauvaise personne, qu'était-il, lui ? Le Diable en personne ? Il secoua doucement la tête avant de boire une gorgée du vin qu'on venait de lui apporter - en même temps que la boisson d'Alice.

"Je peux vous certifier que non."

Elle lui expliqua ensuite brièvement pourquoi elle était partie de chez elle, mais Gabriel n'était pas certain de saisir. Il ne se mêlait pas de la vie des autres en général, mais il avait eu vent de quelques conflits entre le père et la fille, sans plus. S'étaient-ils disputés ?

"Et comment comptiez-vous faire, au juste ? Toute seule, sans rien ? Vous êtes plus intelligente que cela, Alice. Et votre père doit être mort d'inquiétude."

Non, décidément, les conversations de ce genre, ce n'était pas pour lui. Si elle s'attendait à des conseils, elle avait frappé à la mauvaise porte. Gabriel était bon dans son travail, excellent même. Toutefois, en-dehors de cela, il n'était vraiment pas de bon conseil, ne sachant tout simplement pas quoi dire. Il émit un nouveau soupir. Non, il ne savait vraiment pas quoi faire. Il était juste sûr d'une chose: il était hors de question de laisser Alice toute seule. Encore une fois, il se dit qu'il ne devrait pas s'inquiéter de son sort. Après tout, il se fichait de ce qui arrivait à tous les autres et n'avait aucun scrupule à défendre des sales types. Des ordures, oui, mais qui payaient bien.

"Souhaitez-vous rester chez moi, cette nuit ? J'en aviserai votre père, évidemment."

Il regrettait déjà ce qu'il venait de dire, mais il était trop tard pour revenir sur sa parole. Et puis, son manoir était assez grand pour accueillir la jeune Alice. Trop grand, même. Ses relations avec le père de la jeune fille étaient importantes, il fallait donc le faire. Il avait beau tenter de se convaincre qu'il n'agissait ainsi que par intérêt, ce n'était pas totalement vrai. La présence d'Alice l'apaisait, même s'il ignorait pourquoi et comment une telle chose était possible. Sa jeunesse était...rafraîchissante.
Il termina son verre et se resservit, l'air pensif. Pourquoi cette fille lui accordait-elle sa confiance aussi facilement ? Il n'avait pourtant rien fait pour mériter ne serait-ce qu'un soupçon d'affection de sa part. Bah, il n'allait pas se prendre la tête avec ça, ce n'était pas son genre.

Alice cherchait sa place dans le monde, comme la plupart des humains. Et même des non-humains. On pourrait penser que Gabriel avait enfin trouvé la sienne, mais ce n'était pas totalement vrai. Certes, il s'était installé en ville, il avait un travail et il s'était même fait un nom, mais au fond de lui, il cherchait encore sa véritable place. Ridicule. Il détestait penser à ces choses-là.

"N'êtes-vous pas bien chez vous ?"

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Lindel
Un cœur en chocolat
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 28
Localisation : À la recherche d'aventures !

MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Ven 27 Mar - 22:10

Non ? Voilà donc sa réponse ...

Gabriel avait cela de bon, que ses conseils étaient avisés, mais imprévisibles. Par exemple, après m'avoir assuré que je ne devais pas croire mes impressions mauvaises, il me faisait quelques remontrances. Mais c'était bien vrai. Je n'avais pas réfléchi. J'avais laissé l'impulsion du moment guider mes gestes. Maintenant que l'on me mettait devant le fait accompli, j'en étais honteuse. Pour ce qui est de mon père, par contre ... Je doute qu'il soit mort d'inquiétude. Ce n'était pas la première fois que je quittais la maison dans un éclat de colère, même si j'évitais habituellement de le faire une fois la nuit tombée. À tout le moins, il devait s'inquiéter de ses intérêts. Le temps précieux qu'il aurait fait perdre à monsieur Delcroix. Avant de prétendre que ce n'était que ma faute. Moi l'enfant terrible, gâtée jusqu'à en devenir une pomme pourrie. Je préférai ne rien dire sur le sujet. À quoi bon ? Je me serais encore emportée. Libre à lui d'interpréter cela comme il le voulait.

La proposition de Gabriel me laissa surprise et cela devait se voir un peu sur mon visage. Il ne m'obligeait pas à rentrer ? Vraiment ? C'était un soulagement. Je n'aurais pas à affronter la colère de mon père. Mieux, quelqu'un n'en serait pas témoin. Oh, il n'était pas violent envers moi, non. Seulement, ses propos étaient horriblement tranchants, même si j'avais habituellement de la répartie... Mais je craignais plus que tout que mon secret soit dévoilé. Mon statut officiel de patiente à la Salpêtrière. Et puis, cette situation avait un avantage supplémentaire : cela me permettrait peut-être de me rattraper, pour la leçon perdue. J'acquiesçai sans un mot de plus, réfléchissant à un moyen d'amener le sujet sur le tapis. Pour l'heure, je me contentai de répondre à sa question.

« Je ne suis pas à la hauteur de ses aspirations, tout simplement. Il ne me le fait que trop savoir. »

Ce n'était pourtant pas faute d'essayer. Mais les compromis que je devais faire dans ce but étaient étouffants. Pourquoi devais-je abandonner ma liberté ? Ne pouvais-je pas être à la fois une Lindel et une jeune femme qui profite de la vie ? Je ne voulais pas vieillir trop vite et me retrouver avec des regrets qui me retireraient le goût de vivre, le cœur asséché. On ne faisait pas un pas en avant pour en faire deux en arrière !

« Peut-être pourriez-vous lui toucher un mot à ce sujet ? Je ne demande pas la lune. Qu'il me laisse au moins une chance. »

Leur relation n'était-elle pas cordiale ? C'était ce que j'avais cru comprendre. Alors Père l'écouterait ... Un tant soit peu. Cela ne suffirait peut-être pas, mais si j'avais des alliés dans la balance, peut-être pourrais-je comprendre au moins pourquoi il se montrait si dur envers moi.

Je cherchai malgré tout à détendre l'atmosphère avec un sujet un peu plus léger, prêtant attention à ce qui nous entourait. Je pourrais taquiner ce pauvre Gabriel sur le fait qu'il ne fallait pas boire autant sur un estomac vide, mais d'aucuns m'auraient dit que c'était impoli. Et puis rien ne m'assurait qu'il ne l'avait pas fait avant de croiser ma route. Avec mon lapin en peluche.

« Bon sang ... J'ai vraiment l'air d'une gamine parfois. » laissai-je tomber, un peu dépitée. Pas étonnant qu'on me traite de la sorte. Ne venais-je pas de le prouver avec ma demande puérile ?
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Delcroix
avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   Lun 16 Nov - 18:46

Gabriel n'aurait pas vraiment imaginé se retrouver un jour dans un restaurant avec la jeune Alice Lindel et de discuter avec elle de ses soucis avec son père. Mais bon, il était normal qu'il veuille en savoir plus, étant donné qu'il avait trouvé la jeune fille dans la rue, alors que la nuit était tombée. Complètement perdue et exposée à de nombreux dangers dont elle ignorait sans doute l'existence. Et mieux valait pour elle qu'elle ne découvre jamais cet autre monde peuplé de créatures plus effrayantes les unes que les autres, tapies dans l'ombre et n'attendant qu'une chose: dévorer la petite Alice dont la chair avait l'air bien tendre. Non, détrompez-vous, Gabriel n'avait aucune envie d'y goûter, c'était juste une constatation ! Il n'avait rien à voir avec ces créatures sans foi ni loi qui attaquaient tout ce qui bougeait. Non, il était civilisé, lui !

Bref, il voulait rester en de bons termes avec le père d'Alice et du coup, il avait bien l'intention d'essayer de résoudre un tant soit peu le problème. Et ça commençait pas payer un bon dîner à la jeune fille et l'inviter à rester chez lui, cette nuit. C'était sans doute une mauvaise idée, au fond, mais il ne pouvait plus revenir sur son invitation maintenant. Il ne restait qu'à espérer qu'Alice ne soit pas du genre à jouer les exploratrices en pleine nuit pour tenter de percer tous les mystères du manoir de Gabriel ! Mais de toute façon, il veillerait au grain. Non pas qu'il y ait vraiment quelque chose de compromettant à trouver...Disons que comme tout le monde, il n'aimait pas qu'on fouille dans ses affaires.
Bref, il reporta son attention sur la jeune fille qui venait de lui avouer la raison pour laquelle elle s'était enfuie. Du moins, en partie. Et pourquoi elle et son père semblaient si souvent en conflit. Pas à la hauteur de ses attentes ? Hélas, Gabriel ne pouvait pas dire qu'il comprenait puisqu'il n'avait jamais été dans ce cas-là. Toutefois, ce n'était pas la première fois qu'il entendait une histoire de ce genre.

Avant qu'il n'ait pu dire quoique ce soit, Alice enchaîna en lui demandant s'il pouvait en parler à son père. Elle était sérieuse ? Que pourrait-il bien dire à cet homme ?

"Je vois. Je ne vous promets rien, mais je vais essayer."

Bon sang, dans quoi il venait de s'embarquer encore ? Néanmoins, il comptait tenir parole et en toucherait donc deux mots à Monsieur Lindel. Il lui demanderait sans doute de laisser une chance à sa fille, ce genre de choses. Il y réfléchirait en temps voulu. Pour l'heure, Alice devait reprendre des forces et ça tombait bien, les petites douceurs qu'elle avait commandées venaient d'arriver. Gabriel observa un instant l'assiette remplie de macarons de diverses couleurs. Il n'avait jamais eu l'occasion de goûter à ces trucs-là de son vivant et ignorait donc totalement pourquoi les humains semblaient tant en raffoler. Pensée totalement futile, ça allait de soi.

"Mangez."

Il n'avait pas répondu aux paroles de la jeune fille qui se traitait elle-même de gamine car il aurait sans doute été contraint d'être d'accord avec elle. Et puis, comparée à lui, elle était vraiment une gamine.
Il attendit donc patiemment qu'elle finisse de manger en dégustant son vin. C'était bien l'un des seuls plaisirs qu'il s'accordait encore.

_________________


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)   

 

Lost & Found [Pv Gabriel] (1889)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. Lost and found
» The Lost get Found (Kirian #1)
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» LOST LE RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret du Lost Paradise - Forum RPG :: Le Paris des plaisirs :: Rues & boulevards-